En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Trimer pour du plomb
Destructrice, communautariste et inégalitaire : pourquoi l’Education nationale version Najat vallaud-Belkacem mine d’avance la prochaine année scolaire (et les suivantes)
Publié le 15 juillet 2016
A la rentrée de 2016, tous les écoliers du CP à la 3ème auront la surprise de découvrir un nouveau programme, complètement renouvelé (tant et si bien qu'il est probable qu'il manque des manuels). Une réforme visant à lutter contre la reproduction des inégalités sociales par l'école mais qui risque, une fois de plus, de "niveler par le bas" et de détruire l'enseignement à la française.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la rentrée de 2016, tous les écoliers du CP à la 3ème auront la surprise de découvrir un nouveau programme, complètement renouvelé (tant et si bien qu'il est probable qu'il manque des manuels). Une réforme visant à lutter contre la reproduction des inégalités sociales par l'école mais qui risque, une fois de plus, de "niveler par le bas" et de détruire l'enseignement à la française.

Atlantico : De la 3ème au CP, l'ensemble des programmes scolaires ont été revus et doivent être appliqués dès septembre 2016. Quelle est l'ampleur de cette réforme, comparée aux précédentes refontes des enseignements ? Sur quels points précis est-elle le plus contestée et dans quelle mesure ces critiques sont-elles fondées ?

Pierre Duriot : Il faut prioritairement rappeler le cadre dans lequel cette réforme arrive. Elle est basée sur le constat de la reproduction des inégalités sociales par l'école, sur la lente descente de la France dans les classements européens et sur cet autre constat alarmant de la baisse globale du niveau en orthographe et en calcul. Mais sur la base de bons constats, on apporte une mauvaise réponse, toujours la même, qui consiste en un tripatouillage des programmes. Si cela avait une quelconque efficacité, ça se saurait étant donné que les programmes sont refondus régulièrement depuis quarante ans sans que les choses ne s'améliorent. L'effet de cette réforme ci sera exactement le même que lors des fois précédentes : aucun, si ce n'est une dégradation que craignent certains analystes du système adeptes du fameux "nivellement par le bas".

Le problème est bien ailleurs. On y retrouve pêle-mêle la priorité au langage, au jeu et à la socialisation en maternelle, ce qui n'est jamais que l'orientation décidée dans les années 1980 par Ségolène Royal et dont on connaît l'efficacité. On a fait fausse route et les résultats mesurés le montrent. La dictée, le calcul mental en primaire ont été soigneusement montés en opération de communication et au final, la dictée ne sera pas celle à laquelle on pense traditionnellement. L'éducation civique et la morale, ne sont jamais que les batailles quotidiennes que livrent les enseignants pour instaurer vaille que vaille une ambiance scolaire. Le sens du civisme ne relève en aucune manière de la seule école et tombe à plat s'il n'est pas relayé par la société dans son ensemble. L'Histoire au collège fait débat. Des professeurs d'histoire parlent de morcellement, de déstructuration, voire même de révision, avec la suppression de certains chapitres qui rend incompréhensible le déroulé des intrications historiques. Des observateurs ont même noté, dans cette discipline, une dimension communautaire dans la présentation révisée de certains faits historiques relatifs à l'islam ou à l'esclavage. Le latin, le grec, bases de la culture occidentale, subissent des coupes réglées, au grand dam de pas mal de professeurs et parents qui ont bagarré ferme durant la gestation du projet de réforme. Au final, il y aura bien moins de temps consacré aux matières fondamentales, ce qui n'augure pas des progrès envisagés. On ne peut pas dire par avance quelle sera l'ampleur de cette réforme qui risque d'être contredite dès la venue éventuelle d'un gouvernement issu d'un autre bord, quelques mois après, ou d'être appliquée, comme toujours, avec plus ou moins de zèle. A noter tout de même qu'elle a eu un parcours très chaotique dans les différentes instances consultatives et auprès des parents et professeurs.

Outre la simple dimension éducative, cette réforme est-elle réellement applicable dès la rentrée 2016 ? Les éditeurs ont disposé de moins d'un an pour rééditer l'ensemble des manuels scolaires. Quels risques cela représente-t-il potentiellement pour les élèves et les professeurs ?

