En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 12 heures 46 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 14 heures 47 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 16 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 17 heures 43 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 20 heures 16 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 21 heures 5 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 22 heures 49 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 14 heures 25 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 17 heures 7 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 21 heures 48 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 22 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Puissance 4

Et pendant le conflit sur la loi travail et autres points de fixations micro-économiques, les candidats à la présidentielle ont-ils compris l'enjeu macro européen sur lequel ils pourraient peser après 2017 ?

Publié le 24 juin 2016
Les programmes politiques dévoilés à l'occasion de la présidentielle de 2017 semblent largement occulter la question économique européenne, et ce, alors même que la France aurait les moyens de changer la donne sur un continent en perte de vitesse par rapport aux autres grandes puissances.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les programmes politiques dévoilés à l'occasion de la présidentielle de 2017 semblent largement occulter la question économique européenne, et ce, alors même que la France aurait les moyens de changer la donne sur un continent en perte de vitesse par rapport aux autres grandes puissances.

Atlantico : Le débat actuel entre différents candidats à la présidentielle, notamment au travers des différentes primaires, semble s'affranchir des questions économiques européennes. En quoi cette absence est-elle réellement problématique ?

Nicolas Goetzmann : Sur le plan économique, la question est le plus souvent évacuée des programmes qui ont été présentés pour le moment. Il n’est jamais fait mention d’une quelconque réorientation de la stratégie européenne, c’est-à-dire, en réalité, que la question macroéconomique n’est simplement pas abordée. Les candidats se contentent des outils relevant de la souveraineté nationale pour bâtir une offre, alors même que ces outils sont restreints par nature de par leurs effets.

Les deux leviers macroéconomiques sont la politique monétaire, dont personne ne parle, et la politique budgétaire européenne qui n’est jamais abordée sous sa forme agrégée, c’est-à-dire en se rapportant à l’ensemble de la zone euro. Et ces deux aspects sont bien plus puissants que toutes les propositions relevant du coût du travail, des charges sociales, ou de la durée d’indemnisation du chômage. En réalité, les candidats présentent de programmes de 1er ministre alors qu’ils se placent dans une optique présidentielle.

L’échelon européen permet de prendre une hauteur de vue, et permet surtout d’acter une réalité ; la France est la deuxième puissance européenne et ni l’UE, ni la zone euro, ne peuvent avancer sans son concours. Or, le fonctionnement de l’Union, au travers du Conseil européen, est avant tout un jeu de pouvoir et d’influence que la France a lourdement désinvesti au cours des dernières années. Ce qui est d’autant plus absurde que la France a les moyens de peser très fortement sur le destin d’une Union qui a une dimension mondiale. C’est bien le rôle d’un Président que de penser au destin économique de la zone euro, de se poser la question du retard pris par rapport aux Etats Unis depuis la crise de 2008, avec un taux de chômage qui y reste deux fois plus élevé.

Il s’agit de raisonner en deux temps. D’une part, la présidentielle française conduit à la prise d'une portion importante du pouvoir européen, qui a le potentiel pour être décisif au plan mondial. D’autre part, le pouvoir national. Le second ne pourra rien donner de correct si le premier n’est pas assumé pleinement.

Ne pas assumer ce rôle-là dans les programmes et dans les discours, c’est cantonner la France et les Français à un rôle de région européenne ne disposant que de quelques ficelles pour "changer la vie". Cela ne reflète ni la réalité de ce que peut la France, ni l’ambition nécessaire à un Président.

Quels sont les leviers disponibles offerts par l'échelon européen ? Quel poids ont-ils sur la réalité économique française, notamment sur le chômage ?

