En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 3 heures 41 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 4 heures 30 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 7 heures 17 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 9 heures 37 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 4 heures 5 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 5 heures 15 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 6 heures 36 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 9 heures 49 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 11 heures 12 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 13 heures 18 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 15 heures 50 min
Le degré de faim influence les préférences faciales, ce qui signifie que plus on a faim, plus on a de chances d'être attiré par quelqu'un, selon le docteur Batres.
Le degré de faim influence les préférences faciales, ce qui signifie que plus on a faim, plus on a de chances d'être attiré par quelqu'un, selon le docteur Batres.
THE DAILY BEAST

Pour trouver l'amour, mettez un bandeau sur les yeux et ouvrez les narines : le smell dating arrive

Publié le 09 septembre 2016
A New York, une soirée de "speed dating sensoriel" proposait aux participants de se renifler les aisselles, yeux bandés. Serait-ce plus efficace que d'aller prendre un verre ?
Lizzie Crocker est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lizzie Crocker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lizzie Crocker est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A New York, une soirée de "speed dating sensoriel" proposait aux participants de se renifler les aisselles, yeux bandés. Serait-ce plus efficace que d'aller prendre un verre ?

Copyright The Daily Beast  - Lizzie Crocker

Excusez-moi, ça marche comment ces chinese cookies ?" Nous sommes tout un groupe en file indienne à l'occasion d'une soirée de "speed dating sensoriel" lorsque Mona, une rousse stressée, me pose cette question sur les biscuits arrondis qui circulent sur des plateaux.

"J'imagine qu'ils parlent tous de sexe ?", dit-elle en rigolant après que nous avons échangé les destins qui nous étaient prédits sur le message entourant le biscuit. En quelque sorte, oui, ils parlent de sexe. Les nôtres renferment des informations sur l'accouplement des bonobos et sur le fait que les humains sont les seuls mammifères à développer des seins même sans allaiter.

Environ 80 personnes s'entassent dans le Littlefield, un club de concerts de Brooklyn redécoré pour ressembler au plateau de The Bachelorette. Les grandes tables rondes sont drapées de nappes rouges et une lumière tamisée adoucit les traits des participants. Ce n'est pas très important car je vais passer la plus grande partie des deux heures qui vont suivre les yeux bandés, à renifler les aisselles d'inconnus et à caresser leur visage, deux des cinq tests sensoriels conçus pour nous aider à évaluer nos partenaires potentiels.

Mona a repéré en ligne une publicité pour cette soirée de speed dating sensoriel (elle a déjà participé à des séances de speed dating par le passé, mais sans la composante sensorielle) et elle porte pour l'occasion un chemisier en velours rouge au décolleté plongeant. Elle a attaché ses cheveux en chignon avec un nœud à froufrou et ses lèvres sont vernies d'un gloss pailleté.

Mona ressemble plus au personnage de Charlotte aux fraises qu'à l'image élégante que l'on se fait de la typique célibataire new-yorkaise trentenaire. Mais ses choix vestimentaires ne déparent pas dans le comité rassemblé au Littlefield. Les femmes qui gloussent sont beaucoup plus nombreuses que les hommes, désespérés et passifs. Dès le départ, j'ai trouvé une place entre Justin, 35 ans environ, discret, dont les cheveux noirs bouclés évoquent une boule de paille de fer et Chris, 45 ans, visage rond, pantalon cargo et chemise bleu pâle aux broderies blanches excentriques. C'est Guerilla Science qui a organisé l'événement. Il s'agit d'un collectif scientifique présent à Londres et à New York, qui "crée des événements et des installations pour des festivals, des musées, des galeries et autres clients du secteur culturel".

Il a fait venir plusieurs experts qui vont nous expliquer les expériences auxquelles nous nous soumettons : Carlotta Batres, post-doctorante en psychologie à l'université de Gettysburg et Aaron Owen, biologiste de l'évolution dont les recherches portent sur la "sélection sexuelle". "Les personnes avec des visages symétriques ont normalement un système immunitaire puissant", explique Carlotta Batres pendant que les participants se frottent maladroitement les joues les uns des autres, les yeux bandés. Alors qu'un Français (qui ressemble à Idris Elba) me met dans la bouche un canapé à la carotte, la chercheuse explique que "chez les primates, le fait de donner de la nourriture et de la partager libère de l'ocytocine, l'hormone des attachements".

Le degré de faim influence les préférences faciales, ce qui signifie que plus on a faim, plus on a de chances d'être attiré par quelqu'un, selon le docteur Batres. Mes sens sont surtout assaillis par ce qui ressemble à de la pseudo-science ; apparemment, "les carottes augmentent le charme" tandis que "les fruits et les légumes vous donnent un teint plus lumineux". Vraies ou pas (je suis peut-être en train de nager dans l'ocytocine), les données du docteur Batres semblent n'avoir aucun rapport avec le fait que je sois nourrie en public par un Français en pleine séance de speed-dating.

Le maître de cérémonie, un homme de petite taille aux pieds en canard et au visage poupon, enchaîne les blagues molles avec un ton de présentateur de jeu télévisé. Je regarde autour de moi pour voir si cela fait grimacer d'autres participants, mais non. Les gens ont l'air de passer un bon moment. Les mauvais jeux de mots. Les chutes maladroites. En fait, c'est sans doute moins une question de science qu'une question de goût. Tandis que la foule de célibataires mal à l'aise essaie de transmettre ses émotions par la danse (là encore, les yeux bandés), on nous explique que le toucher est lié à des zones du cerveau qui commandent la compassion ; que les femmes que leurs partenaires prennent plus souvent dans leurs bras sont moins stressées ; que si un homme entre dans un bar et qu'il passe son bras autour d'une femme, il a plus de chances d'obtenir une réponse positive (et de se faire virer du bar).

C'est la même chose pour ceux qui accostent des femmes dans la rue et leur demandent leur numéro de téléphone. Alors que le refrain émouvant de Take My Breath Away résonne dans le bar et que l'on nous demande de former un nouveau groupe pour un autre "exercice scientifique" censé nous aider à trouver un partenaire, il devient malheureusement clair que si la science peut nous fournir des indices sur la façon d'aborder une femme ou de susciter la sympathie d'un homme, elle ne peut pas remédier au mauvais goût. C'est bien de savoir quelle partie du cerveau active les phéromones, mais c'est à vous de décider de ne pas porter un pantalon cargo lorsque vous cherchez l'âme sœur.

Après avoir recouvré la vue, lors d'une brève séance de questions, l'un des participants demande si l'influence de la connaissance des odeurs sur les notes d'appréciation dans l'application de rencontres Tinder a été étudiée (apparemment, oui, il existe une variable "parfum" qui compte dans Tinder). Certains discutent en privé à des tables tandis que d'autres finissent leur conversation au bar. Je m'apprête à sortir lorsque le Français qui avait le nez collé à mes aisselles une heure plus tôt m'arrête pour me donner un conseil : "Ne changez pas de déodorant".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ChristineG
- 09/09/2016 - 17:47
Et c'est quoi, le parfum le plus cher ?
Je cherche un homme riche.