En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 9 heures 35 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 11 heures 25 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 12 heures 54 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 14 heures 13 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 9 heures 20 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 11 heures 14 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 13 heures 56 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 14 heures 30 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 15 heures 37 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 16 heures 27 min
Clopin-clopant

A qui la faute ? Pourquoi la loi interdisant de fumer dans les lieux publics est de moins en moins respectée

Publié le 02 février 2012
Cinq ans après son entrée en vigueur, les associations anti-tabac tirent la sonnette d'alarme.
Gérard Audureau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Audureau est président de l'association DNF (les Droits des non-fumeurs) depuis 2002
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinq ans après son entrée en vigueur, les associations anti-tabac tirent la sonnette d'alarme.

Atlantico : Cinq ans sont passés depuis la mise en vigueur de la loi française interdisant la consommation de tabac dans les lieux publics. Le bilan est contrasté : la loi ne serait toujours pas respectée. Pour quelles raisons ?

Gérard Audureau : Il y a plusieurs raisons à cela mais la principale est que les agents chargés de contrôler et éventuellement sanctionner n’interviennent plus du tout. C’est donc logique que la dépendance entraine les gens à commettre de petites infractions qui grossissent au fil du temps, au point de finalement globaliser l’infraction en question.

 

Qui sont ces agents chargés de sanctionner ?

Chaque secteur a des agents différents qui peuvent intervenir. Par exemple, dans le cadre de la SNCF, ce sont des agents assermentés de la SNCF, mais il y en a un certain nombre qui fument eux-mêmes dans des endroits interdits. Il leur est donc difficile de demander aux gens de ne pas fumer…

Pour le reste des lieux à usage collectif comme les cafés et les restaurants, ce sont les policiers et les gendarmes. Mais malheureusement, ils n’ont pas de directives précises donc ils n’interviennent pas.

Le plus important, c’est dans le cadre de l’entreprise où les inspecteurs du travail sont en charge mais sont très peu nombreux. Il y a donc quasiment aucune intervention. Même quand on donne des conseils ou que des gens se plaignent en appelant un inspecteur du travail, ils ont une réponse négative ou on leur conseille d’aller voir le médecin du travail ; ce qui est ridicule puisqu’il n’a aucune fonction possible en la matière.

Quand les agents de police tournent dans la ville à pied et qu’il passent devant un café en infraction il n’est pas compliqué de rentrer et de dire au patron du café « vous êtes en infraction, veillez à ce que ça ne soit plus le cas demain ou après-demain sinon je serai obligé de vous dresser un procès-verbal »

 

Pourquoi ne le font-ils pas ?

Ils n’ont pas d’instruction en la matière, leurs supérieurs ne leur donnent pas le conseil de le faire. 

Pour les inspecteurs du travail c’est différent car ils sont très peu nombreux. Mais cela n’est pas une raison pour considérer que le tabac est moins important que le reste de leur activité.

Il y a beaucoup de pays qui ont réussi à faire tomber leur consommation à 8 ou 10 % de la population mais nous sommes à quasiment 30 %. Nous avons donc une marge de manœuvre très importante.

Ce que je critique c’est surtout de laisser rentrer la fumée à des endroits où elle peut causer du tort aux gens qui ne fument pas. Je pousse un cri d’alarme. Partout où on devrait être protégé du tabagisme passif, il y a de plus en plus d’infractions et de contournements de la loi. En France, selon l'Institut Gustave Roussy (IGR) il y a 400 à 500 décès de cancer du poumon liés au tabagisme passif. Mais on sait que le cancer du poumon  ne représente que 30% de la totalité des décès causée par tabagisme. On tourne donc autour d’un millier de personnes qui meurent à cause du tabagisme passif et des centaines de milliers qui ont des maladies liées à cela.

La meilleure solution aujourd’hui serait que les gens qui ne fument pas se prennent en charge lorsqu’ ils sont confrontés au tabagisme passif. Cela permettrait d’être certain que le minimum soit respecté. Quand ils rentrent dans un café où l’on fume il faudrait qu’ils « rouspètent » en disant au patron que ce n’est pas normal, que c’est interdit. De même au travail, et si cela ne marche pas, qu’ils écrivent à l’inspecteur du travail ou à l’association qui va les aider dans leur démarche.

 

Vous voulez dire que les non-fumeurs sont en partie responsables de la situation ?

Disons que c’est ancré dans les gènes des générations les plus anciennes puisqu’on a vécu pendant un siècle sous la domination du tabagisme roi, où le fait de fumer était quelque chose de très valorisant. Les gens avaient l’habitude de considérer que la tolérance était nécessaire entre fumeurs et non-fumeurs. Ils subissaient donc, sans s’en rendre compte, des méfaits qu’ils ne subissent pas quand ils ont des espaces protégés de la fumée. Comme petit à petit revient l’habitude de fumer dans des endroits interdits, ils sont à nouveau en contact avec la fumée, ces mêmes réflexes reviennent. Donc arrêtez ! Ne vous laissez pas faire! Réclamez !

 

Que demandez-vous au prochain ministre de la Santé ?

Respecter la loi, respecter les obligations qui dans la loi sont données aux agents de contrôle et qui dépendent de plusieurs ministères d’ailleurs. En ce qui nous concerne, appliquer la loi par rapport aux lieux où c’est interdit de fumer mais également par rapport à un volet très important de la loi Evin qui est celui de l’interdiction de faire de la publicité.

Le problème c'est que la question du tabac est en permanence un problème électoral : les cafés et les débits de tabac sont des acteurs de communication très importants et l’on parle de politique dans ces endroits-là... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 02/02/2012 - 14:31
Tous coupables
La raison pour laquelle la loi n'est pas appliquée est sans doute parce qu'elle est impopulaire. Aucun gendarme, employé SNCF, policier n'a trop envie de se prendre le chou avec les fumeurs, d'aucuns étant eux même fumeurs. De plus ils ont tendance a penser qu'ils ont quelque chose de plus important a faire. Constatant ceci les ayatollah de la brigade anti-fumeurs se retournent contre les non fumeurs dont le tort est de n'avoir pas envie eux aussi de se prendre le chou avec les fumeurs.
Carcajou
- 02/02/2012 - 11:09
Monsieur le chevalier blanc
Foutez-nous la paix! Y en a marre des chevaliers blancs de la route, du tabac, de l'alcoolisme, du cholestérol, du poil aux pattes, du ventre proéminent, du jeunisme... (la liste n'est pas exhaustive tant les emmerdeurs sont légion) .

Autre chose: faites analyser les cigarettes et donnez-nous leur composition exacte que l'on sache enfin ce qui revient au tabac et ce qui incombe aux saloperies rajoutées pour faciliter l'assuétude ou modifier le goût.

Si vous découvrez que les substances incluses sont nocives, attaquez-vous aux industriels du tabac. Là vous aurez des roubignolles au lieu d'emmerder le consommateur lambda qui n'en peut, mais...

Dernier point: ne trouvez-pas d'un ridicule achevé les photos anciennes retouchées pour faire disparaitre une cigarette ou une pipe?

Vous êtes des inquisiteurs, des ayatollahs, des zélotes.
Deamon7
- 02/02/2012 - 09:21
Très bien
On peut se réjouir que les Français ne soient pas totalement lobotomisés au point de se laisser imposer ce genre de loi ridicule par les petits kapos de l'hygiénisme.