Une politique budgétaire coordonnée permet d’équilibrer des stratégies différentes menées entre 19 pays, si l’on considère la zone euro, ou 28 si l’on considère l’Union. Lorsque l’Espagne ou l’Italie se serrent la vis pour retrouver un niveau de déficit satisfaisant, l’Allemagne pourrait appuyer sur l’accélérateur de la dépense. Le tout permettant d’obtenir un résultat global qui soit "dans les clous" des traités, soit 3% de déficits, mais en tenant compte de la situation de chacun. A l’inverse, ce qui est fait aujourd’hui, ou , pour être plus juste, ce qui a été fait au cœur de la crise, a consisté à ce que chaque pays mette les deux pieds sur les freins au même moment, ce qui a précipité le continent dans une crise bien plus violente qu’elle ne l’aurait été sans ces politiques. Cela suppose de prendre en compte un intérêt général européen qui a été abandonné depuis longtemps. Pour cela, il faut penser la zone euro dans sa globalité.

La politique monétaire permet de contrôler le niveau d’activité au sein de la zone euro,  et ce, de façon non différenciée. Il s’agit là du juge de paix de ce que les économistes appellent la "demande", qui est définie comme la somme de la croissance et de l’inflation. Or, cette politique monétaire européenne a, depuis 2008, été bien plus timide que celle des Etats Unis. Il s’agit dès lors de proposer un débat européen ayant pour objet de donner à la Banque centrale européenne les moyens d’agir sur les mêmes bases que la Réserve fédérale des Etats Unis. Techniquement parlant, il serait souhaitable, voire indispensable, de donner mandat à la BCE de se fixer un objectif de plein emploi. Un tel ajout obligerait la BCE à être beaucoup plus agressive, ce qui aurait pour résultat de voir la croissance européenne décoller et rattraper une partie du retard pris depuis 2008. Et ce retard correspond à plus de 20 points de croissance nominale (croissance + inflation). Nous sommes ici très loin des mesurettes que l’on peut découvrir dans les différents programmes avancés pour le moment.

Dès lors, quelles devraient être les priorités à traiter pour les différents candidats, notamment pour François Hollande ?

Il serait peut-être plus enthousiasmant pour la population d’entendre des discours prenant en compte la réalité du pouvoir de la France au sein de l’Union, plutôt que de devoir écouter des discours contraints par des institutions, des traités, des règles, qui ne paraissent plus avoir grand sens aujourd’hui. L’exemple le plus frappant est la règle des 3% de déficits, et des 60% d’endettement, héritée du traité de Maastricht. Cette règle a été élaborée selon un schéma macroéconomique simple à une époque où l’on imaginait que la croissance nominale du continent serait de 5%. En partant de ce chiffre de 5% (qui se décomposait en X% de croissance et Y% d’inflation selon les années), il a été décidé que les déficits publics ne devraient pas dépasser les 3%, soit 60% de la croissance nominale. Ce qui devait logiquement permettre une stabilisation de l’endettement à 60% du PIB. En effet, si tous les ans, la croissance nominale est de 5%, et le déficit de 3%, alors l’endettement régresse vers ce seuil fatidique de 60%. Or, la croissance nominale de 5% n’est plus qu’une illusion depuis 2008, ce qui aurait dû invalider les autres critères, puisqu’ils devenaient intenables. 

Ainsi, au lieu de se préoccuper d’atteindre les 3% de déficits, les dirigeants feraient mieux de s’intéresser au fait que la croissance soit si faible aujourd’hui. En rétablissant une croissance nominale plus forte, le retour à des déficits plus mesurés sera bien plus aisé. Il s’agit de la différence entre agir sur les causes du mal et ses conséquences. Et c’est bien la première des priorités d’un nouveau dirigeant français. Rétablir la croissance en Europe. L’intendance suivra.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 22/06/2016 - 20:24
C'est bien plus raisonable
De le faire au niveau national, plutôt que d'attendre le bon vouloir des allemands. Et bien plus efficace, parce les situations des différents pays de la zone sont tellement éloignées qu'elles réclament chacune un traitements différent. Noyer l’Allemagne de liquidité n'est pas vraiment pertinent. Mais il faut vivre avec l'erreur de l'Euro, et donc compliquer ce qui est simple. Et attendre, attendre, jusqu’à la prochaine crise.