En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 46 min 54 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 56 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 22 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 4 heures 1 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 44 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 20 heures 1 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 18 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Mise au point

Radioscopie des origines des demandeurs d'asile qui arrivent en France (et non, les Syriens ou les Irakiens ne forment pas du tout le groupe le plus important)

Publié le 23 septembre 2016
Alors que les derniers chiffres publiés par Eurostat confirment une nouvelle fois que le conflit syrien n'est pas la cause principale de l'afflux de demandeurs d'asile en France, Afghans, Haïtiens et Albanais trustent le "podium" des nationalités des migrants demandant l'asile français. Petite radioscopie de leur profil et motivation.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS (CERI) et docteur en science politique (Institut d'études politiques de Paris). Elle a notamment publié La question migratoire au XXIe siècle : Migrants, réfugiés et relations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Catherine Wihtol de Wenden
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS (CERI) et docteur en science politique (Institut d'études politiques de Paris). Elle a notamment publié La question migratoire au XXIe siècle : Migrants, réfugiés et relations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les derniers chiffres publiés par Eurostat confirment une nouvelle fois que le conflit syrien n'est pas la cause principale de l'afflux de demandeurs d'asile en France, Afghans, Haïtiens et Albanais trustent le "podium" des nationalités des migrants demandant l'asile français. Petite radioscopie de leur profil et motivation.

Atlantico : Selon les derniers chiffres publiés par Eurostat ce jeudi (voir ici), la nationalité la plus représentée parmi les migrants demandeurs d'asile en France au deuxième trimestre 2016 était les Afghans, suivis des Haïtiens et des Albanais. Comment expliquer cet état de fait, alors que de nombreux discours médiatiques et politiques mettent régulièrement en avant l'impact du conflit syrien au moment de parler immigration ?

Laurent Chalard : Le décalage entre la réalité et les discours médiatiques et politiques concernant la question migratoire en France témoigne juste de l’approximation dans lequel baigne le débat public depuis de nombreuses années, consécutive de l’abaissement généralisé du niveau de culture général, aussi bien parmi les journalistes que chez les hommes politiques. En effet, la plupart d’entre eux, ne faisant pas l’effort de s’informer sérieusement, finissent par s’emmêler les pinceaux, confondant, en particulier, immigrations légale et clandestine, deux choses totalement différentes. De même, au sein de l’immigration illégale, le mélange entre immigration à caractère économique clandestine et réfugiés politiques est assez fréquent. Dans ce cadre, il convient de rappeler qu’à l’heure actuelle, les principaux flux d’immigration en France, sont des flux légaux s’inscrivant dans le cadre du regroupement familial, la demande d’asile étant minoritaire, même si elle a fortement augmenté l’année dernière. Les populations originaires du Maghreb sont les plus représentées dans l’immigration issue du regroupement familial.

Concernant les primo-demandeurs d’asile au deuxième trimestre 2016, la principale caractéristique de la France par rapport aux autres pays européens est l’absence de nationalité qui domine largement (la première, les afghans, ne regroupe que 8 % de l’ensemble des primo-demandeurs), contrairement à l’Allemagne avec les syriens qui représentent 38 % des primo-demandeurs. En effet, la crise des migrants syriens n’a pas concerné directement la France car ces derniers se sont dirigés quasi exclusivement vers l’Allemagne (et les pays sur le trajet), suite aux propos d’Angela Merkel à l’été 2015, qui a décidé de tous les accueillir. La demande d’asile en France ne concerne donc guère des personnes venant de ce pays. Il n’est donc pas surprenant de voir arriver en tête d’autres nationalités, mais avec des flux modérés. Le principal flux concerne les afghans, ce qui constitue une nouveauté, car, jusqu’ici, aucun lien spécifique ne les rattachait à la France, étant très peu présents sur notre territoire, à part quelques intellectuels. Cette situation s’explique tout simplement par l’effet Calais, c’est-à-dire que parmi les nombreux migrants afghans présents dans la jungle de Calais qui cherchent à rejoindre le Royaume-Uni, certains finissent par demander l’asile politique en France, désespérant de réussir à passer outre-Manche, d’autant qu’ils sont incités à le faire par les associations d’aide aux migrants. Pour les Haïtiens, cela n’a rien de nouveau, le lien étant historiquement très fort avec la France, ce sont des demandeurs d’asile traditionnels dans les Antilles françaises et sur le continent pour les plus fortunés. Pour les albanais, c’est exactement le même processus que pour les afghans, ceux qui n’arrivent pas à passer au Royaume-Uni tentent de demander l’asile en France. 

Catherine Withol de Wenden : En ce qui concerne les Afghans, les chiffres d'Eurostat s'expliquent essentiellement par leur "retour". Ce sont surtout des gens qui n'ont trouvé ni place ni solution chez eux après la crise et qui sont repartis dans l'espoir, notamment à Calais, de retrouver leur rêve en Angleterre. La position géographique de la France dans ce face-à-face avec Calais explique donc beaucoup la présence des Afghans en France. Cette situation est liée à un conflit ancien, mais qui perdure car étant donné que les réinstallations n'ont pas donné beaucoup de résultats, certains qui étaient repartis sont revenus, et d'autres quittent l'Afghanistan pour la première fois et se retrouvent en France, point de passage vers le Royaume-Uni. On sait que beaucoup ne parviendront pas en Angleterre, donc on essaye alors de les convaincre de demander l'asile en France – surtout quand ils sont jeunes –, c'est même obligatoire en pratique selon les accords de Dublin : c'est là qu'ils ont mis le pied, c'est donc là qu'ils doivent être candidats à l'asile.  

