En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 27 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 43 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 16 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 7 heures 58 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 20 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 5 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 11 heures 45 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 6 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 42 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 28 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Déstabilisé

Comment Alain Juppé va tenter de reprendre la main dans un contexte (plutôt) favorable à Nicolas Sarkozy

Publié le 29 juillet 2016
Plutôt à l'aise sur les sujets régaliens, économiques et sociaux, Alain Juppé ne part pas favori face à Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l'Intérieur, dans le domaine de la rhétorique sécuritaire et antiterroriste, en vogue actuellement. Là est tout le défi pour le candidat de la primaire de la droite et du centre en cette période agitée.
Saïd Mahrane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saïd Marhane est rédacteur en chef au journal hebdomadaire Le Point. Il couvre particulièrement l'actualité politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt à l'aise sur les sujets régaliens, économiques et sociaux, Alain Juppé ne part pas favori face à Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l'Intérieur, dans le domaine de la rhétorique sécuritaire et antiterroriste, en vogue actuellement. Là est tout le défi pour le candidat de la primaire de la droite et du centre en cette période agitée.

Atlantico : Ce vendredi, Alain Juppé donne une conférence de presse dans son QG de campagne à Paris. Sa déclaration après l'attentat de Nice ("si tous les moyens avaient été pris, le drame n’aurait pas eu lieu") a pu surprendre et sembler maladroite. Alain Juppé est-il déstabilisé par les circonstances nouvelles que connaît le pays ? Dans quelle mesure sa déclaration a-t-elle révélé son inconfort vis-à-vis du registre sécuritaire ?

Saïd Mahrane : Je ne dirais pas que la situation le déstabilise. Il est certain qu'Alain Juppé a besoin dans le contexte actuel de menace terroriste de montrer une forme de légitimité d'un point de vue politique et idéologique. Longtemps, Alain Juppé a incarné dans l'opinion l'image d'un homme d'Etat davantage à l'aise sur des sujets régaliens, économiques et sociaux. La période actuelle réclame un discours autoritaire, très sécuritaire voire martial. A priori, Alain Juppé ne correspond pas tout à fait à ce type de profil.

Sa déclaration a en effet surpris parce qu'Alain Juppé a l'habitude de ne pas réagir à chaud et d'être plutôt équilibré voire modéré dans ses jugements. Ses propos relèvent au moins de la maladresse. En effet, dire que si tous les moyens avaient été pris, le drame ne serait pas arrivé revient presque à accuser le pouvoir d'avoir du sang sur les mains. Alain Juppé a été Premier ministre et ministre des Affaires étrangères sous Nicolas Sarkozy : un homme qui a exercé le pouvoir sait combien il est difficile d'appréhender ce genre de menace. A ce titre, sa déclaration a pu surprendre.

Comme toujours dans ce genre de situation, le fait d'être dans un exercice contre-nature comme semble l'être Alain Juppé donne lieu à des déclarations tonitruantes de ce type. Pour Nicolas Sarkozy, il est beaucoup plus naturel de tenir ce genre de propos : cela s'inscrit dans une forme de régularité, de constance dans le temps. En effet, Nicolas Sarkozy a toujours été présent sur les thématiques autoritaires, sécuritaires, identitaires. 

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, 43% des sympathisants LR jugent Nicolas Sarkozy plus apte à faire face à un mouvement social tel que celui de la loi Travail, contre 30% pour Alain Juppé. Les attentats et la lutte contre le terrorisme ne vont-ils pas davantage accentuer le clivage entre les deux candidats ?  

En termes d'incarnation de l'autorité, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont tous les deux un bilan, un passé.

Le contexte de paralysie et de blocage de la France en 1995 contre le plan Juppé sur les retraites et la Sécurité sociale avait poussé Alain Juppé, alors Premier ministre, à renoncer à une large partie de sa réforme. A l'inverse, Nicolas Sarkozy durant son quinquennat a fait passer un certain nombre de réformes, de mesures d'ordre social qui n'ont pas conduit à la paralysie du pays. Des manifestations ont évidemment eu lieu (contre les régimes spéciaux, le service minimum dans les transports publics, etc.) mais ces mobilisations n'ont pas provoqué de rétropédalage de Nicolas Sarkozy même si de nombreuses compensations ont par ailleurs été accordées (notamment aux syndicats).

