En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 8 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 13 heures 45 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 17 heures 49 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 17 heures 49 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 10 heures 40 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 13 heures 49 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 15 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 16 heures 53 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 17 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Fessenheim : le cadeau empoisonné de Ségolène Royal à EDF. Il va coûter tellement cher que personne n’ose en parler

Publié le 29 août 2016
Le gouvernement et EDF ont négocié tout l’été pour fixer l’indemnité qui sera versée en compensation de la fermeture de cette centrale nucléaire. C’est dérisoire, parce qu’il faudra bien que quelqu’un paye. Alors devinez qui ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement et EDF ont négocié tout l’été pour fixer l’indemnité qui sera versée en compensation de la fermeture de cette centrale nucléaire. C’est dérisoire, parce qu’il faudra bien que quelqu’un paye. Alors devinez qui ?

Après des mois de débats assez violents, le gouvernement aurait trouvé un accord sur le montant de l’indemnisation qui sera versée à EDF, pour compenser le coût de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim : 400 millions d’euros. Alors c’est mieux que les 80 millions d’euros que Ségolène Royal avait proposé avant l’été. Mais c’est encore très loin de ce que EDF aura besoin pour financer l‘arrêt, puis le démontage et le manque à gagner de la centrale. Les services d'EDF ont estimé le coût entre 2 et 3 milliards d’euros, sachant que la commission parlementaire avait chiffré les dommages et intérêts à 4 milliards d’euros.

EDF et l’administration se sont donc battus tout l’été pour aboutir à un chiffre dont tout le monde sait qu‘il est très politique. Il permettra seulement de calmer le jeu. La meilleure preuve, c’est que cette estimation est sortie la semaine dernière, et ni le cabinet de Ségolène Royal, ni la direction d'EDF se sont précipités pour la commenter. Les uns comme les autres savent que ce chiffre est tellement loin de la réalité qu’il faudra bien revenir dessus.

En attendant, cet arbitrage en dit long sur la façon dont l’administration gère ses relations avec une grande entreprise industrielle comme EDF.  En fait, le gouvernement s’est retrouvé piégé, comme souvent, par une promesse politique qu’il ne peut pas réaliser.

1er point : la décision de fermer Fessenheim, une des centrales nucléaires les plus emblématiques, avait été annoncée par François Hollande pendant la campagne présidentielle. C’était l'une des conditions pour s’attacher le vote des écologistes. Ségolène Royal a repris à son tour ce projet en jurant de le réaliser.

2e point : la fermeture de Fessenheim n’étant pas urgente, techniquement et économiquement, beaucoup d’experts et de responsables politiques ont critiqué l‘idée en soulignant le coût que cela représenterait.

3e point : devant les contraintes d’approvisionnement en électricité et les contraintes budgétaires, EDF a réussi à négocier un allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, pensant que Fessenheim pourrait également continuer de tourner quelques années.

4e point : c’était sans compter avec les certitudes des écologistes et la détermination de Ségolène Royal, qui a consenti à porter le débat sur les moyens nécessaires pour indemniser EDF. Quand on a commencé les calculs, on s’est bien aperçus que le coût était exorbitant et que le budget de la France ne le permettait pas. D’où le débat sur le montant des indemnisations.

5e point : le dossier n’est pas clos pour autant parce que, si l’administration accepte de verser les 400 millions d'euros et donne l‘ordre de commencer les travaux d’arrêt et de démantèlement, cela coûtera beaucoup plus cher. EDF ne tarderait pas, dans ces conditions, à nous le préciser. Entre 3 et 4 milliards d'euros. A qui les demander sinon à l'Etat ?

6e point : dans ces conditions, il faudra bien préciser comment sera financée la différence. En théorie, il n’y a pas trente-six solutions, il y en a trois, très simples :

- EDF pourra demander à l’Etat une dotation supplémentaire en capital, c’est-à-dire qu'on reviendra à la case départ.

- EDF devra demander une augmentation des tarifs, et c’est le client, usager qui paiera directement. 

EDF peut aussi réduire son programme d’investissement, ce qui ne fera qu’augmenter les prix de revient de l’énergie.

Dans tous les cas de figure, on s’aperçoit qu‘une décision purement politique - fermer une centrale pour faire plaisir à un segment de clientèle électorale, sans que cette décision corresponde à une équation économique équilibrée - débouche sur un appel au contribuable.

Le contribuable n’a pas mérité de payer pour que le gouvernement achète les voix des écologistes. Ségolène Royal risque d’en faire perdre beaucoup plus que ce qu'elle pense en récupérer par la fermeture de Fessenheim.

Est-ce qu’il existait d’autres solutions ? Oui, bien sûr : laisser fonctionner Fessenheim encore quelques années, en attendant que la prochaine génération soit opérationnelle.

Mais c’était évidemment politiquement impossible. Le gouvernement s’est piégé complètement.

Résultat : il est probable qu'on ne reparlera plus de ce dossier. Ségolène Royal va pouvoir participer à la prochaine campagne présidentielle en disant que le dossier a été réglé. Elle ne dira pas comment, parce qu‘en réalité, le prochain gouvernement s’empressera de tout reprendre à zéro. Il n’aura pas d’autres choix. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Porcelaine
- 30/08/2016 - 15:34
Patience
Attendez juste mai 2017, et on en parlera plus...
Ganesha
- 30/08/2016 - 12:47
Burkini
Élisez-donc Sarko pour voir comment lui, il réglera ce problème ! Il fera une grande déclaration très poignante à la télé et il proposera, comme pour le burkini, de réformer la Constitution ?
Beredan
- 30/08/2016 - 09:08
Folie des grandeurs , incompétence et gabégie
Ces vampires nous sucent jusqu'à la moelle... C'est çà le socialisme.