En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 21 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 14 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 59 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 8 min
THE DAILY BEAST

Peter Thiel, ce milliardaire de la Silicon Valley persuadé que boire le sang de jeunes gens le rendra immortel est loin d'être le premier dans l'histoire

Publié le 08 août 2016
Le milliardaire de la tech qui soutient Trump veut utiliser le sang de jeunes personnes pour vivre éternellement. Comme les Grecs de l'Antiquité et Léonard de Vinci.
Candida Moss
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candida Moss est professeure, enseignant à l'Université de Notre-Dame dans les matières "Nouveau Testament" et "Christianisme des débuts".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le milliardaire de la tech qui soutient Trump veut utiliser le sang de jeunes personnes pour vivre éternellement. Comme les Grecs de l'Antiquité et Léonard de Vinci.

Copyright The Daily Beast - Auteure Candida Moss

Peter Thiel, le milliardaire qui a fait fortune dans la tech, a révélé son intérêt bizarre pour le sang de jeunes humains. Comme d'autres milliardaires de la Silicon Valley, il rêve de prolonger son espérance de vie, et d'échapper à la mort. Mais contrairement au projet Calico de Google, ou à la fondation destinée à lutter contre le vieillissement du fondateur d'Oracle Larry Elison (430 millions de dollars de dotation), Peter Thiel montre un intérêt particulier pour une forme médicale du vampirisme. Cet intérêt, a-t-il précisé, est avant tout personnel.

Par le passé, il a pris des hormones de croissance humaines et expérimenté avec des régimes alimentaires très restrictifs. Aujourd'hui, il s'intéresse à la parabiose. Dans son cas, il s'administre des transfusions de sang d'individus jeunes dans l'espoir d'augmenter sa longévité. Dans un interview donnée à Inc magazine, on a appris qu'un membre de son fonds de capital-risque avait contacté Ambrosia, une entreprise de Monterey, en Californie. Ambrosia a récemment conduit des études sur "les biomarqueurs du vieillissement et les transfusions de plasma de donneurs de sang jeunes”, par l'injection de sang d'individus de moins de 25 ans à des individus de plus de 35 ans. Il est demandé 8000 dollars pour participer à l'étude. Dans les milieux médicaux, on reconnait la possibilité que le sang, ou du moins certains types de sang, puissent ralentir le vieillissement. En 2006, la revue médicale Nature a publié un article intitulé “Cellules souches, vieillissement et quête de l'immortalité", expliquant comment certaines cellules souches pouvaient être utilisées dans la guerre contre la mort. La recherche en parabiose a débuté dans les années 1950 mais c'est maintenant seulement qu'elle commence à prendre pied dans la recherche universitaire. Outre l'étude conduite par Ambrosia, des tests plus avancés ont lieu en Corée et en Chine.

Ce qui ressemble à du vampirisme moderne a déjà un long passé. Au cours de l'hiver 1668, un voyageur anglais du nom de Edward Browne visitait Vienne. Il assista à plusieurs exécutions publiques, qu'il relatait dans son journal, peut-être en raison du fait que la méthode d'exécution était inhabituelle : les condamnés étaient décapités assis. Aussitôt après une des exécutions, Browne raconte qu'un homme s'était précipité avec un récipient.  Il remplit le récipient avec le sang jaillissant du cou de l'homme, le but, et s'enfuit. Browne n'en fut pas plus ému que ça. Il nota avec nonchalance : “Il fit cela comme remède contre l'épilepsie. J'ai lu des choses sur certains qui louaient ce traitement et j'ai entendu parler d'autres qui ont fait la même chose en Allemagne.” Ce dont Browne fut témoin était un exemple de la "médecine des cadavres" (l'utilisation de corps humains pour guérir des maladies et prolonger la vie). Ces pratiques naissait de la croyance très répandue que le sang humain ou animal était doté du pouvoir de donner la vie et, encore plus important, de la préserver. Le sang était considéré comme le véhicule de l'âme et prisé comme un remède particulièrement efficace dans la médecine de l'Antiquité, du Moyen Age et dans les premiers temps de la médecine moderne.

Le sang des gladiateurs et des vierges étaient préférés en Grèce antique, tandis que celui des jeunes hommes était plus recherché durant la Renaissance en Europe. Léonard de Vinci est l'un des plus célèbres praticiens de la "médecine des cadavres". Il avait un jour déclaré que “nous préservons notre vie avec la mort des autres”. Les pauvres, qui ne pouvaient se permettre des recettes d'apothicaires élaborées avec les meilleurs ingrédients se réunissaient autour des sites des exécutions et payaient le bourreau de petites sommes pour des tasses de sang encore chaud pour leur usage personnel. L'ingestion était le seul moyen de profiter des pouvoirs du sang. Aussi répugnant que cela puisse sembler, ces traitements n'étaient pas suivis uniquement par les pauvres, les supersticieux ou les "docteurs" peu scrupuleux qui pillaient les tombes. Même les riches et le clergé se soignaient ainsi. Une recette d'un apothicaire franciscain, datée de 1679, donne la marche à suivre pour faire de la confiture de sang. Les théories médicales ont varié et se sont développées durant cette période. Le point commun à toutes était qu'un sang fraichement tiré d'un corps fort ou pur était le plus efficace. Dans son interview, Peter Thiel reconnait que le manque d'intérêt pour la parabiose dans le milieu médical est souvent du au malaise que soulève cette pratique dans la société. Peter Thiel souhaiterait que cela change mais elle est enracinée non seulement dans le dégout, mais aussi dans la crainte de l'abus de pouvoir et de l'exploitation. Comme l'article de Inc. le souligne, imaginer un business model pour la parabiose à grande échelle provoque un malaise. Ambrosia peut se fournir en sang auprès des banques de sang parce qu'il s'agit d'une étude, mais comment, et de qui, viendrait le sang si la parabiose était plus pratiquée ? On peut craindre qu'il vienne non pas d'adolescents altruistes mais de pauvres, d'exclus de la société et de donneurs vivant dans les pays en développement. L'inquiétude grandit face à des techniques de prolongement de la vie qui seraient réservées aux riches mais dont le coût serait supporté par tous. En 2013, dans une étude du Pew Research Center, 79% des personnes interrogées estimaient que nous devrions tous pouvoir bénéficier de traitements radicaux pour prolonger la vie, mais 66% du même échantillon pensaient qu'ils ne seraient disponibles que pour les personnes riches. Le même pourcentage s'inquiétait du poids que ferait peser une vie plus longue sur les ressources naturelles. Même si le sang des jeunes peut prolonger la vie des personnes âgées et riches, nous devrions nous demander si cela est souhaitable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 08/08/2016 - 15:13
Vampirisme moderne sous couvert de médecine
Comment ce Thiel n'est-il pas poursuivi par la justice? Après tous ses prédecesseurs? Les vieilles croyances éculées et trompeuses ont la vie terriblement dure.
arcole 34
- 08/08/2016 - 14:35
PRECEDENT DANS L'HISTOIRE CONTEMPORAINE
Dans les années 1930 la milliardaire Howard Hughes convertit à l' église mormone se faisait faire des injections de sang frais. il était surnommé Dracula mais il fallait dire qu'il en n'avait les moyens pour un résultat piètre. Michaël Jackson lui utilisait un caisson hyper bar tous les jours pour garder sa jeunesse, ce n'est plus de la jeunesse mais une névrose le vieillissement naturel chez ces personnes.
cloette
- 08/08/2016 - 13:44
soutiens de Trump
les vampires et demain les ogres !