En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 6 heures 37 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 9 heures 57 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 13 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 19 heures 17 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 11 heures 43 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 heures 8 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 13 heures 54 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 14 heures 50 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 19 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Rien vu, rien entendu : Alstom ou le dossier que Macron avait mis sous le tapis, François Hollande et Manuel Valls n’ont qu’une solution, faire payer le contribuable

Publié le 14 septembre 2016
Alstom annonce la fermeture de son site de production belfortin. Une fois de plus, l’Etat actionnaire est mis au pilori de n’avoir pas su intervenir dans une entreprise où il détient 20%des droits de vote. Une fois de plus, l'Etat apporte la preuve qu'il est un piètre gestionnaire, ou pire un actionnaire inutile.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alstom annonce la fermeture de son site de production belfortin. Une fois de plus, l’Etat actionnaire est mis au pilori de n’avoir pas su intervenir dans une entreprise où il détient 20%des droits de vote. Une fois de plus, l'Etat apporte la preuve qu'il est un piètre gestionnaire, ou pire un actionnaire inutile.

Pour Emmanuel Macron, les ennuis commencent. Pour François Hollande, c'est une nouvelle casserole, un cadeau empoissonné qui rappelle étrangement l'affaire Florange du début de son quinquennat. François Hollande et Manuel Valls ne peuvent pas faire grand chose alors qu'ils ont une forte participation au capital. Ils peuvent tout au plus booster les commandes publiques, au mépris des règles de la concurrence et à condition de faire payer la SNCF, c'est-à-dire les voyageurs ou les contribuables. 

Dans cette affaire Alstom, l'ex-ministre de l’Economie et futur candidat à l'élection présidentielle est évidemment vu comme le coupable idéal, fustigé par une unanimité politique. Il faut dire qu'il avait lancé la promesse, lorsqu'il s'était déplacé il y a un an sur les chantiers du géant ferroviaire, de tout faire pour sauver les emplois et l'usine.

Pourtant, affirme-t-il, il n'a rien vu venir. Et ses anciens collègues du gouvernement de se précipiter aux micros des journalistes pour dénoncer l'attitude désinvolte de l'ancien ministre envers ce dossier, en l'accusant de l'avoir laissé de côté.

Car en tant que ministre de l’Economie, il était le garant du gigantesque portefeuille des participations de l’Etat, dont Alstom faisait partie.

L’Etat était ainsi devenu le deuxième actionnaire principal du constructeur en février 2015, se faisant "prêter", avec option d’achat, 20% des actions de l’entreprise par Bouygues, qui détenait 28,3% du capital, et ce, pour une durée de vingt mois. A cette époque, on avait surtout coupé Alstom en deux pour éviter un naufrage annoncé, pour se recentrer sur l’activité historique. Et rapporter du cash à l’entreprise, la désendetter.

A 20%, l’Etat a certes un poids important, de parole, de négociation, mais non de blocage. Il est donc censé agir avec l’entreprise dans le sens de cette dernière et des affaires. 

Alors, la nationalisation partielle est-elle une bonne solution ? Qu'ont fait les deux représentants de l’Etat au conseil d’administration du fleuron ferroviaire ?

Montebourg, qui avait géré la prise de participation, leur avait bien dit qu' "ils n'étaient pas là pour faire des cocottes en papier", qu'ils devaient rendre des comptes, renforcer l'outil industriel français.

Macron a-t-il usé d’une vraie stratégie du "laisser-faire l'entreprise" ou de la paresse du je-m'en-foutiste d'un futur démissionnaire du gouvernement qu'il était ? En fait, dans cette affaire, Macron, qui ne veut être ni de droite ni de gauche, a été absent.

Brutale, inattendue et inacceptable, voilà comment l’ancien ministre de l’Economie juge la décision des dirigeants d’Alstom.

Rationnellement, l’entreprise peut justifier sa décision. Le cahier de commandes est plein, mais elles sont principalement internationales. Et dans le deal des négociations, il y a la clause d’une production au plus près des acheteurs, sur leur territoire, à l’exemple du contrat record auprès d’un acheteur américain le mois dernier.

