En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

07.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 5 heures 43 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 12 heures 55 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 13 heures 44 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 14 heures 5 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 12 heures 48 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 14 heures 48 sec
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 2 heures
Atlanti-culture

Avignon : une version coup de poing des "Damnés"

Publié le 12 juillet 2016
46 ans après la sortie du film de Visconti, la version théâtrale proposée par la Comédie-Française au Festival d'Avignon en fait un spectacle plus actuel que jamais.
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
46 ans après la sortie du film de Visconti, la version théâtrale proposée par la Comédie-Française au Festival d'Avignon en fait un spectacle plus actuel que jamais.

L'auteur-adaptateur

L’homme qui a adapté le scénario des « Damnés » de Visconti pour le porter sur les planches n’est pas un écrivain de théâtre à part entière. C’est un metteur en scène, qui, au fil des spectacles qu’il monte, prend de temps à autre la plume pour, en général, plier, comme ici, des scénarii de cinéma à la machine théâtrale, et cela, sous le regard vigilant de son scénographe, Jan Versweyveld. Cet exercice très particulier qu’il  accomplit à merveille, et les mises en scène très tranchantes et très subversives qu’il en tire, ont fait de lui une des superstars du théâtre contemporain.

Né dans la Belgique flamande, en 1958, Ivo van Hove est un metteur en scène éclectique, dont le champ d’action embrasse non seulement  des auteurs, classiques et contemporains,  mais aussi des cinéastes. Il fait ses débuts dans son pays natal, puis part aux Pays-Bas où plusieurs de ses mises en scène, dont « Caligula » de Camus, sont très remarquées. Depuis 2001, il assure la direction artistique du Toneelgroep, l’une des compagnies théâtrales les plus inventives d’Europe.

A son répertoire, notamment, Shakespeare, Molière, Goldoni, Schiller, Jon Fosse ou Tony Kushner. Visconti, Pasolini, Bergman et Cassavetes font partie des cinéastes qu’il a élus pour les porter à la scène. Le monde de l’opéra lui est également familier, puisqu’il a déjà monté Mozart, Verdi, Wagner, Berg et Janaceck.

 A l’actif de ce bourreau de travail, qui accorde une importance primordiale à l’espace scénique, plus de cent mises en scène. Il revendique un théâtre loin de toute position morale, qui n’hésite pas à soulever des questions dangereuses et permet de faire « l’expérience de nos peurs les plus profondes ». Témoin, une fois encore, cette création sur « les Damnés ».

Thème

Adaptation, pour le théâtre, du  scénario du vertigineux «  Les Damnés » de Visconti (sorti sur les écrans  français en 1970 ), la pièce écrite et mise en scène par Ivo van Hove, pour la troupe de la Comédie Française, dans la Cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon, en ouverture de son 70ème festival, est très fidèle, sinon à la lettre, du moins à l’esprit et aux personnages du film du cinéaste italien.

Nous sommes en Allemagne, le 27 février 1933. Pendant que le patriarche de l’usine sidérurgique Essenbeck s’apprête à célébrer en famille son anniversaire, on annonce qu’à Berlin, le Reichstag est en feu. C’est un jour terrible. Parallèlement à l’Allemagne tout entière, la famille Essenbeck , manipulée dès lors, par un de ses membres , dignitaire nazi, va basculer dans le pire, c’est-à-dire s’entredéchirer et descendre aux enfers, en s’adonnant aux plus basses compromissions et en se vautrant dans les plus abjectes ignominies. Trahisons, bien sûr (ici un moindre mal !), mais aussi, parricide, matricide, inceste, pédophilie, etc… On entre dans le temple du Mal absolu.

 

 l’exception d’un seul, aucun des membres de la  tribu Essenbeck ne sera épargné par l’ignoble, dévoilé en chacun à l’occasion de l’avènement d’un des pires régimes qui aient jamais existés : le nazisme.

