En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 4 heures 37 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 6 heures 5 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 16 heures 11 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 16 heures 28 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 5 heures 22 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 14 heures 10 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 14 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 15 heures 10 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 15 heures 27 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 16 heures 16 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 16 heures 29 min
© Capture YouTube (CorridorDigital)
De nombreux pays cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites.
© Capture YouTube (CorridorDigital)
De nombreux pays cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites.
Star Wars

La guerre des satellites, le nouveau champ de bataille des nations

Publié le 30 septembre 2016
Le retour de la course à l'espace est plus fort que jamais, et laisse présager une sérieuse concurrence à coup de millions au-dessus de nos têtes. L'enjeu central : placer le satellite de son pays avant celui de son voisin mondial.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le retour de la course à l'espace est plus fort que jamais, et laisse présager une sérieuse concurrence à coup de millions au-dessus de nos têtes. L'enjeu central : placer le satellite de son pays avant celui de son voisin mondial.

Atlantico : Aujourd'hui, le renouveau de la conquête spatiale permet de relancer la production et l'envoi de satellites en masse dans l'espace. Le milliardaire et entrepreneur britannique Richard Branson compte ainsi envoyer une "constellation" de plusieurs centaines de satellites dans le ciel et il n'est pas le seul. De nombreuses nouvelles nations semblent intéressées par l'aventure : Turquie, Israël, Brésil, Inde... Quelle ampleur pourrait prendre ce retour de la course à l'espace ?

Olivier Sanguy : Plus qu’un retour de la course à l’espace, il s’agit d’une nouvelle ère qui se profile. En effet, de nombreux pays, dont ceux que vous citez, cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites. Mais là, il s’agit de disposer d’une indépendance spatiale "classique" qui consiste à permettre à un pays d’accéder à l’orbite par ses propres moyens ainsi que de maîtriser les technologies de base comme les télécommunications ou l'observation de la Terre. Ce n’est pas pour rien qu’un lanceur est qualifié de vecteur de souveraineté. Si l’Europe n’avait pas Ariane 5, elle devrait demander l’autorisation à d’autres nations de lui lancer ses satellites, ce qui est inconcevable ! Pour les constellations de centaines de satellites qui sont envisagées par certaines entreprises privées, on assiste là à un effet de la miniaturisation électronique qui permet de concevoir des satellites plus petits (dizaines ou centaines de kilos) dont le grand nombre offre une nouvelle logique. Par exemple, dans les télécommunications, de telles constellations devraient apporter une téléphonie ou une connexion Web mondiale à un coût plus bas. Pour l’observation de la Terre, cela pourra aboutir à des images de la surface de notre planète renouvelées quotidiennement voire plusieurs fois par jour. Ces petits satellites peuvent être envoyés par des lanceurs plus petits censés être moins chers. C’est par exemple l’idée de Richard Branson avec son Launcher One, petit lanceur qui sera largué en altitude depuis un Boeing 747 modifié.

Une question centrale est aujourd'hui celle des risques de concurrence dans l'occupation de l'espace. Quelles sont les règles qui s'imposent aujourd'hui dans les espaces extra-atmosphériques ? Sont-elles suffisamment adaptées aujourd'hui ? Ne risque-t-on pas de voir se développer de véritables tensions dans les années à venir ?

L’UIT (Union Internationale des Télécommunications), agence des Nations Unies, gère la place des satellites sur orbite et les fréquences radio afin d’éviter les interférences. Les tensions existent certes, mais dans ce domaine, c’est la règle du "premier arrivé premier servi" qui s’impose. L’opérateur qui aura mis en service une constellation efficace et rentable économiquement utilisera donc les fréquences radio et orbites attribuées par l’UIT. Il ne faut pas oublier qu’il y a quand même de la place là-haut. Celui des fréquences radio est peut-être plus serré.

Un point noir important dans cette histoire est la question des déchets et restes d'anciens satellites présents en orbite. Comment compte-t-on s'en occuper ? Qui en a la responsabilité ? Doit-on craindre l'entrée du secteur privé (SpaceX, Virgin...) sur ce point, moins à même de se sentir responsable des dangers géopolitiques auxquels ils sont confrontés ?

La responsabilité est normalement celle de l’État où a eu lieu le lancement. Chaque État doit se doter de règles visant à contrôler les activités spatiales menées depuis son territoire. Les agences spatiales et les opérateurs privés sont de plus désormais sensibilisés au problème des déchets orbitaux. À ce titre, les "bonnes pratiques" s’imposent de plus en plus. Cela consiste à concevoir les lanceurs afin qu’ils n’ajoutent pas de débris lors de leur mission ou de s’assurer que les satellites en fin de vie soient amenés sur des orbites dites cimetières ou volontairement consumés dans les hautes couches de l’atmosphère terrestre. On cherche donc à ne plus rajouter de pollution spatiale ou du moins bien moins qu’avant. De plus, les agences spatiales et même certaines sociétés privées réfléchissent à des engins capables de "nettoyer" l’orbite terrestre. Il faudra que ce soit rentable, c’est-à-dire que les stratégies concertées de nettoyage coûtent moins cher que les dégâts occasionnés par les débris. Certains experts estiment que cela pourrait bientôt être le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires