En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 6 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 4 heures 20 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 9 heures 46 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Positive attitude

Pas en déclin la France ? Regardons un peu les derniers chiffres de l’Insee sur le niveau de vie des Français…

Publié le 11 septembre 2016
Les derniers chiffres de l'Insee révèlent un niveau de vie qui n'augmente plus pour les Français depuis 2009. Une situation inquiétante qui se ressent dans quasiment toutes les strates de la population, notamment chez les chômeurs et les familles monoparentales.
Vincent Touzé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les derniers chiffres de l'Insee révèlent un niveau de vie qui n'augmente plus pour les Français depuis 2009. Une situation inquiétante qui se ressent dans quasiment toutes les strates de la population, notamment chez les chômeurs et les familles monoparentales.

Atlantico : Selon les chiffres publiés cette semaine par l'Insee (voir ici), le niveau de vie des Français a encore stagné en 2014, comme c'est le cas depuis le début de la crise en 2008. Par ailleurs, 14,1% des Français vivaient sous le seuil de pauvreté (avec moins de 1 008€ par mois). Alors que la notion de "déclinisme" portée par certains intellectuels est régulièrement attaquée, ne s'agit-il pas là d'une réalité visant à la valider ? A quel point peut-on estimer que le déclin du niveau de vie des Français est une réalité ?

Vincent Touzé : On constate en effet une certaine stagnation du niveau de vie ces dernières années. Quand on regarde les chiffres de l'Insee, on s'aperçoit que le revenu médian a même légèrement décliné, au sens statistique du terme. Le cinquième décile, qui correspond au revenu médian, a quasiment stagné de 2012 à 2014. Sur une durée un petit peu plus longue, il est même en baisse, la crise étant passée par là. Il était à son niveau le plus élevé en 2009, avant de baisser puis de stagner.

De ce point de vue-là, la situation n'est clairement pas enthousiasmante, même si, sur une plus longue période, le revenu médian a augmenté de 6% entre 2004 et 2014). Ce n'est pas beaucoup, mais en même temps, la crise est passée par là. Notons par ailleurs qu'il a peu augmenté pour les 10% les plus pauvres (de 2% seulement).

Pour faire une analyse, tout dépend de la durée sur laquelle on se base. Je parlerai peut-être plus de stagnation que de réel déclin, même si on observe en effet une baisse pour les déciles supérieurs. D'après les calculs de l'Insee, les 5% les plus riches ont vu une baisse de leur niveau de vie de 5% entre 2012 et 2014. Un certain nombre de facteurs ont pu jouer ici (baisse des revenus financiers, facteurs fiscaux, etc.).

Quelles sont les catégories les plus touchées par la stagnation de leur niveau de vie (âge, situation familiale, géographique, professionnelle...) ?

Parmi les sous-groupes de population les plus impactés, le taux de pauvreté le plus élevé chez les actifs se retrouve naturellement chez les chômeurs (37%). La France compte aujourd'hui près d'1,1 million de chômeurs pauvres (ramené à trois millions de chômeurs environ).

De manière assez étonnante, on trouve également un taux de pauvreté élevé chez les travailleurs indépendants (19%, soit 550 000 personnes environ), leurs revenus étant assez sensibles à la conjoncture.

Parmi les inactifs, là où l'on trouve beaucoup de pauvreté, c'est parmi les étudiants, les autres inactifs sans emploi mais non considérés comme chômeurs (31%), etc.

En revanche, les personnes bénéficiant d'une vie économique assez stable ont évidemment un taux de pauvreté assez faible (6%%), alors que les retraités sont à 7,6%.

