En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 40 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 30 sec
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 15 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 11 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 25 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 4 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 7 heures 49 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 11 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 22 min
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Voyants rouges

Le monde face à la menace d’une nouvelle crise globale : pourquoi notre économie pourrait avoir (encore) plus de mal à s'en remettre cette fois-ci

Publié le 07 juillet 2016
Alors que la finance mondiale présente actuellement certains signes inquiétants, le spectre d'une nouvelle crise après celle de 2008 plane de nouveau sur les places financières. Or, les conséquences pourraient être bien plus graves cette fois, alors que nos économies sont encore convalescentes.
Christophe Blot est économiste à l'OFCE, au Département analyse et prévision. Ses spécialités sont le commerce extérieur, les crises financières et les politiques monétaires. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Blot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Blot est économiste à l'OFCE, au Département analyse et prévision. Ses spécialités sont le commerce extérieur, les crises financières et les politiques monétaires. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la finance mondiale présente actuellement certains signes inquiétants, le spectre d'une nouvelle crise après celle de 2008 plane de nouveau sur les places financières. Or, les conséquences pourraient être bien plus graves cette fois, alors que nos économies sont encore convalescentes.

Atlantico : Alors que certains observateurs constatent aujourd'hui des signes inquiétants vis-à-vis de l'économie mondiale (amplifiés par les éventuelles menaces que font peser le Brexit), au-delà de la probabilité d'un tel événement, quelle serait la différence, par rapport à 2008, d'impact sur l'économie européenne, et française, en cas de nouvelle crise ? En quoi l'état de convalescence actuel représente un élément supplémentaire à prendre en compte ?

Christophe Blot : On voit bien que le niveau de taux de chômage aujourd'hui n'est pas le meme qu'en 2007. Il est beaucoup plus élevé en France et dans la zone euro. Une nouvelle crise avec effet récessif sur l'économie impliquerait donc une fragilisation du tissu social et économique bien plus importante qu'en 2007. Rajouter une crise à une situation qui n'est pas complètement rétablie serait évidemment une très mauvaise nouvelle pour l'économie européenne et pour sa « santé » sociale.

Quelles seraient les conséquences les plus graves ? Quelles seraient les conséquences pour les chômeurs de longue durée ? Que dire de l'investissement ? Quels sont, finalement, les secteurs les plus exposés actuellement à un nouvel épisode de crise ?

L'occurence d'une crise aggraverait probablement les conditions de vie et les difficultés des chômeurs (notamment les chômeurs de longue durée) à retrouver un emploi. Cela recréerait du chômage et les éloignerait pour une durée encore plus longue d'une possibilité de reprise d'emploi.

La situation de l'investissement, qui ne s'est pas complètement rétabli depuis la récession de 2008-2009 dans la zone, serait fortement affectée elle aussi. Les entreprises pourraient avoir des difficultés de financement si cette crise touchait assez fortement le système bancaire. Un climat d'incertitude et de risque financier plus élevé retarderait des projets d'investissement et pèserait sur la croissance, non seulement à court terme mais aussi à long terme. Or, une situation de maintien de chômage de longue durée joue sur la croissance future, la croissance potentielle.

Si les entreprises freinent à nouveau les perspectives d'investissement, c'est l'appareil productif qui ne se renouvelle pas et la productivité future qui s'en trouve affectée.

Le système bancaire est-il suffisamment résilient pour absorber un nouveau choc ?

Le système bancaire reste pour moi une inconnue assez forte au niveau de la zone euro. Des évaluations faites par la BCE montrent une amélioration de la situation du système bancaire par rapport à la crise de 2008-2009. Mais on observe encore certains signes de fragilité dans certains pays. On a vu récemment le cas des banques italiennes qui pouvaient être fragilisées, sans parler de la situation catastrophique de la Grèce qui continue à mettre ses banques en difficulté... Ces banques sont donc elles aussi dans une situation de convalescence, avec certes une certaine hétérogénéité selon les pays. Une nouvelle crise viendrait poser de nouveaux problèmes bancaires assez importants dans la zone euro.

Selon la BCE, l'output gap (écart entre croissance réelle et croissance potentielle) de l'économie européenne atteint aujourd'hui six points. En quoi la persistance d'une croissance sous son niveau de potentiel est-elle néfaste pour l'économie ? Quels en sont les effets à long terme ?

Il est intéressant de voir que cet écart de croissance négatif est globalement observé depuis 2008. On est donc depuis cette année-là dans une situation de crise qu'on n'arrive pas à résoudre complètement. Certes, la reprise de la croissance est là, mais elle est encore assez faible et elle doit être consolidée. Pendant toute cette période-là, nous avons donc un chômage plus élevé que ce qu'il devrait être, en raison d'un manque de demande. A terme, le risque réside dans le fait que cela joue aussi sur la capacité productive des économies européennes, par les effets que nous avons vus précédemment. Un chômage élevé éloigne un certain nombre d'individus de l'emploi pendant une longue période. Ils perdent confiance, ils perdent des capacités et des aptitudes. Cela joue aussi sur les entreprises, sur l'investissement, etc. Tout cela menace à terme la croissance potentielle par un effet que les économistes appellent un effet d'hystérèse : un affaiblissement de la demande pour une longue durée peut avoir à la longue une incidence sur la capacité d'offre de l'économie.

