En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 12 min 42 sec
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 25 min 30 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 54 min 44 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 2 heures 23 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 2 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 19 min 18 sec
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 54 min 18 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 1 heure 16 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 1 heure 59 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 41 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 3 heures 2 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 16 heures 58 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 18 heures 38 min
Docteur Michel et Mister Matraque Fiscale

Petit mémo chiffré à l'attention de ceux qui auraient entendu Michel Sapin affirmer que depuis 2014, le gouvernement rend aux Français le fruit de leur effort

Publié le 02 septembre 2016
Dans un entretien accordé à Jean-Jacques Bourdin, Michel Sapin a déclaré ce jeudi 1er septembre qu'entre 2010 et 2013, "on a utilisé l'impôt pour régler les problèmes. Depuis 2014, nous rendons aux Français le fruit de leurs efforts".
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
François Ecalle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien accordé à Jean-Jacques Bourdin, Michel Sapin a déclaré ce jeudi 1er septembre qu'entre 2010 et 2013, "on a utilisé l'impôt pour régler les problèmes. Depuis 2014, nous rendons aux Français le fruit de leurs efforts".

Atlantico : Dans quelle mesure le nouveau ministre de l'Économie est-il dans l'erreur ? Quelle est la pertinence du propos qu'il tient ? Les Français récupèrent-ils "le fruit de leurs efforts" ?

François Ecalle :  En 2009, le déficit public représentait 7,2 % du PIB et la France s’est engagée en janvier 2010 auprès de nos partenaires de l’Union européenne à le ramener au-dessous de 3,0 % du PIB en 2013. Un effort important de réduction de la composante structurelle du déficit (celle qui n’est pas liée aux fluctuations de l’activité économique) a été engagé à partir de 2011 pour respecter cet engagement. Contrairement à ce que les autres pays ont fait, il a porté essentiellement sur les prélèvements obligatoires, impôts et cotisations sociales, et non sur les dépenses publiques. Les mesures nouvelles de hausse de ces prélèvements ont atteint 4 points de PIB, soit environ 90 Md€, sur les années 2011-2014 (22 Md€ en 2011, 24 Md€ en 2012 dont la responsabilité est partagée entre les gouvernements qui se sont succédées et 44 Md€ en 2013-2014). Il est donc malheureusement vrai qu’on a utilisé l’impôt pour régler les problèmes.

En revanche, les français n’ont pas encore récupéré le fruit de leurs efforts. En 2015 et 2016, l’impact global des mesures fiscales et sociales nouvelles a été quasiment nul. Les baisses des impôts sur le revenu et sur les sociétés ou de certaines cotisations sociales ont été à peu près compensées par les hausses des impôts locaux ou sur les produits énergétiques ou d’autres cotisations sociales. S’agissant de 2017, les mesures inscrites dans le pacte de responsabilité et de solidarité étant devenues caduques en juin dernier, il n’y a plus de certitude sur ce que le Parlement va finalement voter.

Récompenser les Français en 2017 par de fortes baisses d’impôts serait d’ailleurs une grave erreur de politique économique. Le déficit public est encore supérieur à 3 % du PIB et la dette approche 100 % du PIB. Dans ces conditions, la reprise de la croissance, certes limitée, doit permettre de réduire le déficit et non, comme la France l’a trop souvent fait dans le passé, de vider une illusoire cagnotte budgétaire.

Jean-Luc Bœuf : Tout d'abord, il est un peu surprenant de qualifier l'impôt comme outil propre à "régler les problèmes". L'impôt est la contrepartie des services rendus à la Nation. Il doit être juste et proportionné. Le Conseil constitutionnel le rappelle à l'occasion.

La question de l'impôt concerne les particuliers et les entreprises. A la question "paie-t-on moins d'impôt aujourd'hui qu'au début du quinquennat", la réponse est non. Depuis 2012, les recettes annuelles de l'impôt sur le revenu n'ont fait qu'augmenter, de plus de 10 milliards d'euros en 2016 par rapport à 2012.

Rappelons également que le taux normal de la TVA est passé dans le même temps de 19,6 % à 20 % et le taux réduit de 7 à 10 %.

Il est un domaine où les résultats de l'actuel quinquennat sont meilleurs que ceux du quinquennat précédent. C'est celui du déficit annuel de l'État. Encore convient-il de préciser que les forts déficits des années 2009-2010 sont dus au plan de relance et au grand emprunt ; deux mesures qui ont permis de soutenir les investissements des entreprises et des collectivités.

Qui, au sein de la population mais aussi de l'ensemble des acteurs économiques, a le plus souffert fiscalement au cours de la période dont parle Michel Sapin ? A l'inverse, qui en a le plus profité ?

Jean-Luc Bœuf : Le nombre de foyers imposés a fortement baissé depuis 2014. Pour ce qui est de l'imposition des plus aisés, si le Conseil constitutionnel a censuré la mise en place d'un taux à 75%, le président Hollande a créé une tranche supplémentaire à 45%, et ce dès 2013. L'abaissement de l'avantage fiscal du quotient familial a eu pour conséquence d'augmenter de façon très importante la fiscalité des familles nombreuses et relativement aisées.

Les propos du nouveau ministre des Finances ne sont donc pas exacts, sauf pour les foyers les plus modestes. Tout aussi grave, la France est le seul État de l'OCDE à n'avoir dégagé aucun excédent budgétaire depuis 1979. Alors que la situation économique n'a rien à voir avec les années très sombres de 2008-2009.

