En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 34 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 11 heures 21 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 13 heures 24 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 14 heures 15 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 17 heures 10 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 37 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 49 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 13 heures 7 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 44 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 16 heures 7 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 38 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 35 min
"Douch" froide

Douch, tortionnaire appliqué aussi bien dans sa défense que dans ses crimes

Publié le 08 février 2012
La semaine dernière, Douch a été condamné à perpétuité. Le tortionnaire en chef de la prison khmère rouge S21 n'aura pas pu en réchapper, malgré le soin apporté à ses maigres remords. Portrait d'un personnage à la fois monstrueux et raffiné.
Albert C. Querfiniec est journaliste. Il écrit pour Atlantico sous pseudonyme. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Albert C. Querfiniec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Albert C. Querfiniec est journaliste. Il écrit pour Atlantico sous pseudonyme. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine dernière, Douch a été condamné à perpétuité. Le tortionnaire en chef de la prison khmère rouge S21 n'aura pas pu en réchapper, malgré le soin apporté à ses maigres remords. Portrait d'un personnage à la fois monstrueux et raffiné.

Décidément,  les cortèges de manifestants occidentaux et les « compagnons de route » qui soutenaient bruyamment les mouvements révolutionnaires de l’ex-Indochine dans les années 1960 et 1970 n’avaient pas choisi le bon camp. L’amour les rendait aveugles.

Avec « Douch, le maître des forges de l’enfer », le cinéaste cambodgien Rithy Panh poursuit son travail de mémoire et les spectateurs gardent les yeux grands ouverts pendant une heure trois quarts sur l’une des pages les plus « exemplaires » de l’histoire du totalitarisme au XXe siècle. Le film est original dans sa forme : le bourreau khmer rouge s’exprime en un long monologue entrecoupé de quelques reconstitutions et accompagné d’images d’archives.

Il a de bons cotés, ce Douch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, professeur de mathématiques de formation. Il s’exprime d’une voix posée, douce, souvent chantante, cite en français Balzac et Alfred de Vigny et reconnait même une part de responsabilité, confiant que, parfois, il en perd le sommeil. Il recherche désormais le pardon et un peu de sérénité dans le christianisme.

Douch se met aujourd’hui à raconter et à s’expliquer avec la même application, le même sens du détail qu’il manifestait il y a trente-cinq ou quarante ans pour diriger le centre S21 de Phnom-Penh et pour rédiger ses rapports destinés à l’ « Angkar », l’organisation impersonnelle, mystérieuse et redoutée qui broyait le Cambodge dans sa mécanique de mort au nom du communisme version Mao et d’une logique implacable.

Morceaux choisis : « Le parti ne peut pas se tromper… celui que le parti a arrêté doit donc être considéré comme un ennemi […] il faut par conséquent obtenir des aveux […] Quand on interroge, il y a obligation de résultat. Tuer un innocent par erreur vaut mieux que de laisser un coupable en liberté. Si l’on hésite à torturer, cela veut dire qu’on a des sentiments individualistes ou qu’on est un intellectuel. Or ce sont les intérêts de classe et du parti qu’il faut placer au-dessus de tout car le véritable amour du peuple, c’est de donner aux prolétaires la possibilité d’exercer la dictature »

Douch va s’atteler à sa tâche avec méthode. Il nous le dit : "Depuis mon enfance, j’aime le travail bien fait. Mon écriture a toujours été impeccable. Je suis loyal. Je ne trahis pas."

« S21 », appellation codée d’un ancien collège français de Pnomh-Penh reconverti en prison et centre de torture, était l’un des 196 « bureaux de sécurité » garantissant le maillage et la surveillance du  territoire cambodgien. Sans être le plus performant (seulement au dixième rang du palmarès quant au nombre de morts : 12380 recensés et identifiés), il était l’un des mieux organisés grâce au savoir faire de Douch.

Une fois les aveux arrachés par tous les moyens (et le film évoque quelques une des techniques préconisées par Douch), les responsables du camp considéraient ce qui restait de la vie de ces détenus coupables, forcément coupables, comme de simples déchets à trier et à éliminer.

Pour sa défense, Douch invoque un contexte idéologique, le désir de rester fidèle à son mentor Son Sen (Ministre khmer rouge de la Défense) et sa propre peur de se retrouver en position d’accusé pour insuffisance de zèle révolutionnaire. Étrange personnage, à la fois banal et monstrueux, souriant et grimaçant, qui, parfois, esquive et qui, à d’autres moments, répond avec un luxe de détails. Étrange personnage capable aussi bien de faire profil bas que, à l’occasion, d'éclater d’un rire tonitruant et glaçant pour réfuter un témoignage à charge.

