En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 10 heures 32 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 11 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 17 heures 10 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 9 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 14 heures 44 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 15 heures 42 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Facteur leader

Nouvelle récession mondiale en vue après le Brexit : ces hommes qui nous protègent de la crise (et ceux qui peuvent nous y précipiter)

Publié le 08 juillet 2016
Alors que certains nuages s'amoncellent sur le monde de la finance mondiale, le déclenchement d'une nouvelle crise n'est plus un tabou aujourd'hui. En ces temps incertains, le rôle des hommes et des femmes à la tête des grandes institutions financières mondiales est plus que jamais crucial.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que certains nuages s'amoncellent sur le monde de la finance mondiale, le déclenchement d'une nouvelle crise n'est plus un tabou aujourd'hui. En ces temps incertains, le rôle des hommes et des femmes à la tête des grandes institutions financières mondiales est plus que jamais crucial.

Atlantico : Au-delà des événements susceptibles de provoquer une crise économique, quelle est la part de responsabilité à attribuer aux dirigeants face à une menace de crise ? En quoi la "qualité" des hommes en place peut-elle changer la donne ?  Quelle est l'importance du rôle des leaders économiques (directeurs d'organismes internationaux, de banques nationales ou supra-nationales) dans la gestion d'une crise ?

Mathieu Mucherie : C'est un sujet très important car dans la science économique, ce que l'on fait, ce sont des modèles, des théories et des concepts. Tout est fait pour évacuer l'aspect humain, comme s'il n'y avait pas de problématiques de comitologie. Comme si ni l'égo, ni les comportements bureaucratiques, ni les dérives ou biais comportementaux ne pouvaient apparaître. Dans la science économique à la Jean Tirole, destinée à être publiée dans les revues cinq étoiles, tout est fait depuis des décennies pour évacuer cet aspect-là.

Or, il n'est plus possible de l'évacuer. Maintenant, nous avons affaire à des banquiers centraux indépendants. Cela signifie une concentration des pouvoirs économiques et financiers telle qu'on ne l'a jamais vu. Par ailleurs, ce sont des gens qui ne sont pas vraiment "responsables", dans le sens où ils rendent très peu de comptes. Aujourd'hui, le central banking contemporain est un club – certains diraient une mafia – et nous sommes obligés de nous intéresser aux êtres humains, à leurs parcours et à leurs relations, parce que sinon nous ratons 80% de la matière.

Malheureusement, nous avons des chercheurs qui continuent à faire de la politique monétaire à la papa, et à côté de cela une réalité "trop" humaine. En Europe, nous sommes bien placés pour le savoir avec le remplacement de Jean-Claude Trichet par Mario Draghi. Je ne suis pas un fan de Mario Draghi, mais force est de constater qu'une ou deux années de plus avec le couple Jean-Claude Trichet – Axel Weber auraient probablement signifié la fin de la zone euro.

Aujourd'hui, un casting qui change dans une banque centrale, un membre votant plus ou moins colombe ou plus ou moins faucon à l'intérieur du comité de la Fed, ou un changement managérial au fin fond du Brésil ou l'Inde, font bouger les marchés beaucoup plus que s'il y avait 50 000 morts dans le pays. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, au point que les marchés aujourd'hui font des calculs davantage sur les hommes que sur les idées. Le moindre petit changement de personnel est archi-stratégique.

Comparativement à 2008, au regard des hommes en place, peut-on dire que l'économie est plus "sûre" ou plus vulnérable aujourd'hui qu'elle ne l'était en 2008 ? 

Elle est moins vulnérable, parce qu'on a quand même eu une crise très puissante. On dit toujours que les marchés ont une mémoire de poisson rouge sous Tranxene 200, mais il y a quand même un petit effet mémoire. Chez les décideurs aussi.

Deuxièmement, la question des dettes n'a pas vraiment été adressée puisqu'il y a une déflation qui magnifie la valeur réelle des dettes un peu partout. Il n'y a donc pas eu de vrai deleveraging dans de nombreux pays, notamment en zone euro. Mais, au moins, cette vision est sur la table. Nous sommes au courant qu'il y a beaucoup de dettes (surtout bancaires), et donc un peu moins susceptibles d'être pris par surprise, comme en 2007-2008.

