En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 21 min 52 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 1 heure 54 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 2 heures 51 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 1 heure 39 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 2 heures 23 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 4 heures 30 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 4 heures 53 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 5 heures 28 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 5 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Crise de foi

Mère Teresa, la Sainte qui ne croyait pas toujours en Dieu

Publié le 04 septembre 2016
Mère Teresa sera canonisée ce dimanche 4 septembre 2016 par le pape François. Cette femme, petite de taille et grande d'humanité, s'est illustrée toute sa vie durant par son dévouement auprès des "plus pauvres parmi les pauvres", notamment dans les bidonvilles de Calcutta, en Inde. Son accès à la sainteté est on ne peut plus logique. À la simple exception près que durant la plus grande partie de sa vie, elle disait ne plus avoir la foi.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mère Teresa sera canonisée ce dimanche 4 septembre 2016 par le pape François. Cette femme, petite de taille et grande d'humanité, s'est illustrée toute sa vie durant par son dévouement auprès des "plus pauvres parmi les pauvres", notamment dans les bidonvilles de Calcutta, en Inde. Son accès à la sainteté est on ne peut plus logique. À la simple exception près que durant la plus grande partie de sa vie, elle disait ne plus avoir la foi.

Mère Teresa va enfin accéder à un statut à la hauteur de la renommée mondiale dont elle est l'objet. Décédée en 1997, la bonne soeur réputée pour sa détermination et son pragmatisme a été béatifiée en 2003 par le pape Jean Paul II. Treize ans plus tard, ce 4 septembre 2016, elle va être canonisée par le pape François et déclarée sainte par le Vatican. Une finalité attendue par nombre de ses plus fervents admirateurs, compte tenu des nombreux actes de dévouement dont elle a fait preuve toute sa vie durant. Mais quelque chose cloche : elle n'a pas (toujours) eu la foi.

La nouvelle, survenue en août 2007, avait eu l'effet d'un coup de tonnerre. Le média américain Time révélait de larges extraits de la quarantaine de lettres dans lesquelles la nonne racontait son sentiment de vide intérieur, d'absence de foi. Pourtant, ce ne sont pas les actes de compassion et de dévouement, guidés tout d'abord par l'amour du Christ, qui manquent.

Itinéraire d'une icône de don de soi

Née le 26 août 1910 à Usküb (l'actuelle Skopje, en Macédoine), à l'époque en Empire ottoman, sous le nom d'Anjezë (Agnès) Gonxha Bojaxhiu, l'Albanaise Mère Teresa développe dès son plus jeune âge la culture du don : de pauvres gens sont régulièrement invités à la table familiale, et sa mère, fervente catholique, n'a de cesse de répéter "ma fille n'accepte jamais une bouchée qui ne soit partagée avec d'autres". Elle se retrouve orpheline de père alors qu'elle n'a que neuf ans, puis décide de se consacrer aux pauvres à travers la foi catholique.

En couvent à l'âge de dix-huit ans, puis en mission à Calcutta, en Inde, la foi de la jeune soeur la guide dans son action, qu'elle dirige vers les pauvres des bidonvilles. Alors que les conditions de vie et d'hygiène sont particulièrement déplorables, que les orphelins se font dévorer par les chiens errants et que tuberculose, lèpre et dysenterie font des ravages, celle qui va emprunter le nom de "Mère Teresa" en hommage à la sainte patronne des missions, Thérèse de Lisieux, va multiplier les actions de grâce. Elle fonde la congrégation des Missionnaires de la Charité en 1950, construit des écoles, et exhorte les autorités locales de lui donner accès à une vieille bâtisse afin que les personnes les plus souffrantes puissent mourir avec dignité – le centre est nommé Nirmal Hriday (cœur pur en bengali) ou encore "mouroir de Khalighat". Loin de s'en arrêter là, Mère Teresa fonde en 1955 un orphelinat, nommé Nirmala Sishu Bavan, puis la léproserie de Shantinagar. Tant d'actions récompensées d'un prix Nobel de la paix acquis en 1979 et d'une réputation mondiale de bienfaisance. En 1997, à l'âge de 87 ans, celle que tout le monde considère déjà comme une sainte, s'éteint enfin.

