En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

06.

Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 3 heures 57 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 9 heures 36 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 10 heures 38 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 14 heures 2 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 17 heures 13 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 13 heures 42 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 14 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 17 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Sécularisation

Si l'islam "officiel" ne change pas, peut-on imaginer que les musulmans, eux, s'en émancipent comme les catholiques se sont émancipés de la doctrine de l'Eglise dans leur mode de vie ?

Publié le 05 août 2016
L'Islam se caractérise par sa capacité à régler les mœurs et coutumes de ses croyants. Mais la sécularisation est possible et déjà vécue par nombre de musulmans en France. En apprenant à mieux les connaître et en coupant l'herbe sous le pied de ceux qui agissent en tant qu'ennemis de la République, on peut envisager une pratique plus libérée et compatible avec les valeurs de la France.
Ghaleb Bencheikh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghaleb Bencheikh préside la Conférence mondiale des religions pour la paix. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Islam se caractérise par sa capacité à régler les mœurs et coutumes de ses croyants. Mais la sécularisation est possible et déjà vécue par nombre de musulmans en France. En apprenant à mieux les connaître et en coupant l'herbe sous le pied de ceux qui agissent en tant qu'ennemis de la République, on peut envisager une pratique plus libérée et compatible avec les valeurs de la France.

Atlantico : Si l'on considère l'Eglise catholique, on se rend compte que si le dogme demeure depuis sa naissance, la pratique elle au contraire a beaucoup changé. C'est inhérent à cette religion où la pratique découle non pas du respect mais d'une interprétation des dogmes. Aujourd'hui, les catholiques divorcent, ont des rapports sexuels avant le mariage, ne jeûnent pas nécessairement etc. Considérez-vous que l'Islam est en train de connaître le même processus ? Qu'est-ce qui fait qu'on a l'impression qu'il y a une certaine résistance à cette sécularisation ?

Ghaleb Bencheikh : Il y a plus sécularisation que modernisation me semble-t-il. Les hommes et les femmes de la chaire confessionnelle islamique sont avant tout des hommes et des femmes comme leurs semblables.

Il faut prendre en compte le sens de l'histoire : de fait, il y a une sécularisation qui atteint la religion islamique, ce qui explique d'ailleurs les crispations, l'excitation d'une frange de ces musulmans qui s'arque boutent sur le témoignage premier à savoir revenir aux pieux anciens (le salafisme), revenir aux fondements (doctrine fondamentaliste) et craignent d'être dilués dans cette mondialisation et dans ce qui leur apparait comme étant une sorte de marée qu'il faut savoir endiguer.

Il y a quelques spécificités sur le plan d'une revendication politico-identitaire eu égard à la situation et au tissu social des musulmans de France qui n'est pas enlisé. Certains ont trouvé dans le discours religieux et le refuge identitaire teinté de confessionnalisme une manière de résister. Cela donne lieu à des signes d'appartenance (les fameux signes ostentatoires) alimentaires, vestimentaires, etc. Il s'agit selon moi davantage d'une sorte de réaction, de repli, de crispation par rapport à ce mouvement général, auxquelles on peut ajouter des spécificités d'ordre politique et social.

D'une manière générale, au niveau des rapports internationaux et de par le monde, s'opère une idéologisation de la religion islamique. On distingue trois maux : le wahhabisme (18e siècle), les Frères musulmans (1928) et la Révolution islamique (1979). L'ensemble réuni, eu égard à un processus de mondialisation, donne lieu à la monstruosité qui a culminé avec Daech.

De fait, ce processus de sécularisation a lieu. Que reste-t-il ? Il reste des questions dogmatiques, des questions théologiques mais la pratique est devenue lâche, de plus en plus éloignée. J'imagine qu'on est à peu près dans les mêmes ratios au niveau de l'orthopraxie ou de la stricte observance que chez les chrétiens.  

La thèse selon laquelle il y aurait un décalage de sept siècles entre la tradition chrétienne et la tradition islamique et que donc de fait, il faudrait comprendre que c'est tout un processus qui doit s'enclencher n'a selon moi pas de sens. Les choses ne sont pas linéaires. Quand on voit ce qui se passait à Boukhara, à Samarkande, à Shiraz, pour parler de la partie Asie centrale, ou à Séville, Marrakech, Tolède et Saragosse, la situation était totalement inversée. Les juives et les chrétiennes percevaient alors les musulmanes comme des femmes dissolues. Tantôt elles les enviaient, tantôt elles ne les comprenaient pas trop. On ne peut pas de nos jours ne pas intégrer dans une vision globale de l'histoire, que la femme, par exemple, était perçue comme une danseuse au voile arachnéen, vaporeux, au corps ondoyant et laxiste (c'est même inimaginable de nos jours d'associer cette image à la femme musulmane). Or, les cours princières des grands empires (empire ottoman, empire safavide et empire moghol), avaient une vie orgiaque : c'était une vie de jouissance, d'amour de la vie.

