En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 40 min 54 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 29 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 20 heures 11 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 23 heures 58 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 16 heures 9 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 22 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 23 heures 18 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 23 heures 52 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 1 jour 9 min
Parano

Exécutions et arrestations en série à Mossoul : quand l’Etat Islamique agit comme si la fin était proche

Publié le 24 septembre 2016
Confronté à des actes de rébellion et à la perspective de perdre le contrôle de la ville de Mossoul, l'Etat islamique multiplie les arrestations et exécutions arbitraires. Le signe que l'organisation terroriste est désespérée et affaiblie.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Confronté à des actes de rébellion et à la perspective de perdre le contrôle de la ville de Mossoul, l'Etat islamique multiplie les arrestations et exécutions arbitraires. Le signe que l'organisation terroriste est désespérée et affaiblie.

Atlantico : Au cours des derniers mois, la perspective de perdre la ville de Mossoul aurait poussé l'Etat islamique à y augmenter le nombre d'exécutions et d'arrestations. L'organisation serait par ailleurs confrontée à des manifestations de rébellion et à la volonté de certains de déserter ses rangs. Quelle est l'ampleur de la contestation de l'Etat islamique à Mossoul ? Quel est l'état psychologique de l'organisation ?

Alain Rodier : Il est totalement vrai que le Groupe Etat Islamique (GEI, Daech) a augmenté le nombre de ses "exécutions" médiatisées d’"espions" à la solde des impies. Comble de l’horreur, des enfants sont mis en scène alors que cela va à l’encontre même des textes sacrés de l’islam que Daech prétend respecter scrupuleusement. Cela relève d’une paranoïa exacerbée qui me fait penser à la fin du nazisme : les "déserteurs et défaitistes" étaient alors pendus haut et court sans jugement par les derniers fanatiques du régime, alors même que leur Führer tout puissant était tapis comme un rat au fond de son bunker berlinois. Toutefois, prenons garde aux comparaisons exagérées, la fin du IIIème Reich était une apocalypse qui dépassait considérablement en destructions et en nombre de victimes (que l’on comptait en millions) ce qui se passe aujourd’hui. Mais assassiner (le mot "exécuter" a une connotation légaliste qui ne sied pas à ce mouvement terroriste) comme le fait actuellement Daech n’est pas un signe de force mais de faiblesse. Bien qu’il veuille nous montrer qu’il ne plie pas et qu’il prépare une génération de futurs combattants qui seront encore plus fanatisés que les activistes actuels, ce ressemble à une attitude désespérée. C’est à se demander si les activistes croient encore en la "cause" salafiste-djihadiste qu’ils défendent et surtout, s’ils pensent pouvoir un jour vaincre comme leurs faciles succès de 2014-2015 l’ont laissé craindre.

Quant à la contestation au sein de la population civile et même au sein de ses propres combattants, elle reste encore à démontrer. Elle est possible mais, comme Saint Thomas, je n’en serai convaincu que lorsque des preuves tangibles seront avancées. Il ne faut pas oublier qu’en 2014, la population de Mossoul avait plutôt accueilli Daech comme un mouvement libérateur. Je sais que l’Histoire a démontré que les opinions pouvaient basculer rapidement. Exemple cruel pour notre mémoire collective : le 26 avril 1944, le maréchal Pétain qui effectuait une visite surprise à Paris était accueilli par une foule en liesse. Le 25 août de la même année et au même endroit, le général de Gaulle était salué par la population hurlant son bonheur d’être libérée. Etait-ce la même foule ? Vraisemblablement. Je ne jette pas la pierre : lors d’un conflit, les populations civiles ont le souci légitime de survivre et penchent vers les responsables qui peuvent les protéger.

Quelles sont les causes de la rébellion ? D'où viennent les difficultés de l'organisation à contrôler ses militants et les habitants de Mossoul sous son administration ?

Si rébellion il y a (ce qui reste à prouver au moment où sont écrites ces lignes), elle provient vraisemblablement du fait que Daech n’a pas tenu ses promesses quant à la gestion des affaires courantes et au fait que son côté "stalinien" doit finir pas lasser. Mais surtout, le peuple de Mossoul doit sentir que la situation est en train de changer, et pas forcément à l’avantage de Daech. Comme je l’ai dit précédemment, il ne faut pas la juger car elle tente d’abord de survivre. Si la ville est conquise, les collaborateurs seront impitoyablement pourchassés. Il est donc prudent pour ces derniers de retourner leur veste ou, ; au moins, de se faire plus discrets.

Daech manque d’effectifs combattants lui permettant de tenir les régions qu’il contrôle encore, même si elles ont diminué en taille. Selon les Américains, Daech a perdu 50% du terrain conquis en Irak et 20% en Syrie (évaluation un petit peu optimiste à mon sens). Il lui est donc difficile de contrôler étroitement ces zones, à particulier les villes importantes.

Alors que sa manne financière s'épuise, l'Etat islamique se serait lancé dans le trafic d'organes des membres de son organisation morts au combat. A quel point l'EI est-il affaibli ? 

Je sais que tout est possible dans le domaine de l’horreur et que Daech s’en est fait une spécialité. Mais, pour reprendre encore l’Histoire, méfions nous des rumeurs. En 1914, les "Boches coupaient les mains des enfants". Pour monter un trafic d’organes, il convient d’avoir une chaîne de transmissions extrêmement rapide et performante où alors faire venir les receveurs là où sont prélevés les organes. Je crois ne crois pas que cela soit possible techniquement pour Daech.

