En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 5 heures 2 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 6 heures 17 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 6 heures 58 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 7 heures 12 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 10 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 6 heures 5 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 57 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 7 heures 32 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 10 heures 13 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 10 heures 41 min
Agroécologie

Le microcrédit, la vraie solution pour aider les agriculteurs

Publié le 05 février 2012
Qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l'environnement : le bio n'est pas un caprice de bobo ! C'est plus que jamais la voie de l'avenir. Pour la première fois, Marc Dufumier dresse un panorama complet des désordres agricoles dans "Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver". Extraits (2/2).
Marc Dufumier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Dufumier, ingénieur agronome, est l'un des spécialistes mondiaux de l'agriculture. Directeur de la chaire d'agriculture comparée à AgroParistech, il est régulièrement sollicité par les gouvernements étrangers pour les aider à réformer leurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l'environnement : le bio n'est pas un caprice de bobo ! C'est plus que jamais la voie de l'avenir. Pour la première fois, Marc Dufumier dresse un panorama complet des désordres agricoles dans "Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver". Extraits (2/2).

C’est à l’échelle des villages et des terroirs qu’il est possible de concevoir et de réaliser les investissements les plus efficaces. L’idéal est donc que les agriculteurs aient eux-mêmes les moyens de financer leurs équipements. Mais comment un paysan pauvre qui n’a aucun bien à donner en gage pour garantir son emprunt peut-il parvenir à s’endetter ?

À l’exception des commerçants usuriers qui connaissent bien leurs clients et peuvent donc faire pression pour obtenir des remboursements, aucune banque privée n’a intérêt à octroyer des prêts. L’agriculture est une activité bien trop aléatoire et risquée. Les États ont donc été obligés de mettre en place leurs propres systèmes de crédit agricole. Avec souvent des résultats désastreux puisque de nombreuses caisses publiques ont rapidement fait faillite (…)

Le crédit aux agriculteurs est et restera une activité risquée et difficile, parce que les petits paysans du Sud n’ont pas de biens à mettre en gage, et parce qu’ils sont dans l’incapacité de dissocier clairement les comptes de leurs unités de production et ceux de leurs familles. Le même fonds de roulement peut être mobilisé successivement pour acheter des semences, se procurer des outils, acquérir des biens de consommation pour le ménage ou payer l’école des enfants. En ne voulant prêter de l’argent que pour les activités productives, les organismes de crédit poursuivent une chimère car les familles paysannes souffrent de déficits de trésorerie récurrents – notamment pendant les périodes de soudure [1] –, tandis que la vie de la famille doit suivre son cours et que ses dépenses continuent. Les paysans n’ont donc pas d’autre choix que d’aller puiser dans les caisses de leurs unités de production pour des dépenses de consommation courante.

Les banques rechignent à accorder des prêts à la consommation aux paysans pauvres alors que ces prêts pourraient être très rentables. Sans subvention ni prêt destiné à satisfaire ses besoins de consommation en situation d’urgence, le paysan peut être, par exemple, obligé de vendre prématurément ses jeunes animaux. Alors qu’avec un peu d’argent disponible, il peut attendre de les avoir engraissés pour les mettre sur le marché et donc les vendre à un bien meilleur prix.

C’est dans ce contexte que sont nés les systèmes de microfinance, plus ou moins inspirés de ceux mis en place par la Grameen Bank de Muhammad Yunus, dont l’ambition est d’offrir aux paysans pauvres des petits prêts à taux moindres que ceux pratiqués par les prêteurs usuriers en situation de monopole. Le système de microcrédit profite aujourd’hui à près de trois cents millions de petits agriculteurs dans le monde. Mais l’expérience montre que pour réussir, le microcrédit exige des règles draconiennes librement consenties par les bénéficiaires : par exemple que les emprunteurs appartiennent à des groupes de caution solidaire, avec interdiction d’accorder des prêts à plus de la moitié de leurs membres, de façon à ce que les agriculteurs qui envisagent de solliciter un prêt fassent pression sur ceux du groupe qui tardent à rembourser afin qu’eux-mêmes puissent à leur tour emprunter.

Le microcrédit aux paysans pauvres peut donc fonctionner, pourvu que les bénéficiaires en fassent leur propre affaire, sans trop d’ingérences extérieures. Mais ces systèmes très subtils traitent imparfaitement les symptômes (la pauvreté et les déficits de trésorerie), sans toucher aux causes du problème : la politique de prix agricoles. Plutôt que de vouloir colmater un système injuste et inefficace, il faut que les pays du Sud mènent une politique de prix rémunérateurs qui permette à leurs petits paysans de dégager des revenus suffisants, afin de pouvoir constituer une épargne qu’ils réinvestiront ensuite pour s’équiper et améliorer leurs systèmes de culture et d’élevage. Impossible ? C’est pourtant ce qu’a fait le Nord avec ses agriculteurs au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi le Sud ne pourrait-il pas aujourd’hui en faire autant ?

[1] La soudure désigne la période entre deux récoltes où la nourriture et l'eau peuvent manquer.

__________________________

Extraits de Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver, Editions Nil (2 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zen aztec
- 06/02/2012 - 08:50
ou alors...
leur donner qq cours d'économie...On commencerait par: ne pas confondre bénéfice et CA
Quel nom prédestiné Mr l'ingénieur...
cqoiqéqon
- 05/02/2012 - 19:03
ceci étant je vous lit avec
ceci étant je vous lit avec beaucoup d’intérêt (je suis le seul apparemment) car je crois que l'agriculture durable engendre du travail. Et qu'en ses temps troublés de dette de l'état et de chomage on transfèrerait une bonne partie de ses effectifs improductifs (fonctionnaires de la dde, jardiniers divers, tamponneur de papier, gardien de piscine, surveillants de rien du tout, flics planqués, etc etc) vers le champs et la construction (activité fondamentales et productives) qu'on verrait très rapidement le bout du tunnel.
Mais si personne n'en parle, je dois croire que c'est idiot ou impopulaire. Qui veut me démontrer que c'est idiot?
cqoiqéqon
- 05/02/2012 - 17:48
nos colonies ont quand même
nos colonies ont quand même bien anéanti leurs cultures et leur force de travail. Comme ce pillage n'était pas vraiment suffisant on leur a fourgué des cultures et des méthodes dévastatrices pour l'équilibre agraire et séculaire de ces pays. Mais nous on s'en fou puisque nous on a du pétrole, des gros tracteurs, des billets qu'on imprime pour toute forme de travail et des prix correspondants à nos masses monétaires.
je crois que le paysan malgache se fout de savoir combien vaut son franc en dollard. mais aussi que le dollard se fou de son franc.
je crois que quand chacun s'occupe de son champ et de sa soupe, les vaches sont bien gardées et le paysan serein.
ou alors faite don d'argent et de temps pour former à l'emploi de cet outils très trés dangereux.