En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 52 min 14 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 48 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 20 heures 10 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 43 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 48 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 54 min
Atlantico Business

Les dix risques majeurs qui plongent l’économie mondiale dans la plus profonde des incertitudes

Publié le 05 juillet 2016
Entre le Brexit, les endettements, les taux zéro, les reprises qui s’essoufflent et les banques centrales qui s'agitent dans tous les sens, les économies mondiales n'ont jamais été aussi incertaines.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre le Brexit, les endettements, les taux zéro, les reprises qui s’essoufflent et les banques centrales qui s'agitent dans tous les sens, les économies mondiales n'ont jamais été aussi incertaines.

L’économie a horreur de l’incertitude. Les chefs d’entreprise ont besoin de stabilité et d’un horizon qui soit clair. Les investisseurs ont besoin de savoir où ils investissent, pendant, et combien de temps. Les acteurs de la sphère financière profitent parfois de l’instabilité pour spéculer, mais ça ne dure jamais très longtemps.

Aujourd’hui et de l'avis des plus grands responsables internationaux, la planète économique n’a jamais été aussi incertaine. Beaucoup plus qu’en septembre 2008 au début de la crise financière provoquée par l'excès de subprimes et la faillite de Lehman Brothers.

L'incertitude est telle sur la solidité d’une reprise annoncée, que contrairement à ce qu’on pensait, les banques centrales vont recommencer à détendre à nouveau leur politique monétaire, quitte à noyer des économies sous des excès de liquidités qui ne sont pas utilisées à autre chose qu’à permettre aux Etats de s’endetter encore davantage. On évite les incendies mais pas les dégâts des eaux.

Les facteurs d’incertitude n’ont jamais été aussi nombreux et aussi lourds.

1) Le Brexit a plongé les marchés monétaires et financiers dans la plus grande incertitude. Au lendemain du référendum tout s'effondre, trois jours plus tard les valeurs se redressent. Pourquoi ? Comment ? Personne n’est capable de donner une explication cohérente. Les uns expliquent que le Brexit ne va pas entraîner la fin du monde et qu'il faudra bien trouver des arrangements. Sans doute. Maintenant (c’est nouveau ça vient de sortir), les mêmes ou presque viennent nous expliquer que le Brexit ne se fera pas. Le Parlement britannique n’a toujours pas ratifié le référendum et l'article 50 ne sera pas activé tant que le nouveau Premier ministre ne sera pas nommé. Or, on ne l'a pas trouvé. Devant les risques, disent-ils, les Anglais trouveront le moyen de revenir en arrière en négociant. Dans une telle confusion, comment faire des plans de développement à moyen terme ? Les chefs d'entreprise vont se hâter, mais très lentement, et attendre que l'horizon s’éclaircisse.

2) L’avenir de l'Union européenne est bouché. Normalement, le Brexit devait provoquer une réaction salutaire des autres pays européens, sauf qu’il n’y a pas de consensus sur l’avenir de l’Europe. Faut-il plus d'Europe, faut-il moins d'Europe ? Alors que la gouvernance raisonnable impliquerait un peu plus de coordination des fiscalités, des budgets et des systèmes sociaux, personne n’a encore proposé une réforme acceptable et surtout une méthode pour la faire accepter. Chacun des grands pays fondateurs joue sa carte et protège son jeu.

3) La relation entre les Etats-Unis et l'Europe est dégradée. L'accord d’échange entre les deux continents tourne au sac de nœuds indéchiffrable. Les Européens ont compris, faute de transparence sur la négociation, que l’objectif des Américains était de disposer d’une vaste zone de libre-échange. Le Brexit d’un côté et la non-coordination des pays européens de l’autre facilitent les ambitions hégémoniques de l'économie américaine. Là encore, on aurait besoin d’un peu plus d'Europe pour se défendre.

4) Le risque de dumping fiscal et social n’a jamais été aussi important. Au niveau européen, alors que les Etats membres souffrent déjà d'une absence d’harmonisation fiscale, une des réactions les plus probables de la Grande-Bretagne une fois sortie de l'Union européenne, si elle en sort, sera de baisser ses taux de fiscalité pour conserver ses banques et ses entreprises industrielles. A Londres, on parle déjà d’un taux d’imposition sur les sociétés de 15%, ce qui ferait de Londres la place la plus attractive de l’Occident. Mais ce dumping peut toucher aussi demain les conditions de salaires et de travail en général. Les travailleurs détachés entraînent déjà de grandes inégalités entre les pays de l'Europe de l'Est et les pays de l'Europe de l’Ouest. Là encore, c’est le déficit d’Europe qui facilite les dysfonctionnements.

