En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Crise sanitaire

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

il y a 8 min 1 sec
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 15 heures 50 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 16 heures 59 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 18 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 21 heures 26 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 21 heures 59 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 22 heures 15 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 22 heures 28 min
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 15 heures 7 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 16 heures 31 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 19 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 21 heures 12 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 22 heures 19 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 22 heures 40 min
© Reuters
La plupart des candidats, déclarés ou putatifs, à la présidentielle de 2017 sont pleinement insérés dans ce "système". Madame Le Pen a tout de même un père du même nom, dont la longue carrière l’a amenée là où elle est.
© Reuters
La plupart des candidats, déclarés ou putatifs, à la présidentielle de 2017 sont pleinement insérés dans ce "système". Madame Le Pen a tout de même un père du même nom, dont la longue carrière l’a amenée là où elle est.
Anti-système

Macron, Le Pen, Mélenchon et cie : mais quel est vraiment ce "système" qu'ils dénoncent tous ?

Publié le 14 octobre 2016
Ce mardi 11 octobre, Emmanuel Macron fustigeait le système, annonçant sans détour son avis sur la question. Il n'est pas le seul à s'y attaquer, puisque de nombreux leaders politiques en font régulièrement la critique. Un phénomène qui pose la question de savoir ce qu'est réellement le... système.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 11 octobre, Emmanuel Macron fustigeait le système, annonçant sans détour son avis sur la question. Il n'est pas le seul à s'y attaquer, puisque de nombreux leaders politiques en font régulièrement la critique. Un phénomène qui pose la question de savoir ce qu'est réellement le... système.

Atlantico : Alors qu'aujourd'hui, une grande partie des politiques plus ou moins déclarés candidats à la présidentielle de 2017 disent critiquer le système (Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, François Bayrou, Nicolas Sarkozy…), quelle signification peut-on accorder à cette attitude et à ce terme de "système" ?

Christophe Bouillaud : Il s’agit tout d’abord à travers l’usage de ce terme très indéterminé de "système" de désigner le rejet du statu quo politique, économique et social de la part de celui qui en use. Tous les candidats à la présidentielle de 2017, déclarés ou putatifs, refusent l’état présent de la situation de la France, parce qu’ils savent bien grâce aux sondages et aux précédentes élections (municipales, régionales) que les Français sont très mécontents de la situation du pays. De plus, ils attribuent cette situation déplorable à un vaste ensemble de fonctionnements ou d’acteurs, le "système", dont, par définition même, puisqu’ils le critiquent, ils ne font pas partie. User ce terme de "système", c’est donc aussi souligner qu’on est soi-même nullement responsable de l’état présent que l’on critique, alors que bien sûr tous les autres compétiteurs le sont. 

N'y a-t-il pas également chez certains une forme d'hypocrisie à critiquer ce système, eux qui en sont pour certains issus et qui le défendent encore dans certains aspects ?

Bien sûr, si l’on analyse pour le coup le "système politique français" au sens que peuvent lui donner les politistes, à savoir d’une part l’ensemble des règles institutionnelles, formelles et informelles, qui président à la formation des décisions qui déterminent les politiques publiques de toute nature, et d’autre part, l’ensemble des acteurs, individuels et collectifs, qui concurrent selon ces mêmes règles à l’exercice du pouvoir, force est de constater que la plupart des candidats, déclarés ou putatifs, à la présidentielle de 2017 y sont pleinement insérés, parfois depuis fort longtemps. Dit banalement, toutes ces personnalités ont derrière eux une carrière politique faite dans les règles habituelles : aucun n’est en réalité un "simple citoyen", un Mr. Smith comme dans le célèbre film américain (Monsieur Smith au Sénat), qui, tout d’un coup, découvrirait les arcanes de la vie politique française, et pourrait par la seule grâce de sa candeur tout changer. Madame Le Pen a tout de même un père du même nom, dont la longue carrière l’a amenée là où elle est. Même un Emmanuel Macron, s’il n’a effectivement jamais été élu à quoi que ce soit, témoigne d’une manière typique de faire carrière sous la Vème République en conseillant le "monarque" républicain du moment. Un Raymond Barre fut ainsi Premier ministre, avant d’être député et de tenter quelques années plus tard de briguer - sans succès d’ailleurs - la présidence de la République. Le "grand commis de l’Etat" qui entre directement dans l’arène électorale représente aussi un grand classique de notre histoire récente.

Par ailleurs, aucun de ces candidats ne peut être considéré comme un candidat révolutionnaire qui voudrait en finir avec les formes habituelles de notre vie politique. Cela correspond d’ailleurs au fait que l’option révolutionnaire, qu’elle soit d’extrême-gauche ou d’extrême-droite,  est de toute façon très minoritaire en France. Le "Comité invisible" est sans troupes ! Marine Le Pen elle-même l’a bien compris, comme le montre le choix de son slogan lénifiant, La France Apaisée, pour sa présente campagne électorale – qui n’est d’ailleurs pas si loin sémantiquement de "l’identité heureuse" promue par Alain Juppé.

Parmi les principales figures politiques françaises qui critiquent le système aujourd'hui, lesquelles sont les plus susceptibles selon vous de se voir renvoyer l'argument en pleine figure ?

En effet, le statu quo que déplorent les Français est dénoncé par ceux-là même qui ont été comme on dit "en responsabilité" des affaires du pays – comme un Nicolas Sarkozy plusieurs fois ministre et finalement président de la République – ou bien qui ont participé depuis des décennies à animer la vie politique du pays – comme un François Bayrou ou dans une moindre mesure un Jean-Luc Mélenchon. Même un Emmanuel Macron a beau jeu de se présenter comme responsable en rien de ce qui arrive au pays, alors qu’il fut rapporteur de la Commission Attali en 2007, et surtout conseiller de François Hollande depuis 2012, avant d’être son ministre de l'Economie.

Comme Nicolas Sarkozy a eu la carrière politique la plus brillante, puisqu’il a fini par devenir président de la République entre 2007 et 2012, c’est sans doute pour lui que l’argument de la responsabilité peut lui être renvoyé avec le plus de facilité. Inversement, malgré leur aussi longue carrière politique, François Bayrou ou Jean-Luc Mélenchon n’ont été que ministres ou chefs de partis mineurs. Quant à Marine Le Pen, elle a effectivement beau jeu de faire remarquer qu’elle n’est responsable de rien, étant à la tête d’un parti ayant été toujours dans l’opposition depuis sa création en 1972. De fait, ce ralliement de tous ces prétendants à la charge présidentielle à l’idée qu’il faut être "contre le système" finira sans doute par avantager la candidate du Front national, qui est la seule avec les candidats d’extrême-gauche (LO, NPA) à pouvoir mettre en avant sans pouvoir être démentie son éloignement permanent de tout pouvoir national. Le défaut stratégique du "tous contre le système" est aussi sans doute d’empêcher une défense raisonnée des aspects positifs du statu quo, qui pourtant reste aussi nécessaire par ailleurs. S’affirmer "contre le système", surtout quand on fait objectivement partie de ce dernier, tend surtout à montrer que l’on craint de ne pas réussir à attirer l’attention des électeurs avec des propositions concrètes et novatrices. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 11/04/2017 - 15:05
Macron anti-Système...
Lol....Avec tout mon respect, comment nous sortir encore une blague pareille ?
bd
- 02/11/2016 - 16:37
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont aussi souvent des propagateurs de haine. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique…
Jardinier
- 13/10/2016 - 19:56
Excellent, Ikaris.
.