En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 33 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 5 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 6 heures 51 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 47 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 47 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© Romeo Ranoco / Reuters
Rodrigo Duterte, le président des Philippines, a promis de "nettoyer" le pays des trafiquants de drogue.
© Romeo Ranoco / Reuters
Rodrigo Duterte, le président des Philippines, a promis de "nettoyer" le pays des trafiquants de drogue.
Double vie

"Je me suis approché de lui, et lui ai tiré une balle dans la tête" ; à la rencontre de Maria, mère de famille et tueuse à gage au sein des milices anti-drogues philippines

Publié le 04 novembre 2016
Depuis que le Philippin Rodrigo Duterte est arrivé à la tête du pays le 30 juin 2016, il mène la vie dure aux trafiquants de drogue. Il a même autorisé les habitants à tuer les dealers présumés sans autre forme de procès. Maria est mère de famille le jour, tueuse à gages la nuit.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que le Philippin Rodrigo Duterte est arrivé à la tête du pays le 30 juin 2016, il mène la vie dure aux trafiquants de drogue. Il a même autorisé les habitants à tuer les dealers présumés sans autre forme de procès. Maria est mère de famille le jour, tueuse à gages la nuit.

C'est un témoignage révélateur de la situation chaotique qui règne dans les Philippines, que le journaliste Jonathan Head a retranscrit dans un article publié sur le site de la BBC. Le journaliste britannique correspondant en Asie du Sud-Est a rencontré Maria et Roger (dont les prénoms ont été changés), respectivement tueuse à gages et trafiquant de drogue. Deux personnes dont les destins devraient se croiser, depuis que le nouveau président du pays, Rodrigo Duterte, mène une politique de terreur sur le territoire en incitant la population à prendre les armes et à se débarrasser des dealers de rue d'une balle dans la tête.

L'habit ne fait pas le moine : en rencontrant l'un des assassins qui se font payer par le gouvernement pour tuer les dealers et consommateurs de drogue, Jonathan Head ne s'attendait certainement pas à voir arriver vers lui une jeune femme, bébé au bras. Maria est une habitante de Manille, la capitale du pays, que la police philippine paie pour tuer. Et elle n'est pas la seule : depuis que Rodrigo Duterte est arrivé au pouvoir, la situation aux Philippines a tout d'un film dystopique aux allures de American Nightmare.

"Oubliez les droits de l'Homme"

L'ancien avocat de 71 ans élu à 39% des voix – scrutin uninominal à un tour oblige – a promis de "nettoyer" son pays des trafiquants de drogue. Et autorise les citoyens eux-mêmes à passer  à l'action : "Appelez-nous ou appelez la police, sinon faites-le vous-même si vous avez une arme, vous avez mon soutien" avait-il déclaré. Les Philippins n'en demandaient pas tant : depuis le 1er juillet, quelque 1900 meurtres ont été commis, dont environ 750 par la police. Le reste est l'œuvre des habitants et des milices qui se sont mises en place au sein des villes.

La terreur a au moins une utilité : près de 700 000 trafiquants et consommateurs de drogues se sont rendus à la police. Mais les prisons sont bondées. Au sein du centre pénitentiaire de Quezon, il y a 3950 détenus pour 800 places. Des conditions insalubres qui confirment un peu plus que Duterte ne compte pas s'encombrer des droits de l'Homme. De toute manière, il avait lui-même prévenu : "Oubliez les droits de l'Homme. Si je deviens président, ça va saigner". Une sortie polémique parmi tant d'autres, qui feraient passer Donald Trump pour un enfant de chœur.

Itinéraire d'une tueuse

Mais revenons à Maria, cette femme au statut particulier, puisqu'elle obtient une récompense de la part de la police pour chaque assassinat. La nuit avec son mari, elle parcourt la ville en moto à la recherche de trafiquants. Au départ, son mari agissait seul. Puis il lui a demandé de l'aider, car une femme réveille moins les soupçons qu'un homme qui s'approche de sa victime. Elle raconte : "Ma première mission s'est déroulée il y a deux ans, non loin d'ici. J'étais très effrayée et nerveuse parce que c'était la première fois que je faisais cela […] Quand j'ai vu l'homme que je devais tuer, je me suis approchée de lui et lui ai tiré une balle dans la tête".

Aujourd'hui, elle a déjà tué six personnes. Et pour chaque assassinat, elle touche 20 000 pesos philippins, soit 380 euros, qu'elle partage avec les deux autres femmes de son unité. Une coquette somme qui représente la principale motivation de Maria. Car si la drogue fait des ravages sur l'archipel, c'est surtout pour joindre les deux bouts que la jeune femme commet ces exécutions en pleine rue. Dans cet archipel, un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et le typhon Haiyan, qui a impacté 9 millions de personnes en 2013, n'a pas aidé.

Drogue et meurtres, engins de destruction massive

Et dans tant de misère, il est difficile de trouver une autre échappatoire que celle de la drogue. La méthamphétamine particulièrement, appelée "shabu" en Asie du Sud-Est, fait des ravages. Pour vingt euros, cette drogue très addictive provoque une sensation d'extase totale. Roger est l'un de ces dealers et addict que Jonathan Head a rencontré. Conscient de la misère sociale à laquelle il participe, il n'accepte tout de même pas la chasse à l'homme dont il est victime : "J'ai fait de nombreuses mauvaises choses. J'ai causé beaucoup de tort aux gens en les rendant accros. […] Je suis un addict, mais je ne tue pas. Je suis un addict, mais je ne vole pas. Et de faire part de ses peurs : "Je n'arrive pas à sortir cette peur de ma poitrine. C'est vraiment éprouvant et effrayant de se cacher constamment. Tu ne sais pas si la personne en face de toi va te dénoncer, ou s'il s'agit d'un tueur à gages. C'est difficile de dormir la nuit. Un simple petit bruit, et je me réveille. Et le plus dur est de ne pas savoir à qui faire confiance, de ne pas savoir dans quelle direction aller chaque jour pour trouver un endroit où me cacher". Une situation difficile à supporter pour celui qui pensait que cette guerre contre la drogue viserait les producteurs et les gros trafiquants, et non les dealers de rue comme lui.

Maria, elle aussi, a du mal à tenir cette cadence morbide. "Je me sens coupable, et c'est difficile pour mes nerfs. Je ne veux pas que les familles de ceux que j'ai tués me traquent", s'inquiète-t-elle. Elle a peur de ce que ses enfants vont penser, alors que l'ainé commence déjà à se demander comment ses parents gagnent autant d'argent : "Je ne veux pas qu'ils viennent me voir et qu'ils me disent qu'ils ont pu vivre parce que j'ai tué pour de l'argent". Maria est piégée. Elle dit que si elle quitte ses fonctions de tueuse à gages, les policiers qui la dirigent la tueront à son tour. Des regrets et une culpabilité que Maria confesse régulièrement sur les prie-Dieu de l'église la plus proche.

Mais Dieu entendra-t-il ses prières, assourdi par les bruits des coups de feu ? Rien n'est moins sûr. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/08/2016 - 13:16
D'où l'importance d'avoir des juges non laxistes, ni idéologisés
car le laxisme provoque cet engrenage d'auto-défense et de tueurs à gages...dura lex, sed lex!
Fred69440
- 27/08/2016 - 12:45
De l'importance de lire l'article jusqu'au bout ..
Le dernier chapitre est assez édifiant ... ou débouchera cet engrenage mortel ?