En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 6 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 33 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 5 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 8 heures 57 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 9 heures 54 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 12 heures 52 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 1 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 23 min
Agroécologie

Le microcrédit, la vraie solution pour aider les agriculteurs

Publié le 05 février 2012
Qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l'environnement : le bio n'est pas un caprice de bobo ! C'est plus que jamais la voie de l'avenir. Pour la première fois, Marc Dufumier dresse un panorama complet des désordres agricoles dans "Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver". Extraits (2/2).
Marc Dufumier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Dufumier, ingénieur agronome, est l'un des spécialistes mondiaux de l'agriculture. Directeur de la chaire d'agriculture comparée à AgroParistech, il est régulièrement sollicité par les gouvernements étrangers pour les aider à réformer leurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l'environnement : le bio n'est pas un caprice de bobo ! C'est plus que jamais la voie de l'avenir. Pour la première fois, Marc Dufumier dresse un panorama complet des désordres agricoles dans "Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver". Extraits (2/2).

C’est à l’échelle des villages et des terroirs qu’il est possible de concevoir et de réaliser les investissements les plus efficaces. L’idéal est donc que les agriculteurs aient eux-mêmes les moyens de financer leurs équipements. Mais comment un paysan pauvre qui n’a aucun bien à donner en gage pour garantir son emprunt peut-il parvenir à s’endetter ?

À l’exception des commerçants usuriers qui connaissent bien leurs clients et peuvent donc faire pression pour obtenir des remboursements, aucune banque privée n’a intérêt à octroyer des prêts. L’agriculture est une activité bien trop aléatoire et risquée. Les États ont donc été obligés de mettre en place leurs propres systèmes de crédit agricole. Avec souvent des résultats désastreux puisque de nombreuses caisses publiques ont rapidement fait faillite (…)

Le crédit aux agriculteurs est et restera une activité risquée et difficile, parce que les petits paysans du Sud n’ont pas de biens à mettre en gage, et parce qu’ils sont dans l’incapacité de dissocier clairement les comptes de leurs unités de production et ceux de leurs familles. Le même fonds de roulement peut être mobilisé successivement pour acheter des semences, se procurer des outils, acquérir des biens de consommation pour le ménage ou payer l’école des enfants. En ne voulant prêter de l’argent que pour les activités productives, les organismes de crédit poursuivent une chimère car les familles paysannes souffrent de déficits de trésorerie récurrents – notamment pendant les périodes de soudure [1] –, tandis que la vie de la famille doit suivre son cours et que ses dépenses continuent. Les paysans n’ont donc pas d’autre choix que d’aller puiser dans les caisses de leurs unités de production pour des dépenses de consommation courante.

Les banques rechignent à accorder des prêts à la consommation aux paysans pauvres alors que ces prêts pourraient être très rentables. Sans subvention ni prêt destiné à satisfaire ses besoins de consommation en situation d’urgence, le paysan peut être, par exemple, obligé de vendre prématurément ses jeunes animaux. Alors qu’avec un peu d’argent disponible, il peut attendre de les avoir engraissés pour les mettre sur le marché et donc les vendre à un bien meilleur prix.

C’est dans ce contexte que sont nés les systèmes de microfinance, plus ou moins inspirés de ceux mis en place par la Grameen Bank de Muhammad Yunus, dont l’ambition est d’offrir aux paysans pauvres des petits prêts à taux moindres que ceux pratiqués par les prêteurs usuriers en situation de monopole. Le système de microcrédit profite aujourd’hui à près de trois cents millions de petits agriculteurs dans le monde. Mais l’expérience montre que pour réussir, le microcrédit exige des règles draconiennes librement consenties par les bénéficiaires : par exemple que les emprunteurs appartiennent à des groupes de caution solidaire, avec interdiction d’accorder des prêts à plus de la moitié de leurs membres, de façon à ce que les agriculteurs qui envisagent de solliciter un prêt fassent pression sur ceux du groupe qui tardent à rembourser afin qu’eux-mêmes puissent à leur tour emprunter.

Le microcrédit aux paysans pauvres peut donc fonctionner, pourvu que les bénéficiaires en fassent leur propre affaire, sans trop d’ingérences extérieures. Mais ces systèmes très subtils traitent imparfaitement les symptômes (la pauvreté et les déficits de trésorerie), sans toucher aux causes du problème : la politique de prix agricoles. Plutôt que de vouloir colmater un système injuste et inefficace, il faut que les pays du Sud mènent une politique de prix rémunérateurs qui permette à leurs petits paysans de dégager des revenus suffisants, afin de pouvoir constituer une épargne qu’ils réinvestiront ensuite pour s’équiper et améliorer leurs systèmes de culture et d’élevage. Impossible ? C’est pourtant ce qu’a fait le Nord avec ses agriculteurs au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi le Sud ne pourrait-il pas aujourd’hui en faire autant ?

[1] La soudure désigne la période entre deux récoltes où la nourriture et l'eau peuvent manquer.

__________________________

Extraits de Famine au sud, malbouffe au nord : Comment le bio peut nous sauver, Editions Nil (2 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zen aztec
- 06/02/2012 - 08:50
ou alors...
leur donner qq cours d'économie...On commencerait par: ne pas confondre bénéfice et CA
Quel nom prédestiné Mr l'ingénieur...
cqoiqéqon
- 05/02/2012 - 19:03
ceci étant je vous lit avec
ceci étant je vous lit avec beaucoup d’intérêt (je suis le seul apparemment) car je crois que l'agriculture durable engendre du travail. Et qu'en ses temps troublés de dette de l'état et de chomage on transfèrerait une bonne partie de ses effectifs improductifs (fonctionnaires de la dde, jardiniers divers, tamponneur de papier, gardien de piscine, surveillants de rien du tout, flics planqués, etc etc) vers le champs et la construction (activité fondamentales et productives) qu'on verrait très rapidement le bout du tunnel.
Mais si personne n'en parle, je dois croire que c'est idiot ou impopulaire. Qui veut me démontrer que c'est idiot?
cqoiqéqon
- 05/02/2012 - 17:48
nos colonies ont quand même
nos colonies ont quand même bien anéanti leurs cultures et leur force de travail. Comme ce pillage n'était pas vraiment suffisant on leur a fourgué des cultures et des méthodes dévastatrices pour l'équilibre agraire et séculaire de ces pays. Mais nous on s'en fou puisque nous on a du pétrole, des gros tracteurs, des billets qu'on imprime pour toute forme de travail et des prix correspondants à nos masses monétaires.
je crois que le paysan malgache se fout de savoir combien vaut son franc en dollard. mais aussi que le dollard se fou de son franc.
je crois que quand chacun s'occupe de son champ et de sa soupe, les vaches sont bien gardées et le paysan serein.
ou alors faite don d'argent et de temps pour former à l'emploi de cet outils très trés dangereux.