En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 6 heures 54 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 10 heures 14 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 13 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 18 heures 53 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 19 heures 34 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 12 heures 14 sec
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 heures 25 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 14 heures 11 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 15 heures 7 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 19 heures 52 min
© REUTERS/Scott Audette (à g.), Javier Galeano (à d.)
© REUTERS/Scott Audette (à g.), Javier Galeano (à d.)
Sur le ring

Hillary Clinton - Donald Trump, le match des programmes économiques

Publié le 13 août 2016
Le match des programmes économiques a eu lieu dans cette campagne américaine. Mais si les deux candidats comptent sur l'économie pour remporter la Maison Blanche, c'est bien une guerre politique de récupération des électeurs de son adversaire qui est menée aujourd'hui.
Professeur Agrégé de GéographieMaître de Conférence à Sciences Po Paris. CERI. A écrit Espaces et territoires aux Etats-Unis (2004). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Goussot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur Agrégé de GéographieMaître de Conférence à Sciences Po Paris. CERI. A écrit Espaces et territoires aux Etats-Unis (2004). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le match des programmes économiques a eu lieu dans cette campagne américaine. Mais si les deux candidats comptent sur l'économie pour remporter la Maison Blanche, c'est bien une guerre politique de récupération des électeurs de son adversaire qui est menée aujourd'hui.

Atlantico : Les deux candidats à la présidence des Etats-Unis d'Amérique ont présentés tout deux leurs programmes économiques. Qu'est-ce que ces présentations disent d'eux, et comment ont-ils été entendus et compris ?

Michel Goussot : Hillary Clinton et Donald Trump ont présenté chacun un programme économique, qui pour la première reflète en gros la philosophie Démocrate alors que le deuxième a plutôt choisi de prendre le contre-pied de son adversaire et d’utiliser des slogans qui ne révèlent pas forcément la pensée du GOP ; l’une reste assez conforme aux idées de son parti, l’autre s’en démarque en critiquant à la fois ce qui a été fait au cours des deux mandats de Barack Obama et les propositions de la candidate Démocrate. Jeudi 11 août, elle a déclaré qu’elle « voulait que notre économie marche pour tout le monde, pas seulement pour l’élite ». En fait, à la différence de Trump, Hillary Clinton a suivi une démarche cohérente, exprimée dès l’été 2015 bien avant le début des primaires, envisageant depuis différentes propositions sur les impôts, la création de nouveaux emplois et la question des plus hauts revenus ; par rapport au candidat des Républicains, le programme de Hillary Clinton est beaucoup plus détaillé que celui de Trump qui reste au niveau d’annonces et d’effets de manche, comme s’il attendait la campagne nationale comme l’affirme son équipe de campagne que ce soit sur l’économie ou d’autres sujets. La différence entre les deux visions de l’économie tient certainement aux priorités définies par Hillary Clinton à propos de la création d’emplois grâce à des investissements publics conséquents dans les routes, les ponts, la rénovation des écoles, le logement, les systèmes d’approvisionnement en eau potable, le réseau électrique ou encore les énergies renouvelables et l’amélioration des réseaux Internet. Certes, Donald Trump a également évoqué la nécessité de repenser totalement les infrastructures de la nation, mais Trump se démarque nettement en souhaitant d’énormes réductions d’impôts au profit des entreprises ce qui vient en contre-pied de tout investissement public. Hillary Clinton a chiffré son programme, initialement évalué par elle à 275 milliards de dollars sur 5 ans et contrairement à Trump elle propose d’augmenter les impôts pour les hauts revenus, incluant la « Buffet Rule » correspondant à un impôt d’au moins 30% pour les Américains gagnant plus de 1 million de dollars par an. Quant à la proposition de Trump de supprimer la taxe immobilière, Hillary Clinton a montré que cela n’aiderait en rien une majorité d’Américains et même priverait le Trésor de centaines de milliards de revenus.
 
