En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
THE DAILY BEAST
Guerre froide à l'envers : quand la Russie et l'Iran concluent une alliance inédite depuis la Seconde Guerre mondiale pour bombarder la Syrie
Publié le 21 août 2016
Avec David Axe
Auparavant rivaux lors de la Guerre froide sous le régime du Shah, Iraniens et Russes sont aujourd'hui alliés dans la guerre civile en Syrie.
David Axe est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Axe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Axe est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auparavant rivaux lors de la Guerre froide sous le régime du Shah, Iraniens et Russes sont aujourd'hui alliés dans la guerre civile en Syrie.
Avec David Axe

Copyright The Daily Beast -  David Axe

La Russie a déployé un bombardier en Iran pour frapper les rebelles en Syrie, a confirmé ce mardi le ministre russe de la Défense. En tant que principaux soutiens du régime syrien du président Bachar el-Assad, la Russie et l’Iran ont longtemps été, de facto, alliés dans le conflit syrien. Mais les deux pays ne souhaitaient pas tisser des liens militaires directs… jusqu’à présent.

Les Tu-22M3 Backfire et Su-34 Fullback ont lancé leurs premiers raids depuis la base aérienne de Hamedan dans l’Ouest de l’Iran, mardi 16 aout, et ont frappé Daech et Jabhat Al Nusra à Alep, Deir Ez Zor et Idlib, selon le ministère de la Défense. "Les frappes ont éliminé cinq grands dépôts d'armement, de munitions, de carburant, des camps d’entrainement près de Serakab, Al Ghab, Alep, et Deir Ez Zor, trois centres de contrôle près des villes de Jafra et Deir Ez Zor, ains qu’un nombre important de combattants", a précisé l’armée russe dans un communiqué.

Les chasseurs Su-30 et Su-35 déployés sur la base d’Hmeymim à l’ouest de la Syrie ont escorté les bombardiers au-dessus du territoire tenu par les rebelles. "Tous les avions russes sont retournés sur la base d’Hamedan après avoir rempli leur mission", selon le ministre de la Défense.

C’est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que des bombardiers et leurs équipages opèrent depuis l’Iran. Après la guerre, l’Iran était devenu un allié des Etats-Unis, et l’un des plus gros acheteurs d’armement américain. La Révolution Islamique de 1979 a écrasé le régime pro-américain, et pendant 37 ans, Téhéran a interdit à une quelconque force étrangère d’utiliser l'une de ses bases. La guerre en Syrie a tout changé. Et la levée progressive des sanctions internationales – conséquence de l’accord de démantèlement du programme nucléaire militaire iranien – pourrait accélérer le réalignement de l’Iran en tant qu’allié de la Russie.

Récemment, Moscou a demandé à Téhéran de lui permettre de faire passer des missiles de croisière dans l'espace aérien iranien pour frapper en Syrie. Et l’Iran négocie pour acheter de nouveaux chasseurs russes pour commencer à reconstituer son armée de l’air. On ne sait pas quand Moscou et Téhéran ont scellé l’accord de déploiement à Hamedan, mais cette montée en puissance a surpris certains observateurs. Le journal yéménite Al Masdar a été l’un des premiers à signaler l’arrivée des bombardiers, en publiant leurs photos à Hamedan le 15 août.

Auparavant, des analystes ont utilisé des sites en ligne de suivi d’avions en vol pour surveiller les avions militaires russes se dirigeant vers Hamedan. Le déploiement des bombardiers russes en Iran augmente de beaucoup la force de frappe que la Russie peut diriger sur les rebelles syriens. Jusque-là, les bombardiers Backfire, Bear, et Blackjack basés en Russie volaient au-dessus de l'Iran et de l’Irak, avec l’accord de Téhéran et Bagdad, avant d’atteindre la Syrie. Mais pour certains bombardiers, cela représentait un vol aller-retour de 13 000 km.

Décoller de Hamedan diminue la distance, et donc la durée de la mission, de plus de la moitié. Cela permet aux équipages de réduire leur chargement en carburant, et donc, de transporter plus de munitions. Les bombardiers russes en Iran peuvent ainsi faire davantage de missions tout en emportant plus de bombes que ceux qui décollent depuis la Russie. C’est une bonne nouvelle pour le régime d’Assad, et une mauvaise pour les civils syriens.

Car si les bombardiers russes ont sans conteste frappé Daech et d’autres groupes terroristes, ils ont aussi frappé régulièrement des quartiers résidentiels et des hôpitaux, la stratégie étant semble-t-il de punir tous ceux qui vivent dans des territoires contrôlés par les rebelles. Sans oublier qu’en juin dernier, des avions russes ont bombardé un avant-poste près de la frontière de la Syrie avec la Jordanie qui avait été utilisée par des forces spéciales américaines et britanniques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2016 - 15:13
Guerre à l'ancienne......
Certainement plus efficace que les piqûres d'insecte du "Hollandais volant"....et de "Barak à frite"..........au moins Poutine à toujours dit ce qu'il ferait et fait ce qu'il disait, .........comme les Iraniens chiites qui n'ont jamais été aussi fourbes que les sunnites....Saoudiens,..Catharies....etc.
Heureusement que Vlad. se préoccupe de l'Occident, il est le seul à agir.
vangog
- 21/08/2016 - 17:17
Bravo au Russes et à Poutine!
eux choisissent avec courage la lutte totale contre l'islamisme, sans les très bêtes compromissions occidentales, et peu importe si des civils sont tués, car c'est la guerre! Les atermoiements et hypocrisies droidelhommistes des europeistes et américains deviennent totalement contre-productives, en repoussant indéfiniment le terme de la guerre, et en provoquant exodes et massacres...comme d'habitude, l'alliance occidentale a fait le mauvais choix, celui des guerres droidelhommistes, déstabilisant les hommes forts laïcs du Moyen-Orient et laissant le champ libre à l'islamisme, tout en prolongeant ces guerres absurdement déclenchées...les Russes, Iraniens, Kurdes, Nationalistes Syriens font les bons choix et doivent être soutenus, sans aucune arrière-pensée bisounoursique!