En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 46 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 14 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 26 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 4 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 22 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 49 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 40 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 6 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 50 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 9 min
© Reuters
Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde".
© Reuters
Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde".
On y est presque !

Université d’été du Medef : ce que Pierre Gattaz pourrait utilement ajouter à son programme pour relancer l’économie française

Publié le 02 septembre 2016
Les objectifs posés par le président du MEDEF sont clairs : plein-emploi (soit pas plus de 6% de chômage) et un retour à une croissance de 3%. Pour autant, les solutions qu'il propose pour y parvenir pourraient s'avérer insuffisantes.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les objectifs posés par le président du MEDEF sont clairs : plein-emploi (soit pas plus de 6% de chômage) et un retour à une croissance de 3%. Pour autant, les solutions qu'il propose pour y parvenir pourraient s'avérer insuffisantes.

Atlantico : Dans une interview donnée au quotidien Les Echos, Pierre Gattaz met en avant les mesures qui, selon lui, permettront un retour au plein emploi et à une croissance de 3%. Il s'agit pour le patron du MEDEF de louer la politique de l'offre. Si cette politique peut être utile à l'amélioration de l'économie, est elle suffisante pour permettre un retour au plein emploi et à une croissance  de 3% ?

Jean-Paul Betbeze : Une croissance à 3% est toujours à souhaiter, bien sûr, mais 2% seraient déjà bien. Nous sommes en effet scotchés à une croissance faible parce que l’emploi augmente peu, comme la productivité. Or, la croissance, c’est l’addition de l’emploi privé et de la productivité. Ce sont donc les deux chantiers sur lesquels il faut travailler. La politique de l’offre, c’est une politique de la compétitivité et de la formation, aujourd’hui plus que jamais. La compétitivité est une notion protéiforme : il ne s’agit plus d’être moins cher dans les activités que nous connaissons dans les pays développés, mais d’être en avance, pour les technologies, pour la connaissance des clients et pour la satisfaction des marchés. Ceci suppose donc de l’investissement physique, de l’investissement immatériel, en logiciels par exemple, et surtout cet investissement immatériel qui fera la différence : la formation, encore et toujours, dans la durée.

On le comprend, pour sortir aujourd’hui du carcan qu’est notre production potentielle estimée à 1,8%, c’est d’un vrai sursaut qu’il s’agit. Ce sursaut d’investissements implique évidemment plus de souplesse dans les embauches et plus de simplicité avec la puissance publique, mais surtout plus de rentabilité. Aujourd’hui, selon les dernières études de l’Insee, l’excédent brut d’exploitation rapporté à la valeur ajoutée atteint 32,2% en début d’année, grâce à la réduction des charges du CICE. C’est évidemment mieux que les 27 ou 28% antérieurs, mais ce ne sont pas les 35% allemands. Aussi longtemps que la marge des entreprises ne sera pas durablement rehaussée, il est peu probable que les entrepreneurs investiront davantage, ce qui est par construction un risque, surtout s’il s’agit de capital humain.

On dit toujours que le patronat veut moins de contraintes et plus de marges, ce n’est pas illégitime quand il a plus de contraintes et moins de marges que ses concurrents immédiats !

Quelles sont les mesures ignorées ici par le patron du MEDEF ? Que révèle l'absence de vision macroéconomique, ou européenne, à cette analyse?

Dans l’interview, Pierre Gattaz met l’accent sur l’essentiel selon lui et traite effectivement peu de la formation. Or, cet élément est décisif mais encore plus complexe à obtenir que la hausse des marges qui "parle à tout le monde". Pourquoi ? Parce que notre système de formation initiale et d’apprentissage n’est pas assez adapté, et plus encore parce que le climat social n’est pas assez confiant. On parle en effet en France d’emploi et de salaires, qu’il convient d’augmenter régulièrement. Mais l’essentiel est l’emploi et les salaires dans la durée, pas l’évolution de l’embauche ou la hausse de salaires sur une année. Le nouveau contrat de travail, au moins d’un point de vue économique, devrait mettre au centre l’employabilité du salarié, seul gage de son revenu sur longue période, puis de sa retraite. Au lieu de discuter seulement du salaire annuel lors du bilan RH, il vaudrait bien mieux intégrer l’ensemble des composantes de la rémunération : le salaire bien sûr, avec bonus, avantages divers, actions gratuites ou stock-options, plus encore compléments de retraite et, surtout, un programme de formation sur plusieurs années. Mais, encore une fois, pour arriver à ce type de négociation, il faut des entreprises qui aient les moyens financiers de les mener, et on retrouve les marges, plus le climat social nécessaire pour les obtenir. C’est alors que l’on peut regretter que le débat français soit si tendu, par comparaison avec l’Allemagne bien sûr. On ne peut donc pas dire que Pierre Gattaz manque de vision macroéconomique ou européenne, mais plutôt que les problématiques macroéconomique ou européenne ne sont pas très présentes ici !

Quel serait le "policy mix" le plus probant pour permettre la réalisation de l'objectif du MEDEF, entre plein emploi et croissance à 3% ?

Ne rêvons pas : 3% de croissance représente un saut considérable par rapport au potentiel actuel de l’économie française. Il faudra plusieurs années pour l’atteindre, si c’est possible, avec bien plus d’emploi et de formation, car le monde ne va pas s’arrêter de faire des progrès et de nous concurrencer. Symétriquement, il n’est pas mauvais de se donner des objectifs ambitieux. Aujourd’hui, on ne mobilise personne en disant qu’il faudrait passer à 1,6 ou 1,7% dans les années qui arrivent contre 1,5% espéré pour 2016. C’est donc d’un engagement dans la durée qu’il s’agit. D’ores et déjà, le Premier ministre a annoncé des baisses de l’impôt sur les sociétés dans les années à venir, au delà même du quinquennat actuel. C’est obligatoire : pour pousser les entrepreneurs à investir davantage, il faut voir bien plus loin. Et, pour faire évoluer les rapports sociaux, la loi El Khomri nous l’a bien montré, il faut beaucoup expliquer et préparer les esprits. Une croissance plus soutenue dans la mutation actuelle implique donc un "policy mix" d’une autre nature : il ne s’agit pas simplement de taux d’intérêt plus bas et d’un Etat plus compréhensif, mais bien de nouveaux rapports sociaux, notamment au niveau de l’entreprise. Et, là aussi, il faudra bien plus de formation. L’essentiel, c’est la productivité du travail, elle ne se décrète pas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 31/08/2016 - 12:00
P. Gattaz
Echec, pour dire le moins