Mais l'un des grands enseignements de cette enquête concerne les catégories sociales, où l'on constate notamment que parmi les familles monoparentales, nous avons un taux de pauvreté extrêmement élevé (36%). On peut penser que ce chiffre est à relier au fait que parmi les moins de 18 ans, nous avons un taux de pauvreté de presque 20% (2,8 millions de personnes). Au niveau des familles monoparentales, il y a un effet mécanique de pauvreté : quand on vit en famille, il y a des rendements d'échelle qui font qu'à revenu équivalent, on a un meilleur niveau de vie. Il faut savoir que quand l'Insee calcule le niveau de vie d'une famille, elle stipule que le premier adulte pèse pour 1 unité de consommation, les autres personnes de plus de 14 ans comptent pour 0,5 et les moins de 14 ans pour 0,3. Si vous prenez une famille avec un certain niveau de revenu, avec deux adultes et un enfant, leur besoin de consommation sera de 1,8. S'ils se séparent, le besoin de consommation passe à 2,3 (1 adulte et un enfant, plus un adulte seul), ce qui équivaut à une baisse de 30% de pouvoir d'achat. La statistique traduit donc le fait qu'il y a moins de pauvreté dans les familles dites "traditionnelles" que dans les familles séparées.

En ce qui concerne les chômeurs, il est important de s'intéresser aux facteurs qui génèrent de la pauvreté. Ici, on peut notamment penser au chômage de longue durée, qui est un gros vecteur de pauvreté. Sur le deuxième trimestre 2016, nous avons 1,2 millions chômeurs de longue durée au sens du Bureau international du Travail. Si on se place au début du mandat de François Hollande, on était à 1,05 million environ, ce qui représente donc une hausse de 12%.

Enfin, si l'on regarde le nombre de bénéficiaires du RSA, on s'aperçoit qu'entre mars 2012 et mars 2016, nous sommes passés de 1 591 000 bénéficiaires à 1 896 000 (+19%). C'est un indicateur d'appauvrissement clair, même si le traitement social de la pauvreté en France permet d'atténuer un petit peu ces effets-là.

Comment peut-on expliquer qu'un pays comme la France compte 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ? Même si, par définition, le seuil de pauvreté existera toujours, étant calculé sur la base du revenu médian, l'ampleur de la situation est-elle suffisamment prise en compte par nos dirigeants depuis le début de cette crise économique ?

Il faut toujours essayer d'aller un peu plus loin que les statistiques, qui peuvent masquer certaines situations. Entre vivre sous le seuil de pauvreté à Paris et y vivre dans une autre ville de France où le coût de la vie est moins cher, il y a une différence. Ces indicateurs de pauvreté doivent être complétés par d'autres. La situation du logement, par exemple, s'est aggravée, avec la situation des sans domicile fixe. Le drame de la pauvreté, c'est qu'il y a aussi de la très grande pauvreté. Certains sont près du seuil (1 008€), d'autres non. Or, la statistique ne mesure pas toujours bien la très grande pauvreté. La situation est donc potentiellement peut-être encore moins enthousiasmante.

Un deuxième aspect très inquiétant réside dans la pauvreté constatée chez les enfants de moins de 18 ans (autour de 20%), qui sont quand même l'avenir d'une nation. Est-ce qu'en étant pauvre on a accès à une bonne éducation, à un bon système de santé, etc. ? Cette accumulation de facteurs est évidemment problématique.

Il est clair que 9 millions de Français sous le seuil de pauvreté, c'est beaucoup. Cela ne risque de mettre fin aux débats sur le revenu minimum, la redynamisation du marché du travail, la formation des chômeurs, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 11/09/2016 - 16:30
Kennedy avait raison "Ne te demande pas ce que ton pays...."
Certes il y a des éléments objectifs qui expliquent la pauvreté, ce que pudiquement on appelle les accidents de la naissance ou de la vie!
Mais il y a aussi les inconséquences de beaucoup que la solidarité nationale doit pallier la comparaison entre famille "tradi" et famille éclatée est très parla,t
Quant à la jeunesse, non moins objectivement elle est l'avenir du pays, reste à savoir le quel ces jeunes sont-ils prêts à saisir!
Ganesha
- 11/09/2016 - 13:02
Vermine
Chez les retraités le taux de pauvreté ne serait que de 7,6 % On vit bien avec le Minimum Vieillesse ? En tout cas, pour la plupart des lecteurs d'Atlantico, ceux qui se déclarent ''Libéraux'', les pauvres ne sont que de la vermine à exterminer. Lorsque les chambres à gaz nous auront débarrassé des fonctionnaires, il faudra ''résoudre ce problème'' !