En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

04.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

05.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 20 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 2 heures 28 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 4 heures 30 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 19 heures 6 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 20 heures 43 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 22 heures 14 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 1 jour 23 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 37 min 19 sec
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 2 heures 12 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 4 heures 54 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 19 heures 50 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 21 heures 30 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 22 heures 38 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Bombardée d'insultes racistes, l'actrice Leslie Jones a dû provisoirement quitter Twitter.
© Reuters
Bombardée d'insultes racistes, l'actrice Leslie Jones a dû provisoirement quitter Twitter.
THE DAILY BEAST

Twitter élimine un troll ultra visible. Mais ne nous réjouissons pas, rien n'a été entrepris contre les autres

Publié le 12 août 2016
Le polémiste Milo Yiannopoulos a fini pas être banni du réseau social après sa campagne de harcèlement raciste contre l’actrice américaine Leslie Jones, star du film "SOS fantômes". Mais n’applaudissez par Twitter pour avoir mis fin à ce lynchage très médiatique. Le reste d’entre nous, commun des mortels, continuerons à nous faire avoir.
Ben Collins
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ben Collins est éditorialiste sénior au Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le polémiste Milo Yiannopoulos a fini pas être banni du réseau social après sa campagne de harcèlement raciste contre l’actrice américaine Leslie Jones, star du film "SOS fantômes". Mais n’applaudissez par Twitter pour avoir mis fin à ce lynchage très médiatique. Le reste d’entre nous, commun des mortels, continuerons à nous faire avoir.

Copyright The Daily Beast - par Ben Collins (traduction Julie Mangematin)

Milo Yiannopoulos, qui avait lâché sa meute de haters sur la star afro-américaine de SOS fantômes (sortie en France le 10 août ndlr) Leslie Jones, s’est vu suspendre à vie son compte Twitter il y a quelques jours.

Il avait fait de ce genre de choses une profession, et c’est déplorable. Mais Twitter aussi en a fait un business. Et c’est pire.

Je suppose que je devrais éprouver un sentiment de justice accomplie à voir la révélation féminine du plus gros blockbuster du monde faire bannir de Twitter un enfoiré professionnel notoire. Mais bien au contraire : l’affaire met en évidence l’incapacité de Twitter à protéger toutes les autres personnes contre les abus.

Twitter a créé un service qui repose sur la capacité des utilisateurs à faire entendre l’opinion la plus bruyante possible avec le moins de mots possible, pour ensuite s’étonner de faire face à un problème de harcèlement. Une étude dévoilée par le Guardian l’an dernier a révélé que 88% du harcèlement sur les réseaux sociaux venait de Twitter.

La nature même du site récompense les comportements comme celui de Yiannopoulos, qui a été capable d'ordonner à une nuée entière d’adolescents de jeter l’opprobre sur des ennemis politiques en les bombardant d’attaques racistes et sexistes, tout en s’auto-déclarant guerriers de la liberté d’expression.

Et Twitter fait encore comme si de rien n’était.

Quand j’ai interrogé la société sur la polémique – Avez-vous une sorte de service de contrôle dans ce genre de cas ? Existe-t-il une stratégie à plus long terme pour gérer les cas de harcèlement moins médiatiques ? – Twitter a réagi comme si le phénomène venait d’apparaître comme par enchantement.

"Nous savons que de nombreuses personnes considèrent que nous n’avons pas agi suffisamment pour atténuer ce genre de phénomène sur Twitter. Nous sommes d’accord. Nous continuons à investir massivement pour améliorer nos outils et systèmes de mise en œuvre pour nous permettre de mieux identifier les abus, agir plus rapidement et éviter les agresseurs récidivistes", m’a répondu un porte-parole.

"Nous avons réexaminé notre règlement contre les comportements haineux pour prohiber les nouveaux types de comportements abusifs et permettre davantage de signalements, afin de réduire le préjudice des personnes ciblées. Nous fournirons plus de détails sur ces changements dans les semaines à venir."

