En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Flashback 1994

Accélération des ralliements à Juppé : qu'en était-il entre Balladur et Chirac en octobre précédant l'élection de 1995 ?

Publié le 14 octobre 2016
Les ralliements politiques, aussi bien chez les Républicains qu'à l'UDI, à Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont déjà commencé et devraient se poursuivre jusqu'à la primaire de la droite des 20 et 27 novembre. De quoi établir un rapport de forces entre les deux candidats comparable à celui instauré à l'automne 1994 entre Jacques Chirac et Edouard Balladur du fait des soutiens que leur avaient apporté alors ténors et élus du RPR et de l'UDF.
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les ralliements politiques, aussi bien chez les Républicains qu'à l'UDI, à Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont déjà commencé et devraient se poursuivre jusqu'à la primaire de la droite des 20 et 27 novembre. De quoi établir un rapport de forces entre les deux candidats comparable à celui instauré à l'automne 1994 entre Jacques Chirac et Edouard Balladur du fait des soutiens que leur avaient apporté alors ténors et élus du RPR et de l'UDF.

Atlantico : Ce mercredi, Jean-Christophe Lagarde devrait annoncer le soutien officiel de l'UDI à Alain Juppé. A un peu plus d'un mois de la primaire de la droite, sur quels ralliements politiques peuvent compter respectivement Nicolas Sarkozy et Alain Juppé au sein de leur famille politique élargie au centre ? Quel rapport de force ces soutiens politiques instaurent-ils entre les deux candidats ? 

Jean Petaux : Alain Juppé, dès lors qu’il est très largement majoritaire dans les intentions de vote à la primaire de la droite parmi les sympathisants du centre, peut se prévaloir évidemment de nombreux soutiens de personnalités politiques issues de ces rangs. Le ralliement annoncé de Jean-Christophe Lagarde est l’officialisation en quelque sorte du soutien de l’UDI qui n’a pas accepté officiellement de participer à cette primaire (d’où finalement le nom "spécifique" de "primaire de la droite" et non pas comme on l’a dit un temps "de la droite et du centre". Nicolas Sarkozy, à l’inverse, majoritaire parmi les adhérents "Les Républicains" peut faire état de soutiens de personnalités connues ou influentes comme Christian Jacob, président du groupe parlementaire LR à l’Assemblée ou comme François Baroin, sénateur-maire de Troyes, président de l’Association des Maires de France et surtout considéré comme le "fils adoptif" de Jacques Chirac. Belle prise de guerre pour Sarkozy qui n’aime rien tant que "braconner" sur des "terres" partisanes ou affinitaires "étrangères" voire hostiles et qui ramène les "scalps" de ses "prises" comme autant de preuves qu’il rallie tout le monde sur son nom. Il a procédé ainsi en 2007 quand il avait le vent en poupe et qu’il convertissait tout ce qui l’approchait (Besson, Kouchner, Bockel, il a failli y parvenir pour Allègre, etc.). Et le moins que l’on puisse dire c’est que cela a fonctionné très fort… Cela s’est appelé "l’Ouverture"… Au point d’ailleurs d’en agacer plus d’un à droite. On se souvient de la sortie vacharde de Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP, disant pendant la campagne des législatives de juin 2007 : "Je suis pour l’ouverture, très pour … et je souhaite qu’elle aille jusqu’aux personnalités de… l’UMP". Manière de dire : "N’oublie pas tes amis Nicolas".

Il n’est pas du tout prouvé que ces ralliements et ces soutiens affichés apportent une voix de plus au candidat qui sait s’en prévaloir… C’est là tout le mystère de la politique et de l’élection (qu’elle soit interne ou externe) : faire état de soutiens n’est pas forcément un "plus" ; ne pas en avoir peut-être un "moins" en revanche. Pourquoi ? Essentiellement pour une question de "standing politique". Et le standing, quelque part, c’est de la crédibilité, c’est la marque de la puissance et de la capacité à prétendre être chef. Ce sont des signes extérieurs de richesse politique.

