En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
Atlantico Business
Europe : les trois questions qui affolent les milieux d’affaires et auxquelles François Hollande ne répond pas...
Publié le 28 juin 2016
Cinq jours après la décision des Britanniques de quitter l'Union Européenne, l'inquiétude n'est pas retombée. Les milieux d'affaires sont plongés dans l'incertitude la plus totale et il n'y a rien de pire pour des investisseurs.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinq jours après la décision des Britanniques de quitter l'Union Européenne, l'inquiétude n'est pas retombée. Les milieux d'affaires sont plongés dans l'incertitude la plus totale et il n'y a rien de pire pour des investisseurs.

Tout le monde prend son temps et personne ne dit ce qu'il pense vraiment. François Hollande se limite à des intentions de réformes et des généralités qui laissent la porte ouverte à toutes les hypothèses les plus floues.

Moins d'une semaine après le vote des Britanniques qui ont donc décidé de quitter l'Union Européenne, l'incertitude la plus totale règne sur le calendrier et les modalités de ce divorce. Et il n'y a rien de pire pour des investisseurs et des hommes d'affaires que de travailler avec un horizon complètement bouché.

Les Etats-majors des grandes entreprises ou des grandes banques sont bien évidemment sur les dents parce que pour une entreprise, toutes les situations de crise méritent qu'on les étudie pour y répondre. Ce qu'ils ne peuvent pas faire parce que les pages sont blanches.

Les grandes entreprises et les grandes banques ont tous des questions mais n'ont pas de réponses. Plus grave, les membres de l'Union Européenne ne sont pas d'accord entre eux.

1e série de questions : Faut-il un divorce rapide ou un divorce qui dure longtemps ?

En Grande-Bretagne, au moment de la campagne et juste après les résultats, les militants les plus déterminés n'avaient aucune hésitation. Il fallait quitter l'Union Européenne très rapidement, quitter Bruxelles, quitter le parlement et engager très vite des négociations avec les partenaires. Quelques jours plus tard, le climat a changé. Au fur et à mesure que les Anglais découvrent, l'ampleur du chantier, les perspectives, ils déchantent et tergiversent. Bref, le plus tard possible sera le mieux. Certains imaginent déjà que les Anglais pourraient changer d'avis. Juridiquement ça serait gérable, mais politiquement c'est inacceptable. Ce désordre dans les programmations a créé un trouble violent sur les marchés.

Du côté des partenaires européens, on est aussi perdu. Beaucoup, dont la France, sont partisans d'un divorce ultra rapide. François Hollande serait de ceux là, du moins au niveau des intentions. Pas question de tolérer une période transitoire pendant laquelle la Grande Bretagne pourrait négocier tous les avantages possibles sans les obligations correspondantes. Une période qui va donner des idées aux autres pays et nous entraînerait dans une Europe chamboulée sans axe, ni boussole. Donc pour beaucoup il faut aller très vite.

Pour d'autres en revanche, il faut garder son calme et réfléchir, c'est la position allemande qui veut préserver les positions économiques pour la Grande Bretagne comme pour l'Allemagne.

Les hommes d'affaires n'ont aucun à priori. Ils veulent simplement savoir ce qui va se passer. A court terme ou à long terme, peu importe.

A paris, il semble que la gouvernance voulait aller très vite mais sur la question de Calais par exemple, Emmanuel Macron hier en visite dans le Nord a plutôt tempéré, ce qui a mis Xavier Bertrand en colère et l'a amené à dénoncer les contradictions qu'il pouvait y avoir avec l'Elysée.

2 série de questions : Quelles relations entre la Grande Bretagne libérée de l'Union Européenne et ses principaux partenaires ?

Du côté anglais, on espère un contrat proche de celui qui relie la Suisse à l'Union Européenne et bien que les demandes n'aient pas été formulées on comprend que la city de Londres voudra conserver ses activités de centre de compensation de l'euro et disposer du fameux passeport européen qui permet, à partir de la Grande Bretagne, de travailler sur la totalité du grand marché.

