En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 min 41 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 9 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 13 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 42 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 48 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 24 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 53 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 20 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Vouloir n'est pas pouvoir

La France est-elle encore capable d'aider le Liban ?

Publié le 10 juillet 2016
L'ancien Premier ministre souhaite parvenir à débloquer la crise politique qui traverse le pays du cèdre... Une mission qui paraît bien difficile, alors que le parlement national attend l'issue de la guerre en Syrie pour désigner un Président pro-iranien, ou pro-saoudien.
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien Premier ministre souhaite parvenir à débloquer la crise politique qui traverse le pays du cèdre... Une mission qui paraît bien difficile, alors que le parlement national attend l'issue de la guerre en Syrie pour désigner un Président pro-iranien, ou pro-saoudien.

Atlantico : Jean-Marc Ayrault doit se rendre dimanche 11 juillet au Liban pour trouver une "solution politique" au pays, dans l'impossibilité de désigner un Président depuis 18 mois. Sur quoi le ministre pourrait-il s'appuyer pour y parvenir ?

Fabrice Balanche : On pourrait qualifier le déplacement du ministre des Affaires Etrangères de mission impossible, mais contrairement à la série télévisée, je doute que Jean Marc Ayrault puisse débloquer quoi ce soit au Liban, car la France a peu de poids politique dans ce pays. La classe politique libanaise est polarisée entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, qui sont les principaux deux bailleurs de fond des différentes factions libanaises. Or, nous sommes dans une guerre froide entre ces deux puissances régionales avec des théâtres chauds comme la Syrie, le Yémen et l’Irak, ou plus tiède comme Bahreïn et le Liban. L’élection d’un Président au Liban serait un signe d’apaisement entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, or nous ne sommes pas dans un tel processus bien au contraire.

Le Président libanais doit être élu par le parlement, lequel s’est déjà auto-prolongé de deux ans en juin 2015, prétextant l’impossibilité d’organiser des élections législatives dans le contexte de la crise syrienne. En fait, la classe politique libanaise attend l’issue de la guerre civile en Syrie pour se positionner. Si Bachar el Assad se maintient au pouvoir, ce qui paraît le plus probable, les alliés du Hezbollah seront renforcés et pourront imposer leur candidat à la présidentielle que cela soit au parlement existant ou à un nouveau parlement encore plus acquis à leur cause. Le candidat du Hezbollah est le général Michel Aoun, le chef du Courant Patriotique Libre, le principal parti chrétien (le Président libanais doit être selon la constitution un chrétien maronite). Il est capable de restaurer l’autorité de l’Etat et possède le soutien de la majorité des Chrétiens après le ralliement de Samir Geagea, le chef des Forces Libanaises, qui jusqu’à présent appartenait à l’alliance pro-saoudienne. En toute logique Michel Aoun devrait donc être le prochain président libanais, mais cela ne convient pas à l’Arabie Saoudite, aux sunnites libanais, à Walid Joumblatt, le leader druze et à la France. Au prétexte que Michel Aoun ne ferait pas consensus, il faut lui trouver une alternative : un personnage falot qui laissera les chefs de clan et Saad Hariri (le fils de Rafic Hariri) mettre le pays en coupe réglée.

Quels bénéfices le chef du Quai d'Orsay espère-t-il tirer, dans le cas où sa mission libanaise serait remplie ? En quoi le Liban est-il un allié potentiellement stratégique pour gérer la crise des réfugiés syriens, ou encore pour lutter contre l'Etat islamique ?

Jean Marc Ayrault arrive au Liban avec l’idée d’appuyer une candidature concurrente à Michel Aoun parce qu’il est l’allié du Hezbollah. Son argument principal est que Michel Aoun doit renoncer à sa candidature dans l’intérêt du Liban, menacé par la contagion de la crise syrienne. 

