En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© REUTERS/Pascal Rossignol
Limites
D’attentats en massacres, de la sidération à la colère, à quel moment peut-on redouter que la population française craque ?
Publié le 16 juillet 2016
Des victimes de Merah à celles de ​Mohamed Lahouaiej Bouhlel, les attentats et massacres se succèdent régulièrement. De personnes ciblées en fonction de leur profession ou confession à des attaques indifférenciées, plus personne au sein de la population française ne peut se considérer "à l'abri". Face à cette intensification et banalisation de la violence, la société française, à l'instar de la société israélienne, devra s'habituer.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des victimes de Merah à celles de ​Mohamed Lahouaiej Bouhlel, les attentats et massacres se succèdent régulièrement. De personnes ciblées en fonction de leur profession ou confession à des attaques indifférenciées, plus personne au sein de la population française ne peut se considérer "à l'abri". Face à cette intensification et banalisation de la violence, la société française, à l'instar de la société israélienne, devra s'habituer.

Atlantico : D'attaques ciblées (enfants de la communauté juive de Toulouse, militaires, journalistes de Charlie Hebdo) à des attentats indifférenciés où les assaillants "foncent dans le tas", les terroristes ont pu faire évoluer le profil de leurs victimes au fil du temps. En quoi cette gradation provoque-t-elle des réactions différentes au sein de la population ? 

François-Bernard Huyghe : Au moment de Charlie Hebdo, chacun pouvait comprendre pourquoi des islamistes voulaient tuer les journalistes qui avaient caricaturé le Prophète. De la même façon, Merah s'en est pris à des soldats français pour ce qu'ils avaient fait. Dès janvier 2015, des attentats antisémites ont eu lieu : les adultes ou les enfants étaient tués pour leur appartenance et leur solidarité présumée avec les sionistes (même lorsqu'il s'agissait d'enfants juifs..). Au Bataclan, on a essayé de se rassurer en se disant que les djihadistes s'en prenaient à notre joie de vivre, notre mode de vie, notre façon de prendre des verres en terrasse et d'aller à des concerts. A Orlando, le massacre a été considéré comme un attentat homophobe. Avec Nice, on ne peut plus se dire ces choses-là.

Comme l'écrit la direction de Daech, toutes les cibles en pays "païens" sont des cibles légitimes et on ne peut plus se dire qu'on est à l'abri parce qu'on n'est pas dessinateur, qu'on n'est pas juif ou que l'on ne va pas dans les quartiers branchés. Tout citoyen français est une cible légitime pour les terroristes parce qu'ils pensent que nous sommes tous responsables à la fois de la politique du gouvernement, des bombardements en Syrie et de ce que représente la France, la laïcité, la galanterie etc.

La population a de plus en plus le sentiment que tout le monde peut être visé. En outre, il y a un effet de répétition : en dépit de l'état d'urgence et du déploiement policier, les attentats se succèdent régulièrement. La France se retrouve un peu dans une situation à l'israélienne où la population va devoir s'habituer à ce qu'il y ait des bombes, à ce que quelqu'un surgisse à tout moment avec un couteau. Le terrorisme ou l'attaque terroriste est en train de se banaliser et de faire partie du paysage quotidien. 

Si en frappant la foule de façon indifférenciée, l'ensemble de la population se sent vulnérable, que peut-on attendre de cette gradation de la violence ? L'étape ultime n'est-elle pas, de frapper la population "chez elle" et ce, toujours de façon indifférenciée, comme a pu le faire le GIA dans le courant des années 1990 ? 

Le GIA considérait que tous ceux qui n'étaient pas dans le Maquis avec eux et les groupes djihadistes étaient complices du gouvernement et méritaient d'être égorgés. De la même façon, nous nous disons que les terroristes s'en prennent à nous de façon indifférenciée mais à leurs yeux, nous sommes tous coupables puisque nous ne nous convertissons pas au salafisme (et que nous tolérons notre gouvernement qui bombarde les musulmans). A leurs yeux, nous méritons donc tous la mort. On peut s'attendre à une intensification des actions djihadistes et de la violence en France. Non seulement ils sont capables de faire des actions de commando avec des professionnels aguerris (comme l'opération du Bataclan) mais il faut maintenant aussi prendre en compte le fait qu'il va y avoir un terrorisme de voisinage : des individus comme ce chauffeur de Nice, pas forcément repérés comme radicalisés et ne prenant pas forcément des instructions d'une organisation, peuvent passer à l'action soudainement. On peut toujours espérer comprendre les réseaux terroristes, intercepter leur communication, comprendre leur organigramme mais un individu agissant seul complique énormément les choses. 

