En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 1 min 9 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 9 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 34 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 44 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 58 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 30 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 37 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 38 min 27 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 20 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 16 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 47 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 59 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 32 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 48 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 8 min
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon a décidé de faire cavalier seul alors que Pierre Laurent souhaite, pour sa part, discuter avec Cécile Duflot et la gauche du PS afin qu'il n'y ait qu'un seul candidat à la gauche de François Hollande.
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon a décidé de faire cavalier seul alors que Pierre Laurent souhaite, pour sa part, discuter avec Cécile Duflot et la gauche du PS afin qu'il n'y ait qu'un seul candidat à la gauche de François Hollande.
Variation sur le même thème

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est passé de la défense du métissage à la glorification du récit national

Publié le 30 septembre 2016
En défendant les propos de l'ancien chef de l'Etat sur "nos ancêtres les Gaulois", le président du Parti de gauche tente de s'imposer au milieu du dialogue Sarkozy/Hollande mais vise, peut-être aussi, une nouvelle cible électorale.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En défendant les propos de l'ancien chef de l'Etat sur "nos ancêtres les Gaulois", le président du Parti de gauche tente de s'imposer au milieu du dialogue Sarkozy/Hollande mais vise, peut-être aussi, une nouvelle cible électorale.

L'heure n'était déjà pas au grand amour. Entre le NPA, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, les relations étaient plus que tendues depuis des mois et l'orage ne demandait qu'à exploser. C'est chose faite depuis que l'ancien candidat à la présidentielle a développé, lors d'un déplacement à Boulogne mardi, sa pensée sur un sujet à la mode mais hautement clivant, à droite comme à gauche : l'identité.

 

"L'histoire des Gaulois de Nicolas Sarkozy n'est pas dénuée de sens. Pourquoi faudrait-il aboyer en cadence, quoi qu'il dise ? Moi, je ne veux pas d'une ethnicisation gauloise du débat. Mais oui, je dis que nous sommes les filles et les fils des Lumières et de la grande Révolution ! À partir du moment où l'on est français, on adopte le récit national". Coup de grisou à la gauche de la gauche, où soutenir Nicolas Sarkozy est déjà dur à avaler mais surtout où l'on n'a pas la même vision du récit national.

 

"La surenchère identitaire d'une partie de la droite est un danger pour notre démocratie. Le rappel historique de ce qui s'est déjà produit dans les années 1930 devrait davantage être réfléchi, discuté et débattu de manière 'solide'", plaide Olivier Dartigolles, le porte-parole du Parti communiste. Il y a quelques jours, Olivier Besancenot mettait déjà en garde contre une dérive du débat lancé par Jean-Luc Mélenchon : "il nous a fait des grandes sorties au début sur le souverainisme économique au nom de la lutte, nécessaire par ailleurs, contre les institutions européennes", rappelle l'ancien candidat à la présidentielle de la LCR. "À la fin, tu en viens à bafouiller sur la liberté de circulation et d'installation. Et puis, à la fin, tu en viens à dire que tu n'es pas pour la liberté d'installation. Tout ça, je l'analyse comme des grands sujets de régression politique pour la gauche radicale", conclut Olivier Besancenot. Volée de bois vert.

 

Il faut dire que la lutte est acharnée en vue de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a décidé de faire cavalier seul alors que Pierre Laurent souhaite, pour sa part, discuter avec Cécile Duflot et la gauche du PS afin qu'il n'y ait qu'un seul candidat à la gauche de François Hollande, accusant Jean-Luc Mélenchon de présidentialisme exacerbé. Cette polémique vient donc sur fond d’intérêts divergents. Mais si les cadres de la gauche de la gauche s'en prennent aussi frontalement à Jean-Luc Mélenchon, c'est aussi parce que ce dernier soulève une vieille polémique, remet à jour une fracture qui divise encore aujourd’hui la famille entre communistes profondément laïcs et pas franchement pro-immigration et une extrême-gauche multiculturaliste qui pensent les immigrés comme les nouveaux prolétaires.

 

Jean-Luc Mélenchon semblait, jusqu'alors, à la jonction entre ces deux familles. En 2012, en meeting sur la plage du Prado à Marseille, il lançait : "Notre chance, c'est le métissage" et saluait "arabes et berbères" par qui sont venus en Europe "la science, les mathématiques ou la médecine" au temps où "l'obscurantisme jetait à terre l'esprit humain". Pour quelle raison Jean-Luc Mélenchon, dont le directeur de campagne disait en 2012 "Dans une société médiatique, quel est le sujet dont on va parler et reparler sans cesse ? Nous, on veut que ce soit la redistribution des richesses. On veut mettre la question au cœur du débat, c’est une bataille culturelle", ravive-t-il le débat sur l'identité ?

 

Sans doute est-ce une manière pour lui de se hisser au niveau de Nicolas Sarkozy, de lui répondre comme s'il devait l’affronter au second tour de la présidentielle, disputant ainsi le leadership à François Hollande. Mais il entend aussi attirer à lui de nouveaux électeurs. Des électeurs partis vers le Front national par exemple ? Il ne lui a sans doute pas échappé qu'en 2012, après son discours de la plage du Prado, les sondages, en pleine ascension alors, se sont mis à baisser. Relation de cause à effet ? C’est bien difficile à dire. Mais Jean-Luc Mélenchon en a peut-être tiré une leçon et tente aujourd’hui de corriger le tir.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOUDDHISTE SARKOZYSTE
- 01/10/2016 - 13:22
Le tribun des Alpes !!!!
Encore une preuve vivante de la médiocrité de ce barnum mediatico politique !!!! Pourquoi donner la parole à ce "pue de la gueule trotskyste" ce n'est qu'un petit prof socialo mégalo! Il se croit ou cet abruti avec ses discours d'un autre âge, devant une classe de terminale !!!! Aucune cohérence entre ses paroles et ses actes !!!!! , après de pathétiques shows inspirés par son copain venezuelien Maduro il n'hésite pas a se rincer le gosier avec des grands crus aux frais de la princesse chez Maxims avec son copain Luchini et en plus monsieur voyage en classe affaires !!!! Nous ne sommes plus en democratie mais en lobotomocratie post sovietique !!!! Triste France et après on s'étonne que les gens ne votent plus ou front national !!!! On veux des politiques qui soient de rigoureux gestionnaires de largent public pas des bonimenteurs megalomanes attardés !!
Ganesha
- 01/10/2016 - 09:38
Les 200 familles
Aussi bien Nicolas Sarkozy que François Hollande nous ont démontré pendant leur quinquennats qu'ils étaient au service exclusif de quelques centaines de milliardaires et des patrons des 40 plus grandes entreprises françaises. Et il y a une excellente raison à cela : ce sont eux qui financent leurs campagnes électorales. Il y a dû y avoir aussi quelques rétro-commissions sur des comptes étrangers pour les 40 milliards offerts en cadeau à m.Gattaz par le CICE. On attend toujours le million d'emplois promis... Par contre, les millions de petits entrepreneurs sont écrasés sous les impôts, taxes et régimes sociaux démentiels.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 01/10/2016 - 01:19
Ganesha nous fait une irruption de boutons....
Une sorte d'acnée juvénile qui le rend nerveux et agressif....Il s'en prend maintenant aux patrons. Ce grand garçon n'a pas encore compris que quand il n'y a plus de patron, il n'y a plus d'emploi, et surtout plus rien pour payer ses amis fonctionnaires.
Mais je ne suis pas inquiet, la réflexion viendra avec la maturité....