En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 9 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 39 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 31 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 6 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 51 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 15 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 44 sec
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 35 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 27 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 13 heures 43 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 30 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 7 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 48 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 49 min
Ce qui est frappant actuellement, c'est le retard pris par les responsables politiques dans la compréhension et la gestion des évolutions de la technologie.
Ce qui est frappant actuellement, c'est le retard pris par les responsables politiques dans la compréhension et la gestion des évolutions de la technologie.
Atlantico Business

Ségolène Royal peut toujours exiger une diffusion de la voiture électrique, les clients préféreront certainement acheter d’abord une voiture connectée

Publié le 03 octobre 2016
Il est étonnant que des ministres, aussi intelligents soient-ils, n'aient pas encore compris qu'ils ne pouvaient pas imposer des choix qui restent idéologiques et théoriques au marché, et surtout qu'ils ne pouvaient pas aller contre les contraintes technologiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est étonnant que des ministres, aussi intelligents soient-ils, n'aient pas encore compris qu'ils ne pouvaient pas imposer des choix qui restent idéologiques et théoriques au marché, et surtout qu'ils ne pouvaient pas aller contre les contraintes technologiques.

Depuis l'ouverture du mondial de l'automobile à Paris, la ministre de l'environnement Mme Ségolène Royal se répand sur tous les plateaux de télévision pour se féliciter des progrès faits dans la mise au point des voitures électriques. Mais comme elle sait que la diffusion de l'électrique est encore marginale pour des raisons évidentes liées :

  • au prix d'achat,

  • au sous équipement en dispositif de recharge des batteries

  • et surtout en capacité d'autonomie,

Elle fait appel, sur un ton assez comminatoire qui est celui d'un ministre qui croit que gouverner c'est décider, pour que les constructeurs se bougent et développent ce procédé. Il y a évidemment de l'idéologie dans cet appel. Comme si les automobilistes étaient sensibles à l'idéologie écolo.

Sur l'électrique, les constructeurs font (presque) le maximum mais ils ne vont pas violer leur clientèle qui en grande majorité ne veut pas de voitures électriques, pour trois raisons incontournables :

Un, le prix, une voiture électrique c'est deux fois le prix d'une voiture classique à cause des batteries. Alors l'Etat subventionne massivement (jusqu'à 50%), l'achat d'une voiture électrique, mais l'Etat peut le faire parce que le marché est étroit. L'Etat ne pourrait pas subventionner un marché de masse.

Deux, la recharge des batteries tient de l'exploit. Trouver les stations, attendre que la voiture se recharge, tout cela pour ne pas faire plus de 200 km. Ça teint du sacerdoce, de l'héroïsme ou de la deuxième voiture. La voiture électrique ne sera pas, avant longtemps, la voiture de tout le monde quoi qu'en dise Mme Royal. La ministre a annoncé un million de bornes pour recharger les voitures dans les trois ans, pourquoi pas dix millions aussi ? On sait très bien que la solution est aux mains des réseaux de distributions d'essence, des stations services ou des chaînes d'hypermarché. On aura des bornes quand les pétroliers auront jugé que le dossier est mature, que les fabricants de batteries auront trouvé une solution miracle pour stocker l'électricité.

La troisième raison porte sur la capacité de l'électrique à réduire l'émission de gaz à effet de serre. L'objectif de toute cette recherche est bien de contribuer à la réduction des pollutions. L'électrique est évidemment l'énergie la moins polluante, encore faut-il que la production d'énergie et tout le processus industriel qu'il y a en amont de la voiture ne soit pas, lui, polluant. Tant que l'énergie est de source nucléaire, le bilan est positif, mais l'énergie nucléaire suffira-t-elle seule à satisfaire tous les besoins nouveaux en électricité ? Pour l'instant, rien n'est moins sûr. Avant de s'engager dans des investissements colossaux, les constructeurs veulent avoir un bilan carbone global de toute la chaîne d'énergie qui permet d'alimenter les voitures.

Pour toutes ces raisons, la voiture électrique qui fait fantasmer les responsables politiques parce qu'ils pensent que les écologistes voteront bien ne se développera pas aussi vite que Mme Royal le dit. L'usage de la voiture électrique sera toujours assez limité dans son rayon d'action (entre 200 et 400 km) et dans sa cible de clientèle. La Tesla, qui est sans doute la voiture la plus sophistiquée sur le marché de l'électrique vaut quand même la bagatelle de 120 000 euros. On est loin de la voiture de monsieur "Toutlemonde" dont parle Mme Royal. Et d'ailleurs la Tesla a du succès pour d'autres innovations que l'électrique. Elle parie sur l'autre révolution.

