En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 6 heures 46 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 10 heures 6 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 13 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 18 heures 45 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 19 heures 26 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 11 heures 52 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 heures 18 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 19 heures 45 min
Atlantico Business

Baisses d’impôts : Valls et Hollande ne sont d’accord ni sur le montant, ni sur le nombre de bénéficiaires. Quel casse-tête !

Publié le 07 septembre 2016
François Hollande doit annoncer jeudi le montant exact de la baisse d’impôts qui sera appliquée l’an prochain, à moins que Valls ne lui grille la priorité. Vu qu'ils ne sont pas d’accord sur les heureux bénéficiaires qui vont en profiter.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande doit annoncer jeudi le montant exact de la baisse d’impôts qui sera appliquée l’an prochain, à moins que Valls ne lui grille la priorité. Vu qu'ils ne sont pas d’accord sur les heureux bénéficiaires qui vont en profiter.

La gouvernance Hollande a ceci de bien qu'elle nous fait vivre en direct la gestation d’une décision politique. Le spectacle des discussions et des hésitations est intéressant, si l'on peut dire, parce qu’au bout du compte on ne comprend plus à qui s'appliquera la décision et pour quel effet direct.

Le débat sur la baisse des impôts en offre aujourd’hui un magnifique exemple. Et pour comprendre dans quel casse-tête politico-fiscal est tombé le gouvernement, il faut repasser le film. Rien n’est gratuit dans cette affaire.

Acte 1. Bien avant l’été, alors que François Hollande cherche à mettre en place les conditions pour que sa candidature à un deuxième mandat soit évidente, ses services lui suggèrent d’annoncer une baisse des impôts. Vu que le bilan de l’action économique et social n’est pas florissant (chômage, croissance...), la baisse d’impôt paraît politiquement plus appréciable.

D’autant que tous les experts s’accordent à penser que c’est le matraquage fiscal au début du quinquennat qui a plombé la conjoncture française. L’annonce d’une baisse des impôts paraît donc être la solution politique la plus profitable.

Acte 2. Les services qui commencent à plancher sur le projet se disent que l’idéal serait de noyer cette mesure dans une réforme fiscale de plus grande ampleur, englobant l’impôt à la source, la fusion CSG et IR, et peut-être un coup de rabot sur l’ISF, histoire de couper l’herbe sous les pieds de la droite.

Acte 3. Face au risque d’ouvrir un débat qui provoquerait plus de dégâts politiques à gauche que de satisfactions à droite, on a abandonné l’idée de la grande réforme, d’autant que les blessures de la loi El Khomri ne sont pas cicatrisées. On revient donc sur une baisse de l’impôt et pour qu’elle soit significative, on parle à l'Elysée comme à Matignon d’une baisse de 2 milliards pour les ménages. Avec 2 milliards, on doit pouvoir faire quelques heureux.

Acte 4. C’est sans compter avec la vigilance de Bercy qui, début septembre, refroidit tout le monde en démontrant que la croissance sera plus faible que prévue et qu’il faut donc essayer d’être sérieux. Ça n’est pas 2 milliards qu’il faudra redistribuer mais 1 milliard, sinon les engagements budgétaires exploseront.

Acte 5. On se retrouve donc à Matignon et à l’Elysée à essayer de fabriquer des paquets-cadeaux. Grosso modo, François Hollande et Manuel Valls sont d’accord sur l'idée d’affecter cette baisse d’impôts aux ménages. Ils sont aussi tombés d’accord sous la pression de Manuel Valls pour dire que cette baisse interviendra techniquement comme une ristourne. Un chèque de remboursement en quelque sorte, ce qui veut dire qu’on ne remet pas en cause les tranches et les taux. Notre système d’imposition a déjà sorti du barème plus de la moitié des contribuables (si on exclut la CSG, qui est le seul impôt payé par tout le monde). Donc on ne le dit pas parce que ça n’est pas poli. Pas question de réduire encore la population exonérée d’impôts. Reste à savoir comment on va répartir l’enveloppe entre les contribuables.

Normalement, c’est François Hollande qui doit, demain jeudi, jouer au Père Noël. Sauf qu’apparemment, l’exécutif est, là encore, en désaccord.

Du côté de l'Elysée, on souhaiterait que la ristourne aille de préférence aux bas revenus. Ce qui revient à sortir de l’impôt ceux qui en paient déjà très peu.

