En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 17 min 40 sec
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 2 heures 50 sec
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 3 heures 18 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 14 heures 5 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 17 heures 18 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 18 heures 32 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 21 heures 12 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 3 heures 32 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 15 heures 15 sec
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 18 heures 4 sec
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 21 heures 3 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 21 heures 29 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 22 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Erreur linguistique et stratégique

Olivier Roy : “Parler de guerre ne fait que renforcer le discours de Daech, parce que cela les présente comme la grande menace mondiale”

Publié le 22 juillet 2016
Le 14 juillet dernier, Mohamed Lahouaiej Bouhlel faisait près de 90 morts à Nice. L'attentat, réclamé par l'Etat Islamique, a réactivé le langage politique et médiatique de la guerre contre le terrorisme, au risque de renforcer l'EI.
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 14 juillet dernier, Mohamed Lahouaiej Bouhlel faisait près de 90 morts à Nice. L'attentat, réclamé par l'Etat Islamique, a réactivé le langage politique et médiatique de la guerre contre le terrorisme, au risque de renforcer l'EI.

Atlantico : Selon un sondage IFOP, seuls 33% font confiance au gouvernement pour lutter contre la menace terroriste, contre 50% en novembre 2015. De la même façon, seuls 23% pensent que l’opposition ferait mieux que le gouvernement au pouvoir (sur l'ensemble de son action). Au-delà de la défiance de la population à l’égard de ses dirigeants, comment est-il possible de concilier, pour la classe dirigeante, la nécessité de réponse rapide et la nature complexe de la situation ?

Olivier Roy : Une réponse rapide ne peut être que rhétorique, c’est le problème. Nous assistons à deux discours qui sont tous les deux des discours de guerre.  Le premier est celui de l’unité nationale, qui est celui du Président alors que l’autre consiste à attaquer l’exécutif en disant "vous êtes incapables de répondre à la guerre". Nous n’en sortirons pas parce qu’il n’y a pas de mesures de court terme en dehors de celles qui relèvent du bon sens, en l’espèce, de ne pas laisser un camion s’approcher d’une foule. Il est possible de prendre des micro-mesures au niveau local mais nous n’empêcherons jamais ce genre d’individu de commettre un attentat. Un homme qui est obsédé à l’idée de commettre un massacre de masse trouvera toujours la faille. Il n’y a donc pas de solution sécuritaire de court terme.  

Concernant les solutions de long terme, le problème est toujours le même ; il s’agit d’identifier ce qu’est la vraie menace. Maintenant, je pense que l’on est en train de se rendre compte que le problème du terrorisme, ce ne sont pas les mosquées salafistes, même si cela peut être une posture politique payante. Ce que l’on a, ici, c’est bien l’islamisation de la radicalité, c’est-à-dire des hommes qui vont inscrire une action de type suicidaire, ce que l’on a vu à Nice, dans le grand narratif de Daech. Aujourd’hui, Daech fascine tous ceux qui sont en recherche de radicalité et/ou de suicide. Ainsi, parler de guerre ne fait que renforcer le discours de Daech, parce que cela présente Daech comme la grande menace mondiale. On entre ici dans un  cercle vicieux.

Selon un autre sondage IFOP, cette logique de guerre, investie par l’ensemble de la classe politique française, ne trouve pas un écho total dans la population. Celle-ci pensant à 50% que "La France a subi une attaque terroriste sans précédent mais n’a, pour autant, quand même pas basculé véritablement dans une situation de guerre". Comment expliquer cette différence entre offre politique et la population ?

Je crois qu’il y a du bon sens de la part de la population. La logique de guerre ne fait qu’aggraver la situation, elle rend encore plus "désirable" ce type d’action pour des jeunes en quête "d’héroïsme". Puisque cela est bien comme cela qu’ils voient les choses. La rhétorique de la guerre est en cela dangereuse puisqu’elle oblige en plus à faire la guerre. En suivant cette logique, en disant que c’est la guerre, cela signifie qu’il faut envoyer plus de troupes en Syrie, augmenter la pression en Syrie et en Irak. Or, tant qu’il s’agit de bombardements aériens, il n’y a pas de rupture de logique. Mais envoyer des troupes terrestres revient à tomber dans le piège, parce que c’est ce que Daech veut. Et on ne tire aucune leçon de l’Afghanistan et de l’Irak. Il faut donc faire très attention parce que les mots ont un poids.

Si on dit qu’on fait la guerre, il faut faire la guerre, mais ou fait on la guerre ? Dans les rues de France, la guerre à qui ? Contre des fantômes, des gens plus ou moins isolés qui vont surgir de leur trou et mourir ? Ou bien fait-on la guerre ou l’on pense que le cerveau de tous les attentats se trouve, c’est à dire quelque part entre la Syrie et l’Irak ? Mais ce qu’on oublie, c’est que cette guerre au Moyen Orient n’est pas la guerre de Daech contre le reste du monde. C’est une guerre complexe, souvent à front renversé ou vous avez de nombreux intervenants ; les turcs, les kurdes, Bachar el-Assad, les chiites, l’Iran, l’Arabie Saoudite…et là je dis "bonne chance". Les américains, eux, sont bien décidés à ne pas faire la guerre.

Vous considérez que le gouvernement devrait en faire plus pour communiquer sur l’affaiblissement de Daech sur le terrain ?

Daech est en régression sur le terrain. Mais cela ne se fera pas rapidement, il faudra des mois ou des années. Parce que Daech n’est l’ennemi principal d’aucun des acteurs locaux.  Chaque acteur local a un ennemi plus important que Daech. Les irakiens visent Mossoul et s’y arrêteront.  Pour Bachar el- Assad, Daech est très pratique, celui lui permet de faire du chantage à l’occident, en disant qu’il est le seul à pouvoir se battre contre Daech. Pour les turcs, ce sont les kurdes qui sont l’ennemi principal. Pour les saoudiens, c’est l’Iran qui est l’ennemi principal, ils ont peur qu’un vide laissé par Daech puisse être rempli par l’Iran et le Hezbollah.

