Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Sans limites

L'État islamique se lance dans le trafic d'organes… avec ses propres membres

Selon le site Iraqi News, le groupe terroriste n'hésite pas à récupérer les organes vitaux de ses combattants morts ou blessés.

Les limites de la cruauté sont toujours un peu plus repoussées par les membres de l'Etat islamique. Si le groupe terroriste n'en finit plus d'inventer de nouveaux supplices contre ses opposants, il n'hésite pas non plus à profaner les cadavres de son groupe pour la cause commune. Iraqi News relaie une source anonyme affirmant qu'au moins 23 organes ont été subtilisés sur les morts ou les blessés, à l'hôpital de Ninive, dans le nord du pays.

Selon cette même source, le groupe djihadiste s'est lancé dans le trafic illégal d'organes alors que sa manne financière s'épuise. En effet, les bombardements de la coalition affaiblissement le groupe sur place tandis que la Russie a pris le contrôle de nombreux puits de pétrole dans la région. Les revenus, évalués à près de 80 millions en début d'année, ont pratiquement été divisés par deux.

De son côté, le site Al-Monitor affirme que les chefs terroristes ont engagés "des médecins étrangers" pour mener à bien ce trafic inhumain depuis l'hôpital de Mossoul, contrôlé par les djihadistes. Les organes sont alors acheminés aux pays voisins comme la Turquie ou l'Arabie Saoudite avant d'être exportés dans le monde entier.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !