En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Bibliothèque nationale de France / Wikipedia
En 1893-1894, la France est complètement paniquée par les attentats, qui visaient les institutions mais aussi la population civile.
Souvenez-vous des anarchistes !
La France a déjà survécu à une violente vague de terrorisme intérieur il y a longtemps et voilà ce que l'on peut en apprendre
Publié le 23 septembre 2016
A la fin du XIXème siècle, la IIIème République est confrontée à une vague d'attentats "anarchistes" sans précédent. Civils, chef d'Etat et ministres seront visés jusqu'à la Première Guerre mondiale. Une séquence qui donna lieu notamment aux lois scélérates, qui réprimaient la complicité intellectuelle avec l'idéologie anarchiste.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la fin du XIXème siècle, la IIIème République est confrontée à une vague d'attentats "anarchistes" sans précédent. Civils, chef d'Etat et ministres seront visés jusqu'à la Première Guerre mondiale. Une séquence qui donna lieu notamment aux lois scélérates, qui réprimaient la complicité intellectuelle avec l'idéologie anarchiste.

Atlantico : Depuis l'attaque de Mohammed Merah en mars 2012, la France est entrée dans une séquence de terrorisme où les principaux instigateurs sont nés et ont été élevés en France. Est-ce que la première fois que cela arrive dans l'histoire du pays ? A quels moments dans l'histoire de France le pays a-t-il été confronté à cette configuration de terrorisme ?

François Bernard Huyghe : Bien entendu, la France n'a pas attendu 2012 et Mohammed Merah pour voir des terroristes nés en France, disposant d'un passeport français, et pratiquant la violence spectacle. Comme aux États-Unis, la France a eu un très grand courant de terrorisme "anarchiste" à partir de 1880, devenu très sanglant à partir de 1891 où des anarchistes comme Ravachol ou encore Vaillant posaient des bombes contre des juges, des bourgeois... Ils périront tous sur l'échafaud, mais il faut réaliser que la France de 1890 jusqu'à environ la première guerre mondiale a vécu une terreur sans nom, en voyant des chefs d'État, des ministres se faire tuer et l'instabilité politique que l'on peut imaginer. Son idéologie se distinguait par son antiétatisme d'extrême gauche et anarchiste.

L'ampleur de cette vague terroriste a atteint un tel degré que la France adopte en 1893-1894 les lois scélérates, lesquelles réprimaient notamment la complicité intellectuelle avec l'anarchisme. Cette longue expérience au tournant du XXème siècle s'est terminée notamment grâce à une police extrêmement efficace, et avec l'aide de la concurrence du communisme russe, en particulier après la révolution de 1917 qui le remplace comme puissance dominante à l'extrême gauche. En effet, le communisme russe s'était largement construit en refusant l'attentat individuel. N'oublions pas que le frère de Lénine a été pendu pour terrorisme...

Mais la France a aussi connu d'autres périodes où le terrorisme était issu de son sein. Ceux des indépendantistes par exemple (ETA, Corse), des actions liées au contexte international. Les attentats ont aussi permis à leurs auteurs de créer une pression sur la France, c'est ce qu'on a appelé la diplomatie par les bombes. On se souvient de la vague du FLN, et de l'OAS, qui se sont réglées une fois leur indépendance acquise. Encore une fois la police a été très efficace. D'ailleurs nous l'avons aussi été contre Al-Qaida : après le 11 septembre, la France n'a pas connu d'équivalent de l'attentat de Madrid ou de Londres, et on en a empêché d'autres d'envergure comme celui de la cathédrale de Strasbourg).

Qu'est-ce que nous devons tirer comme expérience de ces différents épisodes, combien de temps ont-elles duré, et quelles ont été les réponses efficaces ? La proposition de Nathalie Kosciusko-Morizet visant à interdire le salafisme pourrait s'apparenter à l'intention de la loi scélérate par exemple.

Les salafistes ne passent pas forcément au terrorisme, même si je pense qu'il faut combattre le fondamentalisme.

En 1893-1894, la France est complètement paniquée par les attentats, qui visaient les institutions mais aussi la population civile. La France a donc fait adopter les lois scélérates pour réprimer le mouvement anarchiste et son apologie, mais aussi la complicité intellectuelle, c'est-à-dire les intellectuels, journalistes qui étaient complaisants envers les anarchistes. Étaient donc réprimés la presse anarchiste, très développée (certains journaux donnaient la recette de bombes…). Ces lois ont donc élargi l'horizon de la répression intellectuelle comme par exemple la "propagande par le fait".

Aujourd'hui, les débats accordent une place importante au respect de l'Etat de droit. Quelle a été la place accordée au respect des valeurs dites démocratiques ?

Tous les principes démocratiques n'ont pas forcément été respectés pour lutter contre le terrorisme… A travers l'état d'urgence, les lois scélérates… La France a connu des périodes où certaines libertés ordinaires ont été suspendues. Mais elle est toujours restée une République, aucune dictature militaire n'a jamais été mise en place.

Les groupes terroristes finissent tous un jour. Soit ils gagnent (le FLN a eu son État), soit ils se convertissent au processus démocratique (comme l'ETA ou les mouvements indépendantistes corses). Ce qui marche contre le terrorisme, c'est une bonne répression policière, et peu de lois d'exception. L'Italie par exemple est venue à bout d'un terrorisme effroyable, qui a fait plusieurs milliers de victimes, et pourtant le pouvoir a toujours été élus au suffrage universel. La présence de repentis est également très importante, tout comme des tribunaux qui fonctionnent.

Le jihadisme islamique n'existera plus en France dans 40 ans, soit parce qu'on les aura eu, soit parce que nous serons devenus un émirat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 25/09/2016 - 21:05
Je ne suis pas d'accord
Aucune comparaison entre les périodes évoquées et notre pays qui se plie régulièrement à l'islam. Le Prophete a ordonné à tous les musulmans de faire le Dhjiad et de conquérir le monde entier pour en faire un immense Califat. La France se laisse faire et en paiera le prix lourdement. N'oublions pas qu'ils ont l'obligation unique de suivre le Coran, c.-à-d l'instauration de la charia seule loi à acceptable , et la charia n'accepte pas les lois des pays qu'ils occupent en particulier en Europe. Si l'on compte comme le dit Kanner ( ministre PS) qu'il y a déjà 13 millions de musulmans, un peu moins de 20%, sans compter les sans papiers et ceux qui arrivent tous les jours, on peut être certain que leur minorité pourra repousser tous les projets à l'Assemblée qui ne leur conviennent pas. La semie démocratie que l'on connaît ne sera pas libre de ses lois. C'est très grave. N'oublions pas les DOM-TOM. Mayotte est la plus grande maternité de France et qu'il n'est pas rare qu'ils aient une dizaine d'enfants, futurs électeurs. La situation est grave et l'état ment en nous disant qu'il n'y a que 5% de musulmans ( chiffre qui ne change pas depuis des années)
zouk
- 25/09/2016 - 11:40
Anarchistes
Que nos politiciens n'ont-ils pas le courage de leurs ancêtres! Mais ceux-là n'avaient pas pour adversaires toute une presse larmoyante dans le "respect de la légalité républicaine" apanage de la gauche faible et lâche type PS.
zouk
- 25/09/2016 - 11:35
Le précedent du terrorisme anarchique
Les terroristes anarchistes n'étaient qu'une toute petite pincée, il était facile de les éliminer