Quand on parle de la terreur abominable qu'a fait régner le GIA en Algérie, il convient de préciser qu'il s'agissait d'une terreur rurale. En France, nous sommes confrontés à une terreur urbaine. Les prochaines étapes, peuvent être un changement de modus operandi : on peut imaginer des attentats au véhicule piégé (à l'image de l'attentat anti-chiite à Bagdad), des experts pensent qu'il pourrait y avoir des attaques chimiques ou biologiques mais je suis assez sceptique (ça fait des années qu'on les annonce). On peut également imaginer une escalade dans la violence. Enfin, on peut imaginer sa banalisation. 

Si demain nous écrasons l'EI en Syrie et en Irak (si on retire le drapeau noir de Raqqa et si on tue Al -Baghdadi), plusieurs centaines de milliers de combattants étrangers vont revenir au pays. C'est un problème auquel il faut penser pour la France et pour l'Europe en général.  

S'agit-il d'un moment de 'bascule" pour la société française ? Quelles en sont les conséquences et les effets pour la population ?

Est-ce que ça se traduira par une demande sécuritaire sur le plan politique ? Le gouvernement a beaucoup surfé sur le thème de l'unanimité nationale après Charlie Hebdo et le Bataclan. Un thème que la droite a suivi en votant des lois sécuritaires. Est-ce que ça va durer éternellement ? On peut en douter. Il y aura probablement davantage de divisions politiques : le thème de "faire bloc", d'unité nationale fonctionnera moins. 

Est-ce que ça va créer des tensions au sein de la population ? Nous n'avons jusqu'à présent pas vu beaucoup d'actes antimusulmans. Il me semble difficile d'envisager un contre-terrorisme ou un terrorisme antimusulman. Mais on peut s'attendre à des représailles isolées : il peut toujours y avoir un fou, un dingue qui prend son fusil et tire sur un Arabe dans la rue pour se venger. C'est une possibilité que l'on ne peut pas exclure.  

La question qui se pose est de savoir si la population va craquer. Et qu'est-ce que craquer veut dire ? 

En termes de résilience, la société s'est habituée à des procédures de sécurité (par exemple à ce que les sacs soient fouillés quand on entre dans un magasin) : il y aura toujours de la résilience dans la mesure où les gens peuvent avoir peur pendant plusieurs jours mais finiront toujours par prendre le métro, aller au travail, faire leurs courses. J'ai vécu les attentats dans le métro en 1995, si dans un premier temps les gens ont hésité, ils ont majoritairement fini par reprendre le métro. 

Dans les sociétés qui ont un très fort taux d'attentats, les gens sont bien obligés de vivre au quotidien même si ça fait perdre du temps ou de l'énergie. Je pense à Israël où les gens vivent avec l'idée que quelqu'un peut surgir avec un couteau. Je pense également à l'Inde, pays au monde où il y a le plus d'attentats. En Italie, les années terroristes ont fait plus de 2000 morts, pour autant, la société italienne a réparé ses plaies. La société française devra s'habituer.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CAPUCINE61
- 20/07/2016 - 12:40
Non mais, n'importe quoi !!!
Qu'est-ce que c'est que ce connard qui nous demande de nous habituer ? Plutôt aller dans les cités sensibles et dégommer tout ce qui est suspect.
Nous sommes chez nous, en FRANCE, Français DE SOUCHE et eux, qui n'ont rien à foutre chez nous si notre mode de vie ne leur plaît pas, n'ont que d'aller dans les pays muzz. POINT BARRE.
vangog
- 18/07/2016 - 21:52
Ces enseignants sont affligeants de nullité!
Ce Monsieur, comme tous les autres, biberonné à la pensée unique gauchiste, veut nous faire croire que le terrorisme est une fatalité, et qu'il faudra s'habituer à voir des enfants écrasés et des testicules mis dans la bouche des victimes...la ressemblance avec la fatalité du chômage gauchiste et la fatalité de la décroissance écologiste est frappante! Mais qu'ont ces lâches dans la tête pour se résoudre à la soumission et à la collaboration avec l'ennemi qu'ils ont à peine le courage de nommer, l'islam. Non, aucun massacre d'innocents n'est compréhensible! et pourtant, tous ces massacres, depuis l'attentat de saint Michel en 1982 ont un point-commun: l'islam et la haine de l'Occident! Tant que les gauchistes n'auront pas compris cela, ils ne pourront pas combattre leur ennemi intérieur et ne pourront guérir du mal qui les ronge...
ISABLEUE
- 18/07/2016 - 16:04
pauvre blaireau
tout le monde aurait du comprendre que ces tarés s'en prennent à Charlie ??
STOP on est où là ?? N'écrivez pas ici si c'est pour écrire des anneries.

?????