En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Enfer fiscal
Xavier Bertrand : “Si c’est pour créer des impôts, il est hors de question de travailler main dans la main avec qui que ce soit, droite ou gauche”
Publié le 29 juillet 2016
Xavier Bertrand revient pour Atlantico sur le combat qu'il entend mener contre la création d'un nouvel impôt au profit des régions. L'occasion également d'évoquer l'importance du respect des engagements électoraux à un moment où la défiance vis-à-vis des politiques n'a jamais été aussi forte.
Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP de 2008 à 2010, a aussi été ministre du Travail des trois gouvernements Fillon, de 2007 à 2012. Il est actuellement Président de la région des Hauts de France. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP de 2008 à 2010, a aussi été ministre du Travail des trois gouvernements Fillon, de 2007 à 2012. Il est actuellement Président de la région des Hauts de France. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand revient pour Atlantico sur le combat qu'il entend mener contre la création d'un nouvel impôt au profit des régions. L'occasion également d'évoquer l'importance du respect des engagements électoraux à un moment où la défiance vis-à-vis des politiques n'a jamais été aussi forte.

Atlantico : Vous avez décidé de quitter l’Association des Régions de France (ARF) suite à la création d’une nouvelle taxe collectée sur les ménages et les entreprises. De quoi s’agit-il ? Qui est à l’initiative de ce nouvel impôt ?

Xavier Bertrand : J’ai quitté l’ARF parce que je suis farouchement contre la mise en place d’un nouvel impôt au profit des régions. Pendant la campagne des régionales, tous les candidats de la droite et du centre ont déclaré qu’il n’était pas question d’augmenter les impôts. Je n’ai pas l’intention de faire le contraire après les élections. Je n’ai pas été élu pour lever un nouvel impôt ni pour augmenter les impôts. En France, ce sont les entreprises qui créent les emplois, les politiques ont une spécialité, c’est de créer des impôts, pour moi, il n’en est pas question. A partir du moment où l’ARF et le gouvernement sont d’accord pour créer ce nouvel impôt, je me retire de l’ARF car j’estime que l’ARF ne défend pas les intérêts de ma région, des habitants de la région et des entrepreneurs de la région.

Quant à la responsabilité de cette initiative, nous assistons à un bal des hypocrites : le gouvernement affirme créer ce nouvel impôt à la demande des régions quand ces dernières affirment que c’est le gouvernement qui est à l’origine de cette nouvelle taxe pour financer des nouvelles compétences. Mais peu importe, le résultat est identique : au final, 600 millions d’euros seront pris dans la poche des ménages et des entreprises. Et moi, clairement, je dis niet. 

En quittant l’ARF, je souhaite que l’on se rende compte de ce qui est en train de se préparer au cœur de l’été : la mise en place d’un énième impôt supplémentaire alors que tout le monde dans les discours s’accorde à dire qu’il y a un ras le bol fiscal dans notre pays.

Est-ce que d’autres présidents de région s’opposent à ce nouvel impôt ? Politiquement, comment comptez-vous mener la fronde ?

Christian Estrosi avait indiqué qu’il refusait aussi ce nouvel impôt. A chacun maintenant de dire clairement ce qu’il veut. A partir du moment où ce sujet est maintenant public, j’ai l’intention de saisir l’ensemble des parlementaires de cette question. Je souhaite que le gouvernement et l’ARF renoncent, que les régions renoncent mais j’en appelle aussi aux entrepreneurs et aux ménages à faire part de leur opposition à une telle mesure.

La création d’un nouvel impôt me semble totalement irresponsable. On a  aujourd’hui une croissance que chacun espère mais que l’on ne veut pas voir plombée par la mise en place d’un nouvel impôt. La confiance dans les décideurs et les responsables politiques est aujourd’hui proche de zéro. On a le sentiment que beaucoup considèrent aujourd’hui l’impôt comme étant illégitime, ce qui pose un véritable risque d’effacement du lien. Je préfère me passer à l’échelle de la région d’environ 60 millions d’euros et ne pas les distribuer aux entreprises. Au moins,  je ne les aurai pas pris dans la poche à la fois des entrepreneurs et des propriétaires.

Vous avez déclaré "je ne danse plus au bal des hypocrites". Après les régionales de janvier, vous aviez fait montre d’une volonté de pragmatisme, de faire de la politique autrement, de façon moins partisane. La création de ce nouvel impôt et cette promesse non tenue marquent-elles un coup d’arrêt à cette volonté de travailler main dans la main avec le gouvernement ?

Il y a une hypocrisie qui consiste à se renvoyer la balle. Le gouvernement accuse les régions et inversement. Nous verrons bien quels seront ceux qui auront une action en cohérence avec les discours électoraux et quels sont ceux qui ne tiendront pas leurs promesses. J’avais indiqué que s’il y avait une taxe, il fallait laisser les régions fixer le taux et dans la région des Hauts de France, j’avais dit que ce taux serait à 0. Mais mieux encore est de renoncer à mettre en place une telle taxe.

Si c’est pour créer des impôts, il est hors de question de travailler main dans la main avec qui que ce soit, droite ou gauche. Philippe Richert, président de l’ARF, est quelqu’un que j’estime et qui appartient à ma famille politique. Et pourtant, je romps avec l’ARF. N’allons pas chercher de question de politique partisane dans cette affaire.

J’en appelle simplement au bon sens. Pendant une campagne électorale, on parle beaucoup aux gens et on parle beaucoup des gens mais après les élections, on donne le sentiment que les dossiers sont tellement importants qu’ils deviennent prioritaires par rapport aux gens. Pas pour moi. C’est peut-être ici que se dessine la ligne de fracture entre ceux qui tiennent leurs engagements et ceux qui ne les tiennent pas.

Je connais les contraintes de chacun. La région des Hauts de France n’est pas une région budgétairement riche. Elle est endettée mais je préfère faire des économies sur les dépenses que d’augmenter les impôts. Et pour ne rien vous cacher, je préfère les emplois aux impôts. 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/07/2016 - 20:32
Vous voyez que le FN sert à quelque chose!
Dans les deux régions gagnées grâce aux voix de la gauche, celle de Xavier Bertrand et celle de Christian Estrosi, les Présidents entrent en rébellion contre leurs électeurs gauchistes, réclamant plus d'impôts aux entreprises, et prennent le parti de ceux contre qui ils ont lutté, à longueur d'élection, les patriotes qui prônaient des réductions d'impôts dans leurs programmes...étonnant, non?
Fran6
- 23/07/2016 - 19:43
euh
c'est raffarin :https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_social_des_ind%C3%A9pendants_en_France
sapiensse
- 23/07/2016 - 19:27
l'inventeur d'un impôt meurtrier
Xavier Bertrand ne veut plus de nouveaux impôts, Ben oui, il a déjà créé le RSI, responsable du suicide de centaines d''artisans et commerçants. Donc il bien placé pour savoir les dégâts que font les impôts stupides. Dehors tous ces types, droite ou gauche, et bientôt d'extrême droite.