En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon a décidé de faire cavalier seul alors que Pierre Laurent souhaite, pour sa part, discuter avec Cécile Duflot et la gauche du PS afin qu'il n'y ait qu'un seul candidat à la gauche de François Hollande.
Variation sur le même thème
Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est passé de la défense du métissage à la glorification du récit national
Publié le 30 septembre 2016
En défendant les propos de l'ancien chef de l'Etat sur "nos ancêtres les Gaulois", le président du Parti de gauche tente de s'imposer au milieu du dialogue Sarkozy/Hollande mais vise, peut-être aussi, une nouvelle cible électorale.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En défendant les propos de l'ancien chef de l'Etat sur "nos ancêtres les Gaulois", le président du Parti de gauche tente de s'imposer au milieu du dialogue Sarkozy/Hollande mais vise, peut-être aussi, une nouvelle cible électorale.

L'heure n'était déjà pas au grand amour. Entre le NPA, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, les relations étaient plus que tendues depuis des mois et l'orage ne demandait qu'à exploser. C'est chose faite depuis que l'ancien candidat à la présidentielle a développé, lors d'un déplacement à Boulogne mardi, sa pensée sur un sujet à la mode mais hautement clivant, à droite comme à gauche : l'identité.

 

"L'histoire des Gaulois de Nicolas Sarkozy n'est pas dénuée de sens. Pourquoi faudrait-il aboyer en cadence, quoi qu'il dise ? Moi, je ne veux pas d'une ethnicisation gauloise du débat. Mais oui, je dis que nous sommes les filles et les fils des Lumières et de la grande Révolution ! À partir du moment où l'on est français, on adopte le récit national". Coup de grisou à la gauche de la gauche, où soutenir Nicolas Sarkozy est déjà dur à avaler mais surtout où l'on n'a pas la même vision du récit national.

 

"La surenchère identitaire d'une partie de la droite est un danger pour notre démocratie. Le rappel historique de ce qui s'est déjà produit dans les années 1930 devrait davantage être réfléchi, discuté et débattu de manière 'solide'", plaide Olivier Dartigolles, le porte-parole du Parti communiste. Il y a quelques jours, Olivier Besancenot mettait déjà en garde contre une dérive du débat lancé par Jean-Luc Mélenchon : "il nous a fait des grandes sorties au début sur le souverainisme économique au nom de la lutte, nécessaire par ailleurs, contre les institutions européennes", rappelle l'ancien candidat à la présidentielle de la LCR. "À la fin, tu en viens à bafouiller sur la liberté de circulation et d'installation. Et puis, à la fin, tu en viens à dire que tu n'es pas pour la liberté d'installation. Tout ça, je l'analyse comme des grands sujets de régression politique pour la gauche radicale", conclut Olivier Besancenot. Volée de bois vert.

 

Il faut dire que la lutte est acharnée en vue de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a décidé de faire cavalier seul alors que Pierre Laurent souhaite, pour sa part, discuter avec Cécile Duflot et la gauche du PS afin qu'il n'y ait qu'un seul candidat à la gauche de François Hollande, accusant Jean-Luc Mélenchon de présidentialisme exacerbé. Cette polémique vient donc sur fond d’intérêts divergents. Mais si les cadres de la gauche de la gauche s'en prennent aussi frontalement à Jean-Luc Mélenchon, c'est aussi parce que ce dernier soulève une vieille polémique, remet à jour une fracture qui divise encore aujourd’hui la famille entre communistes profondément laïcs et pas franchement pro-immigration et une extrême-gauche multiculturaliste qui pensent les immigrés comme les nouveaux prolétaires.

 

Jean-Luc Mélenchon semblait, jusqu'alors, à la jonction entre ces deux familles. En 2012, en meeting sur la plage du Prado à Marseille, il lançait : "Notre chance, c'est le métissage" et saluait "arabes et berbères" par qui sont venus en Europe "la science, les mathématiques ou la médecine" au temps où "l'obscurantisme jetait à terre l'esprit humain". Pour quelle raison Jean-Luc Mélenchon, dont le directeur de campagne disait en 2012 "Dans une société médiatique, quel est le sujet dont on va parler et reparler sans cesse ? Nous, on veut que ce soit la redistribution des richesses. On veut mettre la question au cœur du débat, c’est une bataille culturelle", ravive-t-il le débat sur l'identité ?

 

Sans doute est-ce une manière pour lui de se hisser au niveau de Nicolas Sarkozy, de lui répondre comme s'il devait l’affronter au second tour de la présidentielle, disputant ainsi le leadership à François Hollande. Mais il entend aussi attirer à lui de nouveaux électeurs. Des électeurs partis vers le Front national par exemple ? Il ne lui a sans doute pas échappé qu'en 2012, après son discours de la plage du Prado, les sondages, en pleine ascension alors, se sont mis à baisser. Relation de cause à effet ? C’est bien difficile à dire. Mais Jean-Luc Mélenchon en a peut-être tiré une leçon et tente aujourd’hui de corriger le tir.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOUDDHISTE SARKOZYSTE
- 01/10/2016 - 13:22
Le tribun des Alpes !!!!
Encore une preuve vivante de la médiocrité de ce barnum mediatico politique !!!! Pourquoi donner la parole à ce "pue de la gueule trotskyste" ce n'est qu'un petit prof socialo mégalo! Il se croit ou cet abruti avec ses discours d'un autre âge, devant une classe de terminale !!!! Aucune cohérence entre ses paroles et ses actes !!!!! , après de pathétiques shows inspirés par son copain venezuelien Maduro il n'hésite pas a se rincer le gosier avec des grands crus aux frais de la princesse chez Maxims avec son copain Luchini et en plus monsieur voyage en classe affaires !!!! Nous ne sommes plus en democratie mais en lobotomocratie post sovietique !!!! Triste France et après on s'étonne que les gens ne votent plus ou front national !!!! On veux des politiques qui soient de rigoureux gestionnaires de largent public pas des bonimenteurs megalomanes attardés !!
Ganesha
- 01/10/2016 - 09:38
Les 200 familles
Aussi bien Nicolas Sarkozy que François Hollande nous ont démontré pendant leur quinquennats qu'ils étaient au service exclusif de quelques centaines de milliardaires et des patrons des 40 plus grandes entreprises françaises. Et il y a une excellente raison à cela : ce sont eux qui financent leurs campagnes électorales. Il y a dû y avoir aussi quelques rétro-commissions sur des comptes étrangers pour les 40 milliards offerts en cadeau à m.Gattaz par le CICE. On attend toujours le million d'emplois promis... Par contre, les millions de petits entrepreneurs sont écrasés sous les impôts, taxes et régimes sociaux démentiels.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 01/10/2016 - 01:19
Ganesha nous fait une irruption de boutons....
Une sorte d'acnée juvénile qui le rend nerveux et agressif....Il s'en prend maintenant aux patrons. Ce grand garçon n'a pas encore compris que quand il n'y a plus de patron, il n'y a plus d'emploi, et surtout plus rien pour payer ses amis fonctionnaires.
Mais je ne suis pas inquiet, la réflexion viendra avec la maturité....