Quelle est la probabilité que l'Etat islamique perde le contrôle de la ville de Mossoul ? Alors que le Premier ministre irakien a promis que la ville serait reprise avant la fin de l'année, si l'offensive est effectivement menée, l'organisation se battra-t-elle ?

C’est la bonne question. Jusqu’à maintenant, Daech s’est montré très mobile et manoeuvrant. Son objectif est de préserver la vie de ses combattants aguerris qui ne sont pas si nombreux que cela pour tenir leur proto-Etat. Par exemple, ils n’ont pas opposé de défense farouche aux offensives lancées sur les villes reconquises en Irak ou en Syrie. Des snipers et des engins piégés étaient laissés en arrière pour retarder la progression de l’adversaire. Le gros des troupes et les familles les accompagnant se repliaient généralement sans être inquiétés par l’aviation ennemi si l’on excepte à Fallouja en juin 2016.

Que va-t’il être décidé par le commandement de Daech pour Mossoul ? C’est là tout le mystère. Les grandes manœuvres lancées par l’armée irakienne, ses milices chiites, les peshmergas kurdes, le tout soutenu par la coalition internationale sont certainement destinées à montrer à Daech qu’il ferait mieux d’évacuer la ville sans combattre. La ville de Shirqat située à une centaine de kilomètres au sud de Mossoul vient de tomber presque sans combats. L’aéroport de Qarrayah situé entre cette ville et Mossoul est aux mains des forces gouvernementales. Les Américains s’y sont installés et appellent cette base "Q-West". A noter que la France y a déployé ses canons d’artillerie (alors que le président Hollande avait annoncé devant l’Assemblée Générale de l’ONU -sublime stratégie pour tromper l’adversaire- que les canons français étaient positionnés au nord de Mossoul).

Propagande pour propagande, le GEI affirme avoir enterré ses positions, préparé des réserves en vivres et munitions qui lui permettront de tenir durant des années. Là où tout le monde serait bien embêté, c’est si la bataille devait vraiment avoir lieu. La comparaison peut être faîte avec Beyrouth des années noires. Cela a duré quinze ans (1975-1990) !

Dans quelle mesure la perte de Mossoul constituerait-elle un tournant ? Un Etat islamique contraint à la clandestinité pourrait-il s'avérer encore plus dangereux ?

Ce serait un tournant psychologique très important. Surtout, cela permettrait au gouvernement irakien d’exister. Mais ce ne serait que le début d’une guerre de reconquête qui va s’étaler dans le temps et au prix de multiples souffrances. De plus, il faudra gérer l’"après" : la reconstruction la ville et des services, la mise en place d’une administration et la gestion des populations. Des estimations laissent penser qu’il pourrait avoir une vague d’un million de réfugiés. Des camps sont en cours de montage pour pouvoir les accueillir.

Daech a déjà anticipé une défaite militaire, particulièrement en Irak. Il revient à une guerre de guérilla(1), de harcèlement et n’engage plus de matériels lourds (ce qui n’est pas encore le cas en Syrie). C’est la technique dite de la "bille de mercure" qui éclate sur le sol et se repend en une multitude de gouttelettes. Ces dernières sont toujours un poison nocif. De plus, elles peuvent parfois se réunir pour mener une opération d’envergure.

Pour terminer sur une note d’optimisme : Daech s’use peu à peu dans cette bataille. Ainsi, son "ministre de la défense", Omar al Chichani a été tué par un bombardement à Shirqat à la mi-juillet. Bien sûr, il a été remplacé mais la relève n’a peut-être pas la même qualité opérationnelle. Mais, méfions nous des "répliques", particulièrement dans le domaine du terrorisme en Irak -et ailleurs-.

1. Dans la guerre asymétrique, il y a trois niveaux en fonction de la puissance du mouvement rebelle : terrorisme – guérilla – guerre classique. Daech avait atteint le troisième niveau (sans abandonner les deux précédents). Il va redescendre au deuxième.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/09/2016 - 15:14
@geolion l'inversé Présidentiel a confondu Nord et Sud
de Mossoul...à moins que ce soit une tactique redoutable d'inversion?... Par exemple, lorsqu'il dit avoir inversé la courbe du chômage, cela signifie qu'il l'a inversée dans l'autre sens que celui communément admis et qu'il faut inverser l'inversion pour comprendre la politique socialiste...ah putain! Ce type est trop fort pour moi...et inversement!
Geolion
- 24/09/2016 - 11:37
Naïveté et vanité de Hollande !
Quand on donne publiquement (ici devant l'ONU) la position de ses propres canons dans un pays en guerre, c'est d'une stupidité hors dimension ! Car il est évident, même pour un gamin de 15 ans, que c'est pour tenter de tromper un ennemi dont j'entends les fous-rires à mille km de distance ! Hollande chef de guerre ? De la guerre des boutons oui !
vangog
- 23/09/2016 - 18:17
Comme les socialistes allemands en 1945...
ils exécutaient les déserteurs et autres pauvres hères qui tentaient désespérément d'échapper à leur guerre monstrueuse, enrôlaient les enfants et les vieillards...ça sentait déjà le bunker pour le socialiste Hitler...