Il va essuyer une fin de non-recevoir, car l’intérêt du Liban est précisément d’avoir un président assez puissant pour relever les défis du terrorisme, de l’accueil des réfugiés syriens, mais aussi de la gabegie et de la corruption héritée de l’ère Hariri. Si la France veut contribuer à une solution au Liban, elle doit faire preuve de réalisme et partager les préoccupations des Libanais au lieu de se faire le messager de l’Arabie Saoudite et continuer de soutenir la famille Hariri. Il ne faut pas se faire d’illusion, les combats en Syrie vont se prolonger et une fois la paix revenue, une grande partie des réfugiés ne rentreront pas. Si nous ne voulons pas qu’ils émigrent illégalement en Europe, il faut aider le Liban à les accueillir dans des conditions acceptables. C’est également dans l’intérêt du Liban pour éviter une radicalisation des réfugiés qui est susceptible de déstabiliser le pays, comme le firent les Palestiniens dans les années 1970. Fin juin, huit kamikazes syriens se sont fait explosés à Al Qaa, un village chrétien de la Bekaa, cela peut se reproduire au centre de Beyrouth. 

Que reste-t-il du crédit de la France au Liban, et plus largement au Proche-Orient ? 

C’est une bonne question. L’alignement de Laurent Fabius sur le Qatar et l’Arabie Saoudite a été désastreux pour notre diplomatie. Tout le monde au Proche-Orient se rend compte que notre politique dépend des commandes des pétromonarchies du Golfe. A cela, il faut ajouter notre dramatique aveuglement dans la crise syrienne. Je peux comprendre qu’en 2011 l’Exécutif ait plaqué sur la Syrie un schéma à la tunisienne, en raison de la méconnaissance des Affaires Etrangères à l’égard de ce pays complexe. Mais que François Hollande et Laurent Fabius se soient ensuite enfermés dans le dogme "Assad doit partir parce qu’il est méchant" et dans la fiction d’une rébellion modérée c’est surréaliste et inexcusable. Même aux yeux de nos partenaires européens nous ne sommes plus crédibles sur le Proche-Orient. Quant aux Etats Unis et à la Russie, ils négocient entre eux sans se préoccuper de la position de la France.

Pour restaurer l’image de la France dans le monde arabe et sur le plan diplomatique, Laurent Fabius a lancé une initiative sur la Palestine visant à forcer les Israéliens à reconnaître l’Etat Palestinien avec Jérusalem comme capitale partagée. L’ancien ministre des Affaires Etrangères a promis que si les négociations échouaient la France reconnaitrait l’Etat palestinien à l’automne 2016. Dès qu’il est devenu ministre, Jean Marc Ayrault a annoncé que cela ne serait pas automatique et qu’il faudrait sans doute plus de temps pour arriver à trouver un accord entre Israéliens et Palestiniens. Je ne peux que saluer le réalisme du nouveau ministre des Affaires Etrangères qui doit gérer des errements de son prédécesseur. Mais la conséquence est que nous avons perdu toute crédibilité au Proche-Orient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 11/07/2016 - 09:05
Zéro n'a pas aidé la France
Alors le Liban!
Oyentin
- 10/07/2016 - 17:44
Mais qu'allait-il faire dans cette galère?
Il avait un trou dans son emploi du temps et aucune RTT de reste.
Marie Esther
- 10/07/2016 - 14:11
Ben oui, alors là c'est certain
nous ne sommes plus du tout crédibles au Proche Orient. Donc on ferait mieux de dépenser notre énergie ailleurs.
Car pour le Liban : soit le Hezbollah avec la Syrie et l'Iran, soit les sunnites dont Hariri (son père était saoudien), les chrétiens étant partagés entre les 2 camps.
Compliqué car la France avait voulu protéger les chrétiens en 1923 en imposant un chrétien à la Présidence, un sunnite 1er ministre et le législatif aux chiites.
Mais le soutien de la Syrie et de l'Iran au Hezbollah a changé la donne, de même que la violence et le surnombre dans les camps palestiniens, et les chrétiens du Liban ne font pas plus exception que les autres désormais dans la région. Par contre ceux qui ont passé la frontière et qui sont depuis restés en Israël sont heureux d'y vivre. De plus au Liban trop de réfugiés arrivent de Syrie. Les réfugiés sont bientôt plus nombreux que les citoyens libanais.
Si les propositions de la France sont dans le même style que celles concernant Israël - Autorité Palestinienne, ce n'est même pas la peine d'essayer.