En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 4 heures 55 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 8 heures 3 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 10 heures 13 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 12 heures 37 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 7 heures 59 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 8 heures 8 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 9 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 12 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 21 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
THE DAILY BEAST

Aveuglement au Sud Soudan : ces viols collectifs qui interviennent dans l'indifférence sous la "protection" de l'ONU

Publié le 12 août 2016
Les Nations Unies doivent protéger les civils au Sud Soudan, en théorie. Mais alors que la guerre civile semble sur le point de reprendre, les soldats du gouvernement s’en prennent aux femmes quotidiennement, sans que l'ONU semble réagir.
Justin Lynch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Justin Lynch est chargé de rédaction à la New America Foundation. Il est journaliste, basé au Sud Soudan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Nations Unies doivent protéger les civils au Sud Soudan, en théorie. Mais alors que la guerre civile semble sur le point de reprendre, les soldats du gouvernement s’en prennent aux femmes quotidiennement, sans que l'ONU semble réagir.

Copyright The Daily Beast - auteur  Justin Lynch

Juba, Sud Soudan.

La jeune femme, que nous appellerons Mary pour protéger son identité, affirme qu’elle a été violée par des soldats du gouvernement sud-soudanais alors que les Casques bleus de l’ONU se trouvaient à moins de 100 mètres d'eux.

Le 8 juillet dernier, des combats ont éclaté entre les soldats du gouvernement de l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) du président Salva Kiir, et les forces rebelles de Riek Machar,  évincé récemment de son poste de vice-président.

D’après de nombreux témoignages recueillis par The Daily Beast, peu après le début des combats, les soldats gouvernementaux ont commencé à violer des civiles vivant dans une zone "sous protection de l’ONU" alors qu’elles allaient chercher de la nourriture.

Selon un des dirigeants de ce camp de l’ONU, qui regroupe plus de 15 000 personnes, il y aurait eu plus de 100 femmes violées ou disparues pour la seule journée du 8 juillet. Les Nations unies avaient interdit l’accès du site aux journalistes durant deux semaines après le début des combats. Quand les journalistes ont finalement pu accéder au site, des femmes ont  affirmé avoir été violées alors que les soldats des Nations Unies étaient sur place.

Les soldats de l’ONU ont mandat pour utiliser la force s'il faut protéger les civils, mais une fois en dehors du camp, ce mandat ne semble plus être valable. "J'ai essayé de courir jusqu'au portail du camp de l’ONU en passant devant des magasins, mais je me suis fait attraper juste avant d’y arriver" raconte Mary.

"J’étais à moins de 100 mètres et j’ai vu des gardes privés et même la police des Nations Unies au portail principal". Cinq soldats couraient après Mary, il lui ont pris son téléphone portable et ont commencé à la frapper. Mary a essayé de s’enfuir mais elle a été rattrapée et ils l’ont trainée le long de la route. Quatre des cinq soldats l’ont violée.

Si les Nations unies "trouvent une personne en train de se faire violer, ils devraient intervenir" dit-elle.

"Deux véhicules sont passés à côté de moi alors que je me faisais violer près du camp de l’ONU et personne n’a rien dit". Beaucoup de civils ont fui vers ce camp pour s’y réfugier lorsque la guerre civile a éclaté en décembre 2013. La guerre a fait des dizaines de milliers de morts et prend désormais des relents de guerre inter-ethnique : les Dinkas soutiennent en majorité Kiir, et les Nuer soutiennent Machar. Près de 29 000 personnes vivent aujourd'hui dans le camp. La majorité est de l’ethnie Nuer. Le SPLA "me voit comme faisant partie du peuple du Docteur Riek Machar, c’est pour ça qu’ils m’ont violée" dit Mary.

"Ils ne me considèrent pas comme sud-soudanaise". Trois mois après que Kiir et Machar ont formé un gouvernement d’unité nationale et enterré leurs différends, les conflits ont repris. Au moins 500 personnes sont mortes dans les premiers combats, essentiellement autour de ce camp. Un homme à l’intérieur du camp a montré au reporter du Daily Beast ce qui est probablement la carcasse d’un obus RPG-7, une arme anti-chars, qui a détruit sa maison et tué un enfant. "On peut supposer que c’était ciblé" dit Shantal Persaud, la porte-parole de la mission des Nations unies au Sud Soudan.

Chaque femme que le Daily Beast a rencontrée affirme que le manque de vivres à l’intérieur du camp les oblige à faire un dangereux périple pour aller au marché et prendre le risque de se faire violer. La plupart des hommes refusent de faire ce trajet, disant que ce n’est pas leur rôle d’aller chercher la nourriture. La pénurie de nourriture est une cause directe des combats.