Les experts sont formels : Douch est sain d’esprit, intelligent, doté d’une excellente mémoire et mentalement responsable de ses actes.

Vendredi dernier, en appel, le tribunal mixte (cambodgien et international) a rendu publique sa décision : Douch, 69 ans, a été condamné à la prison à vie pour meurtres avec préméditation, tortures, crimes de guerre et crime contre l’humanité.

L’ancien «frère numéro 1» des Khmers rouges, le sinistre Pol Pot, mort en 1998 sans être inquiété outre mesure, la Justice doit désormais se prononcer sur le sort de ses plus proches collaborateurs, en particulier l’idéologue et « frère numéro 2 » Nuon Chea.

Autres accusés : de brillants produits des écoles ou universités françaises comme Khieu Samphan (ancien président du Kampuchea) et Ieng Sary (ex-ministre des Affaires étrangères et ancien membre du parti communiste français).

Ces procédures s’annoncent longues et complexes. Les autorités cambodgiennes se montrent modérément pressées. L’actuel chef du gouvernement Hun Sen (au pouvoir depuis 27 ans), lui-même ex-Khmer rouge ayant retourné sa veste juste à temps, ne tient pas à ce que les magistrats fassent preuve d’une excessive curiosité. Tant d’anciens tortionnaires se sont opportunément reconvertis !

Les minutes du procès de Douch et le film de Rithy Panh, tout comme le Musée de la Terreur à Budapest ou l’œuvre de Soljenitsyne, figureront donc au Conservatoire des Arts et métiers du communisme et de ses dérives mortifères. Les photos de ces visages – hommes, femmes et enfants – présentées dans ce film ou exposées dans l’ancien centre S21 nous hanteront durablement. Les touristes peuvent maintenant inclure dans leur programme de visites à Phnom-Penh : ils portent un numéro, ils fixent l’appareil, ils savent ce qui les attend, ils savent qu’ils vont mourir.

Restent deux questions, l’une de caractère diplomatique, l’autre de caractère anecdotique :

Pourquoi l’ONU a-t-elle si longtemps fait preuve de mansuétude à l’égard des khmers rouges et reconnu leur légitimité en tant que représentants de la population cambodgienne ?

Et pourquoi diable, Rithy Panh a-t-il éprouvé le besoin de glisser de manière fugitive et incongrue le nom de Stéphane Hessel dans son film ? Avait-il vraiment besoin de ce Grand Référent pour  justifier sa démarche de cinéaste ? Les crimes des Khmers rouges ne sont-ils pas, en eux-mêmes, suffisamment éloquents pour susciter l’indignation ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 08/02/2012 - 22:46
Douch n'est qu'une victime expiatoire bien insuffisante!
Je ne veux pas parler de la folie d'un seul homme. Douch est le seul qui a été jugé, mais il n'est pas seul responsable des trois millions de morts. Autour de lui étaient des intellectuels occidentaux, dont l'idéologie avait été apprise sur les bancs de la Sorbonne ou dans les partis "frères" occidentaux, derrière lui était toute la Chine Socialiste, et, lorsque les Khmers rouges s'emparèrent du pouvoir à Phnom Penh en avril 1975, ce fut avec la bénédiction des intellectuels de Gauche occidentaux. Ou sont ils maintenant? Pas sur le banc médiatique des accusés...
Takezo
- 08/02/2012 - 21:36
@ADD
Rappelé à l'ordre par qui ? Par la gauche ? La belle affaire !
Ce que vous ne comprenez pas, c'est qu'en matière d'obscurantisme, la France avec des gens comme vous, avec un parti comme le PS va peut-être finir par nous amener vers ce genre de folie !
Comme ce faux débat dont on entendra plus parler dans quelques jours parce qu'au fond... il n'y a rien.
La gauche a du sang sur les mains et surtout, elle est sans complexe avec ça, cela ne pose aucun souci ! Mais bon je comprends votre émoi, Pol Pot n'a sans doute lui jamais osé prononcer le mot civilisation ! Zut j'ai dit civilisation. Zut ! Encore une fois....
ADD
- 08/02/2012 - 21:26
@Vangog
C'est un peu binaire comme raisonnement.

On peut avoir une pensée pour les victime de cette idéologie inhumaine, et pour toutes les autres aussi, et condamner les propos de Guéant.

Ce n'est pas incompatible.


Douch à été arrêté, jugé et condamné. On ne peut que s'en réjouir.

Monsieur Guéant à été rappelé à l’ordre pour ses propos, on ne peut que s'en réjouir également.