En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 17 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 26 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 47 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 41 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 44 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 10 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 47 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 39 min
Atlantico business

Sarkozy essaie de renouer avec les patrons du Medef ... et pourrait y parvenir

Publié le 01 septembre 2016
Invité à l'université d'été du Medef, Nicolas Sarkozy a essayé de renouer avec des patrons qui étaient plutôt rochons à son égard... Mais les choses ont peut-être changé.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Invité à l'université d'été du Medef, Nicolas Sarkozy a essayé de renouer avec des patrons qui étaient plutôt rochons à son égard... Mais les choses ont peut-être changé.

Nicolas Sarkozy n'a jamais beaucoup aimé les patrons du Medef qui, de leur coté, ne l'ont jamais beaucoup apprécié.

L'ancien président de la République qui n'était pas venu à cette grande messe annuelle du patronat depuis 2007 a donc accepté d'y participer une heure hier matin, mais on ne peut pas dire que cette assistance l'ait accueilli avec beaucoup de chaleur. La réserve était de mise dans une salle pourtant bondée, surchauffée et finalement très attentive.

Et puis au fur et à mesure que Nicolas Sarkozy a déroulé sa partition, la salle s'est décontractée pour terminer par "une standing ovation" et une cohue monumentale à la sortie digne d'une rock star.

L'ancien président a du métier. Il savait que parmi les dirigeants du Medef il n'avait pas que des amis, mais il savait aussi que les chefs d'entreprise, adhérents ou pas de l'organisation patronale, sont dans l'attente d'un vrai programme de redressement de l'économie.

Il a donc décliné son programme devant les patrons, un programme qui est développé en toutes lettres dans le livre qu'il vient de sortir pour expliquer sa candidature.

Alors c'est vrai que ce programme ressemble à un catalogue de promesses mais tous les programmes de la droite ressemblent à des catalogues, le fait nouveau c'est d'abord que Nicolas Sarkozy a classé les actions de réformes en trois grandes catégories.

Un, la simplification du droit du travail et la réforme des conditions de travail. On supprime les 35 heures et on revient aux heures supplémentaires. On modifie dans la foulée les contraintes du paritarisme en supprimant le monopole syndical, on introduit le referendum d'entreprise.

Deux, on simplifie la fiscalité, on supprime l'ISF pour cesser de faire la fortune de Monaco, de la Belgique ou de la Suisse. On baisse des charges de 35 milliards pour augmenter la compétitivité des produits français, ce qui veut dire au passage qu'on gardera le CICE. Mais pourquoi pas ?

Enfin, le candidat propose de baisser d'autant les dépenses publiques, en revenant à la règle du remplacement des fonctionnaires à proportion de "un sur deux", sauf dans les administrations régaliennes. La police et la justice.

Le programme de Nicolas Sarkozy n'a pas créé de surprise, pour une raison très simple. Tous les candidats de la droite et du centre sont grosso modo sur la même ligne.

La différence va donc se faire sur la méthode pour changer et sur la détermination. Et sur ce point, Nicolas Sarkozy a retrouvé une longueur d'avance.

Dans les milieux patronaux, son principal concurrent s'avère finalement être Emmanuel Macron.

Du coup, Nicolas Sarkozy reconnaît la primauté du chef d'entreprise pour créer de la valeur, de la croissance et des emplois. Il reconnaît que ce chef d'entreprise a besoin de liberté, à commencer par la liberté fiscale et administrative. Il reconnaît que la mondialisation est incontournable et que, mieux vaut s'armer pour en assumer les contraintes. Il reconnaît que la révolution digitale va tout bouleverser et qu'il faut s'y préparer.

Ce discours là correspond à la demande des chefs d'entreprise. C'est l'ADN d'un discours pro-business. C'est d'ailleurs celui de Macron et c'est pour cette raison que les patrons se sont entichés de Macron.

Mais les chefs d'entreprise ont parfaitement compris que l'équation Sarkozy pouvait leur être plus solide que celle de Macron.

D'abord parce qu'ils savent que la politique est un métier. Il ne suffit pas d'accéder au pouvoir, il faut l'exercer sur la longueur et dans la stabilité ; on ne s'improvise pas responsable politique. Il faut s'équiper et s'armer.

Ensuite, les patrons ont beau avoir des préférences, ils savent qu'ils ne pourront pas seuls mettre un homme à eux à l'Elysée. On n'est pas aux Etats-Unis. Le président sera élu par une majorité du corps électoral assez hétérogène, et dans cette majorité du corps électoral, il y a de tout. Des riches et des pauvres, des fonctionnaires et des salariés du privé, des jeunes, etc.

Dans ces conditions, le candidat doit tenir compte de tout cela. Mais pour que le pays tienne en équilibre, mieux vaut qu'en plus le président élu connaisse les subtilités du système économique. Les princes qui gouvernent n'habitent pas en banlieue aurait dit Machiavel, ils n'ont pas à le faire, tant qu'ils se souviennent que les banlieues existent . A l'extrême, les princes qui gouvernent n'ont pas à vivre comme des riches (d'où l'erreur du Fouquet's), mais ils doivent veiller à ce que la liberté de devenir riche et de créer de la valeur pour tous soit protégée.

En 2007, Nicolas Sarkozy avait expliqué qu'on devait travailler plus pour gagner plus. Depuis il s'est aperçu que c'était beaucoup plus compliqué. Au delà de l'organisation du travail, le projet de créer une entreprise pouvait être pouvait être beaucoup plus mobilisateur. C'est aussi le rêve que propose Macron. Mais pour un patron, un Sarko c'est plus solide qu'un Macron.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chamouton
- 01/09/2016 - 14:43
Sarko Macron
Sylvestre affirme 2 choses hallucinantes : "La différence va donc se faire sur la méthode pour changer et sur la détermination. Et sur ce point, Nicolas Sarkozy a retrouvé une longueur d'avance.
Dans les milieux patronaux, son principal concurrent s'avère finalement être Emmanuel Macron."
En ce qui concerne Sarkozy, oser dire qu'il a une longueur d'avance en matière de méthode et de détermination, c'est ne pas connaître le personnage qui, certes, possède ces qualités pour sa propre carrière, mais qui est beaucoup moins déterminé quand il faut tenir face à la rue. Quant à Macron, le produit médiatique du moment, les patrons savent très bien qu'il ne renie pas son appartenance à gauche et qu'il lui préféreront toujours une personnalité de droite. Cette caste politique et médiatique n'a pas peur de dire tout et son contraire. Il paraît même, selon le microcosme, que Macron est très aimé à droite, ce qui est plausible, car on oublie un peu facilement qu'on a la droite la plus bête du monde. Elle se laisse facilement séduire par les sirènes humanistes des socialistes et par les envolées événementielles de Sarkozy. A quand une réflexion sur le fond ?
langue de pivert
- 01/09/2016 - 13:13
C'est M. Sylvestre qui parle du Fouquet's ! Le CICE je sais même pas ce que c'est ! Ça se mange ? :-) Merci pour l'adresse mais le homard seulement en bord de mer (en Bretagne ou en Méditerranée) et sûrement pas au Fouquet's bien sûr !
Ganesha
- 01/09/2016 - 12:55
Rugbyman Two
Langue de Pivert, on vous parle du CICE et vous répondez sur le Fouquet's ! Le menu à 90euros comprenait un homard breton, mais il était minuscule ! Si vous voulez faire un festin de homard, allez donc goûter celui du Rugbyman Two, place Ste Catherine, à Bruxelles ! (60 euros le homard de 700gr)