En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 14 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 46 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 20 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 17 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 17 heures 3 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 4 heures 6 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 24 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 38 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 27 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 17 min
© Reuters
Les antibiotiques "intelligents" reprogramment le CRISPR pour qu'il aille couper spécifiquement des gènes de résistance aux antibiotiques ou des gènes de virulence. On déclenche donc une réaction auto-immune de la bactérie, qui la force à se "suicider".
© Reuters
Les antibiotiques "intelligents" reprogramment le CRISPR pour qu'il aille couper spécifiquement des gènes de résistance aux antibiotiques ou des gènes de virulence. On déclenche donc une réaction auto-immune de la bactérie, qui la force à se "suicider".
Antibiotiques intelligents

Pasteurdon : les scientifiques français progressent dans la recherche contre les bactéries résistantes aux antibiotiques

Publié le 07 octobre 2016
Alors que les bactéries sont aujourd'hui de plus en plus résistantes aux antibiotiques, des chercheurs français travaillent sur des techniques permettant de rendre les antibiotiques plus "intelligents". Actuellement en pleine période d'appel aux dons (jusqu'à ce dimanche), l'Institut Pasteur est à la pointe de ces recherches.
David Bikard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Bikard est directeur du laboratoire Biologie de synthèse à l'Institut Pasteur et directeur scientifique de la start-up Eligo Bioscience, incubée à l'Institut Pasteur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les bactéries sont aujourd'hui de plus en plus résistantes aux antibiotiques, des chercheurs français travaillent sur des techniques permettant de rendre les antibiotiques plus "intelligents". Actuellement en pleine période d'appel aux dons (jusqu'à ce dimanche), l'Institut Pasteur est à la pointe de ces recherches.

Atlantico : Vous êtes chef du laboratoire Biologie de synthèse à l'Institut Pasteur et travaillez notamment à la mise en place d'antibiotiques "intelligents". Pouvez-vous nous présenter brièvement vos travaux ?

David Bikard : Le sujet principal de travail de mon laboratoire concerne les CRISPR. Derrière ce nom barbare se cache un système que les bactéries utilisent pour se défendre contre les phages, les virus antibactériens. Les CRISPR font pas mal de bruit en ce moment car il y a énormément d'applications en biotechnologie, notamment en thérapie génique. Ce qui a déclenché toute une vague d'applications avec ces CRISPR, c'est la découverte de ciseaux à ADN (appelées nucléases) que l'on est capable de reprogrammer très facilement. Avec ces nucléases, nous pouvons couper n'importe quelle séquence d'ADN extrêmement facilement.

D'une manière un peu plus générale, nous travaillons dans mon laboratoire sur les mécanismes que les bactéries utilisent pour se défendre contre les phages. Nous essayons aussi d'utiliser ces mécanismes, dont les CRISPR, pour aller combattre les bactéries pathogènes et résistantes aux antibiotiques.

Le principe de nos antibiotiques "intelligents" est de reprogrammer le CRISPR pour qu'il aille couper spécifiquement des gènes de résistance aux antibiotiques ou des gènes de virulence. On déclenche donc une réaction auto-immune de la bactérie, qui la force en réalité à se "suicider".

Le développement de la résistance des bactéries rend-il les antibiotiques de moins en moins efficaces aujourd'hui ?

Bien sûr, il y a de plus en plus de résistance aux antibiotiques, et c'est un phénomène largement documenté. Ce problème est connu depuis bien longtemps. Déjà en 1945, Alexander Fleming qui avait découvert la pénicilline (le premier antibiotique) avait mis en garde contre la résistance. Il avait bien vu dans ses expériences qu'il sélectionnait les bactéries résistantes, mais en réalité jusque dans les années 1970-1980, on découvrait toujours de nombreuses et nouvelles molécules antibiotiques. On avait donc toujours de nouvelles molécules à utiliser, et la résistance n'était donc pas vraiment un problème. Or, il n'y a eu presque aucun nouvel antibiotique introduit sur le marché au cours des 30 dernières années, et pendant ce temps-là les résistances s'accumulent de plus en plus rapidement. Cela devient donc très problématique.

L'Institut Pasteur effectue un appel aux dons jusqu'à ce dimanche pour soutenir financièrement la recherche (Pasteurdon). La générosité des particuliers est-elle indispensable aujourd'hui au secteur de la recherche française ?

Cela joue clairement un rôle très important. La plupart des grandes découvertes ne sont pas issues de travaux de recherche appliquée, mais de travaux réalisés pour comprendre des phénomènes physiques ou biologiques. C'est une recherche qui, forcément, est financée par de l'argent public et par les dons. À l'Institut Pasteur, cela représente une part importante du budget et contribue grandement au fait que l'on travaille dans de très bonnes conditions, tout à fait compétitives avec les meilleurs instituts de recherche au monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires