En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 8 heures 24 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 12 heures 24 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 13 heures 25 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 15 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 18 heures 24 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 12 heures 5 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 12 heures 38 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 17 heures 37 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 19 heures 16 min
Frédéric Lefebvre a lu tous leurs pulls

“Zadig et Voltaire” : success story d’une marque qui a inventé le “made in China” hors de prix

Publié le 05 février 2012
A l'heure où Zadig et Voltaire sort sa première gamme de parfum chez Sephora, appelée La Pureté, retour sur la succes story d'une marque française qui a réussi à convaincre les consommateurs de payer un prix supérieur pour un produit qu’ils pourraient acquérir ailleurs moins cher comme pour exprimer un moyen d’exprimer de façon ostentatoire une position élevée dans la hiérarchie sociale. Mais pour combien de temps ?
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Godart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure où Zadig et Voltaire sort sa première gamme de parfum chez Sephora, appelée La Pureté, retour sur la succes story d'une marque française qui a réussi à convaincre les consommateurs de payer un prix supérieur pour un produit qu’ils pourraient acquérir ailleurs moins cher comme pour exprimer un moyen d’exprimer de façon ostentatoire une position élevée dans la hiérarchie sociale. Mais pour combien de temps ?

La mode française vit-elle une renaissance ? Il semblerait que la question appelle une réponse positive tant les signes d’un renouveau de la créativité en matière de mode se multiplient en France. Un certain nombre de marques apparues relativement récemment (Comptoir des Cotonniers, Maje, Sandro, Vicomte A., Zadig & Voltaire, The Kooples, etc.) ont attiré l’attention des acteurs de l’industrie de la mode et du luxe, tant en France qu’à l’étranger, en raison de leur dynamisme. Cette énergie retrouvée de la mode française contredit ce qui était considéré il y a encore de cela quelques années comme étant un déclin inéluctable de Paris face aux créateurs de New York, Londres, ou encore de certaines métropoles des pays émergents.

Ce succès collectif, assez inattendu, est intriguant et l’on peut se demander ce qui lui a permis de prendre forme. Même s’il existe certainement des points communs entre les différentes marques qui forment la « nouvelle vague » de la mode française, ce qui frappe avant tout c’est la diversité non seulement de leurs identités, mais aussi de leurs stratégies. Concentrons-nous sur la plus haut-de-gamme d’entre elles, Zadig & Voltaire, qui se retrouve aujourd’hui dans quelques 200 points de vente à travers le monde et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros en 2011 (plus de 50 millions de plus que l’année précédente, avec une marge de 20 à 30%).

Ce qui étonne le plus chez Zadig & Voltaire, qui a vu le jour en 1997 (après quelques mois d’existence sous le nom plus simple de Zadig), c’est la capacité de la marque à vendre à des prix élevés des produits qui sont fabriqués, selon l’aveu même de son fondateur, Thierry Gillier, à moindre coût par exemple en Chine ou en Afrique du Nord. Cette capacité d’une marque à convaincre les consommateurs de payer un prix supérieur pour un produit qu’ils pourraient acquérir ailleurs à un prix plus modéré est connue en gestion comme la question du « surprix ».
 
La stratégie dite de surprix (« premium pricing ») est fondée sur une idée fondamentale du luxe qui est que dans cette industrie les biens sont consommés avant tout afin de produire un effet de distinction sociale. De ce point de vue, des produits chers sont considérés par les consommateurs comme étant, à juste titre ou pas, non seulement de meilleure qualité, mais aussi comme un moyen d’exprimer de façon ostentatoire une position élevée dans la hiérarchie sociale. En cela, un surprix se justifie par lui-même : il signale une capacité d’achat (et donc de dépense) importante de la part du consommateur. Cependant, la stratégie de surprix n’est pas toujours couronnée de succès, surtout sur le long terme. Comment Zadig & Voltaire parvient-elle à extraire un surprix de ses clients depuis plus de dix ans, voilà une question qui mérite que l’on s’y attarde.

Ce surprix est rendu possible par la puissance de la marque, par son prestige élevé qui est dû à plusieurs facteurs. Zadig & Voltaire est positionnée dans une niche identitaire très particulière, « rock, chic et branchée » selon les termes de son fondateur. Cette image très spécifique a été portée par la vague glam rock des années 2000 et a été particulièrement en adéquation avec toute cette époque. Elle s’est aussi incarnée dans les associations musicales de la maison de mode, par exemple avec le groupe The Kills. Ensuite, le nom de la marque lui-même est un facteur important qui a permis à Zadig & Voltaire de connecter avec sa clientèle-cible privilégiée : une population urbaine et intellectuelle, la référence transparente au philosophe français Voltaire (qui a écrit Zadig ou La Destinée en 1747) renforçant par ailleurs son identité parisienne qui fait des merveilles à l’étranger.
 
La personnalité du fondateur Thierry Gillier a aussi permis à Zadig & Voltaire de bénéficier d’un « effet de halo ». Thierry Gillier a une forte légitimité dans l’industrie de l’habillement, non seulement en raison de ses origines familiales (son père a été l’un des fondateurs de Lacoste), mais aussi en raison de son parcours universitaire (il a étudié à Parsons à New York, l’école qui a aussi formé par exemple Marc Jacobs). Il a par ailleurs su s’entourer des bonnes personnes, par exemple la suédoise Cecilia Bonstrom, directrice artistique de la marque, ou la mannequin américaine Erin Wasson, ambassadrice glam rock parfaitement associée à l’identité de la marque. Finalement, la personnalité projetée dans les médias de Thierry Gillier, qui est un collectionneur d’art chevronné, correspond à la connotation intellectuelle de sa maison de mode. Une autre source de la force de Zadig & Voltaire est la localisation de ses boutiques, toujours dans des lieux branchés comme le Meatpacking District à New York et des lieux similaires dans d’autres villes.
Pourtant, malgré la force de son image, et sa légitimité, Zadig & Voltaire n’est pas exempte de faiblesses qui peuvent menacer son succès à moyen terme. Tout d’abord, le positionnement identitaire « rock, chic et branché » est trop monolithique, et cela se voit dans des produits-phares (basiques) qui ne changent pas ou peu (pulls en cachemire, t-shirts « tunisiens » ou à message). Une telle niche attirera toujours une certaine clientèle, mais la question centrale est de savoir quelle est l’étendue exacte de cette clientèle. En d’autres termes, combien de clients et clientes glam rock existe-il dans le monde ? Une marque de mode se doit d’être flexible, et les marques de luxe (qui concurrencent Zadig & Voltaire par le haut), aussi bien que les marques de prêt-à-porter de masse (qui concurrencent la marque par le bas) l’ont bien compris : leurs collections évoluent sans cesse, et la présence de thèmes récurrents chez certaines marques (notamment de luxe) ne doit pas cacher une très forte capacité d’adaptation. Pour convaincre les consommateurs, il faut s’adapter à leurs goûts changeants. Contrairement aux êtres vivants, les marques n’ont pas d’« ADN » stable.
Cela conduit aux aspects financiers de la stratégie de Zadig & Voltaire. La marque a besoin de financements pour sa croissance et il semblerait que de nombreux investisseurs se soient montrés intéressés (par exemple, L Capital, le fonds d’investissement de Bernard Arnault, PDG de LVMH). Thierry Gillier quant à lui a évoqué une possible entrée en bourse. Une marque de niche comme Zadig & Voltaire peut survivre, à condition soit de se montrer plus flexible dans son positionnement (au risque malheureusement de perdre ce qui fait sa spécificité), soit en s’intégrant dans une stratégie de portefeuille (à travers un rachat par un grand groupe ou le développement d’autres marques affiliées dans le cadre d’une stratégie multimarques).
 
Finalement, l’un des dangers les plus importants qui menace Zadig & Voltaire est ce qui relie toutes les marques de la « nouvelles vague » de la mode française : un positionnement prix entre le luxe à la Chanel (Thierry Gillier a parlé de « luxe abordable ») et le prêt-à-porter de masse à la Zara. En effet, là où les marques de luxe proposent une qualité sans failles (chez Hermès ou Louis Vuitton entre autres), et les marques de masse des prix imbattables (ni Uniqlo ni H&M ne connaissent la crise), les marques de la nouvelle vague proposent des vêtements de qualité intermédiaire à des prix relativement élevés. Dans quelle mesure une stratégie de surprix et une identité de marque de niche peuvent-elles survivre à l’étau des grandes marques de luxe et des poids lourds de la mode rapide ? Espérons que la nouvelle vague française trouvera des réponses à la hauteur de sa créativité passée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
darth vador
- 06/02/2012 - 21:53
unasrticle tres fin !
Enfin un article qui denonce avec un cas concret cet effet de "surprix" ou de "foutage de gueule" de la plupart de ces marques de mode. Les marques comme Z&V ne vont pas pouvoir faire l'impasse sur la question de la qualité. Leur style ne se renouvelle pas... En fin de compte, cet article leur rend service en les alertant... Encore faudrait-il qu'elles écoutent!
Lars
- 06/02/2012 - 19:44
Zadig et Voltaire ou l'art du foutage de gueule
Je partage tout à fait l'analyse de Frédéric Godart. Cette marque propose des vêtements de qualité médiocre et rêve de jouer dans la cour des grands. Oser vendre un simple T-shirt 85 euros quand celui-ci vaut à peine 5 euros. J'ai depuis longtemps tourné le dos à ces pseudo marques bobos comme The Kooples, Sandro pour des labels plus pointus comme Homecore, Frenchtrotters, Bleu de paname qui eux proposent des pièces d'une qualité supérieure, fabriquées en France ou au Portugal, à tirage limité et à un prix bien plus intéressant.
Qu'on ne se trompe pas de cible, ça ne me gène pas du tout d'acheter du made in China lorsque celui-ci est proposé à un prix raisonnable.
Ludo1963
- 06/02/2012 - 11:43
Totale méconnaissance commerciale
Cet article cumule les lieux communs faciles

1- c'est le style qui fait une marque

2- fabriquer en Chine ne signifie pas forcément qualité moyenne voire médiocre. Comme partout on trouve du pire au meilleur avec des prix très différents

3- iphones fabriqués en Chine, emplois Apple aux USA et oui...
Idem pour les grandes marques style Dior ou autres, beaucoup de choses sont délocalisées mais ce sont des emplois pour la France
4. Les prix de cette marque sont très inférieurs à Vuitton ou autres

5 - on sent dans l esprit de cet article la critique : très cher, fabriqué en Chine = voleurs . En France la réussite est toujours suspicieuse , quel petits esprits ...

6-Trop facile, Z&V future PME style Prada c est ce qui nous manque
Z&V = export

La sociologie et le commerce sont deux choses différentes, vous deviez vous cantonner à votre domaine mr Godart