L'affrontement Juppé-Sarkozy n'est pas sans rappeler celui ayant opposé Jacques Chirac à Edouard Balladur pour la présidentielle de 1995. A l'automne 1994, comment se répartissaient les soutiens politiques aux deux candidats au sein du RPR et de l'UDF ? Quel était alors le rapport de force établi entre les deux candidats par ces différents ralliements politiques ? Dans quelle mesure cela a-t-il pu contribuer à la victoire de l'un et à la défaite de l'autre ?

Le contexte de 1994-1995 présente des similitudes et des différences avec celui d’aujourd’hui. Comme aujourd’hui pour Juppé et Sarkozy, Chirac et Balladur appartiennent en 1994 au même parti politique : le RPR. L’UDF est dans un rôle de spectateur de ce duel. Tout comme jadis Chaban-Delmas et Chirac appartenaient au même parti gaulliste (l’UDR) alors qu’ils se sont déchirés "en direct" sur la question du soutien (ou pas) à Giscard qui allait fonder l’UDF deux ans après 1974. Les différences sont grandes quand même par rapport à aujourd’hui : en 1994 l’UDF était bien plus puissante que l’UDI ou le MODEM réunis et surtout l’UDF d’hier, dans sa grande majorité, a fusionné avec le RPR pour créer l’UMP, parti qui s’est transformé en LR il y a moins de deux ans. Donc Sarkozy et Juppé travaillent à rallier à eux des personnalités qui sont (au moins pour Sarkozy) dans le même parti que lui. Juppé, moins à l’aise dans sa propre famille politique ("Les Républicains") que son redoutable rival, Sarkozy, doit aller chercher des soutiens, comme Balladur par rapport à Chirac, à l’extérieur de la famille… Ainsi Balladur, bien que bénéficiant du renfort de deux personnalités du RPR actives alors (Pasqua et Sarkozy) est-il allé puiser dans la réserve UDF le gros de ses soutiens (Léotard, Bayrou, etc.). Chirac en revanche avait quelques supporters à l’UDF (Stasi, Madelin, Raffarin) mais il s’est surtout appuyé sur son bloc militant RPR originel et sur ses cadres : Juppé (secrétaire général du RPR), Séguin, Baroin (qui était très jeune alors), Toubon, Mazeaud, Jean-Louis Debré, etc. C’est sans doute cette mobilisation de la "garde chiraquienne" rapprochée qui a permis au "grand c…" (comme le surnommait Philippe Séguin qui avait à son égard une relation très ambivalente, amour-haine…) de l’emporter sur "Monsieur Balladur" qui s’est, lui, progressivement, englué dans le portrait ravageur du "bourgeois louis-philippard", totalement coupé de la base sociale de l’électorat populaire de droite qui s’est reporté sur Chirac avec un vrai bonheur finalement.

En termes de rapports de force, est-il préférable d'avoir le soutien des ténors du parti ou plutôt des élus (députés, maires, etc.) ?

On peut répondre qu’il est préférable d’avoir les deux… Les ténors du parti c’est l’affichage national et la "vitrine" en quelque sorte. Vous affichez votre "comité de soutien" national en faisant passer un message subliminal qui peut être résumé ainsi : "Voyez mes amis qui me soutiennent, faites comme eux cela vous servira". Le soutien de personnalités moins connues comme peuvent l’être des députés anonymes et peu médiatisés mais disposant d’un très solide ancrage local avec un réseau puissant de militants et de sympathisants, c’est la garantie et l’assurance d’un singulier appoint et d’un solide renfort. D’un côté avec les ténors, comme à l’Opéra, les solistes à la voix puissante qui crédibilisent une candidature ; de l’autre avec les députés, maires, etc, également comme à l’Opéra, le chœur qui rassemble beaucoup de voix et dont la puissance est générée par le nombre.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy pourraient-ils tirer un enseignement du rapport de force que les ralliements politiques de l'époque ont instauré entre Jacques Chirac et Edouard Balladur ?