Du côté de Matignon, on a peut-être une approche un peu plus économique qui consiste à dire que si on baisse les impôts, mieux vaut baisser l’impôt des contribuables qui en paient, avec le risque d’être accusé de faire un cadeau aux riches. Comme d’habitude. La répartition de l’impôt est très bancale. 80% de l'impôt est payé par 20% des contribuables.

Ce qui veut dire que peu de contribuables paient l’impôt, ce qu’on savait. Mais aussi que ceux qui en paient en paient beaucoup (plus de 50% de leur revenu).

Si on veut organiser une baisse d’impôt qui ait un sens économique, il faut l’appliquer sur les hauts revenus qui consomment et qui investissent. Politiquement, Manuel Valls, qui courtise comme Emmanuel Macron cette catégorie sociale, y trouverait son compte. Mais François Hollande, pas forcément.

Le travail des chiffres ne permet pas d’y voir plus clair. En 2014, Michel Sapin avait déjà géré une baisse d’impôts de 5 milliards d’euros au total. Les impôts ont donc baissé en 2014, 2015 et 2016 pour 16 millions de ménages à revenu très modeste.

En 2014, le gouvernement a donc organisé une baisse d’impôt forfaitaire pour 4 millions de foyers dont les revenus ne dépassaient pas 1,1 Smic. La réduction d’impôts a représenté 350 euros pour une personne seule et 700 euros maxi pour un couple.

Cette redistribution a été reproduite en 2015, année où l'on a, en plus, supprimé la tranche à 5,5%, ce qui fait que l’impôt s’est appliqué à compter de 9600 euros de revenus contre 6000 euros auparavant.

En 2015, Michel Sapin a annoncé de nouveaux allègements d’impôts pour 2016 et pour 2 milliards d’euros au bénéfice de 8 millions de foyers, soit une baisse d'impôt de 200 à 300 euros, 500 pour les couples.

Aujourd'hui, si Bercy ramène les ambitions de baisse à 1 milliard, ça change tout.

Le choix du gouvernement est donc simple. Hélas. Ou bien il diminue la baisse par deux pour les contribuables, ou alors il divise par deux le nombre de bénéficiaires.

Sur 8 millions de foyers bénéficiaires l’année dernière, il divise par deux la baisse de l’année dernière, soit de 100 à 150 euros par foyer.

Soit, il divise par deux le nombre de bénéficiaires passant de 8 à 4 millions de bénéficiaires.

D’un côté, l’Elysée qui semblerait préférer donner quelques miettes au plus grand nombre. De l’autre, Matignon qui semble estimer qu’il vaudrait mieux cibler les classes moyennes et leur donner une plus grosse enveloppe.

Economiquement, ça revient dans le circuit. Politiquement, ils peuvent voter social-démocrate.

Les hommes politiques sont ainsi faits qu’ils passent des heures à cogiter une mesure en faisant croire qu’elle aura un impact sur les structures économiques alors qu'ils n’espèrent qu’une chose : que l’impact soit, avant tout, politique.

Dans le contexte actuel, la baisse de l'impôt sur le revenu profitera à ceux qui en bénéficieront (ce sera toujours cela de pris), mais n’aura aucun effet sur le vote des uns et des autres. Plus grave, aucun effet sur la macroéconomie de ce pays. Quel casse-tête !!!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/09/2016 - 21:36
Déficit socialiste du budget 2015: 73 milliards E
Déficit socialiste du budget 2016: 72 Milliards d'Euros...ah ben ouais! C'est logique...pour un homme normal, il constaterait une dépense excessive de 145 milliards d'Euros en deux ans... pour un socialo, il reste un milliard qu'il n'a pas dépensé, et qu'il peut donc redistribuer...pas du tout la même perception des choses!
jurgio
- 07/09/2016 - 15:59
Répartition difficile !
...quand on ne sait plus où se situe précisément son électorat !
Anguerrand
- 07/09/2016 - 15:24
Baisse d'impôts ?
On se moque de nous quand on sait que la France vit à crédit au moins 1/3 de l'année, il faudra bien qu'ils continuent à augmenter d'autres impots. En tout cas le(à) prochain president récupérera une situation catastrophique et que Hollande qui fait ces cadeaux pour espérer sa réélection ( il y croit toujours, il est malade) s'en lavera les mains. Les socialistes n'ont trouvé que l'impôt pour s'en sortir et la dette sans jamais envisager la moindre economie. La pire des politiques pas le moindre résultat positif.