En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 3 heures 57 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 5 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 14 heures 2 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 22 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 4 heures 29 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 12 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 14 heures 14 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 1 heure
© Capture YouTube (CorridorDigital)
De nombreux pays cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites.
© Capture YouTube (CorridorDigital)
De nombreux pays cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites.
Star Wars

La guerre des satellites, le nouveau champ de bataille des nations

Publié le 30 septembre 2016
Le retour de la course à l'espace est plus fort que jamais, et laisse présager une sérieuse concurrence à coup de millions au-dessus de nos têtes. L'enjeu central : placer le satellite de son pays avant celui de son voisin mondial.
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le retour de la course à l'espace est plus fort que jamais, et laisse présager une sérieuse concurrence à coup de millions au-dessus de nos têtes. L'enjeu central : placer le satellite de son pays avant celui de son voisin mondial.

Atlantico : Aujourd'hui, le renouveau de la conquête spatiale permet de relancer la production et l'envoi de satellites en masse dans l'espace. Le milliardaire et entrepreneur britannique Richard Branson compte ainsi envoyer une "constellation" de plusieurs centaines de satellites dans le ciel et il n'est pas le seul. De nombreuses nouvelles nations semblent intéressées par l'aventure : Turquie, Israël, Brésil, Inde... Quelle ampleur pourrait prendre ce retour de la course à l'espace ?

Olivier Sanguy : Plus qu’un retour de la course à l’espace, il s’agit d’une nouvelle ère qui se profile. En effet, de nombreux pays, dont ceux que vous citez, cherchent à se doter de leur indépendance dans l’accès à l’espace ou l’ont déjà fait. Citons l’Inde qui dispose de lanceurs efficaces et qui fabrique ses propres satellites. Mais là, il s’agit de disposer d’une indépendance spatiale "classique" qui consiste à permettre à un pays d’accéder à l’orbite par ses propres moyens ainsi que de maîtriser les technologies de base comme les télécommunications ou l'observation de la Terre. Ce n’est pas pour rien qu’un lanceur est qualifié de vecteur de souveraineté. Si l’Europe n’avait pas Ariane 5, elle devrait demander l’autorisation à d’autres nations de lui lancer ses satellites, ce qui est inconcevable ! Pour les constellations de centaines de satellites qui sont envisagées par certaines entreprises privées, on assiste là à un effet de la miniaturisation électronique qui permet de concevoir des satellites plus petits (dizaines ou centaines de kilos) dont le grand nombre offre une nouvelle logique. Par exemple, dans les télécommunications, de telles constellations devraient apporter une téléphonie ou une connexion Web mondiale à un coût plus bas. Pour l’observation de la Terre, cela pourra aboutir à des images de la surface de notre planète renouvelées quotidiennement voire plusieurs fois par jour. Ces petits satellites peuvent être envoyés par des lanceurs plus petits censés être moins chers. C’est par exemple l’idée de Richard Branson avec son Launcher One, petit lanceur qui sera largué en altitude depuis un Boeing 747 modifié.

Une question centrale est aujourd'hui celle des risques de concurrence dans l'occupation de l'espace. Quelles sont les règles qui s'imposent aujourd'hui dans les espaces extra-atmosphériques ? Sont-elles suffisamment adaptées aujourd'hui ? Ne risque-t-on pas de voir se développer de véritables tensions dans les années à venir ?

L’UIT (Union Internationale des Télécommunications), agence des Nations Unies, gère la place des satellites sur orbite et les fréquences radio afin d’éviter les interférences. Les tensions existent certes, mais dans ce domaine, c’est la règle du "premier arrivé premier servi" qui s’impose. L’opérateur qui aura mis en service une constellation efficace et rentable économiquement utilisera donc les fréquences radio et orbites attribuées par l’UIT. Il ne faut pas oublier qu’il y a quand même de la place là-haut. Celui des fréquences radio est peut-être plus serré.

Un point noir important dans cette histoire est la question des déchets et restes d'anciens satellites présents en orbite. Comment compte-t-on s'en occuper ? Qui en a la responsabilité ? Doit-on craindre l'entrée du secteur privé (SpaceX, Virgin...) sur ce point, moins à même de se sentir responsable des dangers géopolitiques auxquels ils sont confrontés ?

La responsabilité est normalement celle de l’État où a eu lieu le lancement. Chaque État doit se doter de règles visant à contrôler les activités spatiales menées depuis son territoire. Les agences spatiales et les opérateurs privés sont de plus désormais sensibilisés au problème des déchets orbitaux. À ce titre, les "bonnes pratiques" s’imposent de plus en plus. Cela consiste à concevoir les lanceurs afin qu’ils n’ajoutent pas de débris lors de leur mission ou de s’assurer que les satellites en fin de vie soient amenés sur des orbites dites cimetières ou volontairement consumés dans les hautes couches de l’atmosphère terrestre. On cherche donc à ne plus rajouter de pollution spatiale ou du moins bien moins qu’avant. De plus, les agences spatiales et même certaines sociétés privées réfléchissent à des engins capables de "nettoyer" l’orbite terrestre. Il faudra que ce soit rentable, c’est-à-dire que les stratégies concertées de nettoyage coûtent moins cher que les dégâts occasionnés par les débris. Certains experts estiment que cela pourrait bientôt être le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires