En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Stratégie à la Pie XII
Pourquoi le Pape François est moins angélique qu'on ne le croit et plus pessimiste qu'on ne le pense face à la violence du terrorisme islamiste
Publié le 05 août 2016
Le parallèle établi par le pape entre les violences islamistes et catholiques a été incompris et jugé naïf par nombre de pratiquants. Mais c'est oublier une qualité essentielle du souverain pontife : il a été élevé chez les jésuites, réputés pour arriver à leurs fins par des voies détournées, quitte à abonder d'abord dans le sens général. Ainsi, par de tels propos, le pape veut sans doute éviter de nommer le danger, d'en donner la véritable mesure, pour ne pas faire advenir ce qu'il craint et pour mieux le circonvenir plus tard.
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parallèle établi par le pape entre les violences islamistes et catholiques a été incompris et jugé naïf par nombre de pratiquants. Mais c'est oublier une qualité essentielle du souverain pontife : il a été élevé chez les jésuites, réputés pour arriver à leurs fins par des voies détournées, quitte à abonder d'abord dans le sens général. Ainsi, par de tels propos, le pape veut sans doute éviter de nommer le danger, d'en donner la véritable mesure, pour ne pas faire advenir ce qu'il craint et pour mieux le circonvenir plus tard.

Atlantico : Le parallèle effectué par le Pape François entre les violences islamistes et celles catholiques a provoqué une certaine incompréhension chez les pratiquants. La situation politique dans laquelle il se trouve, dans un contexte de tensions religieuses pourrait-elle expliquer en partie les déclarations du souverain pontife ? 

Christian Combaz : Quand on a été élevé chez les Jésuites, on en retire plusieurs certitudes : 1/ ils sont moins naïfs que les autres, sans doute parce que leur intelligence est plus grande, 2/ ils arrivent à leurs fins par des voies détournées quitte à abonder d'abord dans le sens général. Donc on est obligé d'appliquer cette grille de lecture.

"Puisqu'il faut absolument trouver un exemple catholique de violence, nous a t-il dit en somme, prenons le type qui tue sa femme parce qu'elle le trompe et qui va à la messe quand même". Argument grotesque évidemment face aux massacres d'inspiration religieuse directe que nous avons subis, mais c'est justement la faiblesse de cet exemple qui témoigne qu'il s'agissait juste de lâcher aux hyènes une vague carcasse de poulet. Comme Latino-Américain, il sait très bien que les commandos armés qui descendaient dans les barrios au nom du Christ contre le marxisme il y a quarante ans étaient nombreux. Or il n'a même pas pris soin de se référer à cette réalité, qu'il connaissait pourtant très bien, pour nous citer plutôt le cas ridicule de crimes privés, de drames passionnels chez des gens qui vont à la messe. Ce qui prouve qu'il s'agissait dans son esprit de payer le diable, comme on disait autrefois, et d'enfumer l'opinion par une pirouette, en attendant quelque chose et pour cacher quelque chose.

En attendant quoi, pour cacher quoi ? C'est là qu'on devrait faire confiance à un homme aussi expérimenté. Il veut sans doute éviter de nommer le danger, d'en donner la véritable mesure, pour ne pas faire advenir ce qu'il craint et pour mieux le circonvenir plus tard. En ce sens cette pirouette papale à elle seule permet de mesurer la taille du Léviathan qui s'est dressé devant lui. Que le Pape ait pris le risque de passer pour un guignol n'est pas très rassurant sur la nature de ce qu'il a vu, de ce qu'il cherche à conjurer.

Christophe Dickès : Oui, de fait, tout le monde s’accorde à dire que le pape qui, je le rappelle, est un chef d’Etat, se doit d’être prudent quand il évoque de tels sujets. Afin précisément de ne pas attiser les tensions et les haines dans le monde. D’ailleurs, ces déclarations viennent juste après quelques mots très mesurés sur la Turquie. Mais dans le cas présent, il a dit  : "Je n'aime pas parler de violence islamique, parce qu'en feuilletant les journaux je vois tous les jours que des violences, même en Italie : celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés ! Ce sont des catholiques violents. Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique." Or, si vous me permettez cette subtilité sémantique, "des catholiques violents" et " la violence catholique", ce n’est absolument pas la même chose.

Oui, des baptisés, qui ont oublié les promesses de leur baptême (le "renoncement à Satan" et au mal), commettent aussi des meurtres dans le monde. Mais ces gens ne le font pas au nom du catholicisme… Or Daech dit agir au nom de l’Islam et cite des versets du Coran. Ce qui, dans l’appréciation, change absolument tout. De plus, on ne peut mettre sur un même pied d’égalité une organisation terroriste et criminelle se donnant le statut d’Etat avec des actes individuels qui peuplent les tribunaux du monde entier.

D’ailleurs, même notre président de la République parle désormais de "terrorisme islamique", ce qu’il s’était refusé de faire. François, par facilité, aurait pu parler des guerres de religion dans l’histoire de l’Eglise ou bien encore des violences entre chrétiens et musulmans dans certains pays d’Afrique au cours des dernières décennies. Mais il s’est enfermé lui-même dans une sorte de piège sémantique improvisé. Provoquant en conséquence des réactions indignées de plusieurs milieux catholiques à travers le monde. Pourtant, le pape sait que le christianisme est la première religion persécutée dans le monde.

Dans quelle mesure est-il possible de comparer sa position avec celle du pape Pie XII, confronté à la menace nazie ? Quelle crédibilité peut-on apporter à cette idée ? 

Christian Combaz : Pie XII cherchait à protéger ses prêtres (qui ont été déportés nombreux), et sans doute à se garder de jeter les chrétiens dans la gueule du loup. Mais ce n'est pas le même loup qu' aujourd'hui. Nous parlons aujourd'hui non d'un oppresseur dictatorial qui a des bureaux et une Kommandantur mais d'une menace diffuse, de proximité, en somme d'un risque de Saint Barthélémy. Il sait parfaitement que les communautés chrétiennes qui vivent au contact d' un ennemi déclaré, résolu, capable de tuer 1000 fidèles par an comme en Afrique peuvent le faire en une seule journée. Les Chrétiens risquent de pâtir encore plus d'une condamnation solennelle, inutile, contre-productive de sa part. Il nous a déjà fait le coup à propos de l'homosexualité.Pour avoir consulté des spécialistes et des généticiens depuis deux ou trois ans, il sait que la génétique explique les 9/10 de l'orientation sexuelle, que la preuve scientifique est imminente, il a fait venir au Vatican un transexuel espagnol pour l'interroger une journée entière en 2015, et cependant il continue à laisser dire que ces gens-là "vivent dans le désordre" et qu'ils doivent s'amender. Contrairement à Obama, qu'il a publiquement blâmé de faire du drapeau arc-en-ciel une sorte de bannière américaine-bis et de faire dépendre l'aide humanitaire en Afrique de la tolérance en la matière, il n'est donc pas du genre a affronter le diable directement. C'est un homme qui croit que la logique du Mal est toujours la même à travers l'histoire : le Démon est programmé pour se dévorer lui-même, c'est sa nature. Le Pape attend donc probablement, pour terrasser la bête, et pour nous inviter à l'aider, qu'elle montre une faiblesse radicale. Un Jésuite en pareil cas prétendra toujours qu'il a été aidé par la providence divine mais il sait surtout qu'il peut compter sur la sottise de ses ennemis.

Christophe Dickès : Ce n’est pas de la naïveté. Le pape sait très bien ce qu’il fait. Il parle aussi en jésuite. C’est-à-dire qu’il ne cesse de répéter que les choses sont bien plus complexes qu’on ne veut le croire. Il souligne aussi et surtout sa volonté de ne pas être dans une logique identitaire ce qui, face à la vie quotidienne des chrétiens du Moyen-Orient, peut paraître inacceptable. D’où la comparaison avec les fameux silences de Pie XII à qui l’on a reproché de ne pas avoir publiquement dénoncé le nazisme ou trop peu.

Est-ce comparable ? Dans une certaine mesure : dans l’un et l’autre cas, nous avons un génocide. Le Parlement européen a voté une résolution dans ce sens le 4 février 2016. Ce que n’a pas encore fait l’ONU. Quant à nommer l’ennemi, la fameuse encyclique de Pie XI, qui condamne le national-socialisme, ne le cite pas une seule fois ! De son côté, François se refuse d’utiliser le mot d’islam radical même s’il en dénonce les atrocités. Faut-il aussi rappeler que l’islamisme est assimilé à une nouvelle forme de totalitarisme refusant la distinction entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel, comme le fut le nazisme, cette "religion du XXe" siècle selon l’expression de Raymond Aron.

Est-ce que cela signifie que le Vatican n’agit pas ? Naturellement non. Pie XII a mené des actions. François agit aussi. Sur le plan diplomatique, le Saint-Siège a pour rôle de défendre les catholiques persécutés dans le monde. C’est pour ainsi dire la raison d’être de son réseau diplomatique : faire en sorte que les catholiques puissent exercer leur culte en liberté et dans la paix par son action auprès des Etats ou des institutions supranationales. On le voit aujourd’hui dans le rapprochement entre le Vatican et la Russie, pièce essentielle de l’échiquier international au Moyen-Orient. Le pape agit donc en politique, mais pas en "chef de guerre". Ce n’est absolument pas son rôle. Le pape Pie V fut le chef d’une coalition qui a battu les Ottomans à Lépante en 1571. Le pape aujourd’hui n’a plus ce rôle militaire. Son rôle se cantonne à celui d’une force morale avec, pour seule arme, la parole. Avec tous les risques que cela comporte dans notre société ultra-médiatisée. Benoît XVI, lui, avait pris un risque avec son discours de Ratisbonne (2006), largement instrumentalisé à charge par les médias. Mais ce discours a eu le mérite de responsabiliser l'islam au profit entre autres du dialogue inter-religieux. L’évolution du discours du recteur de l’université du Caire, Al-Azhar, sous l’impulsion d’Al-Sissi, en a été à mon sens une des conséquences.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
07.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Calumet
- 05/08/2016 - 12:31
Evidemment c'est AMA qui a raison,
la patience de l'agneau n'a jamais été formidable comme technique de bataille, il vaut mieux un pape qui sait ruser. De toute façon l'adversaire VA aller trop loin (genre bombe sale nucléaire) et il va perdre toute légitimité d'un coup. Quand la terre entière se liguera contre l'Islam (c'est à dire d'abord la Russie et la Chine) ils seront foutus, laminés, comme ils l'ont été dix fois dans l'histoire, mais ce sera la dernière, vu l'importance du crime qu'ils vont commettre. N'oublions pas que ce sont des gens qui grillent leurs adversaires dans une cage. Seul un coup de massue frontal, définitif, impitoyable, donc pas très chrétien, en viendra à bout. Le pape sait visiblement que cette solution ne peut pas être chrétienne, mais il n'est pas obligé de s'en attrister quand elle interviendra
A M A
- 05/08/2016 - 12:15
Un soulèvement catholique
Un soulèvement catholique contre l'islam pourrait avoir de lourdes conséquences pour les catholiques eux-mêmes, tant cette religion a d'ennemis dans le monde, et suscite la haine de certaines sectes toutes prêtes à s'associer à l'islam pour une éradication violente de ce culte abhorré. Déjà, les chrétiens du Moyen-Orient sont en voie d'extermination sans que les autorités qui se veulent morales fassent le moindre geste. Ensuite, souvenons nous de la Yougoslavie. Face à une Russie incapable de secourir ses alliés serbes orthodoxes, l'OTAN a écrasé ces derniers pour instaurer une république islamique bosniaque. Que le Pape soit prudent et prône une grande réserve face à des tentations catholiques de réactions violentes, c'est probablement à juste titre, car il sait que cette religion d'amour est gênante et menacée de mort par les idéologies de haine et les intérêts supérieurs des puissances mondiales.
Liberte5
- 05/08/2016 - 00:30
Difficile à suivre...
et à comprendre.