Pour ce qui est des Haïtiens, c'est assez compréhensible. Ils sont francophones, assez bien scolarisés pour la plupart, et considèrent donc qu'ils ont leur place en France. Compte tenu de la non-stabilisation de la situation politique dans le pays, on a toujours un volet de Haïtiens qui partent vers la France. Ce n'est pas très surprenant.

Le cas des Albanais est déjà plus étonnant. S'agit-il de Roms ? S'agit-il de gens qui étaient en situation de mobilité, qui étaient allés vers l'Italie ou la Grèce et qui ont des difficultés aujourd'hui (surtout pour la Grèce) ? En tout état de cause, la crise des Balkans et celle du Kosovo (non résolue complètement) sont passées par là.

Dans tous les cas, au vu des faibles possibilités économiques dans ces pays, il s'agit de flux mixtes : des demandeurs d'asile d'une part, des migrants qui viennent pour trouver du travail d'autre part. Tout cela "noie" quelque peu la visibilité de la crise syrienne, sachant que les Syriens vont, eux, très majoritairement en Allemagne.

D'un point de vue géographique, sait-on où ces demandeurs d'asile s'installent en France (villes, campagnes, quartiers…) ?

Laurent Chalard : Bien évidemment, il n’existe pas de données officielles détaillées diffusées au public sur la localisation précise des demandeurs d’asile. Cependant, du fait de l’existence de deux types principaux de demandeurs d’asile, on peut en déduire les logiques de leur localisation géographique. Il y a ceux qui résident dans des camps de fortune, dont le plus grand est celui de la jungle de Calais, camp de transit vers le Royaume-Uni, et ceux qui sont logés par des membres de leur famille et ou des amis déjà présents sur le territoire français, qui, pour la majorité d’entre eux, résident dans les grandes métropoles, là où se trouve déjà des congénères et où les possibilités de trouver un emploi sont les plus importantes.

Catherine Wihtol de Wenden : Une cartographie des réinstallations avait été diffusée récemment. Un certain nombre sont effectivement allés à Calais (surtout des jeunes, des hommes, avec l'espoir de traverser la Manche). Mais les familles ont parfois été convaincues de rester et de se réinstaller sur tout le territoire français, ce qui est la règle selon Dublin II ("One stop, one shop"). Tout un plan de réinstallation des migrants a été mis en place par le ministère de l'Intérieur, en privilégiant des zones peu occupées où l'on dispose de plus de places pour les accueillir dans de meilleures conditions, surtout pour les familles. On peut citer ici l'Auvergne, le Massif central, le Sud-Ouest, la Normandie, la Bretagne, etc.

Que sait-on au juste, outre leur nationalité, de ces demandeurs d'asile en France (âge, activité pratiquée dans leur pays d'origine, durée de présence sur le territoire français…) ?

Catherine Withol de Wenden : C'est très variable selon les nationalités.

Chez les Syriens, nous avons plutôt des familles, des gens un peu plus âgés qui viennent avec leurs enfants et parfois même leurs parents. Ce sont des petites classes moyennes, les plus fortunés étant déjà partis depuis longtemps aux États-Unis, en France ou dans d'autres pays européens. Ceux qui se sont retrouvés piégés dans les conflits actuels ne sont pas les plus pauvres (restés chez eux ou en Turquie), mais appartiennent plutôt à la petite classe moyenne bien scolarisée : commerçants, personnel administratif, métiers intermédiaires, etc.

Les Albanais trouvent souvent du travail dans le bâtiment ou l'agriculture et sont moins bien scolarisés.

Les Haïtiens, quant à eux, représentent plutôt une assez forte élite intellectuelle. Ce sont des gens qui ont un très bon bagage scolaire et parfois universitaire.

En ce qui concerne l'âge, on observe que les Syriens sont plus âgés que les Afghans par exemple, ces derniers ayant surtout le profil de jeunes garçons seuls qui traversent – parfois à pied – l'Europe dans une sorte d'odyssée moderne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Aghir
- 27/09/2016 - 16:28
Donc,
l'AAllemagne s'est biensûr servie dans la main d'oeuvre qualifiée Syrienne, nous laissant la lie de l'humanité! Quant aux associations, il serait temps qu'elles se calment et que les mairies cessent de les subventionner : la France n'a pas vocation à voir sa population payer des impôts afin que ceux-ci servent à entretenir des hommes incapables de rester dans leur pays pour défendre les leurs.....
Beredan
- 24/09/2016 - 11:06
Au paradis des allocs...
Ya pas de boulot , que de la repentance . Aussi les véritables réfugiés formés , techniciens , ingénieurs choisissent l'Allemagne , l'Autriche , le Royaume-Uni...
On ne récupère que les oisifs , les danseurs , les marabouts , les joueurs de bonneteau et les rois de la 'manche'... On ne mérite pas mieux.
hmrmon
- 24/09/2016 - 03:56
Radioscopie du flux migratoire actuel.
Le problème de nos jours c'est qu'on ne plus être "riche" discrètement, avec tous ces médias qui montrent notre aisance dans les coins les plus reculés du globe. Moralité, nous attirons la misère du monde, comme la lumière les papillons. En plus, cerise sur le sunday, celle-ci démographiquement parlant s'accroît à la vitesse grand V, augmentant chaque jour la pression à nos portes,celle-ci sachant aussi,qu'elle peut compter sur notre mauvaise conscience, sacré levier, faut le dire, pour ouvrir toutes grandes nos portes..