Les marchés ont en partie corrigé sur certaines valorisations, nous n'avons plus un pétrole à $140 le baril, etc. Je dirais donc que nous sommes un peu moins vulnérables. Cela ne veut pas dire que la situation est saine, soutenable ou encore propice à un retour d'une bonne croissance et d'une inflation à 2% par an. Mais pour avoir un choc du type de celui de 2008 et un arrêt cardiaque pendant six mois du commerce international, il faudrait vraiment des facteurs externes.

Pour ce qui est des hommes et femmes au pouvoir, je ne crois pas qu'on puisse dire que la situation s'est améliorée.

Janet Yellen est très décevante depuis qu'elle est arrivée, il y a un manque de leadership total à la Fed avec une balkanisation du comité et de gros problèmes de communication. Je lui fais moins confiance qu'à Ben Bernanke pour gérer les grandes crises type 2008, et déjà lui n'avait pas été totalement à la hauteur. Nous ne sommes plus du tout dans les années Alan Greenspan, il y a eu de ce point de vue-là une vraie perdition.

Quant à la zone euro, évidemment Mario Draghi est un peu plus satisfaisant que le couple Trichet-Weber. Le problème, c'est qu'on attend vraiment beaucoup de la BCE. Autrefois il y avait de l'inflation, il n'y en a plus du tout maintenant, et la BCE contrôle maintenant la plupart des banques commerciales. Ils sont meilleurs qu'il y a dix ans, le problème c'est qu'ils ont récupéré tout un tas de missions sans forcément en avoir les compétences (pensons ici à la supervision bancaire), donc le fardeau est plus lourd à porter. Ils se sont chargés d'un quantitative easing qu'ils maîtrisent mal malgré les exemples anglo-saxons (la preuve : ses modalités changent tous les six semaines). La barque est donc bien remplie. On le voit avec le Brexit, on le verra dans trois mois avec les banques italiennes…

Que penser de l'arrivée d'une personnalité telle que Mark Carney (gouverneur de la banque d'Angleterre) ?

Je suis sceptique. Son prédécesseur Mervyn King était très bon, c'était l'un des très rares banquiers centraux à avoir gardé un lien avec le monétarisme friedmannien. Quelqu'un à qui on ne la faisait pas, qui avait globalement bien mené sa barque. Mark Carney est d'abord dans la continuité. Ce que je lui reproche, c'est qu'il y a beaucoup de communication autour de lui, un peu trop. Il a aussi donné des gages à la Bundesbank et à la BRI pour s'entendre avec tout le monde. Il a trahi quelques-unes de ses convictions pour pouvoir arriver là où il est…

Une fois dit cela, il est certain que je suis plus rassuré par un Mark Carney aux manettes que par les décideurs de la zone euro. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la bourse anglaise (Footsie) a très peu baissé. La livre sterling a joué son rôle d'ajustement, Carney va probablement baisser cet été son taux à un niveau qu'on n'a jamais vu depuis 1694. Globalement, les Anglais ont la chance d'avoir une banque centrale plutôt réactive, imparfaite mais quand même bien meilleure que la nôtre, et c'est lié au fait qu'elle n'est pas complètement indépendante. Elle est autonome, mais a encore beaucoup plus de comptes à rendre au Parlement que la BCE vis-à-vis du pseudo-Parlement européen.

On voit donc l'utilité d'un casting par ailleurs mondialisé – Mark Carney est canadien –, du pragmatisme anglo-saxon et de parlementaires qui jouent leur rôle.

En quoi l'expérience acquise au cours des différentes crises a-t-elle permis, ou non, d'éviter une répétition de l'histoire ? Existent-ils des moyens efficaces de se prémunir contre des crises de ce type ?