Quels sont les moyens permettant de prévenir un tel épisode ? Au regard du constat de la BCE sur l'existence de cet output gap de 6 points, quels sont les moyens de rétablir la situation ? En quoi une "non intervention" à ce sujet pourrait avoir un effet de prolongement de la crise sur le long terme ?

La première difficulté réside dans le fait que les marges de manœuvre pour répondre à une éventuelle nouvelle crise sont aujourd'hui plus limitées qu'elles ne l'étaient en 2008.

Les politiques monétaires sont déjà très expansionnistes, les taux d'intérêts sont aujourd'hui à leur niveau le plus bas. Sur certains segments des réserves qu'elle reçoit, la BCE a même imposé des taux d'intéret négatifs. Elle a aussi utilisé des mesures non conventionnelles en achetant des actifs sur les marchés financiers... Toute cette panoplie a déjà été largement utilisée par la BCE (mais pas uniquement). On peut certes aller un peu plus loin, mais pas beaucoup. L'arme monétaire arrive finalement au bout de ses limites.

La politique budgétaire pourrait aussi avoir quelques contraintes. On a bien vu la réticence des économies européennes à utiliser le levier de la relance budgétaire pour la période 2010-2014.

Alors même que le chômage était encore élevé, nous avons imposé un rythme de consolidation budgétaire assez important. Les dettes restent élevées aujourd'hui dans la zone euro, ce qui peut limiter les marges de manœuvre, du point de vue institutionnel mais aussi du point de vue des marchés (crainte de dettes insolvables).

Les outils conjoncturels pour répondre à une nouvelle crise ont donc été largement utilisés et seraient difficilement mobilisables à grande échelle s'il devait y avoir une nouvelle crise dans la zone euro semblable à celle de 2007-2008.

Prévenir de nouveaux épisodes de crise financière est un travail de longue haleine qui repose sur une meilleure régulation financière pour assurer une plus grande stabilité au sein de l'Europe et de l'économie mondiale. Certains éléments ont été mis en œuvre, via de nouveaux outils de régulation du système bancaire, mais cela prend du temps. Au niveau de la zone euro, nous avons mis en place l'Union bancaire européenne, mais celle-ci est encore incomplète aujourd'hui. Elle est en phase de création et de transition. Dans ce laps de temps, nous sommes bien sûr fragilisés, d'autant plus que chaque nouvelle crise montre la défaillance de nouveaux systèmes de régulation...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 08/07/2016 - 09:34
Suite
Nouveau apparaître. Si le chômeur se forme à ses nouveau métiers, ce qu'il peut faire en s'instruisait directement sur Internet, et surtout pas en suivant les formations proposées par pôles emplois, alors le chômage est un bénéfice, si le chômeur accepté ces nouveaux métiers alors que celui qui a déjà un emplois s accroché aux vieux métiers alors le chômage est un bénéfice pour la société. Le chômage va permettre de rentrer plus facilement au 21eme siècle. Enfin surtout si on laisse couler ces grosses et vieilles entreprise qui ont actuellement le pouvoir politique, la loi travail en est la preuve.
Olivier K.
- 08/07/2016 - 09:21
Analyse antique
Je lis souvent que lorsque le chômage est élevé il y a un déficit de formation des personnes sens emploi. Ceci n'est pas une analyse, les métiers touchés par le chômage sont essentiellement des métiers où on touche rapidement un plafond et où de toute façon, la compétence n'est pas reconnu et les gens changent fréquemment de métiers. Le chômage ne changera rien à la formation des emplois peu qualifiés. Pour les emplois hautement qualifié on observe de même que l'organisation du travail est faite de sorte que personne ne puisse acquérir une forte compétences afin que personne ne puisse devenir indispensable et que l'on est pas à augmenter le salaire. Ainsi dans une grosse entreprise il est très rare de rencontrer des gens qui ont plus de 10 ans d expérience dans leur métiers. Les compétences acquises par les séniors sont des compétences transversales qui apportent finalement très peu à l'entreprise ce qui se traduit d'ailleurs par une mise au placards systèmatique des seniors. Donc le faible chômage pour les emplois fortement qualifié changera pas grand chose. Cela pourrait même avoir un effet bénéfique car dans les 10 prochaines années, beaucoup de métiers vint disparaître et
Christophe Bugeau
- 07/07/2016 - 10:59
Risque d’un nouveau Krach bancaire, comme en 2008 ? Le 06/07/20
La faillite de la Banque d’affaire Lehman Brothers avait marqué en 2008, le début de la crise : les risques pris par les banques en achetant des actifs pourris ayant un rendement important (mais un risque certain !), avait été le détonateur. La rapacité avait eu des effets directs. Mais les faillites avaient été peu nombreuses et les refinancements par les aides des Etats aux Etats-Unis et en Europe avaient donné aux banquiers un sentiment d’impunité : trop gros pour tomber. Le problème c’est que les nouveaux risques sont probablement plus importants que la fois précédente.

La suite : http://www.christophebugeau.fr