En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 10 heures 27 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 11 heures 2 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 14 heures 41 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 19 heures 5 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 10 heures 44 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 11 heures 13 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 14 heures 31 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 19 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
"A plus dans le bus"

Comment la fin des petites écoles rurales souhaitée par le gouvernement va impacter le niveau scolaire des élèves (et leur village)

Publié le 30 août 2016
Fermeture des petites écoles, regroupement... C'est la rentrée et l'éducation nationale encourage la signature de la "convention ruralité". Le principe : l'Etat garantit le maintien des postes d'enseignement pendant 3 ans, en échange de quoi les maires doivent réfléchir à une réorganisation de leur établissement. Déjà 22 conventions ont été signées, 30 sont en projet.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fermeture des petites écoles, regroupement... C'est la rentrée et l'éducation nationale encourage la signature de la "convention ruralité". Le principe : l'Etat garantit le maintien des postes d'enseignement pendant 3 ans, en échange de quoi les maires doivent réfléchir à une réorganisation de leur établissement. Déjà 22 conventions ont été signées, 30 sont en projet.

Atlantico : quels sont les avantages et désavantages liés au regroupement scolaire pour les élèves de communes ou les écoles ferment ?

Pierre Duriot : En réalité, ces regroupements d'écoles sont intimement liés à la politique rurale globale et le paramètre scolaire suit un mouvement général lié au développement. L'école n'est pas un maillon isolé de la ruralité. Effectivement, la mutualisation des moyens s'opère pour de nombreuses thématiques, dont l'école, va parfois même jusqu'au regroupement pur et simple de plusieurs communes sous la bannière d'une seule mairie. Il est évident qu'une école est une charge non négligeable dans un budget de petite commune mais également un argument pour l'accueil et l'installation de nouveaux habitants. La présence d'une école de proximité est un critère de choix prépondérant pour une famille avec enfants. L'entretien et les charges regroupés sont le premier poste d'économie dans des communes souvent nanties de bâtiments mairie-école républicains, à plusieurs classes, datant d'avant ou d'après-guerre et souvent prévus pour quatre à cinq classes alors qu'il n'y a plus que quelques élèves. La gestion et la reconversion de ces patrimoines immobiliers est souvent un casse tête.

En contrepartie, la mise en place d'un ramassage solaire, sous-traité, donc payé à une entreprise privée ou alors organisé par les communes elles-mêmes avec achat de véhicule et embauche d'un chauffeur, n'est pas non plus une rente. S'entendre sur la localisation de l'école, le partage des frais, au prorata du nombre d'élèves, est également un sujet d'âpres discussions.

Pour les élèves et leurs parents bien sûr, ce peut-être une organisation plus complexe, des trajets en voiture, des journées plus longues, de la fatigue, mais souvent, pour eux-aussi, une mutualisation des moyens et du temps entre voisins.

Un regroupement d'école n'est certes pas neutre, mais on ne peut pas parler de manière globale de perte ou de bénéfice, tout cela est hautement lié au contexte et si chaque cas n'est pas unique, les forces d'initiatives et les bonnes volontés en présence ont toute leur importance.

La fermeture de ces écoles qui regroupent bien souvent des élèves de niveaux différents (CM1 et CM2 par exemple) dans des classes uniques peut-elle entraîner une baisse de niveaux chez ces derniers ?

Là encore, il n'y a pas de cas général. On peut avoir de ces vieux instituteurs très expérimentés, présents dans les villages depuis des décennies, ayant eu comme élèves les parents de leurs élèves actuels et dans ce cas, le niveau peut-être très élevé, le regroupement d'élèves un enrichissement général, pour une ambiance d'apprentissage très intéressante.

On peut aussi avoir de ces postes isolés, où de très jeunes enseignants échouent pour un an, par défaut, avec une incertitude permanente sur le devenir de la structure, moins de pratique et d'expérience pédagogiques, pour des contextes difficiles techniquement et peu à la portée d'un enseignant débutant. La stabilité géographique et dans le temps des enseignants et leur expérience sont des facteurs importants dans la réussite d'une école rurale.

Ceci dit, aujourd'hui, même dans une classe à un seul niveau, dans une grosse école de ville, les niveaux des enfants sont très hétéroclites. Cela se corse dans les collèges de campagne, où le maintien ou la fermeture obéissent, en arrière plan, à des considérations politiques locales. Il est vrai que dans les départements campagnards les tout petits collèges ont souvent de piètres résultats et le fantasme de ces petites structures où l'on apprendrait mieux a la vie dure : il n'est est rien. La présence d'élèves de classes sociales supérieures, qui sont statistiquement plus en réussite, l'émulation et le dynamisme liés au nombre d'élèves et de parents, sont de nature à tirer les résultats vers le haut.

Quels impacts ces fermetures d'écoles peuvent-elles avoir sur le quotidien et la santé des villages concernés  ? Quelles autres conséquences ces mesures pourraient-elles faire émerger ?

Comme expliqué à la première question, l'école est un maillon dans un processus global. La fin de l'école signifie aussi la fin de toute activité économique et entraîne la désertification. Les vies associative, économique, culturelle, sont étroitement liées et la disparition d'une école est le signe d'un échec des politiques locales et gouvernementales. A travers des initiatives, il est sans doute grand temps d'y remédier. Faute locale, dans la mesure où tout n'a pas été forcément mis en œuvre pour maintenir des activités économiques et des tissus administratifs, associatifs, touristiques. Par manque de volonté, de compétences, faute aussi de capacités à s'entendre entre élus, chacun défendant son pré carré et tout le monde coulant en même temps au final, pour n'avoir pas su se coordonner dans le temps et l'espace, sur du long terme. Faute gouvernementale, en raison d'un choix délibéré d'hyper-focalisation sur les quartiers, les banlieues, les considérations à haute teneur médiatique, dans les quartiers multiculturels, au détriment d'une France profonde, rurale, représentant la moitié des français, mais qui n'intéresse pas des élus nationaux et les gouvernements engoncés dans le parisianisme et l'idéologie. Cela se paye électoralement avec des scores importants du Front National dans les campagnes, lesquelles se sentent, à juste titre, oubliées. S'en suit un désintérêt du pouvoir pour des campagnes où il ne fait pas le plein d'électeurs entraînant un processus sans fin de désintérêt réciproque.

La désaffection pour les campagnes relève bel et bien d'une orientation politique : clochers, terroirs, traditions, ruralité, sont devenus, non pas des considérations économiques et des enjeux de développement du territoire, mais des considérations idéologiques, contenant un mépris de la part de certains responsables nationaux pour la "province" profonde, où ils vont peu et avec une certaine condescendance, en dehors des périodes électorales. Ils les laissent ainsi, ostensiblement, aux droites patriotes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
totor101
- 30/08/2016 - 10:52
PAS NOUVEAU !
Cela fait plus de 40 ans que les "petites" écoles ferment .....
Mais avec l'age les "petites" deviennent de plus en plus grosses ! ! ! !