>>> Lire aussi : François, le pape qui créait des saints plus vite que son ombre <<<<

Crise de foi

Et pourtant, ce ne sont d'après ces lettres pas la foi catholique qui a guidé la bientôt sainte Mère Teresa à accomplir le bien autour d'elle. En effet, et durant cinquante années de sa longue vie, Mère Teresa a eu ce qu'on appelle une crise de foi. Un passage par lequel passent de nombreux saints, et que Saint Jean de la Croix, maître de la spiritualité catholique, appelait "la nuit sombre de l'âme". 

Imperturbable sur le terrain quand il s'agit de se montrer forte et fiable auprès des miséreux, elle est en revanche en proie à un doute profond une fois penchée sur sa feuille. Elle explique ainsi comment elle se sent abandonnée à "la solitude" et "l'obscurité", et qualifie même son mal-être de "torture". Elle confie, tout en allégorie, "regarder, mais ne pas voir ; écouter, mais ne pas entendre", faisant penser à Saint Paul dans sa Lettre aux Corinthiens : "aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure". Et c'est cette absence de foi qui semble la tourmenter au plus profond de son âme : "Où est ma foi – tout au fond de moi, où il n' a rien d'autre que le vide et l'obscurité – mon Dieu, que cette souffrance inconnue est douloureuse, je n'ai pas la foi", écrit-elle dans une lettre adressée à Jésus.

(Suite en page 2)

Potentiel obstacle à la canonisation

Et en supposant sa probable canonisation, elle annonçait déjà en 1962 : "Si un jour je deviens une sainte, je serai sûrement celle des ténèbres, je serai continuellement absente du paradis". Pas illogique pour celle qui aura passé la quasi-totalité de sa vie dans l'un des endroits les plus misérables sur Terre. Quant à la vision qu'elle avait eue d'un sourire divin, "c'est un masque", assure-t-elle, désespérée. Elle se sent hypocrite, assurant qu'elle n'éprouve aucun amour pour Dieu. Consciente du caractère pour le moins inhabituel de ces lettres, elle avait demandé à ce qu'elles soient détruites, mais l'autorité ecclésiastique s'y était opposée, justement en prévision du procès de canonisation, qui consiste à juger du mérite d'un bienheureux à accéder au statut de saint. Des doutes qui ne sont pas éloignés de ceux que Sainte Thérèse de Lisieux avait elle-même éprouvés, parlant à ses proches de "ténèbres"

Alors que peut-on conclure de cette foi longtemps vacillante ? Cette propension au doute n'est donc pas opposée à une grande sainteté, au contraire. Elle est vue parfois comme l'expression redoutable d'une épreuve mystique réservée aux âmes très avancées dans la vie spirituelle. Pour le père James Martin, SJ, jésuite et auteur spirituel reconnu, mère Teresa devrait être nommée "sainte patronne des douteurs". 

Humaine et imparfaite

Ces périodes de chamboulement psychique témoignent en tout cas d'une personnalité complexe. Mère Teresa avait une tendance à la démesure, à vouloir atteindre la perfection. Une perfection bien évidemment impossible à atteindre, qui la renvoyait à sa condition humaine, bien impuissante. "Je veux aimer Jésus comme personne ne l'a jamais aimé auparavant", disait-elle. 

Qu'importe, Mère Teresa sera canonisée ce dimanche. Dans la foi catholique, les saints sont ceux qu'on prend en exemple, ceux qui aident à suivre le Christ de différentes manières. Mère Teresa aura donc donné deux très grands exemples dans sa vie : celui de la dévotion aux pauvres, mais également celui, peut être pas moins héroïques, de la persévérance dans le doute. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 04/09/2016 - 10:34
''Mourir avec dignité''
''Mourir avec dignité'', c'est le nom qu'a choisi en France l'association qui milite pour la liberté d'obtenir l'Euthanasie. Si elle était vraiment sainte, mère Thérésa devait être capable d'apprécier le moment où un agonisant avait déjà largement suffisamment souffert pour avoir mérité le Paradis !