En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Trompe-l'oeil
Pourquoi l'absence de logique économique de la baisse d’impôts programmée par François Hollande plombe les espoirs d'un véritable allègement fiscal
Publié le 07 septembre 2016
Dans une logique purement électoraliste, le gouvernement est en train de travailler sur un geste fiscal d'un milliard d'euros. Une mesure symptomatique de l'absence de stratégie économique du quinquennat de François Hollande. Dès 2012, le gouvernement aurait dû se lancer dans une réelle simplification de l’impôt sur le revenu et défiscaliser plus fortement les ménages qui investissent dans l’économie réelle.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une logique purement électoraliste, le gouvernement est en train de travailler sur un geste fiscal d'un milliard d'euros. Une mesure symptomatique de l'absence de stratégie économique du quinquennat de François Hollande. Dès 2012, le gouvernement aurait dû se lancer dans une réelle simplification de l’impôt sur le revenu et défiscaliser plus fortement les ménages qui investissent dans l’économie réelle.

Atlantico : Le gouvernement travaille actuellement sur la mise en oeuvre d'un geste fiscal de l’ordre d'un milliard d’euros qui, selon les premières informations, devrait toucher les classes moyennes par le biais d'une baisse forfaitaire de l'impôt sur le revenu. De quelle manière une telle mesure peut-elle s'inscrire dans une stratégie économique ? Faut-il qualifier cette décision de pure opportunité électorale, ou est-il possible d'y trouver une réelle logique économique correspondant à l'intérêt du pays ?

Philippe Crevel : La baisse que prévoit de réaliser le gouvernement pour 2017 ne s’inscrit aucunement dans une stratégie économique. L’objectif est évidemment électoral. Certes, la réduction d’un milliard d’euros de l’impôt sur le revenu peut avoir un effet positif sur la croissance. Mais, vu l’ordre de grandeur, on est dans l’épaisseur de la ligne. C’est epsilon. En outre, il n’est pas certain que les ménages affectent ce petit gain à la consommation. Il est plus probable qu’ils augmentent leur effort d’épargne. Le gouvernement, à travers ce geste, entend redistribuer l’argent qu’il n’a pas au profit des classes moyennes qui ont supporté de fortes augmentations au niveau de leurs prélèvements ces cinq dernières années. Un peu comme sous Lionel Jospin en 2001, il n’y a de cagnotte fiscale que dans la tête de certains. Le déficit public dépasse 3,5% du PIB et la dette publique s’élevait à 95,7% du PIB fin 2015.

Le gouvernement avait fait la promesse d’une nouvelle baisse de l’impôt sur le revenu (IR) après le premier trimestre qui s’était conclu par un taux de croissance de 0,7%. Or, depuis, la France a renoué avec la stagnation, la croissance ayant été nulle au 2ème trimestre. De ce fait, piégé par son engagement, François Hollande est contraint de prendre une demi-mesure. L’arrivée des échéances de 2017 constitue la principale motivation de cette réduction d’impôt ciblée sur le début des classes moyennes. Ce sont les contribuables situés entre les 20 et les 40% les plus pauvres qui devraient en bénéficier. Tant mieux pour eux, mais cela aboutira à accentuer la concentration de l’impôt sur le revenu sur un tout petit nombre de contribuables. En France, 10% des foyers fiscaux paient près de 70% de l'IR global. 1% des foyers (370 000 ménages) payent 30% du total.

La semaine dernière, le gouvernement a confirmé l’engagement de la réforme de la retenue à la source en soulignant qu’elle serait source indéniable de simplification. Cette semaine, il crée une nouvelle réduction d’impôt, une nouvelle niche fiscale. En 2012, le président de la République s’était engagé à réduire ces fameuses niches qui rendent complexes et injustes l’impôt sur le revenu.

Sur trois ans, l’impôt sur le revenu aura baissé de 6 milliards d’euros mais au total depuis 2012, les prélèvements ont augmenté de 58 milliards d’euros. Les ménages ont dû supporter la taxation accrue des revenus de l’épargne, la diminution du plafond familial, le plafonnement des niches, l’augmentation de la TVA, le relèvement chaque année des cotisations retraites, la fiscalisation des heures supplémentaires, la fiscalité de la contribution de l’employeur à l’acquisition de la complémentaire, etc. Il est à souligner que les baisses d’impôt n’ont guère bénéficié à ceux qui avaient supporté les hausses. Ce sont les 20% les plus aisés qui ont consenti trois quarts des efforts.

Dans une configuration où le gouvernement se dit prêt à "redistribuer" les efforts qui ont été faits par les Français au cours de ces dernières années, quelles seraient les priorités à suivre pour permettre plus d'efficacité économique ? Alors que l'investissement public est au plus bas (en % de PIB), ne serait-il pas plus efficace de passer par ce canal, qui permettrait notamment, selon le FMI, de relancer la croissance à court, mais également à long terme ? D'autres pistes plus cohérentes existent-elles ?

Au lieu d’opter pour un saupoudrage électoraliste, le gouvernement aurait dû dès 2012 se lancer dans une réelle simplification de l’impôt sur le revenu. De même, il aurait dû défiscaliser plus fortement les ménages qui investissent dans l’économie réelle. Par ailleurs, en lieu et place de répondre à des demandes catégorielles, l’Etat aurait dû investir dans des équipements collectifs, dans la recherche et dans l’éducation. Il aurait dû avant tout rationaliser ses dépenses et non pas jouer exclusivement sur la fiscalité. Le taux de prélèvement obligatoire est toujours à des niveaux historiques à 44,7% du PIB en 2015.

Les investissements publics, réalisés à 75% par les collectivités locales, sont au plus bas du fait de la réduction des dotations et d’une progression incontrôlée des dépenses de fonctionnement.

La question n’est pas de savoir comment on redistribue moins de 0,1% du PIB à travers une réduction d’impôt ciblée, mais bien de savoir comment on peut rendre le système public plus efficient. Est-il normal qu’avec un niveau de dépenses publiques de 57,9% du PIB, les structures publiques aient l’impression de manquer d’argent pour investir, pour faire face à leurs obligations, etc. ?

Plus largement, et en revenant sur l'ensemble du quinquennat, peut-on dire que l’exécutif a plus agi en opportunité qu'en stratégie économique ? Pour autant, cette manière de faire a-t-elle été réellement contre-productive pour l'économie ?

Le président de la République a jonglé entre ses engagements de campagne, une majorité turbulente et des réalités qui ne lui étaient pas favorables. Il a fait le pari que la croissance serait de retour en 2013 et elle n’est que timidement revenue en 2015… Il a fait le pari d’un retournement de la courbe du chômage mais "il n’a pas eu de bol".

L’exécutif a fortement augmenté les impôts en 2012 et en 2013 au moment même où le ralentissement économique aurait exigé un relâchement de la rigueur. Il a décidé de lâcher du lest quand la situation économique s’améliore. Il a été à contre-courant durant tout son mandat. Etonnant quand on sait que François Hollande a été un professeur d’économie réputé à Sciences Po. Le virage en faveur de l’offre qu’il a réalisé fin 2013 a été tardif et alambiqué. De ce fait, l’économie tarde à en récolter les fruits. Pour les ménages, les séquences fiscales ont été incompréhensible entre tour de vis d’un côté et de l’autre. Par ailleurs, si l’Etat a diminué la pression depuis deux ans, les collectivités ont accru la leur. In fine, les Français considèrent qu’ils sont pressurés, ce qui n’est pas complètement faux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Du Noday
- 07/09/2016 - 11:17
J'aimerais que Mmrs Hollande
J'aimerais que Mmrs Hollande et Sapin nous précisent ce qu'ils entendent
Par "classe moyenne".Si je comprends bien un ménage gagnant 2000 € par mois fait partie des "nantis" ??