En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

07.

Fin de crise en Israël

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 8 heures 18 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 14 heures 4 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 15 heures 38 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 16 heures 59 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 18 heures 16 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 19 heures 53 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 13 heures 21 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 15 heures 32 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 15 heures 50 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 16 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 18 heures 50 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 19 heures 22 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 20 heures 18 min
© Reuters / Philippe Wojazer
© Reuters / Philippe Wojazer
Pas si vite

Les deux raisons pour lesquelles le Front national pourrait ne pas bénéficier tant que ça du sanglant mois de juillet 2016

Publié le 05 août 2016
Si le contexte d'attentats terroristes en France pourrait favoriser, à première vue, la rhétorique du Front national, le parti de Marine Le Pen est encore loin de pouvoir crier victoire pour les prochaines échéances.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le contexte d'attentats terroristes en France pourrait favoriser, à première vue, la rhétorique du Front national, le parti de Marine Le Pen est encore loin de pouvoir crier victoire pour les prochaines échéances.

Atlantico : Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice, Saint-Etienne de Rouvray… Dans quelle mesure le FN bénéficie-t-il du contexte actuel de menace terroriste ? Les différents attentats qui ont frappé la France depuis le mois de janvier 2015 ont-ils permis au discours du FN de gagner en légitimité ? Cela s'est-il traduit par l'adhésion de nouveaux électeurs ?

Jérôme Fourquet : Nous constatons que le FN a plus bénéficié de la séquence novembre 2015 que celle de janvier 2015. Il obtient 24% aux élections européennes de mai 2014, puis 25% au départementales de mars 2015, qui succèdent à Charlie. Dans Janvier 2015 : Le Catalyseur, nous avancions avec Alain Mergier que les attentats de l'époque venaient conforter l'électorat frontiste dans sa grille de lecture. Ils se sont alors dit : "c'est bien nous qui avions raison". Cela se traduisait électoralement par le fait que le plafond de 24%-25% devenait un plancher. Les gens qui commençaient à voter FN se sont dit qu'ils avaient bien fait, car les événements confirmaient leur grille de lecture. Janvier vient consolider la progression du FN depuis 2012. Il part de 18% à la présidentielle pour faire 24% aux européennes et 25% aux municipales. Le Bataclan associé à la crise des migrants fait progresser le FN de 25% à 28% aux régionales de décembre 2015. L'effet massif de ces attentats se traduit par un gain supplémentaire, mais pas par un gain spectaculaire. Nous ne sommes pas à +10% ou davantage. Mais cette progression vient s'ajouter à des gains substantiels. Depuis 2012, il avait pris avait déjà 7%, là il gagne encore 3%.

La question est de savoir maintenant si ces attentats à Nice, ville qui votait déjà beaucoup FN, et à Saint-Etienne de Rouvray, qui ébranle la communauté catholique, à qui Marion Maréchal-Le Pen envoie de très nombreux signaux, vont produire les mêmes effets que le Bataclan. Nous avons dit précédemment que le double attentat de juillet pesait autant que le Bataclan. Il est probable que le FN engrange des voix supplémentaires, en plus de son stock déjà élevé. Nous avons constaté aux élections législatives partielles qui ont suivi les régionales une démobilisation de l'électorat, sûrement à cause d'un effet gueule de bois provoqué par la défaite. Le FN ne paraissait pas en mesure de l'emporter, même dans des régions fétiches. Cet électorat démobilisé va sûrement à nouveau faire bloc et répondre présent aux prochaines grandes consultations. Peut-être qu'en plus le parti sera renforcé par de nouveaux apports.

Alors que l'assassinat d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray a intégré une dimension civilisationnelle à l'origine du conflit, confirmant certains des diagnostics du FN, pourquoi ce dernier ne séduit-il pas davantage de nouveaux électeurs ? Les Français peuvent-ils se dire que faire le bon diagnostic n'amène pas forcément à proposer les meilleures solutions ?

Le FN martèle que ses analyses sont justes et que ses propositions sont progressivement reprises par les autres partis avec un temps de retard. Ils expliquent alors avoir eu raison avant tout le monde. Incontestablement, c'est bénéfique pour le FN et cela participe au mouvement décrit tout à l'heure et le conforte. Nous pouvons toujours dire qu'il ne monte pas davantage, mais il est à 28% aux régionales, avec des scores bien plus élevés dans certaines régions et des hausses dans l'entre-deux-tours. Cela conforte ce vaste électorat qui a considérablement gonflé de manière rapide ces dernières années. Mais, et les régionales l'ont encore prouvé, une majorité de Français ne veulent pas voir le FN arriver au pouvoir. Les citoyens pensent que ce parti ne serait pas capable de gérer correctement le pays. Ils estiment soit que cela provoquerait des affrontements et des troubles, sous la logique civilisationnelle, soit que c'est un parti de contestation, mais pas de gestion. Dans une situation d'extrême-urgence, il y a une prime très forte à ceux perçus comme déterminés et comme capables. Marine Le Pen est créditée, même par ses adversaires, de la détermination. Maintenant, il n'est pas évident que le FN soit capable de faire fonctionner de manière optimale les appareils de l'Etat. Cela constitue encore un verrou, avec la crainte subsidiaire que l'arrivée du FN amplifiera les fractures déjà à l'œuvre dans le pays. Il y a une partie de la population musulmane qui est déjà en sécessions. Mettre Marine Le Pen à l'Elysée pourrait avoir comme effets de faire basculer toute une autre partie de la communauté musulmane et de nourrir les troubles communautaires.