Ce type de réformes, de changements, ne se décrète pas si facilement, la machine est lourde, les habitudes changent lentement et parfois, c'est heureux. Cela dépend des professeurs, de la manière dont ils perçoivent, dont ils travaillent, ou pas, avec plus ou moins de manuels scolaires dont ils exploitent la totalité ou des parties seulement et avec leurs méthodes. Le monde enseignant dans son ensemble ne fonctionne pas comme un seul homme, à appliquer en même temps et avec le même zèle la réforme neuve. Tout cela amplifié par les réalités du terrain. On ne travaille pas de la même manière dans les quartiers rupins, en banlieue ou à la campagne. Le temps effectif d'apprentissage n'est pas le même partout non plus, amputé du temps, parfois long dans certains endroits, à obtenir une forme de sérénité nécessaire à l'acte d'enseigner. Pour ce qui est des manuels, on peut penser à une opération économique, selon le grand classique de la norme décrétée pour relancer la consommation. Un nouveau siège bébé dans les voitures, un détecteur de fumée dans chaque foyer, une norme environnementale, un nouveau livre d'école et ménages, entreprises, collectivités, sont condamnés à de nouvelles dépenses. Encore une fois, le problème de l'école française ne se situe pas dans la nécessité d'une réforme des programmes. Pour les professeurs et leurs élèves, le cafouillage, la perte de repères et sans doute beaucoup d'hétérogénéité guettent, en fonction des publics, des lieux, des expériences professionnelles...

Cette année le taux de réussite au bac est particulièrement impressionnant puisqu'il atteint 88,5%. Alors que Najat Vallaud-Belkacem a exprimé sa volonté de simplifier encore le baccalauréat, y a-t-il lieu de s'inquiéter d'une baisse des exigences qui conditionnent son obtention ? Quelles sont selon vous les réformes qu'il conviendrait de mener concernant le baccalauréat et les enseignements qui le précèdent ?

Il y a en premier lieu, de quoi s'inquiéter d'une telle contradiction. Si le taux de réussite au bac est si mirobolant, c'est que tout va bien. Quelle serait donc la nécessité d'une réforme ? Il y a bien quelqu'un qui ment dans cette affaire, quand le gouvernement dresse sur la page web de son ministère le constat des inégalités reproduites par l'école, des zones déshéritées, des élèves sortant du système sans diplôme ou avec un tout petit niveau, sans parler du décrochage scolaire tel, qu'il faut maintenant payer les élèves pour qu'ils daignent retourner à l'école ? Ceci alors que le score du bac dirait exactement le contraire. En réalité, le trompe l'oeil est la base de toute la communication autour de ce barnum national et démagogique qu'est devenu le bac. En premier lieu, ce n'est pas forcément de bacheliers dont le pays et son économie ont besoin. Le fameux sésame obtenu n'a déjà plus aucune valeur marchande aux yeux des recruteurs. Il se traduit par un transfert de la sélection d'avant à après le bac au fil des ans, avec toujours cette idée qu'il ne faudrait pas de sélection. En ne remplissant pas son rôle, en promotionnant le bac à tout crin et pour tout le monde, c'est à dire en s'abstenant de sélectionner et d'orienter chacun au mieux de son travail et de ses aptitudes, l’État laisse ce rôle au monde professionnel qui n'en a pas le temps, dont ce n'est pas le travail et qui sélectionne de manière abrupte, sur d'autres critères que ceux de l'école, avec les effets que l'on connaît sur le chômage des jeunes et des moins jeunes d'ailleurs. Le score fabuleux du bac n'est un secret pour personne, de nombreux professeurs se sont épanchés sur la manière dont les corrections sont menées.

Comme vieux professeur, j'aurais bien des idées de réformes à mener, ainsi que beaucoup de mes collègues arrivés en fin de carrière et qui ont vécu les évolutions de l'enseignement, depuis les années 1980 comme une lente dégradation, en particulier de l'orthographe et de la culture générale, mais surtout des postures relatives des élèves et des professeurs par rapport au travail et à l'acte d'enseigner. Développer tout cela ici n'est pas possible en quelques lignes mais il faut bien comprendre que nous ne sommes pas de ceux que l'on consulte. Les réformes scolaires tiennent plus de la politique et de l'idéologie que de la volonté réelle d'obtenir un niveau ou une quelconque efficacité éducative globale pour la nation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
michoulacolere
- 16/07/2016 - 15:11
Prenez exemple sur les anciens
Il n'est que de relire le discours de bienvenue que le Directeur du collège de Castres ou était Jaurès (17 ans) avait demande de dire au Préfet du Tarn pour mesurer la longue descente aux enfers depuis lors (extrait) : " Aussi ,Monsieur le Préfet , en réponse a votre visite qui est un honneur pour nous et un appel a notre bonne volonté, je vous le promets au nom de mes condisciples dont le suis l' interprète, nous travaillerons plus tard a servir notre pays comme nous travaillons aujourd' hui a nous rendre digne de le servir" .

Quel exemple ! !
schmurtz
- 16/07/2016 - 12:06
détricotage
...Et puis je fais confiance à son remplaçant en 2017 pour détricoter cette pelote vénéneuse.
schmurtz
- 16/07/2016 - 12:03
descendants d'Edgard
Moi je n'oublie pas que tous ces ministres de l'éducation, malfaisants et inaptes pour beaucoup d'entre eux) sont peu ou prou fiers descendants d'Edgard Faure qui a instillé sournoisement ses idées il y a presque cinquante ans. On récolte ce qu'on a semé, NVB en est un bel exemple !