Les soldats des Nations unies étaient incapables de se déplacer librement juste après les combats car les soldats du gouvernement bloquaient les routes et la distribution de nourriture a été retardée de 10 jours. Un hangar des Nations unies contenant des millions de dollars en nourriture a été pillé par des "hommes en armes". Les provisions en nourriture à destination de Juba ont aussi été retardées car les forces rebelles de Machar avaient coupé certaines des routes vers la capitale. Le programme alimentaire mondial (PAM) a commencé la distribution de nourriture le 22 juillet mais les civils qui avaient fui le camp durant les derniers combats n’ont pas encore reçu leurs rations car les Nations unies ne les avaient pas encore enregistrés.

Même ces femmes qui ont reçu de la nourriture continuent de faire ce trajet dangereux jusqu'au marché. Les femmes "veulent stocker de la nourriture car elles ne savent pas ce qui arrivera par la suite", dit un observateur de terrain du programme alimentaire mondial qui gère la distribution aux femmes et aux enfants. "Les stocks du programme alimentaire mondial ont été pillés, alors si cela arrive de nouveau elles n’auront nulle part où aller".

La plupart des viols ont lieu le long d'un même chemin, qui fait environ 1,5 km et qui va vers le camp des Nations Unies. L’épuisante journée commence à un arrêt de taxi, les chauffeurs n’osant pas aller plus loin par peur de représailles de la part des soldats gouvernementaux. Des hordes de femmes en habits coloriés marchent en se balançant le long de cette route en portant des provisions sur leur tête. Les soldats du SPLA font des rondes dans leurs pick-ups ou se reposent, paresseux, sous un arbre.

Un reporter du Daily Beast a vu un soldat en train de battre une femme sur cette route. Ce voyage qui retourne l’estomac s’arrête près d’une file de magasins, un lieu simplement appelé "checkpoint", qui se situe juste avant le camp de l’ONU. C’est ici qu’une jeune femme que nous appellerons Sara, 15 ans, a été violé par 6 soldats le 18 juillet. Deux soldats ont tiré Sara hors du groupe des femmes et l’ont amenée dans "une petite maison dans ''Checkpoint". Là-bas, quatre autres soldats attendaient. "C’est là-bas que je me suis fait violer" dit-elle. Et tous les 6 y ont pris part. Mme Persaud, la porte-parole de la mission de l’ONU, affirme que la protection a été renforcée le long de la route utilisée pour aller chercher du bois, un autre point sensible. Ces derniers incidents ont eu lieu après des rapports antérieurs qui dénonçaient l’incapacité des soldats de l’ONU à utiliser la force pour protéger les civils.

Une enquête menée par The Daily Beast montre que les forces de maintien de la paix ont fui leurs postes quand les forces gouvernementales ont attaqué la base de l’ONU à Malakal. On ne sait pas si les soldats gouvernementaux violaient les femmes en raison de leur appartenance ethnique. Elizabeth, dont nous avons changé le nom, ne sait pas si elle a été violée par les soldats du gouvernement parce qu’elle vit dans un camp ou simplement "parce qu’ils le voulaient". "Si tu avais été une Nuer, nous t’aurions tuée" a dit un soldat gouvernemental à Elizabeth après l'avoir violée avec d'autres soldats. "Ils m’ont demandé "Pourquoi tu restes dans ce camp ? Tous ceux qui vivent dans ce camp méritent ce que nous t’avons fait". Le soldat de l’ONU "qui était en haut [de la tour de contrôle] pouvait me voir quand je me faisais violer".

Personne n’est venu à son secours, affirme-t-elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 12/08/2016 - 17:24
les troupes
désolée pour les forces française qui y participent :mais ce sont des bons à rien pas motivés
Exemple au Proche Orient : quand Nasser a voulu attasuer, il a demandé à l'ONU de partir, les troupes se sont exécutées. Elles protègent il paraît la frontière israélo arabe depuis 1973, ben voyons les roquettes tombent et elles comptent les points. Sur le Golan, elle sont tellement efficaces que les soldats israéliens font attention à elles et vont les chercher quand elles sont en danger (l'année dernière)
Dernière en date : l'UNWRA est noyautée par le Hamas qui détourne les fonds du PNUD entre autres. Que fait l'ONU elle accuse Israël mais en disant toutefois qu'elle va enquêter.
Enfin la majorité automatique pro arabe de l'Assemblée fait qu'elle prend uniquement des résolutions contre Israël : plus que la Syrie depuis 2 ans; faut le faire.
Conclusion elle ne sert plus à rien tout comme la SDN
Quant au Sud Soudan, Darfour,... tout le monde s'en fout car ce n'est pas le peuple "palestinien".
vangog
- 12/08/2016 - 16:01
ONU, piège à cons droidelhommistes!
Cette idéologie mortifère doit être éradiquée des institutions internationales, et vite! Avant que le monde ne sombre dans la guerre tous azimuts...