Pour les Européens, c'est difficilement acceptable si la Grande Bretagne ne respecte pas des engagements sur la libre circulation des hommes. Si la Grande Bretagne acceptait la libre circulation (ce qui paraît compliqué compte tenu de ses positions critiques à l'encontre de l'immigration en provenance de l'Union) mais si elle acceptait cette obligation en échange du fameux passeport, la Grande Bretagne se retrouverait dans la même situation qu'auparavant mais sans commissaires à Bruxelles, sans parlementaires à Strasbourg et sans place au conseil européen des chefs d'état ou des ministres. Ce qui, pour les partisans du Brexit serait pire qu'avant.

Reste la solution qui va consister à négocier avec chaque partenaire européen des accords bilatéraux. Ce qui va lui prendre un temps fou et va décourager les investisseurs et les banques de maintenir leur activité en GB. La Grande Bretagne attirait les investisseurs industriels et financiers parce que la Grande Bretagne leur permettait d'accéder automatiquement au grand marché.

Si le grand marché est fermé, ou si ce grand marché ne s'ouvre qu'au coup par coup, les investisseurs industriels ou financiers vont préférer se délocaliser sur le continent, aux Pays-Bas, en Allemagne ou en France. Sur tous ces points, le monde des affaires a besoin d'y voir clair.

La 3e série de questions porte sur le cadre politique de la réforme. Pour faire simple, les 27 pays membres de l'Union sont partagés entre ceux qui veulent plus d'Europe, et ceux qui veulent moins d'Europe.

Ceux qui veulent plus d'Europe plaident pour plus de fédéralisme, c'est-à-dire des transferts de souveraineté.

Ceux qui expliquent qu'il y a trop d'Europe ne se rendent pas compte que moins d'Europe c'est plus de libéralisme à l'anglaise.

Ce débat-là est très confus. Il n'est pas certain que tous ceux qui sont sensibles aux arguments extrémistes de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon se rendent très bien compte qu'ils font le lit d'une Europe des nations reliées entre elles par un grand marché libéral sans réglementation aucune et surtout sans projet.

Ce qui est certain en revanche c'est que les pro-européens se recrutent massivement en Allemagne, en France, en Italie, mais sont incapables de mettre en œuvre des transferts de souveraineté, parce que les politiques de la défense, de l'immigration, de la fiscalité, du budget, de la dette impliquent une autorité fédérale qui n'existe pas.

Alors dans l’opposition, François Fillon et Nicolas Sarkozy sont à peu près clairs sur cette évolution. Mais en dehors de ces deux programmes qui paradoxalement seraient parfaitement compatibles, il n'existe aucune offre politique originale et précise. La Gauche au pouvoir n'en a jamais parlé pendant le quinquennat alors que c'était dans le programme. Elle n'en a jamais parlé parce qu'elle est très divisée. Le centre reste dans des généralités bien pensantes. Et les partis extrêmes sont dans le populisme et la démagogie. Tout ce qui ne va pas dans ce pays est de la faute à l'euro, à l'Europe, à Bruxelles et à la BCE ... Changeons tout. Très bien mais complètement irresponsable à partir du moment ou il n'y a pas de plan B ou d'alternative.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
07.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/06/2016 - 00:51
@Leucate entièrement d'accord!
C'était une époque de prospérité inégalée, avant que le Bilderberg et les ecolo-trotskistes ne prennent le pouvoir...
Leucate
- 29/06/2016 - 01:15
@vangog -
Bref, annulation de Maastricht et retour au Marché Commun. Après on verra pour reconstruire quelque chose de cohérent sur des bases solides.
vangog
- 28/06/2016 - 21:03
La Suisse, la Norvège, la Suède, l'Islande...
parviennent à prospérer ( bien mieux que l'UE), avec des accords bilatéraux hors de l'UE, Pourquoi un pays sortant de l'UE n'y parviendrait pas, lui aussi? Les technocrates europeistes sont tellement imbibés de socialisme qu'ils croient qu'aucun retour en arrière n'est possible, les normes et réglementations édictées par leurs longs soins étant trop compliqués pour être défaits...et pourtant, il suffit de vouloir pour le pouvoir! D'ailleurs, ces pays n'ont qu'à faire des copie-coller de leurs accords bilatéraux, et, mieux ( et cela serait le pire pour l'UE) s'allier entre pays libéraux et former une zone de libre-échange, mais sans technocrates ni ecolo-socialistes, le Reve, quoi!