François Ecalle : Il est très difficile d’apporter une réponse rigoureuse à cette question. Beaucoup de mesures fiscales et sociales nouvelles touchent en effet les entreprises mais, en réalité, ce sont les actionnaires, les salariés et les clients de ces entreprises qui sont affectés, dans des proportions qu’il est quasiment impossible en pratique de déterminer.

Si on s’en tient aux impôts et cotisations sociales dont les ménages sont directement redevables et si on y ajoute les prestations sociales sous conditions de ressources, il apparait que leur contribution à la réduction des inégalités est un peu plus forte en 2014 qu’en 2011. Globalement, les mesures relatives à ces prélèvements et à ces prestations semblent donc avoir pesé un peu plus sur les ménages les plus riches et un peu moins sur les plus pauvres.

Quelle est la véritable ardoise fiscale que François Hollande laisse à son successeur, et aux Français, outre la seule question de l'impôt ? Pour quelles conséquences sur l'économie ?

François Ecalle : La véritable ardoise fiscale laissée par François Hollande, et ses prédécesseurs, est une dette publique qui atteignait 2 100 Md€ au début de 2016, soit 96 % du PIB. Certes, elle a augmenté de 21 points de PIB de 2007 à 2011 puis de "seulement" 11 points de 2011 à 2015. Mais, d’abord, les années 2008-2009 ont été marquées par une crise mondiale sans précédent et la dette publique allemande a elle-même augmenté de 15 points de PIB de 2007 à 2011 ; ensuite, la conjoncture mondiale a été plus favorable de 2011 à 2015, période sur laquelle la dette allemande a ainsi diminué de 7 points.

Plus l’endettement public augmente, plus les risques de crise des finances publiques sont élevés, plus il est difficile de stabiliser la dette et plus les effets positifs keynésiens des déficits publics sont faibles. Il ne faut donc pas attendre pour ramener la dette publique à un niveau plus raisonnable, même si c’est au prix d’une croissance un peu plus faible. Pour y arriver, il est désormais urgent de réduire des dépenses publiques qui représentent 57 % du PIB, alors que la moyenne est inférieure de 10 points dans l’Union européenne. C’est beaucoup plus important que de donner aux Français les fruits encore trop verts de leurs efforts.

Jean-Luc Bœuf : L'ardoise laissée par le président sortant à mesure à trois éléments que sont les prélèvements obligatoires (le présent), la dette (le passé) et les investissements (le futur).

Les prélèvements obligatoires ont augmenté durant les quatre premières années du présent quinquennat. Ils dépassent aujourd'hui les 45 %. Ces prélèvements obligatoires bénéficient pour plus de la moitié aux organismes de sécurité sociale. Ce qui fait de la France l'un des pays où le montant des prélèvements obligatoires est le plus élevé.

La dette publique approche désormais les 100 % du PIB, contre 80 % du PIB en 2012. Durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la dette publique était passée de 65 % à 80 %. Et encore convient-il de préciser que la crise de 2008 s'est traduite par la plus forte contraction de PIB que la France ait connue depuis la Libération. La dette publique de la France s'élève donc aujourd'hui à près de 2150 milliards d'euros. Elle augmente de près de 40 milliards d'euros chaque trimestre. Si, au cours du quinquennat, la charge de la dette a baissé certains trimestres, c'est en raison de taux d'intérêt très faibles, lesquels échappent, bien sur, à l'action du chef de l'État.

Les investissements de l'État sont l'un des points noirs de la France. Jamais l'État n'a si peu investi. Sa part dans les politiques mises en place par les contrats de plan État-régions (CPER) diminue de génération en génération. Les "mesures" et autres "plans" nationaux, annoncés à chaque fois à grand renfort d'opérations de communication, se traduisent désormais en millions d'euros là où, naguère, il s'agissait de milliards d'euros. Dernier exemple en date, les annonces des mesures pour renforcer la sécurité dans les établissements scolaires. La ministre de l'Education a parlé de 50 millions d'euros. Pour l'ensemble du territoire. Soit moins de 1000 euros par école...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mili95
- 03/09/2016 - 11:03
Aucune pudeur
Il prends vraiment les français pour ce qu'ils sont des ânes,.prêts à y retourner en 2017
Trio d'enfer Hollande,Sapin,Valls qui continue à dire que les impôts baissent,que le chômage recule et que la sécurité s'est améliorée.et bon nombre des français y croient.
Philippine
- 03/09/2016 - 07:53
Mille excuses à mes compatriotes .......
car je n'aime pas dire souvent des "gros mots", mais là ,trop c'est trop, alors : ho, hé, la gauche, ARRETEZ DE NOUS PRENDRE POUR DES CONS !!!
Anguerrand
- 02/09/2016 - 12:44
Ils ne manquent pas de culot Sapin et le PS
Apres avoir augmenté les impôts d'une 50 eme de milliard, les derniers dont le me souviens (depuis 2016) ; augmentation des taxes sur le carburant 2.5 cts, augmenté la CSG pour les retraités de 5%, augmenté les taxes sur les transactions immobilières, 2 nouvelles taxes sur les societes, ils se targue de diminuer les impots ( pour certains) . Ils affirment le plus naturellement du monde que la France va mieux àlors que la dette continue à s'envoler. Nos enfants vous remercient Mr Sapin.