Il faut déjà mettre des gens à peu près compétents sur les questions monétaires à la tête des autorités monétaires. Milton Friedmann a écrit pendant 50 ans sur le sujet, et on n'a toujours pas résolu ce problème. Si l'on donne trop d'indépendance aux banquiers centraux, ils deviennent autistes et nous avons les années 1930 en guise de résultat. D'un autre côté, on ne peut pas non plus revenir à la situation des années 1970 avec des banquiers centraux trop inflationnistes parce que trop inféodés aux cycles politiques. Il faut donc trouver le bon équilibre, et c'est loin d'être facile.

Je note avec perfidie qu'aujourd'hui, si je devais désigner le meilleur banquier central du monde, il serait argentin. Ce qui est quand même assez hallucinant lorsqu'on connaît l'histoire de l'économie argentine. Federico Sturzenegger est quelqu'un d'académique. Il n'a donc pas besoin de fonder sa crédibilité en montant les taux comme Paul Volcker. Il est pragmatique, il a le goût de la communication. Il connaît les banques sans être complètement inféodé au milieu bancaire… Voilà le type de parcours qu'il faut. Cela reste la meilleure protection contre les crises.

On pourrait aussi mettre en place des politiques budgétaires plus contra-cycliques et une meilleure supervision du secteur bancaire en amont qui ne se ferait pas par les banquiers centraux pour éviter les conflits d'intérêts. On peut aussi imaginer tout un tas de mécanismes de lissage du cycle.

Si en plus, nous pouvions avoir des changes flexibles, ce serait parfait. Le problème, c'est qu'en zone euro nous n'avons ni changes flexibles à l'intérieur, ni banquiers compétents (on préfère mettre des bureaucrates que des économistes à la tête de la BCE). De surcroît, une fois ces gens installés à Francfort, on ne les monitore pas beaucoup.

On a l'impression que, quelque part, Mario Draghi est le représentant des banques. On voit bien d'ailleurs que les banquiers sont très déçus par les taux négatifs, mais ils continuent de le soutenir. Avec Trichet, nous étions à la limite de la rupture, avec un banquier central qui renforçait la déflation en pleine déflation. Cela s'est donc amélioré, mais nous n'avons pas l'impression que Mario Draghi aille vers une vraie reflation ou un soutien véritable à l'activité. On sent plus qu'il est là pour colmater les brèches.

Au-delà des déclarations d'intentions institutionnelles, la vérité est donnée par les taux de changes, les taux d'intérêts et l'évolution d'un certain nombre d'autres indicateurs. Et la vérité, c'est que les banques centrales ont été trop restrictives en 2008, un peu moins aujourd'hui, et en même temps nous ne sommes pas encore sortis de l'ornière. Au fond, une banque centrale indépendante ne donnera jamais d'autres résultats que "trop peu, et trop tard".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 08/07/2016 - 23:28
mauvaises questions
Quand arrêterons-nous de nous demander si les banques centrales font bien la "bonne" politique monétaire ? Quand comprendrons-nous que ce qu'il faut, c'est PAS de banques centrales et PAS de "politique monétaire" ?
vangog
- 08/07/2016 - 23:01
Ah oui, enfin un peu de vérité!
Bravo à Mucherie de dénoncer enfin la BCE indépendante de la volonté des peuples et de leurs représentants élus, mais impuissants... Cette OPA d'une clique mafieuse ( le Bilderberg?) sur la Banque centrale européenne est identique à celle du Bilderberg américain sur la FED. Leur but n'est plus d'y placer des directeurs réactifs et opérants, mais d'y maintenir leurs pions dociles, favorables à l'idéologie bilderbergienne, mondialiste et immigrationniste. Malheur aux peuples qui osent manifester des velléités d'indépendance et de restauration des valeurs nationales, car ils subiront la colère du Bilderberg, et la mise à l'écart des flux internationaux! Les modèles économiques à la papa, c'est fini! Il faudra, désormais, intégrer dans toute étude économique, les forces obscures qui animent les ficelles de ces pantins aux ordres d'une dictature qui se cache, et passe, de plus en plus au dessus de la volonté des peuples...jusqu'au destin final de toute dictature, l'implosion violente, dans le sang et les larmes...
clint
- 08/07/2016 - 21:21
@Deneziere : complètement d'accord !
Mais pas dans l'air du temps où le souverainisme "étriqué" fait florès !