L’autre priorité de Hillary Clinton est de créer un système économique plus égalitaire (« fairness ») –conformément à la philosophie des Démocrates de longue date – en transformant durablement la politique fiscale. À cette fin, Hillary Clinton veut lutter contre les profits engrangés par les grandes entreprises Américaines face à une chute des revenus et elle se prononce pour un nouveau plan fiscal pour les entreprises. Donald Trump a dit très peu de choses sur les inégalités et en fait n’a rien proposé. Pour aider les travailleurs à bas revenus, Hillary Clinton souhaite augmenter le salaire minimum à 12 dollars/heure trandis que Donald Trump se limite à 10 dollars/heure, une position qu’il n’a avancée que très récemment, ajoutant même que pour lui « on paie déjà trop » ! Quant aux jeunes et aux travailleurs qui souhaitent davantage de qualifications, Hillary Clinton souhaite subventionner le coût de la scolarité au Collge et permettre un refinancement des remboursements des prêts-étudiants, tout en proposant un nouveau plan de formation professionnelle. Donald Trump n’a à aucun moment envisagé de telles propositions étant donné qu’il mise avant tout sur des baisses d’impôts.

L’autre différence entre les deux candidats porte sur la proposition de Hillary Clinton de mettre en place des crédits d’impôts pour élever les enfants et de subventionner les soins des enfants en plafonnant ceux-ci à 10% des revenus de la famille, garantissant que ces avantages iraient avant tout aux familles à bas revenus. Donald Trump propose que les soins des enfants soient déductibles des impôts, ce qui signifie que cela favoriserait en priorité les familles aux hauts revenus, ne proposant strictement rien pour les familles à bas revenus.

Mais, il semble qu’une autre différence majeure est apparue ces derniers jours à propos de l’importance économique de la réforme de l’immigration : au lieu de stigmatiser les migrants sans papiers, Hillary Clinton reconnaît officiellement leur part dans l’économie Américaine parce qu’ils paient des impôts et elle se prononce fermement pour mettre fin à l’exploitation de cette catégorie de migrants qui ont les salaires les plus bas et aucune perspective d’ascension sociale. De même, à propos du commerce international, elle dénonce tout amalgame sur le coût du travail des employés Américains, affirmant même que « se retirer du monde ne servirait qu’à détruire des millions d’emplois aux États-Unis ».

Pourtant, certaines incohérences ont pu être notées ici et là à propos du programme de Hillary Clinton comme par exemple sur la réforme des impôts des sociétés quand elle propose des pénalités pour empêcher les grandes entreprises de délocaliser à l’étranger, mais il faut attendre la campagne nationale pour plus de précisions.

Au total, le programme de Hillary Clinton a le mérite d’être clair et cohérent, chiffré, conforme à un certain réalisme politique alors que celui de Donald Trump reste très vague et peu détaillé. 

 

La situation actuelle de Trump fait que Hillary Clinton tente de récupérer les votes des républicains déçus par leur candidat. Comment s'y prend elle ? Est-ce efficace ?

Michel Goussot : Depuis la fin de la Convention Républicaine et même à la veille de celle-ci, des leaders Républicains ou des personnalités liées au GOP ont très officiellement affirmé qu’ils voteront le 8 novembre prochain pour le camp Démocrate, du jamais vu aux États-Unis. C’est le cas de Brent Scowcroft, ancien conseiller de George H. Bush, Richard Armitage, ancien Secrétaire d’État de George W. Bush, ou encore de Hank Paulson, ancien Secrétaire d’État au Trésor de George W. Bush ; des élus Républicains du Congrès se sont joints à ces leaders dans le même sens. Du jamais vu également lorsque Michael Bloomberg ancien Républicain a pris la parole lors de la Convention Démocrate. La méthode de l’équipe de campagne de la candidate Démocrate est à présent de surfer sur les discours ambigus, voire haineux, du candidat Républicain et de miser sur une opinion publique Américaine très choquée par nombre de déclarations récentes de Donald Trump. Certes, par définition, l’opinion publique Américaine relayée par la presse très puissante est versatile, mais force est de constater qu’à chaque nouveau discours de Donald Trump, Hillary Clinton engrange des bénéfices comme si le candidat Républicain « se tirait une balle dans le pied » à chaque fois qu’il s’exprime. Aux États-Unis, les électeurs apprécient que le candidat de leur choix dispose d’une plate-forme politique conforme à la philosophie du parti, ce qui est le cas pour Hillary Clinton, et certainement pas pour Donald Trump. Autre point important : le soutien de Bernie Sanders qui n’avait pourtant pas ménagé ses critiques envers Hillary Clinton durant les primaires et même au début de la Convention Démocrate, un soutien qui renforce à l’évidence la position de Hillary Clinton, notamment à propos de ses discours en faveur de plus d’égalités ou encore la gratuité de la scolarité au College. Disons que Hillary Clinton sait –avec une certain opportunisme – jouer de cette corde sensible chère aux électeurs des Démocrates. Enfin, Hillary Clinton a très intelligemment su –dans son discours d’investiture à la Convention de Philadelphie – se présenter comme la candidate des « Démocrates, des Républicains et des Indépendants » ; on ne peut être plus clair et efficace. 

 

Les bourdes à répétition de Donald Trump ont-elles déclenché une réaction interne dans le GOP pour éviter la chute dans les sondages ? Quelle est leur stratégie aujourd'hui ? Comment comptent-t-ils contenir leur intenable candidat ?

Michel Goussot : Le parti Républicain qui en 2012, comme en 2008 et auparavant avait toujours su accompagner son candidat nominé lors de la Convention d’une plate-forme digne de ce nom, se présente aujourd’hui comme un parti « qui ne sait plus où aller » tant les discours de son candidat nominé sont surprenants, anti-système et peu conformes à la philosophie Républicaine ; dans le même temps, le parti Démocrate, accompagne sa candidate nominée d’une véritable plate-forme qu’elle sait porter devant l’opinion publique Américaine ; cela explique clairement que Donald Trump n’a peut-être plus –et c’est paradoxal – le soutien du parti qui l’a choisi, du jamais vu aux États-Unis ! De plus, le soutien inconditionnel du président sortant Barack Obama est un gage de poids pour Hillary Clinton. En fait, le parti Républicain est aujourd’hui victime des innombrables polémiques sans fin que son candidat a suscitées depuis des mois et encore plus récemment. Reste une question-clé : comment le GOP peut-il « gérer » Donald Trump d’ici la campagne nationale ? S’achemine-t-on vers une nouvelle étape à l’automne avec un candidat Républicain assagi et devenu plus conforme aux attentes du parti ? À l’heure actuelle, c’est bien Hillary Clinton et le parti Démocrate qui semblent mener la course en tête. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 13/08/2016 - 18:22
Un programme socialiste pour H. Clinton
Hillary Clinton définit un programme socialiste, pire que celui énoncé par Obama en 2008 et 2012 . Faire une relance économique par l’État avec l'emprunt, rien de nouveau chez les keynésiens. Les classe moyennes seront encore pressurées, quant aux grosses fortunes, elles ne seront pas inquiétées. Les clandestins seront régularisés pour avoir ainsi un réservoir de votes en plus. On rasera gratis pour une assiette de plus en plus large de la population. Enfin H. Clinton va faire tout ce que les socialistes Français ont fait depuis 40 ans et dont on voit les dégâts aujourd'hui. L'élection de H Clinton marquera le déclin des USA entamé avec B Obama. D. Trump a un programme économique qui mise sur l'entreprise et sur le travail, pas l’assistanat.M. Goussot en bon socialiste ne peut que soutenir avec ferveur une candidate corrompue, tricheuse et menteuse.