5) L’optimisation fiscale pratiquée par les entreprises digitales. Toutes les grandes entreprises américaines, Google, Amazon, Uber, Apple, Facebook, savent à merveille utiliser toutes les ficelles fiscales pour minimiser leurs ardoises. Le résultat de cette "modernité" est que les pays européens, qui ont en commun un modèle social assez généreux, n'ont plus les moyens de le financer. D’où les risques de déstabilisation socio-politique.

6) Le ralentissement des pays émergents, et notamment de la Chine. La Chine, locomotive de la planète, est en panne d'oxygène, d'où l'essoufflement de sa croissance. Elle a beaucoup de mal à transformer son modèle économique, compte tenu des risques politiques que ses gouvernants ne veulent pas prendre.

7) Le rôle des banques centrales. Depuis la crise financière, les banques centrales ont copieusement délivré des liquidités pour éviter que les systèmes ne se bloquent. Normalement, ces politiques monétaires auraient dû donner aux différentes économies le temps et les moyens de procéder à des adaptations structurelles. En réalité, on s’aperçoit que la générosité des banques centrales a surtout permis aux vieilles sociétés occidentales de ne pas se réformer. Or, personne ne sait comment une économie peut durablement évoluer avec des taux d’intérêt à zéro. Des taux zéro, c’est aussi zéro risque, et sans risques pas d'innovation.

8) La robotisation va sans doute être la dernière étape de la révolution digitale. Cette robotisation, déjà très avancée, va mettre au chômage des armées de travailleurs souvent qualifiés. La loi de Schumpeter selon laquelle l'innovation détruit des activités et des emplois pour permettre la création de nouveaux secteurs beaucoup plus nombreux, cette fameuse loi de la destruction créatrice, pourrait ne plus se vérifier compte tenu des formidables gains de productivité générés par les robots. Les robots seraient alors des esclaves modernes. Se poserait alors la question de redistribuer la productivité. A qui et sous quelle forme ?

9) Les risques écologiques. Le réchauffement de la planète, la raréfaction des énergies et des matières premières obligent les acteurs de l'économie à considérablement investir en recherche et en développement. L'absence de régulation mondiale rend cette coordination de la recherche très compliquée.

10) Le risque démocratique. On se rend compte aujourd'hui que le système d’administration fondée sur la démocratie fonctionne de plus en plus mal. Les décisions ne sont pas rationnelles ou acceptées, le fonctionnement du marché politique étant décalé dans le temps et dans l’espace avec le fonctionnement des marchés économiques et financiers. Une entreprise travaille pour le monde entier et prend des décisions de moyen et long terme. Une gouvernance politique s’exerce sur un espace très réduit et poreux (les frontières n’existent plus). Par ailleurs, un homme politique travaille sur la durée de son mandat en général pour être élu. En d’autres termes, les qualités qu’il faut pour être élu ne sont toujours celles qu’il faut pour exercer le pouvoir. C’est ce qui explique que la majorité des élites de grande qualité ne travaillent plus en politique mais préfèrent la grande entreprise.

C’est ce qui explique aussi que des hommes politiques de grande qualité et habités par des convictions fortes n’aient jamais réussi à accéder au pouvoir. Compte tenu des hommages nombreux qui lui ont été rendus, Michel Rocard est sans doute de cette catégorie d’hommes d’Etat qui ont manqué la grille d’entrée au sommet de l’Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 05/07/2016 - 13:32
Une belle offensive fraiche et joyeuse
Demain matin, une belle offensive fraiche et joyeuse, baïonnette au canon et cette fois-ci, enfin, le Capitalisme vaincra !
zouk
- 05/07/2016 - 12:32
J.M. Sylvestre
Tout cela est assez évident mais, comment y remédier? Mëme si cela déplait, la seule solution possible sera dans un libéralisme rénové, loin des slogans et caricatures comme "néo libéralisme", si nous en prenons tous à notre aise avec les finances publiques, aucune solution n'et possible.
Ganesha
- 05/07/2016 - 07:50
Arretez la boucherie !
Je regardais cette nuit une émission sur FR3 relatant la bataille de la Somme en 1916. Les généraux Haig et Joffre, qui ont persévéré pendant des mois à envoyer leurs hommes à la boucherie. Résultat final : 1 million et demi de morts et un gain de quelques km sur la ligne de front. Cela m'a fait penser à notre monde occidental qui applique depuis 35 ans le Capitalisme Néo-Libéral de Reagan-Thatcher-Merkel, et qui a causé un appauvrissement de la très grande majorité de la population... et l'enrichissement extravagant de quelques privilégiés. Des dizaines de millions de chômeurs. Aujourd'hui, mr. Sylvestre semble dans un de ses jours de franchise et de sincérité, et il reconnait tout ce qui ne va pas ! Évidemment, il ne propose pas de solution. D'après ce que je sais, la guerre de 14-18 a été gagnée par l’introduction des tanks, qui ont enfin permis de vaincre les mitrailleuses. A mon avis, l'idée innovante qui nous sortira de la Crise, c'est le Revenu de Base.