En France, la situation est plus compliquée. Emmanuel Macron l’avait ainsi reconnu : Alstom se trouve "dans un contexte de surcapacité productive en France dans le ferroviaire". Il n’a donc pas découvert le dossier ces derniers jours.

Trop d’usines pour une demande dont on ne voit pas comment elle pourrait décoller pour l’Hexagone. Belfort est le site le plus petit, le plus fragile aussi.

Le paradoxe, c’est quand même qu’Alstom est une entreprise qui va globalement bien. Demandée à l’international, elle bénéficie d’une reconnaissance de qualité et de savoir-faire. N’en déplaise à Nathalie Kosciusko-Morizet ou Philippe Martinez - le coupable idéal -, les autocars de Macron n’ont qu’une responsabilité infime sur le résultat financier d’Alstom.

Les résultats d’Alstom en 2015 étaient très bons, mais dopés par la cession de la branche énergie à General Electric. Si l’on regarde plus en détail les chiffres de la rentabilité, Alstom affiche une marge à 5,3%, en deçà de celle de ses concurrents, pas assez pour avoir des budgets d’innovation, ni pour être compétitif dans un secteur où les concurrents se font plus agressifs, plus spécialisés et tirent les prix vers le bas.

Comment sauver le site historique de Belfort, celui de la 1ère locomotive, des TGV, bref d’un savoir-faire dont on aime qu’il soit français ? 

1. Lui procurer des commandes. En France. Car comme toute entreprise rationnelle, Alstom produit au plus près de ses clients. Et elle a énormément de clients à l’étranger, en Italie, en Afrique du Sud, etc.

Les douze sites de production français alimentent les demandes françaises.

Sauf qu’en France, on se heurte à un autre obstacle de taille : la SNCF. Elle est déjà en difficulté, a des TGV plein ses tiroirs. De plus, elle perd de l’argent sur ce segment de son activité. Et puis on ne résout pas un problème en le déplaçant car là encore, c’est l’Etat qui est derrière. On ne va pas déshabiller Pierre pour habiller Paul, ce serait juste déplacer le problème. 

2. Lui trouver un partenaire stratégique, dans un secteur où s’effectue une consolidation et pour faire face aux nouveaux concurrents, notamment le géant chinois CRRC. Peut-être Bombardier, acteur canadien mais qui a lui aussi de nombreuses usines sur notre territoire.

Alstom révèle le malaise français. Formidable entreprise à l’exportation, elle se heurte à un marché français morose, peu engageant, peu preneur de risques.

Elle possède une formidable ingénierie, une très belle technologie. Ça se vend bien quand la conception est faite en France, moins quand la production l'est. Et ça, ça a du mal à passer auprès de l'opinion publique.

Du côté de la présidence, cela fait aussi dire à François Hollande qu’il ne passera pas une fin de quinquennat tranquille comme il l’espérait. Pour lui, c’est crucial, il faut sauver les 400 emplois de Belfort. Il joue peut-être son honneur, son dernier cheval de bataille. Quelle pagaille !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/09/2016 - 10:20
Détruire 2000 emplois pour sauver 400 emplois?
Par manque d'anticipation et de réactivité, les gauchistes en sont capables, malheureusement. 500 emplois sont menacés à SNCF-fret. Si les socialos les obligent à acheter des locos inutiles, ce seront 2000 emplois menacés...les gauchistes prouvent, ici, leur incapacité à fournir un cadre favorable aux entreprises, car il aurait fallu agir bien en amont, pour réparer les erreurs de la droite sarkozienne...Mais la gauche archaique, comme la droite archaique, est incapable d'avoir une vision industrielle pour la France. Elle préfère diriger ses jeunes vers des diplômes inutiles à rallonge et a débuté le quinquennat en torpillant l'apprentissage. elle méprise le travail et l'industrie et met au ministère de l'économie un spécialiste des fusacqs, donc un spécialiste des licenciements et de la concentration d'entreprises loin des enfers fiscaux comme la France...Le chouchou des medias gauchistes est Le pire ministre qu'ait eu la France pour son économie. Encore une fois, la France ne doit plus se laisser dicter sa politique par les medias gauchistes, car ils sont mauvais! Que la bulle médiatique Macron leur explose à la gueule...