Je ne pense pas. Essentiellement parce que les configurations et le contexte historico-politique ne sont pas les mêmes. Sarkozy et Juppé ne sont aucunement semblables à Chirac et Balladur. Il est faux de rapprocher le Juppé de 2016 et le Chirac de 1994 ou le Sarkozy de 2016 et le Balladur de 1994, même si Juppé et Sarkozy ont été, respectivement, les plus fervents soutiens de Chirac et de Balladur alors. Mais il est tout aussi erroné de dire que Juppé serait une sorte de Balladur (donné très favori au moment du lancement de la campagne interne à la droite et baissant en intentions de vote au fur et à mesure que l’échéance électorale se rapproche) ou que Sarkozy, donné perdant, opérerait un spectaculaire redressement comme Chirac l’a fait en février-mars 1995 quand sa courbe d’intention de votes a croisé à la hausse celle de son rival Balladur à la baisse. Donc, ici, comme souvent, comparaison n’est pas raison.

En revanche il est incontestable que si Balladur a perdu face à Chirac c’est tout autant parce qu’il n’avait que des ralliements de cadres et fort peu de ralliements de la masse des adhérents et sympathisants. Aujourd’hui la primaire change radicalement la donne. S’il l’emporte, Alain Juppé aura démontré que l’on peut être désigné comme représentant de son parti politique sans le soutien du noyau dur des adhérents du parti "Les Républicains". Tout comme Ségolène Royal l’a emporté, contre le "cœur du PS" en novembre 2006 avec le soutien des adhérents à "Désir d’avenir", "adhérents d’un jour" au PS qui avaient payé, pour pouvoir voter, la fameuse cotisation à 20 € (low-cost) et qui se sont désaffiliés l’année suivante. Ségolène Royal a certes battu deux "éléphants" du PS (Fabius et Strauss-Kahn) mais ensuite le parti s’est vengé : elle n’a jamais retrouvé le soutien de la rue de Solférino. Et comme elle n’en voulait pas, cela tombait bien en somme. Alain Juppé court ce risque-là : si Nicolas Sarkozy est sévèrement battu dans le duel qui va sans doute l’opposer au second tour de la primaire à Alain Juppé, il l’aura été par une forte mobilisation de l’électorat centriste voire sympathisant socialiste contre Nicolas Sarkozy qui commence déjà à jeter l’opprobre sur cette "dérive" de la primaire parlant même de "parjure" (on n’est jamais à une outrance langagière près avec l’ancien président de la République, c’est cela qui le rend si sympathique…). Alors l’électorat "LR" de strict observance, très pro-Sarko et particulièrement à même de se mobiliser pour son héraut, risque de "militer avec ses pieds" pour Alain Juppé en faisant le raisonnement suivant : "Puisque tu as été élu à la primaire avec les voix du centre et de la gauche, va donc les chercher maintenant tes électeurs pour qu’ils fassent ta campagne présidentielle, la vraie…".

Ce serait sans doute à ce niveau que pourrait résider la leçon politique de 1994 : il ne suffit pas de rallier ses concurrents d’hier (l’UDF par rapport au RPR) comme l’a fait Balladur, il ne faut pas perdre de vue, non plus, son socle électoral et le noyau dur de son parti… C’est ce qu’avait compris Chirac, en octobre-novembre 1994 et cela lui a plutôt bien réussi en avril-mai 1995.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 18:22
Labelliser les politiciens selon leur aptitude comportementale?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont souvent des propagateurs de haine. 
Ils sont aussi souvent attirés par la complosphère. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique en politique…
cloette
- 13/10/2016 - 10:36
J'ai du mal à croire
que Juppé puisse être èlu .
AvecNS
- 12/10/2016 - 22:15
"militer avec ses pieds"
C'est bien là que Juppé fait une grossière erreur : les adhérents sarkozystes ne le soutiendront pas ! La plupart n'ont pas payé leur cotisation pour 2016, attendant le résultat des primaires pour le faire... Pas de Sarkozy = pas de cotisations, pas de dons, pas de militants... Il ne restera que les adhérents pro-Fillon, Juppé et Le Maire. Quand on compare les parrainages de ces fossoyeurs, ils ne font pas le poids en nombre comparés à ceux de Sarkozy... Le parti Les Républicains sera une coquille vide et Juppé perdra la présidentielle faute de combattants à ses côtés pour le soutenir... Le résultat sera le même si c'est Fillon qui gagne... Pour la majorité des sarkozystes, impossible de voter pour Ali Juppé ou le traître Fillon... Juppé ou Fillon : JA-MAIS !