En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 2 heures 51 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Pas crédible

"Ce que je pense, c'est que les choix que j'ai faits pour l'économie française étaient les bons" : l'affirmation de François Hollande passée au crible de la réalité

Publié le 15 juillet 2016
Lors de son intervention de ce 14 juillet, François Hollande est revenu sur ses choix économiques, et malgré les faibles résultats obtenus, le chef de l’Etat est resté droit dans ses bottes en affirmant "Ce que je pense, c'est que les choix que j'ai faits étaient les bons". Un point de vue bien éloigné de toute réalité économique.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son intervention de ce 14 juillet, François Hollande est revenu sur ses choix économiques, et malgré les faibles résultats obtenus, le chef de l’Etat est resté droit dans ses bottes en affirmant "Ce que je pense, c'est que les choix que j'ai faits étaient les bons". Un point de vue bien éloigné de toute réalité économique.

Atlantico : Lors de son intervention de ce 14 juillet, François Hollande a pu revenir sur les choix économiques de son quinquennat en déclarant "Ce que je pense c'est que les choix que j'ai faits étaient les bons. Ce que je pense, c'est que la stratégie que j'ai donnée au pays, améliorer la situation des entreprises, ne rien faire qui puisse altérer le modèle social, ne pas prendre sur les droits des salariés tout en permettant aux entreprises d'investir, oui c'était le bon cap, et je pense qu'il faut le suivre". Au regard des résultats obtenus par le chef de l’Etat sur le terrain économique, faut-il en comprendre que la France n’aurait pas pu mieux faire depuis 2012 ?

Nicolas Goetzmann : Les mois et les années passent et le fait est qu’il est devenu évident qu’il faut cesser de considérer François Hollande comme un émetteur crédible. Cela est pénible à indiquer, par pur respect des institutions, mais il faut aussi pouvoir acter cette réalité. Le pire ici est qu’en indiquant "les choix étaient les bons", François Hollande suggère aux Français que  la faiblesse des résultats obtenus serait en réalité ce que la France pouvait espérer de mieux.

Selon François Hollande, le bon cap était d’améliorer la situation des entreprises, c’est-à-dire de permettre un retour de la croissance par la compétitivité. Il est d’ailleurs probable que le chef de l’Etat soit convaincu des résultats de son action. Ce qui est un peu pathétique puisque le retour de la croissance en zone euro, dont la France bénéficie depuis 18 mois, n’est rien d’autre que le produit de l’action menée par la Banque centrale européenne. Ce qui est confirmé par le fait que l’ensemble de la zone euro bénéficie de cette nouvelle tendance, à laquelle la France participe. A moins de penser que les réformes de François Hollande seraient d’une ampleur telle qu’elles entraineraient l’ensemble de la zone euro dans leur sillage. Chacun est libre de penser ce qu’il veut, mais il existe quand même quelques faits. Désormais, le consensus des économistes permet de dresser un diagnostic de cette crise qui frappe le continent européen depuis 2008 ; il s’agit d’une crise de la demande. C’est ce qu’indique le FMI ou l’OCDE, et même la Banque centrale européenne s’y est mise au début de ce mois de juillet. Or, la politique menée par François Hollande, celle de la compétitivité repose sur un diagnostic inverse, et n’a aucun autre objectif que de faire baisser les salaires afin de rendre le pays plus attrayant à l’export. Or, et simplement en regardant les données relatives aux emplois créés lors de ces derniers mois, on peut s’apercevoir que ce sont les emplois de services, qui dépendent largement de la demande intérieure qui ont été créés. A l’inverse, les emplois manufacturiers continuent d’être détruits, ceux-là même que la politique de compétitivité devait soutenir.

Quels sont les éléments qui permettent vraiment de contester le diagnostic présidentiel ?

En janvier 2014, lors de sa conférence de presse semestrielle, François Hollande indiquait " le temps est venu de régler le principal problème de la France : sa production. Oui, je dis bien sa production. Il nous faut produire plus, il nous faut produire mieux. C’est donc sur l’offre qu’il faut agir. Sur l’offre ! Ce n’est pas contradictoire avec la demande. L’offre crée même la demande." De cette phrase est née le pacte de responsabilité, la loi Macron, la loi El Khomri, ou le fameux "j’aime l’entreprise" de Manuel Valls. C’est une politique de l’offre qui est mise en place en France. Passons sur le ridicule "c’est l’offre qui crée la demande" qui ne mérite même plus d’être commenté depuis qu’il existe des banques centrales.