Récemment, suite à l'exposition sur les jardins d'Orient de l'Alhambra au Taj Mahal, j'ai invité la commissaire de l'exposition à mon émission sur France Culture. Nous avons évoqué le fait que Tamerlan par exemple avait des festivités jouissives dans les jardins de jour et de nuit. C'est aujourd'hui insoupçonné par rapport à l'idée qui colle au fondamentalisme. De tout temps, hors mis la crise que nous connaissons depuis 2-3 décennies, il y a eu cette pratique lâche, distendue par rapport au rigorisme dogmatique.

Je pense que la crise actuelle est conjoncturelle et non structurelle. Pour le reste, c'est le cours de l'histoire : nous ne sommes plus dans le tout religieux même s'il reste une soif de spiritualité, l'invariant besoin de transcendance.

Quels sont les moyens à envisager pour encourager cette émancipation ? Qu'est-ce qui résiste à cette émancipation ou fait qu'elle n'est pas perçue ?

A mon avis, il y a deux choses : une fondamentale et une plus accessoire.

La première est fondamentale et a des maîtres-mots : ceux-ci sont éducation, instruction, acquisition du savoir, culture, connaissance, ouverture sur le monde, altérité, altérité professionnelle, altérité religieuse, amour du beau, valeurs esthétiques, initiation à la beauté, poésie (et par poésie j'entends son sens grec poiesis, c'est-à-dire création), amour de la musique (afin de ne plus entendre un huluberlu déclarer que la musique vous démonise) etc. Dès l'école, dès le berceau même, dans les familles, il doit y avoir ce souci scrupuleux d'une éducation à l'art, la beauté, les belles-lettres, avec l'amour des cursus diplômants, de la connaissance et de la culture. C'est une condition absolument nécessaire, et si pas suffisante, indispensable. Je dis suffisante parce que les nazis aimaient Wagner, et que je l'aime aussi.

La seconde, et qui peut en découler, serait que la République, notamment dans les manuels scolaires etc. laisse place à la civilisation humaine. Dans la civilisation humaine, la civilisation arabe est méconnue. Si cette civilisation était enseignée par exemple en parlant du théorème d'Al-Kashi (la loi des cosinus), en ouvrant vers une culture européano-méditerranéenne, on comprendrait que finalement, ces crispations d'une normativité religieuse qui est devenue de plus en plus grosse, grasse, asphyxiante (qu'il faut savoir dégraisser comme aurait dit Claude Allègre), cette aliénation des esprits, on peut s'en libérer. Vous avez parlé d'émancipation : c'est bien libérer l'esprit de sa prison en laissant place à sa raison critique autonome en se débarrassant d'une pensée religieuse aliénante.

La République peut ainsi aider à ce que cela se fasse. Et les intellectuels musulmans dans notre pays ont leur part de responsabilité.

Si l'on devait imaginer ce que pourrait être l'Islam en France dans une génération, à quoi peut-on s'attendre ?

C'est toujours difficile de faire une politique fiction comme ça. A mon avis, si on se met à rêver, même si l'on sait, et c'est un peu pessimiste, que l'homme est un loup pour l'homme, on peut avec un peu plus d'optimisme envisager ceci : en sortant vainqueur du cauchemar dans lequel nous nous trouvons, nous aurons une nation composite composée de franges. Une frange juive, une frange chrétienne, une frange musulmane... Dans ces franges, il y a ceux qui ne s'occuperont pas des mœurs, mais ils seront minoritaires, parce que l'esprit humain est ainsi, mais la majorité de ceux de la famille abrahamique seront des citoyens épanouis, heureux, dans leur religion propre tout en reconnaissant pleinement les valeurs d'amour, de respect, de liberté, d'égalité et de fraternité, et qui seront capables de conjuguer les valeurs abrahamiques qui sont celles de l'hospitalité, de l'accueil et et de la générosité avec celles de la République à commencer par la devise. On aura alors affaire à des hommes de foi s'impliquant dans la cité, c'est-à-dire des citoyens qui se déterminent ensuite comme croyant selon l'obédience qui est la leur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 02/08/2016 - 22:19
Vous avez dit optimiste?
Il y a 40 ans nous avons mis beaucoup d'espoir dans les "beurettes" qui allaient au collège en jean, et s'épanouissaient avec les garçons pas forcément musulmans!
On se disait l'intégration se fera par les filles et les femmes!
On voit ce qui est arrivé et comment ça se poursuit!
Pensez à "la jupe"!
Vipas
- 02/08/2016 - 17:17
Vos femmes
Vous rêvez !? Tant qu'ils pourront impunément interdire à leurs femmes et d'épouser des non-musulmans tout en épousant les vôtres, tant que les apostats pourront craindre pour leurs vies ... boire de l'alcool ou même manger du cochon en public - ce qu'ils font déjà en privé - ne les gênera pas du tout ... Ce qui leur importe c'est, par l'endogamie, de constituer une caste. Les Birmans l'ont compris qui leur interdisent d'épouser des Birmanes
ISABLEUE
- 02/08/2016 - 17:05
Des musulmans vivent normalement mais ils se
cachent de leur famille... Pas bien de boire un apéro devant l'oncle ou le père. Et je ne vous parle même pas des filles, hein !!
L'hypocrisie d'abord par "respect" comme ils disent.....
Qu'est ce qu'on se marre, en musulmanie.....