En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 2 heures 38 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 26 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 22 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 32 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 8 heures 55 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 21 heures 57 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 23 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Et le devoir de réserve ?

Justice antiterroriste : les étranges leçons juridico-morales du procureur de Paris François Molins vis-à-vis des propositions des candidats de droite

Publié le 09 septembre 2016
En recadrant les candidats de l'opposition, François Molins est sorti de son devoir de réserve. Or, au regard des échecs de la politique judiciaire et pénale, le parquet de Paris devrait faire montre d'une humilité intellectuelle particulière.
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En recadrant les candidats de l'opposition, François Molins est sorti de son devoir de réserve. Or, au regard des échecs de la politique judiciaire et pénale, le parquet de Paris devrait faire montre d'une humilité intellectuelle particulière.

Atlantico : Dans une interview accordée au journal Le Monde, François Molins, procureur de Paris, a sévèrement critiqué une partie des positions des candidats de droite en matière de lutte anti-terroriste, affirmant ne pas savoir si leurs propositions relevaient de "l’ignorance ou de la mauvaise foi". Quelle est l'autorité de François Molins pour s'immiscer ainsi dans le débat politique ?

Gilles-William Goldnadel : Les termes employés par François Molins sont, à mon sens, un peu vifs. Je ne crois pas qu'il soit du rôle d'un procureur de polémiquer avec l'opposition. Il me semble, au contraire, que le parquet de Paris devrait faire montre d'une humilité intellectuelle particulière. Je n'ai rien contre M. Molins qui est un homme de bien mais quand je l'entends dire que la politique répressive va être beaucoup plus sévère, j'aimerais lui demander pour quelles raisons on a attendu tant de temps. Je ne lis pas dans le marc de café, et pourtant, cela fait cinq ans voire dix ans que je demande à la politique pénale française d'être plus répressive. Quand je le disais à l'époque je recevais des bordées d'injures. Ainsi, ceux qui nous appellent à la modération devraient eux-mêmes être d'une immense modestie.

Nous avons perdu beaucoup de temps dans la politique pénale et dans la politique judiciaire. Des procès en responsabilité pourraient même être menés. De ce point de vue-là, je trouve l'opposition extrêmement raisonnable. Je pense par exemple à cette magistrate qui a libéré contre l'avis du parquet – je ne mets donc pas en cause sur ce point-là le parquet de Paris – le terroriste qui a commis l'attentat de Nice. Sa responsabilité – au moins morale – est clairement engagée. Les magistrats, les procureurs et les avocats – et je m'inclus dedans – ne sont pas de très grands clercs en politique pénale.  Ils ont bien sûr le droit de s'exprimer mais ceux qui seraient les plus à même de s'exprimer, ce sont les criminologues qui ne sont jamais interrogés, ce qui est quand même curieux. Les politiques qui font la loi doivent également s'exprimer. Par conséquent, que le procureur de Paris – qui est en principe d'une plus grande pondération –, se permette de traiter ainsi l'opposition parlementaire me semble un peu curieux. 

Il a ainsi écarté la création d'un parquet national antiterroriste, estimant que le dispositif actuel de la justice antiterroriste qu'elle était un "gage d'efficacité et de cohérence". Doit-on en conclure que la politique pénale est irréprochable ? En tenant de tels propos, le procureur de Paris ne sort-il pas de son rôle ? 

Encore une fois, le procureur de Paris, même s'il est tenu à une obligation de réserve – qu'il a peut-être franchie en qualifiant ainsi les propositions de l'opposition –, ne sort pas de son rôle lorsqu'il donne son avis sur la politique pénale à mener.

En revanche, l'efficacité de la politique pénale reste à prouver. Cette politique peut être grandement améliorée. L'épisode Taubira a été purement et simplement calamiteux. Il signe même, de mon point de vue, l'échec de la politique judiciaire du gouvernement. Que M. Valls – qui a mené quand il était ministre de l'Intérieur une politique tout à fait convenable – ait accepté le tandem avec Mme Taubira – ce que j'ai appelé le mariage de la carpe et du lapin – montre les limites de sa sincérité politique. En tant que citoyen et observateur de la situation de mon pays, j'ai du mal à lui pardonner.  

Selon vous, est-ce une habitude française que de laisser dériver des personnalités censées être apolitiques – ou du moins avoir un devoir de réserve – vers des sujets politiques ? Cela vous parait-il "sain" ?

Il est indéniable que ces derniers temps, des magistrats se sont permis d'émettre des avis tout à fait scabreux – le mur des cons du syndicat de la magistrature est emblématique de ces excès que nous payons aujourd'hui –. En revanche, si je conteste sur le fond et dans la forme ce que vient de dire M. Molins, il n'est pas selon moi l'exemple le plus critiquable.

Mais vous avez raison, l'obligation de réserve des magistrats est devenue une sorte de plaisanterie qu'on ne tolère pas par exemple dans la gendarmerie. M Favier – ancien directeur général de la gendarmerie nationale – s'est fait renvoyer pour bien moins que cela. Le devoir de réserve dans la magistrature, et notamment à gauche, est équivalent dans son application au devoir de neutralité des journalistes du service public de l'information.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 04/09/2016 - 07:50
UN PEU DE LUCIDITÉ?
La justice ne se grandit jamais en se commettant dans le débat politique ordinaire. Qu'elle considère plutôt toutes ses fautes comme toutes ses erreurs pour se réformer de l'intérieur au lieu de s'en prendre avec le mur des cons à des représentants du peuple français, au nom duquel - elle semble l'avoir oublié - elle prend ses décisions tous les jours. Relâcher des criminels, ne pas en enfermer d'autres, faillir régulièrement à son devoir de contrôle et de surveillance, accéder à la Cour de Cassation en ayant fait Outreau, La liste est longue des reproches que les Français ont à adresser à leur justice, qui semble trop souvent s'abstraire à la fois des contingences et du bon sens. Et le lien de fait qui unit l'inamovibilité avec l'irresponsabilité ne permet pas à des fonctionnaires quasiment intouchables de bailler des leçons à la Nation qui supporte dans sa chair les erreurs récurrentes de magistrats désinvoltes. Alors en plus, quand oublieuse de son indépendance, la magistrature se met en outre à servir les plats au pouvoir, c'est un pas de trop dans une direction qui ne cesse d'inquiéter en inféodant le pouvoir judiciaire à des partis où il n'a que faire.
vangog
- 04/09/2016 - 00:50
Commissaire politique, plutôt que procureur de Paris...
Ce François ( ah ces François, quelle brêles!...) Mollins se comporte comme un vulgaire commissaire politique d'une dictature socialiste d'avant-mur. Il n'en a plus que pour quelques mois d'action politique, et ça l'énerve de devoir rendre son poste...
Borgowrio
- 03/09/2016 - 19:39
Le mur des assassins
Monsieur Goldnadel reste très poli avec ce procureur , c'est son rôle , bien sûr . Nous, nous pouvons dire notre stupéfaction devant tant d'arrogance , pour quelqu' qui compte 250 morts comme bilan . Les responsables des massacres étaient quasiment tous en liberté conditionnelle .... Que mépris pour les victimes