Donc, cela n’ira pas vite, et c’est ça le problème. C’est-à-dire que nous sommes sur deux temporalités. Celle de l’urgence du court terme, qui correspond à la demande de protection de la population française ; "que fait le gouvernement ?" et celle du long terme qui est la lutte contre Daech. Mais la France n’a pas les moyens d’accélérer cette lutte contre Daech, parce que la France n’a pas les moyens qu’ont les américains. Or, les américains n’iront pas sur le terrain.

Si le terme de guerre ne convient pas, comment qualifier Daech et quelle est la nature de la réponse politique à apporter ?

En France, c’est une logique sécuritaire. Daech est une organisation terroriste internationale qui se lance dans une escalade des attentats en occident, et en France en particulier. Il faut lutter contre ces attentats, mais pas dans une logique de guerre. Daech n’est pas un proto-Etat. A un moment donné, le ministère de la défense a construit toute cette théorie indiquant que Daech était un proto-Etat et qu’il était donc légitime de parler de guerre. Mais si on en arrive à cette conclusion-là, alors il faut attaquer Daech en envoyant des troupes, ce qui, je le pense, aggravera la situation au lieu de l’arranger.

Comment faire pour désactiver l’attrait que peut susciter Daech ?

Nous avons deux tendances en apparence contradictoires. D’un côté, plus Daech en fait, plus il va attirer les "borderlines", c’est-à-dire les cas limites. Et d’un autre côté, plus Daech fait des attentats plus la masse des musulmans en France est terrorisée et tétanisée à son tour. On voit ici toute la différence avec Charlie Hebdo. Il n’y a plus la moindre "compréhension" des motivations, ce qui a pu être le cas pour Charlie Hebdo.

Le but maintenant est d’isoler complètement le petit groupe des radicaux et de mettre au point des "détecteurs" de radicalisation. Ce qui est très difficile lorsque l’on a affaire à un psychopathe. Quand on a un groupe organisé, qui est sur facebook etc…il est possible de développer des systèmes d’alarme, en particulier en travaillant dans les quartiers dans lesquels ils vivent. Mais lorsque nous sommes confrontés à un fou, qui est dépourvu de toute logistique, de toute question d’argent, de questions de filières d’armes, il n’y a aucun moyen de le repérer, sauf peut-être dans les jours qui précèdent le passage à l’acte. C’est pour cela que je pense que l’on a va de plus en plus aller vers les cas limites, les cas de folie. Non pas parce que les gens sont de plus en plus fous, mais parce que ce sont ces cas de folie qui passeront le mieux tous les filets de surveillance.

Qu’avons-nous appris après l’attentat de Nice ? Quels sont les éléments spécifiques de ce nouvel attentat et que peut-on en apprendre ?

Il y a un point commun entre Orlando et Nice. Ce sont des hommes qui en font une affaire personnelle. Des hommes qui ont des troubles psychiatriques, qui sont violents. Il est intéressant de noter que ces deux hommes sont accusés de violences conjugales, or une étude réalisée sur les tueries de masse aux Etats Unis mettait en avant une telle corrélation. Donc, on a des gens qui sont très violents et qui seraient passés à l’acte mais qui ont inscrits leur passage à l’acte dans l’imaginaire de Daech. Ce qui permet à Daech de les récupérer et donc d’apparaître comme ayant une capacité de nuisance considérable.

Propos recueillis par Nicolas Goetzmann

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 20/07/2016 - 16:02
@Texas - 19/07/2016 - 22:24
Je suis d'accord mais simplement il ne s'agit pas pour nous d'une guerre au Mexique mais hélas d'une guerre de trente ans.
Texas
- 19/07/2016 - 22:24
Les Talibans dans les années 90...
....offraient des cibles choix . Il semble qu' entre-temps les cadres du Djihadisme se soient inspirés de la Théorie du Poisson dans l'Eau de Mao . Ils sont désormais parmi nous avec la condescendance du Politique et les flux migratoires incontrôlés . Nous sommes partis pour une Guérilla de plusieurs décennies dans le meilleur des cas .
arcole 34
- 19/07/2016 - 17:29
@UNE CHOSE DAECH A GAGNEE LA BATAILLE DE LA COMMUNICATION
Ultra doctrinaire qui prend ses sources dans l'extrémisme de gauche et qui se veut la figure de proue de la contestation du modèle capitaliste . Montrant sa forte appétence pour la radiclalité de daes'h sachant par avance que des militants à eux se sont convertis à l'islam radical. il vous suffira de vous rappeler que la NPA à une époque avait présnté une candidate à des élections portant un voile pour comprendre la vrai visage néfaste de la gauche . Comment concilier le fait d'avoir défendu un modèle intégrationniste et d'avoir favoriser une mise sous tutelle sociale à coup d'allocations sociales des personnes dont les enfants actuellement rejettent sous le couvert identitaire ce modèle et rejoignent physiquement mais aussi par l'esprit les radicaux islamistes. crachant ainsi dans la soupe qui les a nourri grassement au détriment de la majorité de la population de notre pays et qui plus est tirent dans le dos de leurs fidèles amis que sont la gauche et l'extrême gauche . Les Merah, Fofana, Boulej et compagnie , combien de types de ce genre attendent-ils dans l'ombre pour passer à l'action. En fait tous les révolutionnaires contemporains de Mao au Che triomphent post mortem , hélas