Points forts

- La mise en  scène, magistrale, qui marie comme jamais  auparavant théâtre et cinéma. Théâtre, parce que des comédiens  de chair profèrent et jouent leur texte devant nous ; cinéma, parce que des caméras viennent surprendre  ces interprètes pour capter leurs visages et les diffuser en direct , sur un écran géant  placé au fond de l’immense plateau. On est donc à la fois dans un spectacle vivant et comme face à une œuvre filmée. On pourrait appeler ça, du « joué- monté ». Cela dynamise la représentation,  donne un effet de loupe sur le jeu des acteurs, et surtout  impose une immersion totale dans l’œuvre, sans  aucun échappatoire possible. D’autant que, lorsque l’écran n’est pas monopolisé par le jeu des acteurs, on y projette des images d’archives. Pour établir le parallèle entre  la grande Histoire  (celle de l’Allemagne du 3ème Reich) et celle, petite (et terrifiante) de la famille Essenbeck. Pour montrer aussi à quel point, cette dernière n’aurait pu exister sans la première.

- Le début et la fin du spectacle. Il commence par un  grondement qui fait  trembler les gradins et, bien sûr ceux qui y sont installés et il se termine par des rafales de mitraillettes censées, dans un bruit fracassant, arroser les  spectateurs. Cette mise en perspective sonore dérange, tétanise, ouvre magistralement le propos et nous empêche de le clore… En nous renvoyant à  notre  sanglante actualité.

- Le dispositif scénique. Contrairement à beaucoup,  Ivo van Hove n’a pas voulu  jouer avec la verticalité suggérée par le mur du palais des Papes, qui sert ici de fond de scène… Il a choisi l’horizontalité, sans doute dans l’optique de concentrer le regard du spectateur. Tout va se dérouler «  à vue ». Côté jardin, loges des comédiens et lits (qui ne serviront pas seulement au repos !), côté cour, des cercueils, ouverts en début de représentation, et qui se refermeront un à un sur les victimes  de la pièce. Dans le fond,  surplombant l’écran, des musiciens qui vont jouer, en live, une musique « métal ». Au centre, un immense tapis dont l’orange est là pour nous rappeler que nous sommes dans le feu  de l’enfer. C’est sur ce tapis que va se jouer la tragédie.

- Le jeu des interprètes. Il y a vingt trois ans que la troupe de la Comédie française ne s’était pas produite à Avignon. Elle mérite tous les superlatifs. Impossible de décrire le travail de chacun de ses membres, présents sur le plateau. Il est saisissant, renversant, gonflé, singulier, bouleverse tous les (faux) clichés d’académisme souvent véhiculés  sur cette troupe. On citera seulement, car il est le dernier entré, Christophe Montenez dont la douceur vénéneuse  et la folie de jeu resteront longtemps en mémoire.

<--pagebreak-->

Points faibles

Peut-être,  pour les amoureux  de belles phrases, le seul point faible de ce spectacle serait son  texte dépourvu de lyrisme.  Adapté d’un scénario de cinéma, il peut laisser sur sa faim . Mais dire quand même, que dans ces « Damnés », le lyrisme est ailleurs. Il jaillit de la représentation.

En deux mots

Le film de Visconti glaçait d’horreur le spectateur. Le spectacle de van Hove,  l’estomaque, le sidère, et le plonge dans l’effroi. On sort de ce spectacle, porté haut par les Comédiens Français, sonné. Il nous ramène à une des périodes les plus terribles de l’Histoire de l’Allemagne, et dans l’exact même temps, nous alerte sur  les dangers de la remontée des nationalismes.

Une phrase

"Les Damnés  qui se passent dans les années 1933-1934 est pour moi d’une troublante actualité dans cette Europe où tout pourrait désormais basculer" ( Ivo van Hove).

Recommandation : EN PRIORITE

"Les Damnés"

D'après Luchino Visconti

Adaptation et mise en scène : Ivo Van Hove
Avec la troupe de la Comédie-Française

Informations :

Festival d'Avignon
Cour d'honneur du Palais des papes
à 22h

ATTENTION: dernière, jeudi 16 juillet
Reprise à partir du 24 septembre, à la Comédie Française

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

07.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires