En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 50 min 4 sec
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 2 heures 6 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 2 heures 41 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 3 heures 47 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 4 heures 38 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 22 heures 3 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 1 jour 1 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 1 heure 4 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 2 heures 23 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 21 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 22 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 23 heures 25 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Or noir

Nous recherchons beaucoup moins "pic pétrolier" sur Google qu'avant, et ça en dit long sur le succès du pétrole de schiste

Publié le 13 septembre 2016
L'observation des courbes de recherches de "pic pétrolier" et "trop de pétrole" sur Google érige un constat : nous n'avons plus peur d'une hausse des prix soudaine du baril de pétrole. Pour cause, nous possédons bien plus de pétrole maintenant qu'il y a quelques années.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'observation des courbes de recherches de "pic pétrolier" et "trop de pétrole" sur Google érige un constat : nous n'avons plus peur d'une hausse des prix soudaine du baril de pétrole. Pour cause, nous possédons bien plus de pétrole maintenant qu'il y a quelques années.

Google Trends est un excellent outil pour se rendre compte des préoccupations des internautes, et plus largement des populations. Grâce à des graphiques, il est possible de mesurer le succès d'un sujet quelconque en fonction du nombre de fois que le mot-clé associé a été recherché sur Google.

"Trop de pétrole" plus populaire que "pic pétrolier"

Et la dernière analyse proposée par la société de gestion d'actifs AllianceBernstein est éloquente, remarque le média Bloomberg Market : nous recherchons bien moins "pic pétrolier" qu'il y a quelques années, quand le prix du baril battait des records. Mieux encore : les recherches répondant au mot-clé "trop de pétrole" sont depuis 2015 plus nombreuses que celles  associées à "pic pétrolier". Un indicateur qui témoigne parfaitement de l'abondance de pétrole actuelle, de l'importance du facteur argent dans nos préoccupations et de notre vision à court-terme de la question énergétique.

Alors que le troisième choc pétrolier, provoqué par l'invasion de l'Irak par les États-Unis dès 2003, avait été suivi d'un record historique du prix du baril de pétrole en 2008 – celui-ci s'élevant à près de 150 dollars (133 euros), on l'estime aujourd'hui à 45 dollars (40 euros). Une baisse des prix significative qui s'explique notamment par la toute jeune exploitation du pétrole de schiste, bien moins coûteuse. Alors que selon la oil pick") se calquent par ailleurs sur celles des fluctuations de prix du baril. Le mot-clé en question est devenu si peu recherché sur Google que l'on recense davantage de requêtes pour "trop de pétrole" ("too much oil"). Une statistique qui montre à quel point nous sommes concernés par l'argent et notre pouvoir d'achat, mais surtout par ce que les analystes Oswald Clint et Mark Tabrett, interrogés par Business Market, appellent le "court-termisme" : "Alors que l'intérêt pour ce pic d'approvisionnement en pétrole de schiste est à son comble, l'intérêt pour ce vieux souci qu'était le 'pic pétrolier' a quasiment disparu depuis le milieu des années 2000. Quand il s'agit du marché du pétrole, c'est le 'court-termisme' qui prime. Selon les statistiques présentées par Google Trends, c'est une évidence".

Un exemple type donc, de la manie destructrice dont l'homme fait preuve dans pratiquement tout ce qu'il entreprend. Faire primer le profit peu importe la situation, quitte à mener son fournisseur, la Terre, à sa perte. Et tant que les prix nous resteront avantageux, nous demeurerons  malheureusement complices de l'exploitation abusive de notre planète. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 14/09/2016 - 07:43
Les " spécialistes" annonçaient en 1973
Que le monde n'aurait plus de pétrole que pour 10 à 15 ans. On n'en a jamais consommé autant et les réserves sont excédentaire, " messieurs les spécialistes".