En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

ça vient d'être publié
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 1 heure 23 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 3 heures 19 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 6 heures 7 min
pépites > International
Répression
Hong Kong : la veillée pour Tiananmen a été interdite pour la première fois en 30 ans
il y a 7 heures 22 min
pépites > International
"Contre-attaque"
La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Second tour

Municipales : LREM affaiblie par la médiocrité politique de nombre de ses candidats

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 12 heures 1 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 5 heures 47 min
light > High-tech
Réseaux sociaux vs Donald Trump
Mark Zuckerberg est critiqué par des salariés de Facebook après avoir refusé de signaler des messages "polémiques" de Donald Trump
il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Contaminations
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian révèle avoir été infecté par le coronavirus
il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > International
Vague de colère
Mort de George Floyd : les images des incidents à Washington près de la Maison Blanche
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Economie
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 11 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 12 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
"A plus dans le bus"

Comment la fin des petites écoles rurales souhaitée par le gouvernement va impacter le niveau scolaire des élèves (et leur village)

Publié le 30 août 2016
Fermeture des petites écoles, regroupement... C'est la rentrée et l'éducation nationale encourage la signature de la "convention ruralité". Le principe : l'Etat garantit le maintien des postes d'enseignement pendant 3 ans, en échange de quoi les maires doivent réfléchir à une réorganisation de leur établissement. Déjà 22 conventions ont été signées, 30 sont en projet.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fermeture des petites écoles, regroupement... C'est la rentrée et l'éducation nationale encourage la signature de la "convention ruralité". Le principe : l'Etat garantit le maintien des postes d'enseignement pendant 3 ans, en échange de quoi les maires doivent réfléchir à une réorganisation de leur établissement. Déjà 22 conventions ont été signées, 30 sont en projet.

Atlantico : quels sont les avantages et désavantages liés au regroupement scolaire pour les élèves de communes ou les écoles ferment ?

Pierre Duriot : En réalité, ces regroupements d'écoles sont intimement liés à la politique rurale globale et le paramètre scolaire suit un mouvement général lié au développement. L'école n'est pas un maillon isolé de la ruralité. Effectivement, la mutualisation des moyens s'opère pour de nombreuses thématiques, dont l'école, va parfois même jusqu'au regroupement pur et simple de plusieurs communes sous la bannière d'une seule mairie. Il est évident qu'une école est une charge non négligeable dans un budget de petite commune mais également un argument pour l'accueil et l'installation de nouveaux habitants. La présence d'une école de proximité est un critère de choix prépondérant pour une famille avec enfants. L'entretien et les charges regroupés sont le premier poste d'économie dans des communes souvent nanties de bâtiments mairie-école républicains, à plusieurs classes, datant d'avant ou d'après-guerre et souvent prévus pour quatre à cinq classes alors qu'il n'y a plus que quelques élèves. La gestion et la reconversion de ces patrimoines immobiliers est souvent un casse tête.

En contrepartie, la mise en place d'un ramassage solaire, sous-traité, donc payé à une entreprise privée ou alors organisé par les communes elles-mêmes avec achat de véhicule et embauche d'un chauffeur, n'est pas non plus une rente. S'entendre sur la localisation de l'école, le partage des frais, au prorata du nombre d'élèves, est également un sujet d'âpres discussions.

Pour les élèves et leurs parents bien sûr, ce peut-être une organisation plus complexe, des trajets en voiture, des journées plus longues, de la fatigue, mais souvent, pour eux-aussi, une mutualisation des moyens et du temps entre voisins.

Un regroupement d'école n'est certes pas neutre, mais on ne peut pas parler de manière globale de perte ou de bénéfice, tout cela est hautement lié au contexte et si chaque cas n'est pas unique, les forces d'initiatives et les bonnes volontés en présence ont toute leur importance.

La fermeture de ces écoles qui regroupent bien souvent des élèves de niveaux différents (CM1 et CM2 par exemple) dans des classes uniques peut-elle entraîner une baisse de niveaux chez ces derniers ?

Là encore, il n'y a pas de cas général. On peut avoir de ces vieux instituteurs très expérimentés, présents dans les villages depuis des décennies, ayant eu comme élèves les parents de leurs élèves actuels et dans ce cas, le niveau peut-être très élevé, le regroupement d'élèves un enrichissement général, pour une ambiance d'apprentissage très intéressante.

On peut aussi avoir de ces postes isolés, où de très jeunes enseignants échouent pour un an, par défaut, avec une incertitude permanente sur le devenir de la structure, moins de pratique et d'expérience pédagogiques, pour des contextes difficiles techniquement et peu à la portée d'un enseignant débutant. La stabilité géographique et dans le temps des enseignants et leur expérience sont des facteurs importants dans la réussite d'une école rurale.

Ceci dit, aujourd'hui, même dans une classe à un seul niveau, dans une grosse école de ville, les niveaux des enfants sont très hétéroclites. Cela se corse dans les collèges de campagne, où le maintien ou la fermeture obéissent, en arrière plan, à des considérations politiques locales. Il est vrai que dans les départements campagnards les tout petits collèges ont souvent de piètres résultats et le fantasme de ces petites structures où l'on apprendrait mieux a la vie dure : il n'est est rien. La présence d'élèves de classes sociales supérieures, qui sont statistiquement plus en réussite, l'émulation et le dynamisme liés au nombre d'élèves et de parents, sont de nature à tirer les résultats vers le haut.

Quels impacts ces fermetures d'écoles peuvent-elles avoir sur le quotidien et la santé des villages concernés  ? Quelles autres conséquences ces mesures pourraient-elles faire émerger ?

Comme expliqué à la première question, l'école est un maillon dans un processus global. La fin de l'école signifie aussi la fin de toute activité économique et entraîne la désertification. Les vies associative, économique, culturelle, sont étroitement liées et la disparition d'une école est le signe d'un échec des politiques locales et gouvernementales. A travers des initiatives, il est sans doute grand temps d'y remédier. Faute locale, dans la mesure où tout n'a pas été forcément mis en œuvre pour maintenir des activités économiques et des tissus administratifs, associatifs, touristiques. Par manque de volonté, de compétences, faute aussi de capacités à s'entendre entre élus, chacun défendant son pré carré et tout le monde coulant en même temps au final, pour n'avoir pas su se coordonner dans le temps et l'espace, sur du long terme. Faute gouvernementale, en raison d'un choix délibéré d'hyper-focalisation sur les quartiers, les banlieues, les considérations à haute teneur médiatique, dans les quartiers multiculturels, au détriment d'une France profonde, rurale, représentant la moitié des français, mais qui n'intéresse pas des élus nationaux et les gouvernements engoncés dans le parisianisme et l'idéologie. Cela se paye électoralement avec des scores importants du Front National dans les campagnes, lesquelles se sentent, à juste titre, oubliées. S'en suit un désintérêt du pouvoir pour des campagnes où il ne fait pas le plein d'électeurs entraînant un processus sans fin de désintérêt réciproque.

La désaffection pour les campagnes relève bel et bien d'une orientation politique : clochers, terroirs, traditions, ruralité, sont devenus, non pas des considérations économiques et des enjeux de développement du territoire, mais des considérations idéologiques, contenant un mépris de la part de certains responsables nationaux pour la "province" profonde, où ils vont peu et avec une certaine condescendance, en dehors des périodes électorales. Ils les laissent ainsi, ostensiblement, aux droites patriotes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
totor101
- 30/08/2016 - 10:52
PAS NOUVEAU !
Cela fait plus de 40 ans que les "petites" écoles ferment .....
Mais avec l'age les "petites" deviennent de plus en plus grosses ! ! ! !