Comment est-il possible de déterminer si une économie est confrontée à une crise de l’offre ? Il s’agirait d’un pays en prise avec une croissance faible voire inexistante qui se combinerait à un excès d’inflation, c’est ce qui se passe aujourd’hui au Brésil. Par contre, lorsque la croissance ET l’inflation sont faibles, comme cela est le cas aujourd’hui en France, on peut commencer à se poser des questions. Pour y répondre, il suffit d’observer l’évolution de la demande en France depuis 15 ans, pour voir si, par un curieux hasard, il pourrait y avoir un problème :

Evolution de la Demande (PIB nominal trimestriel) par rapport à sa tendance pré-crise (1997-2007)

Ainsi, en prenant simplement comme référence l’évolution de la demande pré-crise, et en l’appliquant à la tendance depuis 2008, il est possible de se rendre compte que le "déficit" de demande en France atteint un chiffre supérieur à 20% du PIB, soit près de 500 milliards d’euros, soit la plus grande crise de la demande depuis les années 1930. En appliquant une politique de l’offre à une telle situation, François Hollande donne une aspirine à un homme en train de se vider de son sang.

Dans le monde occidental, les pays qui ont pratiqué une politique de la demande pour répondre à la crise sont les Etats Unis, le Royaume Uni, et le Japon, qui affichent tous les 3 un taux de chômage inférieur à 5%. Les pays qui ont pratiqué une politique de l’offre conjuguée à une austérité fiscale, pour les plus emblématiques d’entre eux, sont l’Espagne, l’Italie, ou la Grèce. Quand François Hollande dit avoir fait les bons choix, il convient de ne plus l’écouter.

A l’inverse, si le diagnostic de François Hollande est erroné, comment expliquer le retour de la croissance et la baisse du chômage ?

Parce que l’ironie du sort est que la reprise stimulée par le Banque centrale européenne se matérialise MALGRE François Hollande. Mario Draghi alimente l’économie européenne avec un plan d’assouplissement quantitatif correspondant à plus de 10% du PIB de la zone euro, les méfaits de François Hollande ne sont donc pas suffisants pour contrer un tel choc, ce qui explique largement la baisse du chômage constatée depuis ces derniers mois et la reprise de la croissance. La politique menée par François Hollande correspond bien plus à une tentative d’ajuster l’économie française à une faible demande permanente qu’à une politique de restauration de la demande permettant de voir le pays retrouver pleinement son potentiel de développement. C’est une politique de renoncement, de boutiquier. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 16/07/2016 - 08:50
Les bons choix économiques de Fr. H.
Ah oui? Comment expliquer alors la hausse du chômage et celle du déficit budgétaire malgré des hausses d'impôts massives. Les deux s'expliquent au contraire par un énorme coup de frein infligé à l'économie par ces hausses d'impôts qui ont frappé entreprises et classes moyennes càd la production et ses débouchés nationaux.
Yves Montenay
- 15/07/2016 - 20:12
Restons concrets pour être compris
Je pense que le commentaire de Monéo est le plus concret alors que l'article initial basé sur l'action des banques centrales risque de passer par-dessus la tête du Français moyen.
Par contre je diverge sur un point secondaire avec Monéo : détaxer les emplois à domicile n'est pas créer des emplois bidons, mais une mise en activité utile de personnes peu qualifiées, tout en permettant à leurs employeurs a priori très qualifiés de mener une carrière normale. Donc tant qu'à faire de ne pas charger le contribuable, je préférerais que l'on cesse de subventionner des éoliennes et donc de fermer des centrales nucléaires pour les remplacer par un courant plus cher et peu fiable.
crobard007
- 15/07/2016 - 12:17
Ce que je pense,...
...c'est que les choix de François HOLLANDE comme président de la république française était le plus mauvais.