En ce qui concerne l'aspect sécuritaire, il est certain qu'il y a un effet de contraste qui joue en faveur de Nicolas Sarkozy. En outre, si Alain Juppé est candidat à la primaire des Républicains, Nicolas Sarkozy n'a pas encore annoncé sa candidature. Quand il le fera à la fin du mois d'août, cela va mécaniquement créer une forme d'élan, une dynamique. A la rentrée, tout le défi pour Alain Juppé sera donc d'essayer de se renouveler pour maintenir l'élan et l'espérance qui semblent s'essouffler chez un certain nombre de sympathisants de la droite et du centre.

Si les Français reconnaissent beaucoup de défauts à Nicolas Sarkozy, il est incontestable qu'émane de lui une autorité, une forme de poigne, d'énergie qui peuvent certes passer pour de l'agressivité. Mais lorsqu'il s'agit d'aller contre ce qui menace les intérêts du pays, les Français sont plutôt enclins à se tourner vers un homme politique comme Nicolas Sarkozy plutôt que vers un homme politique comme Alain Juppé qui, en prônant le multiculturalisme, le vivre-ensemble, a une rhétorique proche de celle de la gauche. Ce discours est absolument inaudible aux oreilles d'un certain nombre de sympathisants de la droite. En effet, une partie de l'électorat de droite se radicalise, notamment en raison des événements : que ce soit en matière d'immigration, de sécurité ou d'accueil des réfugiés, ils sont pour un discours de fermeté. Alain Juppé est donc à contre-courant. 

Comment Alain Juppé pourrait-il adapter son discours à la menace actuelle et à la lutte contre le terrorisme ? Comment son équipe de campagne réagit-elle ?  

Comme pour tous les candidats, Alain Juppé doit respecter un cadre légal : la France est un Etat de droit et il y a un certain nombre de règles à la fois nationales et européennes qu'il convient de respecter. Il est difficile de s'en affranchir malgré l'état d'urgence. Dans ce cadre-là, Alain Juppé va devoir inventer des outils, des mesures qui seront à même d'endiguer le djihadisme et la radicalisation d'un certain nombre de jeunes Français.

La campagne pour la primaire ressemble à un concours Lépine de celui qui sera le plus sécuritaire, le plus dur : certains parlent de mettre en place une sorte de Guantanamo, d'enfermer ces jeunes, d'assignation à résidence, etc.

Au-delà même de l'effectivité de ces idées, c'est l'impact qu'elles auront auprès des sympathisants de la droite et du centre qui importe. C'est davantage une affaire d'impression : ceux qui vont voter à la primaire de la droite et du centre doivent se dire que le candidat qu'ils éliront est à la hauteur de l'enjeu et de la menace qui sévit en France.

Alain Juppé a émis quelques idées sur le chômage et sur l'emploi, il est maintenant attendu sur le terrain de la sécurité. Ses rivaux de droite se feront un plaisir de le renvoyer à son discours sur l'accueil des réfugiés (comme a pu le faire Angela Merkel qui semble être l'un des modèles d'Alain Juppé). La droite identitaire incarnée par Nicolas Sarkozy se fera un plaisir de lui rappeler son discours sur le multiculturalisme : il sera accusé de défendre une forme de communautarisme, ce qui donnera lieu à de nombreuses associations : le communautarisme pouvant créer l'islamisme, l'islamisme pouvant entrainer au djihadisme, etc.

Alain Juppé est donc pris dans une sorte de cercle de feu : son discours très longtemps ouvert, généreux, multiculturaliste apparaît totalement décalé au regard des enjeux actuels. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 29/07/2016 - 17:24
Le choix n'est pas pire qu'aux USA
qui doivent vraiment choisir un(e) pestiféré(e) entre leurs deux candidats
Liberte5
- 29/07/2016 - 16:37
Juppé ou Sarkozy. Quel choix?
Franchement, je n'ai confiance dans aucun des deux.
Orchidee31
- 29/07/2016 - 14:31
Juppe jamais
Arrogant, suffisant, gaucho-compatible et cerise sur le gâteau pote à Bayrou le traitre - tout pour plaire - pour moi ce sera Sarko ou rien - le vote blanc ça existe -