En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Il suffirait de la regarder dans les yeux pour connaitre son véritable nom

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 23 min 7 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 25 min 47 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 26 min 38 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 27 min 32 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 30 min 21 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 31 min 17 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 53 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 23 min 35 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 26 min 8 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 27 min 6 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 29 min 50 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 30 min 40 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 31 min 31 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 7 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 21 min
© Martial Lenoir pour Nuits de Satin
© Martial Lenoir pour Nuits de Satin
Bonnes feuilles

Quand Hollywood estimait que le bikini devait rester de l'autre côté de l'Atlantique, chez les "impudiques femmes méditerranéennes"

Publié le 26 juin 2016
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du bikini - créé par Louis Réard -, de sa présentation en 1946 à la piscine Molitor à nos jours. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (2/2).
Patrice Gaulupeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Gaulupeau est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ghislaine Rayer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Rayer est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du bikini - créé par Louis Réard -, de sa présentation en 1946 à la piscine Molitor à nos jours. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (2/2).

Dans les années 1950, le bikini est encore trop osé pour les États-Unis, où il est considéré comme la tenue balnéaire que s’arrachent les femmes méditerranéennes, nécessairement plus impudiques. Le magazine Time interroge Fred Cole, le pape américain du maillot de bain, PDG de Cole of California, et rapporte que ce dernier "n’a que mépris pour les fameux maillots bikinis venus de France". Il explique que "les femmes françaises ayant des jambes plus courtes que les Américaines, les maillots de bain qui leur sont destinés doivent remonter plus haut sur les hanches pour donner l’impression que leur  jambes sont plus longues". Et en 1957, voici ce qu’on peut lire dans la presse américaine : "Il est presque inutile de perdre son temps à parler de ce fameux bikini, puisqu’il est tout bonnement inconcevable qu’une fille pourvue d’une simple once de tact et de décence s’avise de porter pareille chose".

Si l’Amérique est à ce point choquée par l’avènement de ce nouveau maillot de bain français, c’est bien sûr à cause du puritanisme ambiant de la société américaine, mais aussi et surtout à cause des très nombreuses et très puissantes ligues de vertu qui se refusent à accepter le monde moderne du XXe siècle. Parmi toutes ces ligues et autres organismes répresseurs, il en est un qui va sévir pendant près de trente ans et perturber le cours d’une industrie particulièrement florissante : le code Hays.

À la fin des années 1920, lorsque le cinéma hollywoodien devient parlant, il en termine avec les courts-métrages de divertissement sans réelle épaisseur. Fini les Bathing Beauties, balayés les Charlie Chaplin et autres Buster Keaton. Désormais, le cinéma va raconter des histoires, adapter des livres, des faits divers, faire vibrer, faire pleurer, faire peur… Très rapidement, les censeurs vont s’apercevoir du danger de laisser sans contrôle les producteurs et les scénaristes. Il est inadmissible pour l’Amérique de laisser promouvoir par le biais de ce nouveau média la violence, le sexe ou la nudité ! La réaction ne tardera pas. Et c’est paradoxalement de l’industrie cinématographique elle-même que viendront les nouvelles règles. Le code Hays sera, de 1927 à 1966, un guide d’autocensure créé par Hollywood, pour la communauté hollywoodienne. Il a été rédigé par des producteurs soucieux de satisfaire les goûts du public et par des activistes catholiques bien-pensants, préoccupés par l’influence des films sur les masses.

La première mesure de William Hays, le directeur de cette commission, est d’imposer un certificat de moralité pour toute personne apparaissant à l’écran. En 1927, avec l’accord des professionnels, il dresse une liste de sujets et de thèmes que les scénaristes doivent éviter. Ce n’est alors qu’une recommandation, bien peu suivie par les producteurs qui font tourner des stars au sex-appeal flamboyant telles que Mae West ou Jean Harlow. En réalité, jusqu’en 1933, le code Hays est peu ou pas appliqué ; c’est un maillot de bain, presque un bikini, qui mettra le feu aux poudres…

En 1934, Tarzan et sa compagne, le premier film de la série des Tarzan, joué par Johnny Weissmuller (qui était maître-nageur à la piscine Molitor cinq ans plus tôt !), met en avant les charmes de Maureen O’Sullivan uniquement vêtue d’un petit maillot de bains deux-pièces en peau de bête.

Pour les censeurs, c’en est trop : le film sera copieusement coupé. Mais pour les ligues de vertu les plus radicales, et en particulier pour la Légion de décence catholique, cette mesure est encore insuffisante. En un mois, plus de trois millions de membres jurent de condamner totalement "ces films salaces qui corrompent les moeurs publiques et créent une hystérie sexuelle dans le pays". Si un film est condamné par la Légion de décence catholique, c’est alors un péché d’aller le voir. À la messe du dimanche, une carte est signée et il faut jurer après le sermon de ne pas aller voir les films concernés.

En conséquence de cette hystérie collective, le code Hays sera désormais appliqué d’une manière drastique et aveugle, les films n’ayant l’autorisation d’être tournés qu’à la condition expresse que leur scénario soit approuvé par la commission avant le tournage. Même les dessins animés sont scrutés avec suspicion, et Betty Boop en fera les frais. Jusqu’en 1933, elle est dessinée en pin-up affriolante, toujours vêtue d’une robe ultra-courte qui laisse entrevoir une jarretelle. À partir de 1934, les cartoons de Betty Boop la montrent en infirmière ou en femme au foyer célibataire, toujours strictement vêtue, et bien évidemment sa jarretelle a disparu…

Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, publié aux éditions Michel Lafon. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 26/06/2016 - 19:30
Londres
Les trois religions issues du Moyen-Orient partagent les mêmes tabous névrotiques au sujet de la sexualité. Ce qui est dommage, c'est que le code Hays a été aboli en 1966, et qu'il va être rétabli à Londres par le nouveau maire.