De même, après les attentats de Charlie Hebdo, de nombreux observateurs ont fait part de leur crainte d'une vague d'actes islamophobes qui ne s'est pas traduite dans la réalité. Peut-on parler de relative "tempérance" de leur part, malgré la tension que la menace terroriste fait peser sur la société ?

Depuis juillet, je n'ai entendu parler que des tags sur la mosquée de Bron, près de Lyon, et d'un incendie sur un chantier de mosquée dans la banlieue de Toulouse. Nous n'avons pour l'instant pas assisté à un déchaînement de violence. Sur les quatre premiers mois, les actes islamophobes enregistrés par la Dilcra (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme) ont diminué. Ensuite, après novembre 2015, nous avons vu moins d'actes violents qu'après janvier 2015. Nous ne sommes pas dans une logique crescendo, comme nous l'avons constaté sur d'autres sujets. Pour finir, l'amalgame est le stade qui précède le passage à l'acte. Si de plus en plus de gens mettent tous les musulmans dans le même sac, la loi du Talion s'appliquera de plus en plus. Or, nous ne constatons que 2/3 des Français défendent une position raisonnable. Les responsables politiques et la population tremblent de voir le spectre de la guerre civile se réaliser. Avant le mois de juillet, 70% des Français craignaient de nouveaux troubles en cas d'attentat. Or, ce scénario ne s'est pas réalisé. Les Français restent calmes et savent faire la part des choses. De plus, ils entendent constamment que c'est ce que cherchent les terroristes et ne souhaitent pas faire leur jeu.

Néanmoins, si les Français sont résilients, cette rationalité s'accompagne d'une très forte exigence vis-à-vis de l'Etat. S'il n'y a pas d'acte fort du côté du gouvernement, cette relative tempérance pourrait peut-être s'effriter. Pour reprendre la célèbre formule de Max Weber, l'Etat a le monopole de la violence physique légitime et les citoyens attendent qu'il l'exerce pour les protéger. La population pourrait être tentée de se défendre elle-même si elle estime que l'Etat n'est pas à la hauteur du défi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

07.

Fin de crise en Israël

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chamouton
- 01/08/2016 - 15:00
Une personnalité qui rassure
La politique c'est comme une balance roberval : Sur un plateau il y a les problèmes à résoudre, et sur l'autre les offres politiques pour y répondre. Jusqu'à aujourd'hui, la menace islamiste était inquiétante mais encore gérable et les propositions du FN semblaient être à la hauteur des menaces, d'où sa progression et ses scores électoraux. Depuis quelques mois, les Français estiment que la situation est catastrophique et que la classe politique est dépassée. Le FN, de par sa structure, sa stratégie et son discours apparaît de moins en moins une alternative pour mettre fin aux attentats et à la peur qu'ils engendrent. Comme à chaque fois qu'on est confronté à un grand danger, on cherche l'homme ou la femme providentiel. La barbarie qui sévit sur notre territoire va orienter la campagne des primaires, vers le choix d'une personnalité crédible, qui ne faiblit pas face aux menaces. Les programmes politiques et économiques passeront au second plan. Des 3 hommes susceptibles d'incarner ce que les Français attendent : Sarkozy, Juppé et Fillon, seul ce dernier est capable d'incarner l'homme qui rassure, tout en apportant les réponses en matière d'économie et autres.
ikaris
- 31/07/2016 - 14:36
Questions indécentes, réponses malveillantes
Je trouve indécent le sous-entendu de la plupart des questions mêlant le FN à un prétendu "bénéfice" macabre des morts des attentas islamique. Contre toute attente les premiers attentats ont "bénéficié" au pouvoir qui a eu droit à un sursaut de popularité grâce à une communication bien huilée ... qui a même été jusqu'à profiter de l'occasion pour donner des subside aux amis (politique de la ville, 100 millions pour la Dilcra ...). Par contre, les morts et les blessés s'accumulent et la poudre aux yeux se dissipe et on voit bien qu'il faut des mesures pas inhumaine mais pas en accord direct avec la convention des droits de l'homme (ou plutôt du criminel) européens ... et ça ce gouvernement clientéliste est incapable de la faire et pour l'UMP on a de gros doutes aussi. Donc au lieu de juger les mesures "raisonnable" (on croit rêver !!) de celles qui ne le sont pas je préfèrerais des questions plus neutres et que le sondeur se contente de donner le résultat de la sonde (même si il est faux et même manipulé par les payeurs des sondages).
moneo
- 31/07/2016 - 09:25
un peu plus compliqué
en l'état actuel des lois et de la composition conseil constitutionnel aucun candidat n' y arrivera juridiquement .ça suppose donc une reforme totale référendaire immédiate,une réglementation référendaire pour en finir avec le syndicalisme politique , enfin mener une politique ferme copiée sur les pays musulmans ( hier encore l'Algérie) tout en ne tuant pas l'initiative individuelle par une politique économique fasciste
Bref faut être Dieu dans un pays totalement déboussolé sans repère ,émasculé et rendu irresponsable immature depuis l'enfance
sacré défi