La vraie révolution est ailleurs. A coté de la voiture électrique, la voiture connectée est évidemment appelée, elle, à un avenir beaucoup plus brillant. Le marché devrait tripler en 5 ans selon les études effectuées par PWC et diffusées au Mondial.

Il faut dire que les performances des services digitaux embarqués dans les voitures sont autrement plus bluffants que les moteurs électriques non polluants.

La mobilité connectée n'est pour l'instant offerte que sur des véhicules haut de gamme, plus de 50 000 euros, mais selon PWC le marché devrait exploser dans les 5 ans (ce qui ne sera pas le cas de l'électrique).

Le haut de gamme représente actuellement 65% des voitures connectées, soit 33 milliards de dollars dans le monde. Mais d'ici 2022, les solutions connectées seront portées en majorité par des véhicules grands publics (entre 10 000 et 50 000 euros).

Tous les systèmes de conduite sont déjà installés ou expérimentés dans la plupart des voitures. Toutes les voitures ont, ou pourraient avoir, une connexion qui donne au conducteur accès au maximum d'informations, état des routes et du trafic, météo et services etc...

Les hauts de gamme possèdent des systèmes qui leur assurent déjà une autonomie partielle pour se garer, ou pour reculer, ou pour circuler la nuit, ou sur autoroute.

La vraie révolution sera donc la diffusion des voitures autonomes, celles qui se piloteront toute seules avec des capteurs, des systèmes informatiques embarqués et connectées. La voiture sera programmée pour aller à une destination qu'on lui aura indiquée.

Tout le monde travaille à cette prochaine étape qui va bouleverser beaucoup de choses :

D'abord, la chaîne de valeur dans la construction automobile. Qui va construire les voitures de demain ? Les constructeurs qui passeront des accords avec les industriels du digital, ou les stars mondiales de l'Internet qui annexeront des industriels. En bref, si le conducteur de voiture lâche le volant, qui tiendra la main du marché, Renault, Google, Tesla, tout est possible, mais ça va aller très vite. Ensuite, autre changement, les infrastructures routes et autoroutes. Il ne s'agit pas de construire des sites propres, comme pour le tramway aujourd'hui, mais il faudra aménager les voies de circulation.

Enfin, il faudra aménager la règlementation, le code de la route, les assurances, car, qui sera responsable de quoi en cas de "bug ou d'accident". 

Ce qui est frappant actuellement c'est le retard pris par les responsables politiques dans la compréhension et la gestion de cette mutation. Ils se sont déjà fait prendre de vitesse par l'ubérisation de la société. La connectivité et l'autonomie vont une fois de plus les dépasser.

Les constructeurs automobiles sont au taquet, les Google, les Facebook, les Apple ont mobilisé tous leurs services de recherches... Les clients montrent un appétit de folie pour ces nouvelles technologies... Et pendant ce temps là, que font nos hommes politiques ? Et bien, ils s'interrogent pour savoir si nous descendons réellement des Gaulois et si les femmes sur les plages peuvent se baigner en burkini.

C'est important certes, mais ça n'est pas forcement le sujet de préoccupation majeur à la veille d'un quinquennat nouveau. Le sujet est comment on assume la modernité et comment on en profite pour le bien de tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 03/10/2016 - 11:52
La vraie question c'est la valeur à la revente !
Car c’est cela qui dirigera le marché. Combien un tel joujou perd de valeur après un an ? Qui voudra acheter une bagnole électrique en seconde main avec des batteries pourries ?
Deneziere
- 03/10/2016 - 09:23
Je ne voudrais pas vous décevoir Monsieur Sylvestre
Avec un salaire médian à 1600 € (quand on a un boulot...), notre problème ce n'est pas le choix entre le connecté et l'électrique. Ca, c'est un choix de Ségo-bobo. Nous notre problème, c'est de faire durer notre Clio diesel le plus longtemps possible, parce qu'on n'a pas les moyens de racheter derrière. On va éventuellement prendre une appli pour voir s'il n'y a pas trop de monde au P+R. P+R, parce que, vous comprenez, on vit à 80 bornes d'ici, où le logement est abordable, et les hidalgo-bobos ont supprimé le droit de cité à nos autos soi-disant polluantes.
Mais bon, en théorie votre papier est intéressant, je suis d'accord.
Ah oui, j'oubliais : je descends des gaulois, j'en suis toujours un, et je conchie le burkini.
Carlsag
- 03/10/2016 - 08:45
abc
"...Il est étonnant que des ministres, aussi intelligents soient-ils, n'ont pas encore compris.."
Pourquoi pense t'on qu'un ancien énarque est nécessairement très intelligent N'importe quel médecin généraliste a fait des études plus complexes et plus longues qu'un ancien énarque N'importe quel ingénieur de haut niveau est largement plus fûté que le meilleur des politique fusse t'il ancien énarque