Cette société a 10 ans. C’est un an de plus que le premier iPhone. Si elle n’a pas déjà réglé le problème, elle a peu de chances de le régler aujourd’hui.

J’ai passé ces dernières années à couvrir les histoires de gens qui ont vu leur vie considérablement améliorée ou abimée par Twitter. Les aspects positifs, c’est comme quelqu’un qui gagne au loto sans toucher le pactole : des types devenus célèbres pour avoir saboté un rassemblement du Ku Klux Klan, ou un gamin qui fait une farce aux candidats à la présidentielle sans en tirer aucune contrepartie.

Mais les aspects négatifs sont bien plus routiniers et beaucoup plus dangereux. Le mois dernier, j’ai enquêté sur des adolescents athées et pro-LGBT de pays musulmans, dénoncés pour blasphème aux comptes Twitter de leurs gouvernements à cause de leurs tweets. Dans certains de ces pays, la punition peut passer par la case prison voire la peine de mort. Le compte Twitter du service de police de Dubaï, vérifié par Twitter lui-même, a lui-même prêté main forte à une chasse aux sorcières. Plusieurs gamins se sont retrouvés en danger sérieux, immédiat, physique pour avoir utilisé Twitter tel qu’il est conçu pour être utilisé.

Invité à réagir sur cette affaire en juin, le même porte-parole prétextait que Twitter "ne fait pas de commentaires sur les comptes individuels". Toutes les autres demandes ont été ignorées.

C’est loin d’être un cas unique. L’an dernier, un utilisateur a payé Twitter pour promouvoir un tweet incitant les personnes transgenres au suicide. En 2014, une ado du Massachusetts a mis fin à ses jours après avoir retweeté les messages de harcèlement à son encontre. Les cas d’intimidation débridée envers des anonymes sont innombrables.

Cet endroit est ingérable, et il n’y a clairement aucun vrai plan pour y remédier.

Et pourquoi Twitter en aurait-il un ? Pendant des années, le but assumé de Twitter était de gagner assez d’utilisateurs pour concurrencer Facebook coûte que coûte afin d’atteindre ses objectifs de croissance et d’apaiser les investisseurs ou, comme le dit le New York Times "d’être capable de toucher chaque personne sur la planète". Bien sûr, ça n’a pas marché, alors Twitter a ajouté une fonction GIF et une rubrique "Temps forts" ("Moments" aux Etats-Unis), une sorte de sélection d’actualités sous forme de brochure promotionnelle de compagnie aérienne en arrière plan d'un film Disney. Malgré cela, l’entreprise n’a attiré aucun nouvel utilisateur au trimestre dernier, et se demande toujours pourquoi.

La raison est simple : trop peu de personnes sont intéressées par l’autodestruction volontaire.

L’entreprise a dévoilé deux plans pour rendre son site moins invivable pour les VIP : elle a lancé une appli baptisée Engage, qui fournit un "espace plus sécurisé", ciblée sur les personnes célèbres. Cette semaine, Twitter a annoncé que davantage de personnages publiques pourraient bénéficier de comptes vérifiés, donc certifiés par un humain chez Twitter – étiquette que Milo Yiannopoulos avait.

Tous ces efforts ignorent le nerf de la guerre : l’entreprise est fondée un socle de personnes qui se crient dessus pour attirer l’attention.

Twitter est un site qui donne accès à des scoops – souvent faux, initialement – plus rapidement que nulle part ailleurs, mais aussi un endroit où l’on se fait lapider sans merci pour oser avoir la prétention d’exister. Si le volet informatif existe toujours, c’est uniquement parce que les patrons des journalistes l’exigent, et que personne n’a encore inventé de concurrent à la hauteur technologiquement.

Pour une personne normale, être sur Twitter tient du masochisme. Je dois faire acte de présence uniquement pour des raisons professionnelles, et c’est comme sauter dans un volcan tous les matins. Ne vous joignez pas à moi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/08/2016 - 13:01
Certains croient que la censure est la solution...
mais cette censure ne fait que révéler leur malaise, et ériger en martyrs les censurés...totalement contre-productif!